Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 14:36

   Il y a dans le monde beaucoup de villes qui ont marqué l'histoire à des titres divers comme Babylone, Athènes, Rome, Paris, Londres, New-York ...ou encore Lhassa, Calcutta, Tokyo, Pékin ...Mais aucune ville ne l'a marquée de façon aussi constante que Jérusalem, l'une des villes les plus anciennes du monde (4 millénaires...), n'ayant eu cependant qu'un développement récent (1000 à 5000 habitants sous l'Antiquité, 15.000 au 16ème siècle, 200.000 en 1947, 700.000 en 2005).

   En réalité, Jérusalem doit son importance essentiellement au fait qu'elle est apparue au cours de l'histoire comme "la ville des trois grandes religions" - judaïsme, christianisme et islamisme - non pas en raison d'un concours de circonstances, mais parce que ces trois religions sont apparentées sur de nombreux points, en particulier leur caractère monothéiste (croyance en un seul Dieu), la vénération de mêmes "entités" (Abraham, Prophètes, Ange Gabriel, Jésus, Marie...) ...et la reconnaissance de Jérusalem comme une "Ville Sainte"...

   Pour autant, l'histoire de Jérusalem n'est pas simple, car elle a justement été, au cours des siècles, malgré leurs points communs, l'enjeu de ces trois religions, dont les conflits ont laissé leurs traces dans son urbanisme (quartiers réservés cf.ci-dessous)) comme dans ses monuments (Mur de l'Esplanade des juifs, églises chrétiennes comme le Saint-Sépulcre, et mosquées du Rocher ou Al-Aqsa pour les musulmans)...

   - La religion la plus ancienne est le judaïsme, mais, contrairement à une opinion courante inspirée par la Bible, les Hébreux, ancêtres des Juifs, n'ont pas créé Jérusalem ...Les recherches archéologiques ont démontré en effet l'existence d'une cité cananéenne de "Salem", dont le nom était inspiré par
la divinité astrale de la Nuit (la lune), l'autre divinité étant celle du Jour sous le nom égytien de "Ré" (le soleil) ...Le Josué de la Bible prie lui-même ces divinités de ne pas s'opposer au Dieu de l'Orage et des Tempêtes qu'est leur Dieu Yaveh, ce qui prouve d'ailleurs qu'à l'origine les Hébreux n'étaient pas monothéistes ...L'origine de ceux-ci est en fait incertaine - soit des tribus de pillards venus d'Arabie (nom péjoratif d'Hapirous), soit des bergers faméliques venus des hauteurs de la Palestine ...Toujours est-il que les Hébreux assurent leur domination et que l'ancien berger David, venu du nord, s'empare de Jérusalem et fonde un royaume (vers 1000), son successeur Salomon construisant ensuite le 1er Temple sur l'éperon rocheux ...Mais ce royaume ne dure pas : il est d'abord divisé en deux parties , le royaume d'Israël au nord et le royaume de Juda avec Jérusalem au sud, et le premier est conquis par les Assyriens (722 av.JC) et le second par les Babyloniens de Nabuchodonosor (587 av.JC) qui détruit le 1er Temple et déporte les habitants à Babylone (l'Exil) ...C'est alors que les Juifs commencent à écrire la Bible en complétant les récits de leur histoire (Juges,Prophètes et Rois) par des légendes empruntées à la Mésopotamie (Création, Déluge, Moïse émule de Sargon l'Ancien...). Libérés par le conquérant perse Cyrus (538), ils reconstruisent le Temple ...mais Jérusalem comme le reste de la Palestine connaissent de nouvelles péripéties ; conquête d'Alexandre et occupation hellénistique (Antiochos IV dédie le Temple à Zeus, provoquant le Révolte des Macchabées 167 av.JC), puis conquête romaine par Pompée (63 av.JC) et installation d'un royaume vassal avec Hérode le Grand qui rénove le 2nd Temple (cf ci-dessous la reconstitution en maquette) et embellit Jérusalem par de nombreuses constructions ...Mais les Juifs, à l'instigation des extrêmistes "zélotes",  ne désarment pas, et une première révolte est brisée par Titus qui détruit le Temple (70 ap.JC), tandis qu'une seconde révolte est écrasée par Hadrien qui rase la ville (134 ap.JC), fonde à la place la cité d'Aelia Capitolina en l'honneur de Jupiter ...et interdit son accès aux Juifs. C'en est fini pour les Juifs de la "Jérusalem terrestre" ...et ils attendent depuis lors la venue du Messie qui les sauvera dans une "Jérusalem céleste" : encore maintenant, les cérémonies de la Pâque juive se terminent par l'invocation  " L'an prochain à Jérusalem !"...

   - Mais entre temps, une nouvelle religion était apparue : le christianisme, inspiré par le juif Jésus, qui avait voulu rénover un judaïsme devenu formaliste mais avait été rejeté par les Juifs "orthodoxes" et notamment les prêtres sadducéens qui méprisaient l'enseignement de cet obscur "Galiléen" et n'hésitèrent pas à le dénoncer comme un agitateur dangereux au Procurateur romain Ponce Pilate, qui le fit exécuter (Crucifixion, supplice fréquent et infâmant à l'époque) ... Ils firent de même exécuter les disciples Etienne puis Jacques le "frère du Seigneur" ...et Pierre "l'apôtre des Juifs" ainsi que Paul "l'apôtre des Païens" ne durent leur salut qu'à la fuite ...Pas pour longtemps, car ils seront exécutés à Rome à l'occasion de la persécution de Néron (vers 60) ... Jérusalem n'est donc pas alors une "ville sainte" pour les chrétiens, qui prennent l'habitude de se tourner vers les successeurs de Pierre à Rome, y instaurant alors la Papauté ...Mais Jérusalem n'en est pas moins la ville où Jésus , qu'ils ont reconnu comme le "Messie" (en grec Christos /Christ), "a été crucifié, est mort, a été enseveli, ...et a été ressuscité le 3ème jour" ...Et, à ce titre, à partir du 4ème siècle (conversion de Constantin), les Empereurs y multiplient les constructions d'églises (notamment l'Anastasie : le Saint Sépulcre - cf ci-contre), la protection des chrétiens y étant assurée ensuite par l'Empire byzantin (4ème - 7ème siècle)... à la différence des Juifs, dispersés autour de la Méditerranée (La Diaspora)...

   - Alors apparaît l'Islamisme ou Islam, dont le promoteur Mahomet, influencé en Arabie par des juifs ainsi que par des chrétiens "monophysites" (refusant la Trinité), ne prétend pas d'abord créer une nouvelle religion et veut seulement, ...après Jésus, être le dernier Prophète ..Le Coran reconnaît d'ailleurs Jérusalem comme "la 3ème Ville Sainte" (après La Mecque et Médine) et affirme que Mahomet y monta au Ciel avec l'archange Gabriel, et que les musulmans s'y réuniront le jour du Jugement dernier ...Il n'est donc pas surprenant que les Arabes y fassent preuve de tolérance en autorisant les pélerinages juifs et chrétiens, et en laissant le Saint-Sépulcre aux chrétiens et l'accès au Mur des Lamentations aux Juifs  ... Mais cette tolérance ne dure pas et l'occupation par les Turcs seldjoukides convertis à l'Islam entraîne l'interdiction des "Lieux-Saints" et par contrecoup la 1ère Croisade prêchée par le Pape Urbain II, la prise de Jérusalem par les chrétiens au prix d'un horrible massacre (1099) et la création du "Royaume latin de Jérusalem" ...Pas pour longtemps, puisque le Kurde Saladin reprend le territoire (1187), tout en concédant lors de la 3ème croisade à l'anglais Richard Coeur de Lion l'accès de Jérusalem à Jérusalem ..Divers monuments sont alors construits par ses successeurs, et notamment les Ottomans avec Soliman le Magnifique (16ème siècle) sur l'ancienne esplanade du Temple avec la mosquée Al-Aqsa et la mosquée du Rocher au dôme doré, construite à l'emplacement de l'ancien Temple sur le "Rocher d'Abraham" (cf. ci-contre avec le Mur des Lamentations, seul vestige "juif", en contrebas), constructions qui donnèrent à la vieille cité de Jérusalem son aspect actuel...

   On aurait pu espérer qu'après la dislocation de l'Empire Ottoman en 1918, les puissances "occidentales" reprennent sa politique d'équilibre entre les communautés au Moyen-Orient, notamment en Palestine et dans la ville-symbole de Jérusalem... Tel ne fut pas le cas : alors que la Palestine comportait alors 690.000 habitants, dont seulement 90.000 juifs, l'Angleterre - pays mandataire - donna suite au souhait des "sionistes" de Theodor Herzl de créer un "Etat Juif" dans le territoire mythique de la "Terre Promise", en oubliant qu'ils n'en avaient été ni les premiers occupants, ni les habitants les plus nombreux et les plus constants depuis deux millénaires ...Certes, il était nécessaire de trouver pour les réfugiés juifs, victimes d'une vague d'antisémtisme à la fin du 19ème siècle, des terres d'accueil, à fortiori en 1945, après l'horreur de la Shoah, ...mais le choix de la Palestine n'était pas le meilleur, surtout sans la moindre concertation avec les "autochtones" qui n'étaient pour rien dans l'antisémitisme...Car l'arrivée massive de 600.000  "colons" juifs et la création de l'Etat d'Israël en
  1948 déclencha aussitôt la guerre, avec le déplacement de 1.000.000 de Palestiniens ...Et depuis lors le conflit s'éternise, malgré le partage incongru issu de la Guerre des Six-Jours en 1967 entre l'Etat d'Israël et un Etat Palestinien coupé en deux - Cisjordanie et Territoire de Gaza (cf carte ci-contre) - avec une longue suite d'attentats et d'incidents divers qui ont abouti, notamment à Jérusalem, elle-même coupée en deux , à la construction d'un "mur" (cf.ci-dessous) aussi honteux que, naguère, celui de Berlin...   
   Alors, quelle solution trouver ?...
La situation est dans l'impasse malgré les efforts des "colombes" dans les deux camps, qu'il s'agisse de Shimon Peres pour les Israëliens ou de Mahmoud Abbas pour les Palestiniens, et en dépit des tentatives de médiation de l'Angleterre ou de la France ...Car le "mur" n'est pas seulement sur le terrain, il est dans les têtes ... Les Israëliens ont déclaré en 1967 que Jérusalem unifiée était leur capitale "éternelle et indivisible", et les Palestiniens, lors de la proclamation de leur Etat (1988) ont revendiqué à leur tour Jérusalem comme leur capitale ... Les chrétiens, présents dans les deux Etats, mais minoritaires et divisés en confessions diverses (catholiques, orthodoxes, maronites, melkites...) s'accommoderaient , à défaut d'une "confédération " actuellement utopique et impossible, d'une "internationalisation" de Jérusalem sous l'égide de l'ONU ...Jérusalem ne ferait que retrouver officiellement la situation de "ville internationale" qui a toujours été pratiquement la sienne ...Mais on n'en est pas là...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Polit. internationale
commenter cet article

commentaires