Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

20 décembre 2008 6 20 /12 /décembre /2008 16:34
   Evoquer la solidarité ne consiste pas à refaire encore et toujours une "leçon" sur la nécessité de l'entraide entre les hommes...Il s'agit seulement d'étudier ce qui, dans la situation actuelle, peut permettre d'apporter un remède aux inégalités sociales...

   La solidarité a en effet existé de tous temps dans les sociétés, parallèlement à l'égoïsme, car cela fait partie des contradictions de l'humanité ...Elle est le ciment essentiel des familles de base ...comme elle l'est aussi dans les quartiers, les bourgades, les villes, les provinces, jusqu'à l'Etat lui-même, avec la multiplication des organismes publics ou privés pratiquant l'assistance aux plus démunis...

   Et pourtant la pauvreté n'a jamais paru aussi profonde que maintenant, alors qu'une crise économique balaie les illusions d'un enrichissement constant ...On voit de plus en plus de gens fouiller dans les poubelles ou les dépôts d'ordures ...On n'a jamais vu autant de monde faire appel aux organismes caritatifs pour y trouver abri, nourriture et réconfort ...et, même dans les services publics, il n'est question que de restriction de crédit, de baisse du pouvoir d'achat ...Et, au niveau international, alors que les Chefs d'Etat avaient décidé en 2000 de réduire la pauvreté dans le monde de moitié avant 2015, on entend désormais le Président du Sénégal s'inquiéter de l'appauvrissement général de nombreux pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique du Sud qui étaient pourtant passés , dans la 2ème moitié du 20ème siècle, du statut de "pays sous-développés" à celui de"pays en voie de développemenrt"...Comme le dit Jacques Ténier (1), "le monde entier court à l'échec ...nous devons chercher à comprendre pourquoi" ...

   Pourquoi ?...La cause est évidente, car le "libéralisme" a manifestement trouvé ses limites : accepté, et même prôné par certains économistes comme le système idéal, tant qu'il a apporté un "progrès" général - même s'il était encore largement inégal - il devient insupportable quand ses excès nés d'une spéculation effénée conduisent à l'appauvrissement d'une majorité d'individus au profit d'une minorité de plus en plus dépensière et arrogante, mettant ainsi en cause l'équilibre des sociétés dans le monde ...avec des "riches de plus en plus riches ...et des pauvres de plus en plus pauvres" ...Déjà des émeutes de la faim éclatent ici ou là ...alors que la population mondiale de cesse de s'accroître de façon exponentielle...

   La tentation est donc grande de passer "d'un extrême à l'autre" , et de se tourner désormais vers "l'étatisme" pour imposer de force des remèdes ...C'est déjà ainsi qu'en 1929 la crise économique avait engendré des pouvoirs "totalitaires" - notamment en Italie et en Allemagne - à l'origine de la 2ème Guerre mondiale 1939-1945... Heureusement, on n'en est pas là - du moins pas encore - car se sont tout de même développées, dans le monde, des "structures publiques" (ONU, UNESCO,...) ou "privées" (ex :ONG...) apportant à plus ou moins grande échelle les secours d'urgence...Mais il n'en est pas moins vrai que la solidarité a elle aussi ses limites...

   Il faut donc en venir à une "synthèse" entre le libéralisme et l'étatisme, c'est-à-dire, en termes simples, entre la "liberté" et la "contrainte"...Il n'est plus possible de tolérer que "dans sa course effrénée, le capital oublie le financement de la solidarité" (1) et il est nécessaire que la notion de "profit" implique désormais de façon égale et indissociable un "aspect économique" et un "aspect social", l'intérêt de la "communauté" ne devant pas être sacrifié à l'intérêt "privé"...Des initiatives existent déjà, comme le "commerce équitable", mais elles restent malheureusement encore trop marginales...

   Finalement, c'est tout le système international qui est en cause ...Et plus que le système lui-même, qui est une "construction matérielle", c'est la "mentalité publique" , autrement dit "l'esprit" lui-même qui doit changer ... Les hommes n'ont d'ailleurs pas le choix ...Il n'y aura pas d'avenir possible, s'il n'y a pas "d'avenir solidaire" ...

(1) Jacques Ténier - "Faire la paix dans les régions du monde" - Ed. L'Harmattan

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Morale
commenter cet article

commentaires