Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

17 janvier 2006 2 17 /01 /janvier /2006 14:36

     Etant directement concerné par le chômage de mon fils, cadre de 43 ans dans le secteur Marketing, je me suis abstenu jusqu'à présent d'évoquer ce problème, dans un souci d'objectivité, car mon écoeurement est grand... Mais finalement je pense qu'il est possible d'en parler, au moins pour en discerner les causes et réfléchir aux remèdes possibles...

   Le chômage a évidemment des causes profondes dites "structurelles" qui ne sont pas une exclusivité "française" :

   - Causes économiques : l'ouverture du monde a certes apporté un enrichissement global des entreprises, comme en témoigne la progression du "CAC 40" d'environ 50 % en moins de 5 ans... Mais cet enrichissement a été assuré au prix de la concurrence, c'est-à-dire souvent grâce à des regroupements ou des délocalisations , voire même au seul souci d'assurer un "ratio" plus important du bénéfice des actionnaires, ce qui a entraîné des licenciements massifs de salariés, y compris de cadres chevronnés...

   - Causes sociales : l'évolution démographique a contribué à un déficit des emplois (les suppressions étant supérieures aux créations), car les entreprises n'ont parfois eu, au moins dans certains secteurs, que l'embarras du choix, notamment pour les cadres : il était "rentable" de licencier des collaborateurs chevronnés pour les remplacer par des "jeunes" payés moins cher, le processus faisant boule de neige... Et ceci à fortiori avec l'arrivée sur le marché du travail de générations toujours plus nombreuses de "diplômés", à la limite du raisonnable ou ,en tous cas,  sans orientation préalable...

   Cependant la forte reprise actuelle de l'économie des Etats-Unis - toujours leaders dans ce domaine, non sans un égoïsme foncier - montre qu'il y a aussi des causes "conjoncturelles" et qu'après une longue période de stagnation relative l'économie mondiale repart à la hausse... Le journal Le Figaro du 16 janvier 2006, dans son encart "Entreprises et Emplois" a pu titrer (page 11) : "Des cadres au bord de l'euphorie !"... avec des sondages et des graphiques montrant des "prévisions de croissance bien meilleures en 2006 qu'en 2005"... Est-ce à dire que la France - qui détient de tristes records de chômage (entre 25 et 50 % de "jeunes"...et de "vieux") est vraiment concernée, et qu'une diminution du chômage - notamment des cadres - est envisageable ?...

   - Le gouvernement Villepin (après Balladur, Jospin, Raffarin... donc indépendamment des contingences politiques) prend des mesures de "traitement social du chômage"... Et après l'échec patent des mesures de contrainte, il a le courage d'initier des mesures de "libéralisation" allant jusqu'à toucher aux "dogmes"  - il est vrai, déjà écornés - du Contrat à Durée Indéterminée (CDI) et de l'interdiction des licenciements : contrat de nouvelle embauche, avec possibilité de licencier dans les 2 ans, et mesures analogues pour les "jeunes" et les "plus de 50 ans"..., les limites imposées aux entreprises étant largement compensées par la suspension provisoire des charges sociales... En fait, le gouvernement, ne pouvant pas agir sur "l'économie" fait ce qu'il peut pour "limiter la casse sociale" engendrée par celle-ci, voire pour "inverser le courant"... Cet effort sera-t-il suffisant ?

   - L'effort n'est certes pas négligeable, à en juger par les premiers résultats... Mais il n'aura de véritable effet que s'il est pratiquement aidé par une forte reprise de l'économie en France... Dans l'affirmative, une telle reprise peut être aidée par l'évolution démographique elle-même (Papy-boom...) qui, même s'il ne faut pas s'en exagérer l'importance, va favoriser l'emploi, notamment des "jeunes" (20-30 ans) moins nombreux et des "moins jeunes" (30-50 ans)... On peut alors s'imaginer qu'on en reviendra à une situation de (presque) plein emploi, avec une remontée des CDI... Rien n'est moins sûr...

   En effet, l'économie ne cesse d'évoluer, et,  dans certains secteurs, la "qualification" est sans cesse remise en cause, ce qui suppose ou bien qu'on exerce plusieurs métiers dans sa vie active, ou qu'on se soumet régulièrement à une "ré-adaptation" permanente... Dans ce cas, le CDI est condamné sous sa forme actuelle à plus ou mois long terme; et le problème devient de trouver une formule qui garantisse la continuité de l'emploi pour les salariés... comme, par exemple "un contrat évolutif" permettant des stages réguliers ou occasionnels de ré-adaptation, dont le coût devra être partagé entre les entreprises et les salariés dans le cadre de "conventions collectives"...

   Il n'est pas interdit de rêver...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Economie et Société
commenter cet article

commentaires

Jean Daumont 18/11/2014 09:28


Je dois confesser que j'avais oublié mon article rédigé en ...2006. Merci de me le rappeler ...Effectivement, rien de nouveau sous le soleil ...Merci de votre intérêt pour mon blog ...Il est
toujors bon d'élargir une discussion au plus grand nombre possible de personnes...

faute grave 17/11/2014 19:30


Bonjour,


A partir du mot "chômage" sur internet, je suis arrivé sur votre article, dont j'ai commencé la lecture avant de me rendre compte de son ancienneté. Je m'en suis rendu compte seulement, alors que
j'avais déjà lu les premiers paragraphes.
Malheureusement, cet article est toujours, ou même plus, actuel qu'en 2006.


Maintenant que je connais votre blog, je reviendrai pour y découvrir d'autres articles.

Cordialement


 

FaTraPa 22/01/2006 18:06

Je pense qu'il faut arrêter de se voiler la face! Il y a des solutions contre le chômage. Aux Etats-Unis, depuis 20 ans, il tourne autour de 6%... Par contre, un chiffre rarement mis en avant est qu'il faut 18 mois pour un chômeur pour retrouver un emploi. 18 mois! Le chiffre le plus élevé des pays de l'OCDE (pays développés)! Rendre le marché du travail plus flexible, cela va dans les deux sens à l'entrée et à la sortie! Je crois que le problème n'est pas de perdre son emploi mais de ne pas en retrouver un!

Jacques Heurtault 17/01/2006 19:09

Notre modèle social a été construit dans une période de croissance forte et continue (les fameuses 30 glorieuses). Depuis les choses se sont profondément modifiées mais ... pas le modèle social.
Il est EVIDENT que cela pose un PROBLEME!
L'économie de marché, depuis toujours, mais plus encore depuis la phase de mondialisation, fonctionne comme un puissant fleuve que rien ne peut arrêter. En voulant en BLOQUER le cours, on arrive à la rupture des digues et des barrages et le flot puissant emporte tout sur son passage.
Aussi est-il beaucoup plus judicieux de réguler ce cours, de le canaliser, de dompter le fleuve en quelque sorte.
Nous sommes en démocratie (c'est heureux; pouvu que cela dure). Rien ne peut se faire contre la volonté du peuple.
Nos responsables politiques doivent, pour cela voir loin devant afin de prendre les bonnes décisions au bon moment. Or, il semble que, loin d'avoir de l'avance, ils ont du retard.
A force de vouloir s'obstiner à défendre je ne sais quelles exceptions françaises, on va finir par TOUT perdre! Cela se traduira par une régression nette de notre niveau de vie, voire de civilisation.