Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

17 octobre 2008 5 17 /10 /octobre /2008 16:12
   La "Marseillaise" fait partie du patrimoine le plus cher aux Français, au même titre que le drapeau tricolore ...elle a accompagné, avec le drapeau tricolore, les grandes étapes - bonnes ou mauvaises - de l'histoire de la France, depuis sa composition par Rouget de Lisle sous le nom de "Chant de guerre de l'armée du Rhin" le 25 avril 1792 et son adoption par les Fédérés de Marseille qui lui donnèrent leur nom à l'occasion de l'insurrection du 10 août 1792 ...Plus largement encore, en dépit de son allure cocardière - "Allons, enfants de la Patrie" - elle a souvent été reprise dans de nombreux pays, notamment en Amérique ou en Afrique, à l'occasion de "révolutions" ou de guerres d'indépendance, à l'image de ses paroles incitant à la révolte : "Contre nous, de la tyrannie, l'étendard sanglant est levé "...Et la "Marseillaise" - devenue officiellement l'hymne national le 14 février 1879 - reste certainement encore l'un des "chants" les plus connus dans le monde...

   On peut donc comprendre que le fait d'avoir sifflé la Marseillaise - de la part de supporters "franco-tunisiens" à l'occasion d'un match "amical" de football entre la France et la Tunisie au Stade de France le 14 octobre 2008 - ait pu paraître scandaleux non seulement auprès des Français mais dans de nombreux pays du monde, y compris d'ailleurs la ...Tunisie ... Certes, on pourrait donner une explication simple - ou plutôt "simpliste" - en rappelant que les siffleurs n'avaient fait - somme toute - qu'appliquer les paroles révolutionnaires de l'hymne, chantées de surcroît par une concitoyenne ...,mais comme les siffleurs ne l'avaient manifestement pas écoutée, et pour cause, il faut chercher ailleurs une explication, en répondant à diverses questions :

   - 1ère question : L'incident est-il habituel lors des manifestations collectives, notamment sportives ?... La réponse est non ...même si, ici ou là, on peut déplorer des cris discriminatoires à l'égard de joueurs de race noire ... A noter néanmoins que cette attitude se retrouve seulement lors de matches de football - sport assurément le plus "populaire" - alors qu'elle est totalement absente des autres sports, comme le rugby, l'athlétisme , le hockey sur glace, etc...

   - 2ème question : Un incident semblable s'est-il déjà produit sur d'autres stades de la France ?... La réponse est encore non ...Le public de province est généralement trouvé "bon", et même parfois réellement chaleureux, comme dans le Nord, en particulier le stade Bollaert de Lens, réputé pour sa sportivité, alors que cette ville a longtemps été la capitale des "mineurs de charbon" dont beaucoup ont été naguère des Polonais et des Italiens, et plus récemment des ...Maghrébins...

   - 3ème question : Ce type d'incident est-il une caractéristique fâcheuse du Stade de France ?...La réponse est toujours non ...Assurément, l'implantation de ce Stade à Saint-Denis, dans une banlieue considérée comme "difficile", n'a pas été une idée très heureuse ...mais on ne peut pas oublier que ce Stade, à peine inauguré, a été le cadre du triomphe de la France dans la Coupe du Monde de football en 1998 ...et que l'équipe (dont des joueurs d'origine maghrébine comme ...Zidane) y avait alors été unanimement applaudie, donnant même lieu ensuite à un déferlement sur les Champs-Elysées à Paris, avec drapeaux tricolores ...et "Marseillaise" ...

   Alors comment expliquer que la "Marseillaise" ait pu être sifflée lors du match France-Tunisie ? On peut avancer des hypothèses, à défaut de certitudes, car le comportement des "foules" n'est pas facilement "identifiable" :

   - D'abord, les sifflements ne sont pas des réactions très probantes, puisque, suivant les cas, ils peuvent traduire l'admiration ou la réprobation ...Mais, en l'occurence, le doute n'est pas permis : ils ont été une marque notoire d'incivilité, et celle-ci est déjà une forme inacceptable de manque de respect des autres, donc de discrimination...

   - Pour autant, cette incivilité est-elle de "l'incivisme", répondant à un sentiment de frustration par rapport à la France ?...Certes, l'intégration n'est pas toujours réalisée de façon satisfaisante, notamment en raison du chômage, mais elle ne peut pas être à sens unique, sans une volonté d'assimilation des personnes concernées ...Quiconque ne souhaite pas s'intégrer à son pays d'accueil n'est nullement obligé d'y rester, et il n'est d'ailleurs pas sûr dans ce cas qu'il soit alors bien accueilli dans son pays d'origine...

   - A y regarder de près, au sens d'analyser les photos et les séquences des médias, les "siffleurs" ne sont ...manifestement pas des "militants"  défendant leur cause, mais des groupes de jeunes plutôt "rigolards" apparemment heureux de faire du "chahut" et ayant été certainement poussés par de petits agitateurs de quartier à faire aussi "bien" que leurs rivaux marocains en 2007 lors d'un match France-Maroc , et algériens en 2001 lors d'un match France-Algérie, où le terrain fut même envahi...

    Finalement, cet épisode minable n'avait rien d'une "affaire d'Etat", et on ne peut que déplorer l'importance que les médias lui ont accordée, suscitant même l'intervention du gouvernement et du Président de la République, dont les "siffleurs" ne manqueront pas de tirer gloire ... Il aurait suffi de prendre d'abord les précautions nécessaires - le souci "naïf" d'associer les joueurs à l'entrée sur le terrain révélait la connaissance du risque - et, ensuite, grâce aux caméras de surveillance, d'identifier les trublions en vue de l'application de la loi du 18 mai 2003 prévoyant "qu'un outrage à l'hymne national et au drapeau tricolore est passible de 6 mois d'emprisonnement et de 7500 euros d'amende" ...Il est vrai que cette loi n'a jusqu'à présent jamais été appliquée et qu'il y a eu , tout au plus, des "interdictions de stade" (sic)... C'est ça, la France ...Pffff!...


Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Sport
commenter cet article

commentaires

rachid 31/10/2008 07:22


Football, sifflets et multiculturalismeCe n’est pas la première fois que l’on siffle la Marseillaise lors de rencontres footballistiques avec les pays du Maghreb. C’est même devenu une habitude. Faut-il pour autant trouver cela normal ? Non. Car le peuple français, comme tout peuple, a le droit au respect. Mais au-delà de l’indignation, légitime à condition qu’elle ne soit pas surjouée, il faut se poser la question : comment se fait-il que des gens pour la plupart nés en France, donc Français, rejettent le symbole de leur nouveau pays ? Il y a d’abord un contexte particulier. L’ancien pays colonisateur (pays maintenant des enfants) accueille l’ancien pays colonisé (celui des parents). De quoi perturber bien des identités ! Mais au-delà de ce paramètre historique, incontournable, il y a une double responsabilité, je crois. Celle du pays d’accueil qui n’a pas toujours été à la hauteur de l’accueil, c’est le moins que l’on puisse dire. Celle des parents qui ont largement vécu sur un mythe fallacieux : le retour au pays ou, de façon plus imagée, “le retour au bled”. Cela ne serait pas grave en soi, et même compréhensible, si ce mythe n’avait pas été transmis aux enfants. Un mythe combien paralysant qui exerce un chantage permanent (attention de ne pas renier ton origine !) et vous met pour longtemps le cul entre deux chaises. C‘est pourquoi, je m’insurge contre ceux qui veulent nous faire croire qu’on peut être franco quelque chose (tunisien, italien, algérien, sénégalais, chinois etc.). Contre ceux qui pensent qu’il suffit de juxtaposer des identités pour faire un citoyen, des cultures pour faire un pays (voir le concept inepte de multiculturalisme). Émigrer, devenir citoyen d’un nouveau pays, c’est accepter qu’il n’y ait pas de retour dans la matrice ancienne. Cela ne veut pas dire renier son origine. Cela veut dire accepter qu’elle se dilue dans un nouvel ensemble. Comme dans la vie, il faut savoir couper un jour le cordon ombilical si l’on ne veut pas finir mort né.

Diatala 19/10/2008 14:29

Je suis absolument d'accord avec vous. Un incident mais pas un drame face aux réels problémes nationaux et mondiaux. Une affaire d'Etat qui ne le mérite en aucun cas ! Surtout qu'aucun des ministres présents n'a eu la dignité de sortir.

Jacques 18/10/2008 21:23

M. daumont, je trouve votre billet ...parfait !jf.

Jacques Heurtault 18/10/2008 09:15

Eh, oui! C'est ça la France! On fait des lois, des tas de lois ... pour ensuite ne pas les appliquer! Complètement insensé ...Je profite de ce commentaire pour vous signaler que la publicité sur votre blog empêche parfois de lire vos textes. Un comble!