Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

19 août 2008 2 19 /08 /août /2008 15:28

   A  la faveur de son voyage en "Occident", un homme domine en ce moment une actualité pourtant encombrée d'événements divers comme le conflit israëlo-palestinien, la guerre en Irak, les troubles du Caucase  ...ou les Jeux Olympiques : le DalaÏ-Lama ...

   Cet homme, dénommé Tensin-Gyatso, est considéré par l'opinion courante, notamment en France, comme le chef de la religion bouddhiste, à l'image du Pape pour le catholicisme...En fait, il est seulement le représentant d'une communauté d'environ 7 millions de Tibétains qui l'ont reconnu depuis 1935 comme la dernière "ré-incarnation" du "Bodhisattva", devenant ainsi leur chef à la fois spirituel et temporel, installé dans le "Potala" dominant leur capitale, Lhassa ...Mais, depuis 1959, ayant refusé la "libération" du Tibet par la Chine, il a dû s'exiler à Dharamsala, au nord-ouest de l'Inde, où sa lutte "non-violente" pour l'indépendance du Tibet lui a valu une reconnaissance internationale symbolisée par le Prix Nobel de la Paix en 1989 ... Il n'en reste pas moins un moine, issu d'une des quatre "écoles" tibétaines - celle des Gelugpas - et il n'a jamais prétendu à la direction du bouddhisme dans le monde, en raison même de la nature de cette religion - qui est essentiellement une "morale sans Dieu" et sans structure hiérarchique -, mais aussi en considération de la situation très minoritaire des tibétains parmi les 350 millions de bouddhistes installés dans le Sud-Est de l'Asie, notamment en Chine ...

   Et pourtant cet homme, qui ne possède plus rien de ce qui constitue la base de tout "pouvoir" - un territoire, une administration, une représentation à l'étranger - bénéficie d'une autorité unanimement reconnue dans le monde, sans considération de religion puisque des "agnostiques" n'hésitent pas à accepter son "étole blanche" quand ils le rencontrent... Même la Chine, qui l'a contraint à l'exil, reconnaît "a contrario" son importance, en faisant de lui un enjeu dans sa politique mondiale... D'où vient donc la "pré-éminence" de cet homme capable à lui-seul de déplacer les foules et d'infléchir le comportement des Chefs d'Etat ?...

   - Cette pré-éminence vient certainement de l'homme lui-même, qui exerce un charisme naturel ...alors même que ses proches disent de lui qu'il est un homme simple, spontané, souvent drôle...Il ne se "pose" pas en savant "érudit" - malgré l'ampleur de son "savoir" - ni en "prophète" distribuant des "maximes" ...Au contraire, il n'hésite pas à reconnaître, dans certains cas, "qu'il ne sait pas"...Et il n'est ni aigre, ni amer pour le sort réservé à son peuple, insistant même pour qu'on ne dise pas de mal de la Chine ...Incontestablement, par sa modestie et sa modération, il emporte l'adhésion...

   - Mais l'adhésion vient aussi du public lui-même ...Car beaucoup de personnes qui l'écoutent et parfois le suivent sont dans une  situation morale incertaine, en raison du déclin des "certitudes" au cours du 20ème siècle résultant à la fois des Guerres mondiales ayant détruit l'ancien équilibre mondial ...et de l'ébranlement des doctrines, en particulier des religions monothéistes, qui défendaient des valeurs séculaires ...Pourtant, il ne pratique aucun prosélytisme, ironisant même sur "ceux qui changent d'habits et de meubles" ...et "revêtent les attributs culturels du bouddhisme tibétain", et affirmant qu "l'Europe est de tradition judéo-chrétienne et qu'il est plus sage qu'elle le demeure "...Car, pour lui, "les idées visant au progrès de la collectivité sont vaines, si elles ne reposent pas sur une réflexion intérieure" ...

   Et c'est effectivement dans cette "réflexion intérieure" qu'il faut trouver la source du prestige du Dalaï-Lama ...Ses proches rapportent qu'il commence toutes ses journées par quatre heures de méditation...On peut évoquer à ce propos Jésus-Christ qui se retirait au désert avant d'évangéliser, ou encore Gandhi qui jeûnait avant de se faire lui aussi l'apôtre de la "non-violence"... Mais assurément cette pratique n'est pas à la portée de tous les individus ...Elle n'en a pas moins une valeur d'exemple pour tous ceux - politiciens, journalistes, écrivains, philosophes et adeptes d'autre religions - contribuant à l'élaboration de l'opinion, en leur montrant qu'il convient de dépasser "l'enfermement" dans des doctrines, des structures, des dogmes ...et de "s'ouvrir aux autres" par une "maîtrise de soi" permettant de mieux appréhender les besoins sans cesse renouvelés des sociétés humaines ...Il est d'ailleurs intéressant de noter que le Dalaï-Lama - dont la religion comporte les notions de "re-naissance" et de "ré-incarnation" - s'inscrit, en deça de deux millénaires de "foi imposée" (conquêtes au nom de Dieu, Inquisition, guerres de religion, intégrismes divers...),  dans la ligne des "Penseurs de l'Antiquité" qui, déjà, s'interrogeaient sur les questions de l'existence des hommes et les moyens de parvenir à la "Sagesse" :
   * Epictète (50-125) : "Ne cherche pas à ce que ce qui arrive ...arrive comme tu veux...et le cours de ta vie sera heureux" (Manuel - Chapitre 13)
    * Sénèque (4-65) : "Ne vois dans ce qui t'entoure qu'un mobilier d'auberge ...Tu n'es là que de passage" (Lettre à Lucilius 120-18) 
    * Marc-Aurèle , l'Empereur romain (121-180) : "Un rameau ne peut être coupé d'un rameau contigu sans être aussi coupé de l'arbre tout entier. De même l'homme séparé d'un seul homme est aussi détaché de la communauté tout entière" (Pensées XI-8)

   Alors, pour le Dalaï-Lama, Sagesse héritée du passé ou Utopie tournée vers l'avenir ?... En tout état de cause, supériorité de l'Esprit sur le matérialisme ambiant ...


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Personnalités
commenter cet article

commentaires