Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

30 juillet 2008 3 30 /07 /juillet /2008 15:50

   Les entreprises - et notamment les "grandes entreprises" - forment un "monde à part", peu ouvert à la majorité de la population qui en entend parler  seulement lorsque l'Etat - c'est-à-dire les contribuables - leur apporte des aides et des subventions ...Leurs dirigeants constituent d'ailleurs une sorte "d'aristocratie", où se mêlent les héritiers des "grandes familles", les transfuges de la "haute administration", et plus rarement des "diplômés" d'Ecoles célèbres, comme Polytehnique, Centrale ou HEC ..., personnages importants qui touchent souvent des salaires mirifiques, sont décorés de la Légion d'honneur, et plastronnent dans les manifestations importantes ...

   La Présidente du MEDEF a déclaré naguère que les avantages accordés à ces chefs d'entreprise étaient justifiés par leur contribution majeure à l'économie du pays, et par conséquent au marché de l'emploi ...et qu'il convenait tout au "plus" (?) de les appeler à une certaine modération de leurs revenus ...Mais elle n'a pas ajouté que, conformément à l'adage "Qui aime bien, châtie bien", il serait souhaitable qu'en cas d'échec ou d'insuffisance, ces dirigeants soient licenciés sans indemnités, voire même invités à reverser sur leurs revenus considérables (salaires, stock-options ...) une contribution compensant en partie le déficit de leur gestion ...Et pour cause, puisque - n'est-ce-pas - cela est contraire à la législation du travail ...
 

   La Société Alcatel-Lucent - qui est en train de défrayer l'actualité - est un cas exemplaire d'une telle situation, relevant pratiquement du scandale ... En effet, à l'origine, sous le nom de CGE-Alcatel, cette Société était un "fleuron" de l'économie française ...Vers 1990, en plus de son activité initiale "d'équipementier des télécommunications", elle fabriquait des ...paquebots (Saint-Nazaire), des trains (Alstom), du nucléaire (Framatome), et finançait même des revues (L'Express, Le Point) ...Vers 1995, est arrivé un nouveau Président, Serge Tchuruk, une "sommité" à l'époque, puisque son prédécesseur l'avait présenté comme "le meilleur manager du pays à la tête de la plus belle boîte (sic) de France, c'est la success-story garantie" ...Il était auparavant passé par Mobil, Rhône-Poulenc et Total, où il était considéré comme un dirigeant "visionnaire" ayant (pour la petite histoire) des colères légendaires (l'étage de son bureau était -paraît-il - surnommé "les quarantièmes rugissants") ...Dès 1998, ayant pris la mesure du groupe, il décide de le "rationaliser" en le re-centrant sur les télécommunications, et il vend la plupart des filiales ou des participations (Alstom, Nexans, Cegelec...) qui, depuis lors, se portent d'ailleurs bien ...Car il rêve d'une "entreprise sans usine" ...et comme, dans les usines, il y a du personnel - qui coûte cher - il procède à des suppessions massives d'emplois (12.000 en 1999, soit 10 % de l'effectif) ...Et ainsi l'action atteint en septembre 2000 son plus haut niveau (près de 100 euros) avec le "boom internet"...Pas pour longtemps, car la "bulle" éclate, et l'action aussi (moins de 10 euros depuis 2002, ...3,91 le 30 juillet 2008) ...Estimant qu'un regroupement est nécessaire au niveau international pour conjurer la crise, "Alcatel-(Tchuruk)" décide en 2006 de se "marier" avec le consortium américain Lucent, dirigé par une certaine Patricia Russo, réputée "l'une des femmes d'affaires les plus puissantes du monde" ...et également surnommée "Kamikaze Pat" en raison de sa facilité à "tailler dans les effectifs" ...Le groupe rassemble alors 88.000 personnes dans le monde et réalise 19 milliards d'euros de chiffre d'affaires... On pouvait s'attendre à une expansion importante, génératrice - pourquoi pas ? - de services et d'emplois ...

   Mais les "deux chefs" ne s'entendent pas, l'un - Président - ne sachant pas vraiment déléguer à l'autre, Directrice Générale ...Et les deux équipes - l'une française, l'autre américaine - n'ont pas la même stratégie en raison de leurs pratiques différentes  ...Résultat : 16.500 suppressions d'emplois dans le monde en 2007, et chiffre d'affaires n'étant plus valorisé qu'à 9 milliards d'euros en 2008 ...C'est plus que le Conseil d'Administration du groupe ne peut supporter, et il vote le 30 mai 2008 une résolution favorisant la révocation des dirigeants à la majorité simple et non plus aux 2/3 ...Les "deux chefs" comprennent l'avertissement et n'attendent pas : ils préfèrent annoncer leur démission ...Mais, là encore, surprise !... quand on démissionne, on prend personnellement ses responsabilités, et on n'attend pas de "remerciements" (aux 2 sens du terme) ...Or, ce n'est pas le cas ...car ces démissions ont été manifestement prévues et négociées : 5.700.000 d'euros déjà perçues de  façon anticipée par Tchuruk lors de la fusion (!) ...et 6.000.000 d'euros pour Basso ...Comme le dit le représentant du syndicat des personnels : "C'est révoltant de donner un parachute doré à une Directrice Générale qui n'a pas cessé de pomper l'argent d'Alcatel pour rendre Lucent moins moribond"...

   Ce représentant a certainement raison, mais il n'a peut-être pas encore tout vu ...Car le moyen classique de "redresser la barre" dans une entreprise est de licencier du personnel ...Et comme on parle (peut-être sans fondement...) de Thierry Breton, l'ancien Ministre des Finances, pour prendre la direction du groupe, les contribuables français peuvent "se tenir à carreau" : l'Etat ne laissera pas tomber ce "fleuron de l'économie française", surtout s'il reste associé aux américains ... Il en va de "l'honneur de la France" !...
 


   Sources :
     - Pages économiques de la Croix; du Figaro et de Ouest-France
     - Site Internet : http://www.alcatel-lucent.com/wps/portal/!ut/p/kcxml/04_Sj9SPykssy0xPLMnMz0vM0Y_QjzKLd4x3tXDUL8h2VAQAURh_Yw!!?LMSG_CABINET=Docs_and_Resource_Ctr&LMSG_CONTENT_FILE=News_Releases_2008/News_Article_001161.xml

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Economie et Société
commenter cet article

commentaires

Daumont Jean 30/07/2008 23:49

D'abord le plafond !... Après, on s'occupera du plancher et des escaliers ...

Jacques Heurtault 30/07/2008 23:33

Il faudra bien que l'on trouve le moyen de rémunerer les dirigeants en fonction de leur résultats ... Pas si simple à trouver!