Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 10:17
   C'est une vérité bien établie, depuis les temps les plus reculés, que les hommes représentent la forme la plus évoluée des êtres vivants ...La Bible hébraïque, reprenant au 8ème siècle avant JC d'anciennes traditions orales de l'Orient, raconte qu'au terme de la "genèse" - le 6ème et dernier jour - Dieu créa d'abord les animaux ...puis l'homme "à son image, comme une ressemblance", c'est-à-dire comme une réalité "immanente" sans sa divinité "transcendante" ...en ajoutant  "pour qu'il domine les poissons de la mer, les oiseaux du ciel et les bestiaux ...de la Terre !"...

   Cette croyance millénaire en une création privilégiée des hommes explique leur difficulté encore actuelle à admettre, en dépit des travaux du français Buffon, du suédois Linné et de l'anglais Darwin, que "les hommes ne sont que des animaux auxquels ils ressemblent pour tout ce qui est matériel" ...Car, tout de même, les hommes se réservent - à tort ou à raison...- "tout ce qui est spirituel" : on ne prête pas encore une "âme" aux animaux, même si le poète Lamartine s'en est déjà inquiété pour les ..."choses" :"Objets inanimés, avez-vous donc une âme ?"...

   En fait, les relations des hommes avec les animaux font l'objet d'une longue histoire souvent méconnue, car cette histoire est le plus souvent masquée, voire cachée par celle des hommes... Elle a comporté de nombreuses étapes, évidemment très diversifiée suivant les temps et les lieux :

   - 1ère étape : les animaux ont précédé largement les hommes sur la Terre : dès l'ère primaire - 500 millions d'années...- , apparaissent des formes élémentaires (ex:les trilobites), suivies à l'ère secondaire - 250 millions d'années ...- par des formes cette fois géantes ( surtout les fameux dinosaures) ...et à l'ère tertiaire - 65 millions d'années...- par les mammifères ...Parmi ceux-ci, les hommes n'arrivent qu' à l'ére quaternaire, soit au plus tôt pour les premiers "hominidés" il y a 2 millions d'années : ils ne sont donc que des nouveaux venus, relativement tardifs et récents, parmi les animaux...

   - 2ème étape : les animaux - du moins les plus puissants d'entre eux - gardent longtemps leur suprématie sur cette sous-catégorie des hommes ...Ils sont d'abord beaucoup plus nombreux, car les hommes sont dispersés en petites groupes épars, comme les singes actuels ...et ils sont quelque peu désarmés vis-à-vis des grands fauves (lions, tigres, panthères ...ou leurs ancêtres disparus) , ...des animaux géants (mammouths, éléphants, rhinocéros...), ...ou de concurrents vivant en meutes (loups,ours,etc...). Les hommes ont donc du mal à faire leur place dans la nature, la lutte contre les animaux étant leur préoccupation constante : ce n'est pas par hasard qu'ils les peignent dans les grottes préhistoriques, ou que les égyptiens de l'Antiquité représentent ces combats dans leurs monuments, comme Aménophis III qui aurait tué 102 lions entre 1390 et 1380 avant JC !...

   - 3ème étape : les hommes en arrivent à une certaine "domestication" des animaux ...Le terme est d'ailleurs ambigu : dans certains cas, il s'agit d'un "apprivoisement" de certaines espèces, comme les volailles, les bovins ( depuis 7000 ans...), et plus tardivement les chevaux ou les ...lapins (seulement 4000 ans..) ...Mais dans d'autres cas, il s'agit d'une attirance des animaux vers les hommes, certainement pas toujours par "sympathie"...mais par nécessité alimentaire, comme les chats et les chiens, ces derniers apparaissant d'ailleurs comme "la première conquête des hommes" (40.000 ans, paraît-il...). Cette attirance ne se limite d'ailleurs pas à des espèces acceptées, puisque certains animaux ne leur demandent pas leur avis ou n'en tiennent pas compte, comme les rats, les souris ...ou les puces !...Pour autant, les animaux "domestiques" ne sont d'abord qu'une minorité par rapport aux animaux dits "sauvages", c'est-à-dire "libres" ...et pas nécessairement "féroces"...

   - 4ème étape : les hommes deviennent largement plus nombreux que les animaux (à part des myriades d'insectes, de vers  ou de poissons...) avec près de 7 milliards d'individus en 2009, alors que les troupeaux d'animaux les plus nombreux se comptent seulement en millions ...Et les hommes "dominent" pratiquement toute la Terre au sens planétaire (continents et océans), et cette domination "anthropocentrique" du monde les amène à une utilisation intensive des animaux domestiques : d'abord surtout pour leur travail dans les champs, les industries et les transports du 18ème au du début du 20ème siècle ...puis, en raison des progrès de la motorisation, surtout pour des besoins alimentaires de plus en plus "carnés" (viande, lait, oeufs, et produits dérivés comme le cuir, l'huile, le savon,etc...). Il en résulte un développement considérable de l'élevage, notamment pour les bovins, les moutons, les volailles...Les prairies remplacent souvent les champs, et les "batteries" les cours de ferme...Une mention particulière pour les cochons, qui ont toujours été considérés comme voisins des hommes (mais oui !) : dans la Bible, les hommes sont parfois transformés en pourceaux ...et, au Moyen-Age, on intentait même des procès aux porcs...Et à part se trouvent aussi les chevaux, jugés comme des animaux "nobles" réservés aux guerriers ( les ...chevaliers) et fort peu utilisés pour leur "viande", ce qui explique d'ailleurs que leur nombre ait fortement reculé depuis un siècle, surtout pour les chevaux de "trait" (ex: les percherons), tandis que les races "légères" (ex: pur-sangs) ont progressé pour les "courses" ou les "loisirs" des hommes...

   - 5ème étape : l'utilisation intensive des animaux domestiques .. se conjugue avec une élimination accrue des animaux sauvages au 20ème siècle : d'une part à cause d'une restriction de plus en plus forte de leurs "territoires" ...et d'autre part en raison du danger qu'ils représentent (ex : les loups ou les ours pour les moutons) ...ou simplement en raison de leur présence encombrante, même s'ils sont inoffensifs (ex : les bisons dans le "far-west "américain ou les gazelles dans les régions sahéliennes...) . On peut alors se demander si les hommes ont décidé de rester les seuls ...animaux vivants sur la Terre, entourés seulement de leurs esclaves que sont les animaux domestiques, avec leur "abattage" dans des conditions souvent cruelles, ne tenant aucun compte d'une "douleur" possible ...

   - 6ème étape : heureusement, un souci de protection des espèces animales se fait jour progressivement, à partir d'une réflexion à la fois scientifique et philosophique qui prend
de plus en plus d'importance à la fin du 20ème siècle et au début du 21ème siècle ...Et elle aboutit à la création de "Parcs naturels" de plus en plus nombreux dans le monde (Yellowstone aux Etats-Unis, Thoiry en France, Kruger en Afrique du Sud, etc...), création assortie de la désignation d'espèces "protégées" - dont la chasse est interdite - et de la multiplication des associations de secours pour les animaux (ex : la S.P.A. en France),  tandis que les services vétérinaires se modernisent pour la prophylaxie et les soins...

    Ainsi l'évolution des relations entre les les animaux et les hommes, après des siècles "d'errance", se traduit finalement par un progrès incontestable ...Certes, il y a encore des cas trop nombreux de "maltraitance" ou même de "cruauté", comme par exemple les "tueries" d'éléphants en Afrique, pour le "profit" ignoble de la vente de l'ivoire ...Mais on revient  progressivement à un équilibre : ce n'est plus celui des origines où la loi naturelle imposait aux animaux - dont les premiers hommes - de "tuer" dans la limite imposée pour la conservation des espèces ...mais c'est celui d'une attitude plus raisonnable des hommes soucieux de respecter la nature en limitant la destruction aveugle des animaux et en y apportant toutes les précautions nécessaires, qu'il s'agisse de stérilisation ou de neutralisation d'une douleur inutile  ...Il faut dire qu'entre-temps, alors que de nombreux exemples montrent que les animaux sont capables de faire preuve "d'humanité" (ex: enfants élevés par des loups) et même d'avoir des comportements proches de lui des hommes (ex : singes ou dauphins), ...les hommes, eux , à travers les hécatombes de leurs guerres et de leurs camps d'extermination, ont malheureusement donné la preuve de leur cruauté, faussement appelée ..."bestialité" ...Qui oserait dire qu'il n'y a pas d'amour chez les animaux ?...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Nature
commenter cet article

commentaires

Diatala 01/02/2009 19:11

Effectivement je ne parle plus de bestialité pour nommer des actes humains car, l'animal, n'a et n'aura jamais la perversité et le mercantilisme de l'Homme. A ce niveau celui lui est supérieur et souvent aussi dans l'acuité des sens. Certains animaux ont des capacités sensorielles in-croyables. Capacités que nous avons certainement perdues au profit de sentiments confus et destructeurs qui nous handicapent gravement.