Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

23 novembre 2008 7 23 /11 /novembre /2008 11:32

   Ce titre - quelque peu surprenant - de "Jésus, homme "est inspiré  par l'ouvrage remarquable du prêtre américain John Paul Meier, Président de l'Association Biblique Catholique des Etats-Unis (*) ...Cette appartenance à l'Eglise Catholique garantit la fidélité à ses dogmes, notamment à celui qui qualifie Jésus de "vrai homme et vrai Dieu" ...Mais elle n'a pas empêché l'auteur de se livrer - conformément à la liberté d'analyse historique accordée par le Concile Vatican II (1962-1965) - à une étude "historique" de Jésus, c'est-à-dire à s'attacher aux pas de Jésus, de sa naissance à sa mort, en laissant de côté - sans l'ignorer - toute la "théologie" se rapportant à son éventuelle nature divine...

 

   Naturellement, la condition fondamentale d'une telle étude a d'abord été de justifier l'existence même de Jésus ...Or celle-ci, depuis deux millénaires, a souvent été niée ou "minimisée", soit par des courants de pensée hostiles - comme l'athéisme - soit par des critiques d'historiens considérant Jésus comme un personnage plus ou moins "mythique" dont les fidèles ont largement exagéré l'importance, au point d'en faire une "entité" à l'image d'un certain nombre de personnages de la Bible hébraïque (Ancien Testament) : Adam et Eve, Noë, Abraham, Jacob, Joseph et même ...Moïse, dont l'histoire n'a laissé aucune trace en Egypte, au Sinaï, et en Palestine...sans compter les auteurs de divers textes prophétiques, comme Isaïe (il y a au moins 3 rédacteurs sous ce nom) ...Pratique courante pendant l'Antiquité, où il n'y avait pas de ...droits d'auteur, et où beaucoup de textes étaient mis sous le patronage d'un personnage révéré et en racontaient l'histoire souvent "idéalisée" ... C'est également le cas du Nouveau Testament, qu'il s'agisse des premiers textes - les Epitres de Paul, dont la moitié a été écrite par ses disciples - ou des Evangiles, écrits après la mort de Paul (entre 70 et 100 après ...Jésus-Christ)... Il n'en est pas moins vrai que, désormais, après une analyse approfondie des sources d'information historique, l'existence de Jésus n'est plus contestée : 

 

   - La source principale reste évidemment le Nouveau Testament mis définitivement en forme au 4ème siècle (Concile de Nicée 325) en faisant le tri des témoignages de fidèles ...Mais, bien que beaucoup de textes aient été rejetés car jugés "apocryphes" -c'est-à-dire non conformes - il s'en faut de beaucoup que le Nouveau Testament soit à la fois fiable et suffisant ...D'abord les Epîtres de Paul ne parlent pas de le vie de Jésus, et pour cause, puisque Paul n'a pas connu Jésus et n'a bâti sa doctrine "chrétienne" (2) qu'à partir de son "expérience personnelle" (la fameuse vision sur la route de Damas) ...Les premiers renseignements viennent des Evangiles, écrits entre 40 et 60 après la mort de Jésus par une synthèse d'écrits divers (loggias) recueillis par les Communautés primitives (Jérusalem, Antioche, Césarée etc) ...Mais ces renseignements restent partiels, dans la mesure où les rédacteurs ne se sont pas souciés de faire une "biographie" de Jésus, mais seulement d'annoncer la "Bonne Nouvelle" (sens étymologique du mot : évangile), à savoir l'arrivée du "Royaume de Dieu" ...Ils évoquent seulement la naissance de Jésus, sa prédication et sa mort - circonstances entourées de manifestations "extra-ordinaires" - et, hormis la fuite en Egypte (d'ailleurs contestée) et l'épisode de Jésus devant les Docteurs de la Loi, ...ils ne parlent pas du tout des 30 années de sa jeunesse avant sa prédication, pour lesquelles les historiens ne peuvent émettre que des hypothèses ...et décrire le "contexte " à défaut de "textes" ...car il ne leur est assurément pas possible de donner suite à toutes  les légendes inventées depuis deux millénaires, des récits merveilleux des Evangiles apocryphes des 1ers siècles ...aux inventions ésotériques type "Da-Vinci code" du 20ème siècle ...Déjà il leur est nécessaire de faire une analyse critique des Evangiles "canoniques", c'est-à-dire reconnus par l'Eglise (Marc, Matthieu, Luc et Jean), en raison de certaines contradictions ou d'anachronismes dûs à leur rédaction tardive : ainsi la prédiction prêtée à Jésus de la "Chute de Jérusalem" est peut-être véridique, mais le doute est permis puisque les Evangiles ont été écrits après la prise de la ville par Titus (70)...

 

   - Une autre source peut être trouvée dans les écrits contemporains du Nouveau Testament du 1er au 4ème siècle, même si les informations sont généralement brèves à propos de ce prédicateur alors obscur et peu connu de cette province éloignée mais turbulente de l'est de l'Empire Romain :

  

   * D'abord des documents chrétiens, comme les témoignages des plus anciens Pères de l'Eglise :

      Justin (100-165) : "Vous pourrez vous assurer que les faits (concernant Jésus) sont véridiques en consultant les actes qui furent enregistrés sous Ponce Pillate" (même si ceux-ci ont disparus, la référence est intéressante)

      Tertullien (155-225): "Tibère, sous le règne duquel le nom de chrétien a fait son entrée dans le monde, soumit au Sénat les faits qu'on lui avait annoncés de Syrie-Palestine..."

 

   * Egalement des documents non chrétiens qui, même s'ils sont hostiles aux chrétiens, justifient "a contrario" l'existence de Jésus :

       Flavius Josephe (37-97), juif aristocrate rallié aux Romains et auteur d'une Histoire des Juifs :"Vers le mêmev temps, survient Jésus, homme sage ...Pilate l'ayant condamné à la croix..."

       Suétone (69-125), archiviste de l'Empereur :"Comme les Juifs ne cessaient de troubler la cité à l'instigation d'un certain Christus..." (à l'époque, confusion fréquente entre juifs et chrétiens...)

       Tacite (55-118), historien  :"Leur nom de chtétien leur vient de Christ, qui fut condamné sous le règne de Tibère, par le procurateur Ponce Pilate..."

       Pline le Jeune (61-114), gouverneur de Bithynie en Asie Mineure et écrivain :"Les chrétiens avaient l'habitude de se rassembler régulièrement avant l'aube pour chanter un hymne au Christ comme à un Dieu..."

       Lucien de Samosate (125-192), écrivain grec :"Le Christ ...qui est honoré en Palestine, où il fut mis en croix pour avoir introduit ce nouveau culte parmi les hommes...Les chrétiens renoncent aux dieux des Grecs et adorent le sophiste crucifié dont ils suivent les lois..."

       Celse (2ème siècle), polémiste anti-chrétien connu par la réfutation faite plus tard par Origène (248) :"Vous nous donnez pour Dieu un personnage qui termina par une mort misérable une vie infâme " (sic)

 

   - Mais la source la plus inattendue est de surcroît le Talmud (Lois et Commentaires) des Juifs, qui n'avaient aucune raison de conserver le souvenir d'un prédicateur qui, parmi d'autres en cette époque de "messianisme" engendrée par l'occupation étrangère, s'était proclamé "l'envoyé de Dieu" et avait pour cette raison été considéré comme un hérétique et livré à la justice des Romains ...Néanmoins, ils n'ont jamais contesté son existence et ont même considéré, à propos de ses "miracles", qu'il pratiquait la magie ...

 

   Finalement, les historiens disposent d'une quantité non négligeable d'informations sur Jésus, même si celles-ci sont fragmentaires ...Certains font d'ailleurs remarquer que, pour un personnage aussi insignifiant qui s'était opposé non pas directement aux Romains ("Rendez à César ce qui appartient à César"...) mais seulement à des prêtres juifs, les informations sont plus importantes que pour d'autres grands "fondateurs de religion" comme Bouddha en Inde (6ème siècle avant ...Jésus-Christ, mais textes écrits seulement au 1er siècle après Jésus-Christ), Zoroastre en Perse (1000 avant JC ...mais textes écrits seulement au 3ème siècle après JC), et même Mahomet (Coran mis en forme seulement en 767, soit 130 ans après la mort du Prophète) ...

 

   A défaut d'une "biographie" chronologiquement précise, Il est donc possible de donner au moins les grandes lignes de la vie de Jésus, qu'il s'agisse de ses origines, de sa prédication  et du milieu social de son époque, ...ce qui donnera matière à de nouveaux articles... 

 

 

(1) John Paul Meier - "Un certain Juif : Jésus" - Les données de l'histoire - 4 volumes - Ed. du Cerf 2005

 

(2) Voir mon article du 20 avril 2008 - Recherche  Page d'accueil - Articles récents /Liste complète

 

      

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Religion
commenter cet article

commentaires

Daumont Jean 24/11/2008 17:21

   L'ancien historien que je suis a accumulé depuis une quinzaine d'années ...au moins 15 mètres de de linéaires sur la littérature religieuse et ésotérique, et je n'en tire aucune vanité puisque j'ai la conviction persistante de ne connaître rien ...Bien entendu, j'ai lu toutes sortes d'élucubrations sur Jésus, sa famille, ses proches, ses apôtres, ses thuriféraires, et ses négateurs... Mais, fidèle à mon passé, je m'en tiens à la méthode historique qui consiste à vérifier les sources d'information.
   En l'occurrence, si je fais grand cas du livre de Meier, c'est précisément parce que ce théogien se livre à une critique serrée des informations, y compris pour les textes du Nouveau Testament, dont il rappelle les conditions de rédaction : un texte comme l'Evangile de Luc apparaît alors comme une synthèse habile du notable cultivé qu'était Luc à partir de sources diverses (exemple: Q) identifiables par diverses méthodes, y compris l'analyse du style...D'ailleurs un tiers de chacun des tomes est consacré à des notes justificatives détaillées ...Un travail de ...Romain !
   Il ne m'est pas possible de donner des précisions dans un simple commentaire, mais j'apporterai un éclairage complémentaire dans mes prochains articles sur le sujet. Dans l'immédiat, voici quelques généralités :
   - il y a eu de tous temps et partout dans le monde une propension à l'au-delà lié au problème de la mort : chamanisme, sorcellerie, prophétisme, ésotérisme, etc ...
   - l'Orient - hasard de l'histoire ou contingence géographique (le Soleil - Ra en Egypte - La Lumière ) a connu une grande concentration de prophètes : Zoroastre, Bouddha, et bien entendu Prophètes juifs...
   - Jésus fait partie des prophètes juifs, et à son époque marquée par un "messianisme" intense, il y en a eu un certain nombre : l'histoire a retenu la Maître de Qumran (mal connu et pour cause, car les Esséniens se voulaient justement à part), Jean-Baptiste, prophète apocalyptique annonçant les pires malheurs aux juifs et qu'il faut bien distinguer de Jésus, malgré le souci d'annexion tardive par les chrétiens (longtemps la secte des baptistes continuera à exister à part) ...
   - il faut recadrer l'histoire non pas en fonction de la situation actuelle de prédominance du christianisme, mais en fonction de la situation au 1er siècle : alors, les "nazaréens" n'étaient qu'une petite secte qui, sans l'initiative de Paul de convertir les paiens, aurait vraisemblablement disparu ...Le christianisme est une religion qui a réussi, alors que d'autres, même brillantes comme celle des Egyptiens (4 millénaires tout de même), ont disparu...

Jacques Heurtault 24/11/2008 11:05

A ce que je vois et je lis, la controverse n'est pas terminée ... Tout ce qui va dans le sens de la vérité historique, établie à partir de preuves, retient mon attention. Si cette vérité historique engendre des contradictions entre certaines thèses plus ou moins officielles, cela me laisse complètement indifférent ... Les dogmes ne résistent jamais à l'usure du temps.

Diatala 24/11/2008 10:53

Vous avez certainement entendu parlé de l'existence d'un autre Jésus, un siècle avant l'ère chrétienne ? J'ai fait des recherches sur le Net pour en retrouver trace. Michel Coquet explique dans son livre les recherches effectuées pour parvenir à cette autre version qui est pour lui la seule qui soit réelle.
"L'entrée dans ce IIIe millénaire est ponctuée de découvertes autant scientifiques que religieuses, les premières soutenant les secondes, notamment dans les recherches faites autour de l'existence de Jésus-Christ. Après plusieurs années d'investigations sur les énigmes qui auréolent la vie du Maître, il nous est maintenant possible de donner des réponses telles que la raison pour laquelle aucun historien sérieux des débuts de l'ère chrétienne n'évoque la présence de Jésus, ses miracles ou les foules qui l'entouraient. Cet ouvrage apporte la preuve que Jésus est né un siècle avant l'ère chrétienne et que l'Eglise, n'ayant aucune biographie de Jésus, a transformé le zélote Jésus Barabbas en Jésus Fils de Dieu. Au terme d'une véritable enquête, nous savons maintenant que le véritable Jésus, dont nous ne possédions que des paroles, n'est autre que le Maître de Justice de la communauté essénienne de la mer Morte, le Jéhosbualh de la tradition talmudique. Ainsi, de ces découvertes pouvons-nous déduire que Jésus n'a jamais rencontré Jean le Baptiste, qui ne fut pas un précurseur mais un réformateur, que Marie Madeleine n'est autre que Marie mère de Jésus, que celui-ci était aussi Nazaréen et qu'on inventa la ville de Nazareth pour en faire un natif, alors que le nazaréisme était une fraternité initiatique et secrète. Désormais nous savons pourquoi les Evangiles ne parlent jamais des Esséniens alors qu'ils mentionnent sadducéens et pharisiens, que Jésus n'institua nullement un rite eucharistique, qu'il ne conféra aucun pouvoir spécial à des apôtres, que Pierre ne vint jamais à Rome et que la transmission apostolique est une invention du Vatican. Nous apportons un début de réponse à l'énigme des Evangiles, qui ne furent point écrits par des disciples témoins, mais furent modifiés par Eusèbe de Césarée, qui réécrivit toute l'histoire chrétienne pour aider l'empereur Constantin à faire du christianisme une religion d'Etat. Nous n'avons exclu aucun sujet religieux comme le péché originel, la réincarnation, la Trinité ou la virginité de Marie, mère de Jésus et non mère de Dieu. Notre souci a été d'être véridique et d'éviter les hypothèses qui ne reposaient pas sur des faits concrets, cela afin de montrer le vrai visage de Jésus et quelle était sa position vis-à-vis du Christ et de Dieu, afin que les nouvelles générations de chrétiens puissent clairement séparer l'Eglise du Christ de l'institution qui, depuis deux mille ans, s'est efforcée de la représenter". http://www.priceminister.com/offer/buy/1719152/Coquet-Michel-La-Vie-De-Jesus-Demystifiee-Livre.html

Jacques Heurtault 24/11/2008 00:30

il faut quand même que je pense à dormir ... je ne commenterai pas ce soir (ou plutôt, ce matin!) ... Mais je vais y revenir!