Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

13 juin 2006 2 13 /06 /juin /2006 16:29

   A l'occasion des crimes odieux et des procès qui s'ensuivent, la discussion se renouvelle régulièrement dans l'opinion sur le problème de la peine de mort, ce qui traduit son incertitude...

   - "Vox Déi " ?... Il est difficile de trouver du côté de la religion une morale satisfaisante sur ce sujet, même si elle a évolué vers une plus grande... humanité : le judaïsme a connu la lapidation, le christianisme a utilisé le bûcher, l'islamisme a pratiqué la décapitation... Et les autorités politiques n'ont pas été en reste, qu'il s'agisse - entre autres - des Romains avec la crucifixion, de la Révolution Française avec la guillotine, ou encore les Etats-Unis avec l'électrocution...

   - "Vox Populi " ?... Plus de 100 Etats dans le monde sont encore "non -abolitionnistes"... Et la plupart des Etats "abolitionnistes" ne le sont que depuis la 2ème moitié du 20ème siècle : la France, pays de la "Déclaration des Droits de l'Homme" en 1789 n'a aboli cette peine qu'en ...1981 ! Et aux Etats-Unis, certains Etats sont abolitionnistes et d'autres non... Nulle part l'opinion n'est unanime, ni dans un sens, ni dans l'autre...

   Il est donc nécessaire de réfléchir sur la notion même de peine de mort, et sur ce qu'elle signifie :

   - La 1ère approche peut être tout simplement "grammaticale" : dans l'expression "Peine de Mort", il y a d'abord le mot "Peine" dans le sens d'une "punition", et il s'agit effectivement pour la justice comme pour l'opinion courante de "sanctionner"... Dès la plus haute Antiquité, il a semblé "juste" de faire subir à un criminel le même dommage qu'il a causé, et donc pour un homicide d'infliger la mort (Loi du Talion)... Et encore maintenant des familles de victimes réclament la mort au nom de l'équité, une certaine opinion y trouvant de toutes façons le meilleur moyen d'être débarrassé une fois pour toutes d'un individu dangereux...Mais en fait on ne sait pas trop et même on ne sait pas du tout à "quoi" on condamne ainsi un criminel...

   - Une approche beaucoup plus difficile et touchant pratiquement à "l'impossible" est en effet de s'interroger sur la réalité de la mort... A en juger par les témoignages remontant à la Préhistoire dans tous les pays du monde, la "fin dernière" a toujours été l'objet de la préoccupation des hommes, dont c'est apparemment une spécificité dans les êtres vivants... Il y a certes des "athées" ou des "nihilistes" qui ne croient en "rien" ou qui, du moins, l'affirment... Mais la plupart des religions ou des courants "philosophiques" imaginent une "Après-vie", qu'il s'agisse du "Royaume de Dieu" pour les chrétiens, du "Paradis d'Allah" pour les musulmans, ou encore du "Nirvana" pour les Bouddhistes... S'y ajoutent les notions de "métempsycose" (passage de l'âme d'un corps à un autre) pour les Hindouistes, et de "résurrection" (croyance récurrente de l'Egypte ancienne aux chrétiens) : à noter que, pour celle-ci, un seul personnage en dehors de Jésus aurait pu en parler, s'il a réellement "vécu" , Lazare...mais il n'a rien dit !... Alors on imagine..., on rapporte des expériences plus ou moins ésotériques d'individus "presque-morts" qui ont vu "un couloir lumineux" avant de revenir...sur terre...Mais justement, ils ne sont pas allés jusqu'au "bout" et ils sont revenus... Qu'y avait-il au "bout" ? La sérénité absolue ?... L'Enfer ?... Dans notre monde "binaire", il y a la croyance en Dieu et... au  Diable !... Qui sait ?...

   Finalement, comme "on ne sait pas" ...et comme on n'en saura jamais rien..."de son vivant", le plus sage est de ne pas mêler de punir ...avec ce qu'on ignore !...

  

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans La Justice
commenter cet article

commentaires

Daumont Jean 14/06/2006 17:47

   Il va de soi qu'en matière de sanction pénale, il faut "tourner la page" sur la "peine de mort"...Mais on peut néanmoins s'interroger sur la "neutralisation" de substitution, alors que le plus souvent la "perpétuité" dure tout au plus 18 ans, et on nous fait le coup de la "bonne conduite" (?!...en prison!)
   Quant à la compassion, il est vrai qu'elle existe chez certains... Mais à la fois je la trouve admirable et je ne la comprends pas : ne pas vouloir être vengé, oui !... pardonner, non !... Oublier ? peut-être...

Jacques Heurtault 13/06/2006 22:31

La France est liée sur ce sujet par un traité international. Elle ne peut pas le remettre en cause sans domage pour elle. Il est plus sage de tourner la page. La sanction pénale ne doit pas être la manifestation d'une quelconque vengeance de la part de la victime ou de ses ayant droits mais la décision de la Société tendant à la neutralisation du coupable. Si c'est un psychopathe, l'enfermement à vie peut s'imposer. 

Diatala 13/06/2006 22:21


C’est très étrange ! Certains parents dont les enfants ont été tués par des pédocriminels ou par des psychopathes ont une réaction foncièrement différente. Des croyants réclameront la peine de mort, des athées se satisferont du verdict. Sans doute cela vient il, en autre, de la capacité à gérer sa douleur. De la culpabilité qui nait chez chacun, faisant naître des sentiments différents de vengeance ou de compassion. Car la compassion existe chez certains, même pour l’assassin d’un enfant de son enfant. La castration chimique c’est bien, tant qu’ils sont sous surveillance, mais une fois dehors personne ne peut s’assurer de la prise quotidienne de leurs médicaments.