Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

18 avril 2009 6 18 /04 /avril /2009 11:02
   La paix a toujours été un temps entre deux guerres ...et la guerre un temps entre deux paix ...Cela fait partie du comportement naturel des hommes, manifestement depuis leur origine...

   Et pourtant les hommes sont doués de "raison" et, dans leur histoire, il y a eu dès l'Antiquité des philosophes pour leur enseigner la "sagesse" ...De même les hommes se sont transmis la "foi" qui, dans toutes les religions, leur a édicté une "morale"...Mais ils n'ont pas pour autant arrêté leurs conflits et, même s'ils ont parfois réussi à en atténuer les effets - "trêve de Dieu" ou "armistice" - ils y ont trouvé aussi prétexte à d'autres affrontements, qu'il s'agisse de "croisades", de "guerres saintes" ...ou de "révolutions"...Y-a-t-il donc une fatalité de la violence ?...

   La "violence" consiste, par définition, à "imposer sa volonté aux autres", c'est-à-dire à avoir une conduite exactement contraire au "respect des autres" indispensable à une harmonie dans toute société (*)...Cette violence peut prendre diverses formes, depuis la force brutale et aveugle jusqu'à des manières plus subtiles comme la ruse, le chantage ou l'intimidation ...ou toutes les formes à la fois, suivant la formule courante : "de gré ou de force" ...Elle peut être individuelle, comme dans le cas des "duels", ou collective quand elle oppose un groupe - clan, tribu, peuple, nation...- à un autre dans le cas des "guerres"...Et elle est très variable suivant les époques ou les lieux : ici ou là, il y a des périodes de paix - comme la "Pax Romana" autour de la Méditerranée pendant l'Antiquité - et au 20 ème siècle en Occident où, après deux guerres mondiales ayant abouti à une exacerbation inégalée de la violence, la paix est revenue grâce à l'organisation d'institutions internationales et à la collaboration des Etats naguère opposés, malgré de nombreuses insuffisances ou difficultés ...Car la violence subsiste, sous la forme des guerres "locales" et "larvées", aux quatre coins de la planète : Palestine, Afghanistan, Somalie, Soudan, etc...

   Et malheureusement, même à l'intérieur des pays "pacifiques", il y a aussi une résurgence de la violence ...Car celle-ci n'est jamais loin, et il a suffi de difficultés graves, comme la crise économique depuis le 2ème semestre 2008, pour qu'elle retrouve un "terreau" favorable ...Comme le montre en France la recrudescence des délits de toutes natures et l'éclatement de manifestations ou actes de vandalisme, à l'image des incidents de Strasbourg au début d'avril 2009... Et cette résurgence est d'autant plus inquiétante qu'elle n'est pas, de toute évidence, simplement conjoncturelle, mais traduit un état d'esprit de nombreux Français qui ont désormais la conviction que "pour se faire entendre" il faut "être violent"; et que la "radicalité" est plus efficace que la "légalité" : ainsi certaines professions n'hésitent pas à profiter de leur position "stratégique" dans la société pour imposer des grèves nuisibles à leurs concitoyens, notamment aux plus fragiles (malades, vieillards, chômeurs) ...Il devient même "naturel" de procéder à des "séquestrations" de responsables ou jugés tels - patrons d'entreprises ou directeurs d'établissements - ce qui est une violence sociale, attentatoire au principe fondamental de la liberté dans une démocratie digne de ce nom...

   Dans un tel contexte, il convient donc de trouver - tant au niveau international qu'au niveau de chaque Etat - une réponse pertinente aux difficultés ...et celle-ci ne peut être trouvée que dans la "discussion" et la "négociation" excluant toute démagogie qui non seulement n'arrêtera pas mais perpétuera la violence ...Dans le cas de la France, ce n'est pas en l'occurence en dénonçant et en livrant à la colère publique des "patrons-voyous" dont le petit nombre, même répréhensible, n'est pas représentatif de la majorité des chefs d'entreprise aux ressources souvent très limitées, que les problèmes seront résolus ...mais en rétablissant dans le cadre d'assises ouvertes à tous les partenaires concernés un juste équilibre entre les rémunérations ...Ce n'est pas davantage en engageant une polémique entre un "discours sécuritaire" du gouvernement et un "discours compassionnel" de l'opposition qu'on empêchera de nouvelles déprédations, mais en laissant la police et la justice assurer l'ordre nécessaire dans la sérénité... Faut-il rappeler qu'après la crise de 1929, l'absence de réponse à la "radicalité" a encouragé l'affrontement des extrêmistes de "gauche" comme de "droite", avec les conséquences qui en ont résulté dans des Etats comme l'Italie et l'Allemagne ?...

(*) Voir mon article du 14 mars 2006 - catégorie Morale - dont l'administration d'over-blog révèle qu'il a toujours été cité en tête de mes textes, ce dont je remercie mes lecteurs !

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Morale
commenter cet article

commentaires

Jean Daumont 20/04/2009 08:34

Au contraire, je ne cesse pas de dénoncer ces "grands" (?) patrons, même si je ne les traite pas "d'imbéciles", ce qui, à la réflexion, n'est pas un "qualificatif approprié, puisque le terme désigne des personnes "bêtes", "idiotes", "crétines", "arriérées"..., ce qui n'est pas le cas...

Jacques 19/04/2009 21:45

"Et comme les pierres ne font pas partie - que je sache - de leur équipement, s'ils en envoient c'est qu'ils les ont d'abord reçues" écrivez-vous.

Malheureusement, les enregistrements video de la scène n'apportent aucun crédit à votre thèse, bien au contraire !
Les CRS n'avaient reçu aucune pierre avant de les envoyer eux-mêmes sur le défilé pacifique qui passait en contre-bas.

Maintenant, c'est bien gentil de dire qu'il y a des imbéciles dans toutes les professions, mais je constate simplement, et avec quelque dépit, que vous ne faites JAMAIS de billet pour dénoncer vous même les "imbéciles" qu'on trouve parmi les...patrons !

jf.

Jean Daumont 19/04/2009 15:41

Je condamne la violence, d'où qu'elle vienne, qu'i s'agisse de manifestants, de la police ou de patrons, mais il convient d'être objectif :   - Les manifestants qui, comme à Strasbourg, se livrent à des des déprédations et à des voies de fait doivenr être sanctionnés...Mais il faut faire la différence entre des manifestants convaincus et ...bruyants, et des perturbateurs qui profitent des manifestations pour faire du désordre ...A ma connaissance, à Strasbourg, ces perturbateurs venaient surtout de l'Allemagne voisine...   - La police ou les CRS font leur travail en assurant le maintien de l'ordre et ils en prennent souvent plein la g... en cailloux, pierres, cocktails Molotov, grilles, poubelles, etc ...Et comme les pierres ne font pas partie - que je sache - de leur équipement, s'ils en envoient  c'est qu'ils les ont d'abord reçus ...Par contre, s'ils se livrent à des brutalités, ils sont d'autant plus condamnables qu'ils ont des consignes strictes. A cet égard, dans le passé, à la différence de Charonne en 1961 (Préfet Papon), on peut donner l'exemple de Mai 1968 qui, en dépit de la durée des manifestations et de...leur violence, n'a pratiquement pas suscité de victime (Préfet Grimaud)...   - La très grande majorité des patrons (notamment PME) sont des gens respectables, dont le comportement fait honneur à la France, et qui font actuellement ce qu'ils peuvent pour résister à la crise...Il est choquant que le comportement de certains imbéciles (il y en a malheureusement dans toutes les professions) puissent rejaillir sur l'ensemble de la profession, et que la rapacité de quelques PDG aux salaires mirobolants puisse réveiller la haine contre les patrons..   Quant aux propos du Président Sarkozy, ils ne sont pas répréhensibles, au contraire ...Le problème est qu'ils correspondent à une attitude "populiste", consistant à aller dans le sens de la demande populaire, pour en tirer profit pour sa propre ...poularité... Lire à ce sujet "La marche consulaire" d'Alain Duhamel ...

Jacques 18/04/2009 18:25

C'est bel et bon votre nouveau billet mais une fois encore, hélas, à sens unique !Strasbourg d'abord. Vous a-t-il échappé qu'une partie des échauffourées auxquelles vous faites allusion ont été provoquée par des CRS, OUI DES CRS, qui en surplomb du cortège PACIFIQUE, ont jeté des CAILLOUX sur ceux qui défilaient paisiblement ?Est-ce le rôle de CRS de lancer ainsi des cailloux ?????Quant aux patrons voyous "non représentatifs", que pensez-vous de ces deux-là:1) celui qui pendant le week-end pascal a organisé le scénario qui a fait que ses employés, en se présentant au travail le mardi matin, ont constaté qu'aucun cadre n'était présent et que, surtout, les livraisons de matière première avaient été supprimées. Ces gars-là se sont donc retrouvés "au chômage technique" mais un chômage technique tout à fait illégal !2) celui qui vient de se faire condamner par la Cour d'Appel de Colmar pour  "MISE EN DANGER D'AUTRUI (juste une centaine de salariés.....), POUR VIOLATION MANIFESTEMENT DELIBEREE D'OBLIGATIONS PARTICULIERES DE SECURITE ET DE PRUDENCE" ?????Pour ma part, je ne me résoudrai jamais à considérer que la violence ne vient que d'un seul coté !Et puis, que dites-vous donc de cette déclaration publique, le 4 avril 2007, d'un certain Nicolas Sarkozy :
"Ici, quand on manifeste, quand on a recours à la violence, ce n'est pas pour se distraire. C'est parce qu'on est profondémùent désespéré.
C'est parce qu'on pense qu'on n'a plus de recours et qu'on se sent condamné à la mort économique et à la mort sociale".

jf.