Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

16 mai 2008 5 16 /05 /mai /2008 15:28

   ll n'y a aucune raison de croire que les députés ne sont pas attachés au bien-être des Français, quel que soit leur parti politique... Et, de même, il n'y a aucune raison de critiquer l'importance de leurs indemnités parlementaires s'élevant par mois  à un total brut mensuel de 6952,91 euros (*), compte tenu des services qu'ils rendent à la Nation, à l'Assemblée Nationale ...et ailleurs...

   Néanmoins, il convient de rappeler que la charge de député est "élective", donc par définition "précaire", et que la perte de ces indemnités parlementaires en cas de non-réélection ou de non- renouvellement de candidature est "dans l'ordre des choses" ... Il est également dans l'ordre des choses que l'ex-député retrouve alors son ancien métier et son salaire antérieur tenant compte éventuellement de la progression de celui-ci durant le temps de son mandat ... Et, s'il n'avait pas de métier, il n'y a aussi aucune raison à ce qu'il reçoive autre chose que des indemnités de chômage ...comme tout le monde, ou du moins comme le monde restreint des chômeurs qui les touchent, ...puisque la charge de député n'est pas un métier...

   Mais les députés ont bien sûr le sens de la solidarité, ...sinon ils ne seraient pas députés...Ils ont donc pensé, à l'initiative de leur ancien Président Jean-Louis Debré au début de l'année 2007 (donc avant les dernières élections législatives), à l'avenir de leurs collègues susceptibles de ne pas revenir dans la nouvelle Assemblée, et ils ont alors voté à l'unanimité - tous partis confondus - une Loi prévoyant que chaque député non-réélu continuerait à toucher pendant 60 mois (c'est-à-dire 5 ans...) , au lieu des 6 mois prévus antérieurement, son indemnité parlementaire de façon dégressive, soit 100 % les 6 premiers mois, 70 % les 6 mois suivants, etc... jusqu'à 20 % pour 6 derniers mois de la 5ème année, ces 20 %  - soit 1390 euros par mois - continuant alors à être payés à vie... Par conséquent, tout député non-réélu coûte désormais 417.180 euros sur 5 ans pour les contribuables, et ensuite un montant incertain dépendant de ...son espérance de vie ... Pas mal pour un "chômeur", d'autant plus que l'indemnité n'est assortie d'aucune condition, et que ce chômeur n'aura pas besoin de prouver qu'il cherche un nouvel emploi, de répondre obligatoirement à des convocations d'un conseiller de l'ANPE ...ou de justifier de revenus "annexes" ou de revenus de membres de sa famille (par exemple, il ne sera pas privé d'indemnités parce que son épouse a un revenu jugé "suffisant" pour le foyer)...

   Pour autant (facon de parler...), il ne faut pas avoir mauvais esprit et admettre que les députés ne font que donner l'exemple, suivant le dicton : "Charité bien ordonnée commence par soi-même"...Et on peut légitimement s'attendre à ce qu'ils prennent maintenant des dispositions similaires pour l'ensemble des chômeurs... L'ennui est que ceux-ci risquent d'attendre longtemps, ne serait-ce que parce que de telles dispositions dervront passer, comme disait La Fontaine, par le "chemin montant, sablonneux, malaisé" et plein d'impasses, des commissions parlementaires...


(*) Indemnités mensuelles brutes des députés au 1er février 2007 :
     - Indemnité de base : 5400,32 Euros
     - Indemnité de résidence : 162,01 Euros
     - Indemnité de fonction (25 % du total) : 1390,58 Euros - notamment pour "secrétariat"
      + divers avantages "en nature" comme la gratuité des transports, du téléphone, du courrier, d'internet, etc...
     

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jacques 27/05/2008 10:37

Comme vous vous en souvenez sans doute j'ai moi-même été Secrétaire National d'un Syndicat (autonome).Nous n'avions même pas de "publicité" dans notre journal. Seules les aides (locaux, teléphone, courrier) prévus par les textes en vigeur dans la Fonction Publique, justement attribuées (comme les dispenses de service) au prorata exact des résultats des élections professionnelles (tous les trois ans).Je ne peux donc que me féliciter, avec grand plaisir, de votre réponse ci-dessus à ma sollicitationjf.

Daumont Jean 26/05/2008 10:23

   Par principe, je vérifie et confronte mes "sources", et, parce que je n'avais pas suffisamment approfondi le problème de la "retraite des députés", vous n'avez pas manqué de me le reprocher à juste titre...   En l'occurrence, à propos de l'émission "Pièces à conviction" - que j'ai revue puisqu'elle est passée une 2ème fois - je crois à la sincérité des anciens Présidents du CNPF comme Yvon Gattaz, quand ils affirment que les syndicats ne peuvent pas vivre avec leurs seules cotisations (c'est même le grand problème du syndicalisme français de ne représenter qu'une minorité d'adhérents) et qu'il lui paraît logique de contribuer à leur financement, ce qui ne signifie pas nécessairement les "acheter"... Pour ma part, ayant été le président national d'un (modeste) syndicat, je peux attester que j'étais heureux d'avoir un peu de publicité pour financer la parution d'un bulletin, à commencer par celle de l'imprimeur... et on ne me demandait rien en échange... Néanmoins, je conçois qu'à une plus grande échelle, même cette façon discrète de "subventionner" peut être être un risque d'aliénation de liberté... Je considère donc qu'à l'image du financement public des campagnes électorales, il serait bon que les syndicats reçoivent un financement public clairement déclaré, au prorata de leurs résultats aux élections professionnelles, et ceci sans discrimination, car il appartiendrait aux électeurs et non à je ne sais quelle officine de décider quels sont les syndicats "méritant" d'être subventionnés...

Jacques 25/05/2008 11:37

@ DJEt, en toutte simplicité, parce que cela m'intéresse, qu'avez-vous retenu de cette émission,  notamment à propos des Syndicats ?jf.

Daumont Jean 24/05/2008 09:24

J'avoue être maintenant dépassé par cette "querelle des deux Jacques" ...Je ne demande pas mieux de croire le 1er questeur de l'Assemblée Nationale, dont le témoignage s'inscrit dans la "moralisation de la vie publique" entreprise à huste titre depuis plusieurs années... Mais je suis troublé par cette information sur le financement public des fonds de l'Assemblée Nationale... Comme j'ai été scandalisé par les révélations de l'émission "Pièces à conviction" de France 3 le 23 mai ...à 23h2O...sur le financement occulte et même parfois déclaré par le Patronat ou du moins l'Union de la Métallurgie ...des campagnes électorales de certains députés, ainsi que des caisses syndicales "afin de fluidifier" (sic) le dialogue social...

Jacques 22/05/2008 19:14

Monsieur Heurtault revient de vacances, mais on dirait qu'elles ne lui ont servi à rien..... Ou du moins pas à lire avec attention....Je ne connaîtrais pas le sujet alors "que je suis assez souvent bien documenté".Ben oui, je me documente avant d'écrire sur mon Bloc-Notes.A tel enseigne, que sur le sujet en question j'ai tout simplement "recopié" les explications fournies par le Questeur de l'Assemblée sur son propre Bloc-Notes dont j'ai mis le lien ci-dessus.Il serait bien que J.H prenne la peine de me lire correctement et d'aller lire aussi le site du Député UMP.Cà lui éviterait la "hargne" qu'il ..me reproche, on se demande bien pourquoi .....jf.