Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

29 novembre 2006 3 29 /11 /novembre /2006 17:52

   Non... il n'est pas question de parler d'un membre du Clergé catholique... Il s'agit d'évoquer un texte de la Bible, rédigé bien avant la naissance du Christianisme et donc de l'Eglise, mais peu connu et encore peu utilisé dans la liturgie en raison des péripéties dont il a fait l'objet...

   Le texte a été écrit entre 190 et 180 av.JC, ce qui constitue une précision rare dans la Bible et en fait d'ailleurs chronologiquement le dernier livre de l'Ancien Testament, même s'il est traditionnellement placé en son milieu, avant les Livres des Prophètes... Il a d'abord été désigné, dans la traduction grecque dite des "Septante" au 2ème siècle av.JC, sous le nom de "Livre de Sagesse de Jésus Ben Sira" ou "Siracide" parce qu'il est également le seul texte de l'Ancien Testament comportant à son terme le nom de l'auteur historiquement reconnu... Ce "Jésus" n'a aucun lien de parenté avec le futur Jésus-Christ, et il est bon de rappeler à ce propos que le nom de Jésus (en hébreu : "Dieu sauve"... tout un programme...) était alors répandu en Palestine sous des formes diverses : Yeshua, Josué, Jason, etc... Bien plus tard, le texte a été appelé "l'Ecclésiastique" par Saint Jérôme dans sa traduction latine de la Bible - dite la "Vulgate" - au début du 5ème siècle ap.JC, parce qu'il servait à l'enseignement des catéchumènes et des néophytes dans des "assemblées" (Ecclesia en latin)... Puis...on perd sa trace...

   Le texte - ou du moins sa plus grande partie - est retrouvé seulement en 1896 dans le grenier d'une vieille synagogue (Genazeh) du Caire... Heureuse re-découverte, complétée un demi-siècle plus tard par un autre document des Manuscrits de la Mer Morte... mais pas vraiment "miraculeuse", car à l'origine pour les Juifs, aucun document comportant le nom de "l'Eternel" ne devait être détruit, et ils accumulaient ainsi de vieux "grimoires"... Cette re-découverte tardive explique évidemment qu'il soit encore peu utilisé : il ne figure pas dans le "canon" juif, bien qu'il ait été d'abord été écrit en hébreu, et il n'est que rarement cité dans le "rituel" chrétien...

   L'Ecclésiastique a été rangé parmi les Livres de "Sagesse" ou "Livres Sapientiaux", qui sont censés apporter aux hommes la sagesse qui ne peut venir que de Dieu... Jésus Ben Sira était d'ailleurs le type même de ces hommes pieux - les "hassidims" - qui voulaient défendre leur foi contre un "hellénisme" envahissant... Mais pour autant, le texte n'est pas un livre ennuyeux de prescriptions comme le Lévitique (3ème livre après la Genèse et l'Exode)...Il surprend même par sa clarté, avec ses "sentences" rangées par "thèmes", aux échos parfois modernes, où l'humour a une certaine place... Quelques citations, parmi beaucoup d'autres :

  " Celui qui honore son père trouvera de la joie dans ses enfants..."

  " Ne te tracasse pas de ce qui te dépasse..."

  " Ne sois pas trop sévère pour toi-même..."

  " Ne te fie pas aux richesses mal acquises..."

  " Eloigne-toi de tes ennemis, et garde-toi de tes amis..."

  " Ne fais pas le mal, et le mal ne sera pas ton maître..."

  " N'aie pas de procès avec un juge, car la sentence sera rendue en sa faveur..."  !?...

  " Ne prends pas un sot pour confident, car il ne saurait garder ton secret..."

  " Pour ta conversation, recherche les hommes intelligents..."

  " Le sage gouvernant tient son peuple dans la discipline..."   !!!...

  " Ne blâme pas avant d'avoir examiné..."

  " Si tu fais le bien, sache à qui tu le fais..."

  " Avant de parler, instruis-toi..."

  " Celui qui tient sa langue vivra sans dispute..."

  " Heureux l'époux dont la femme est excellente..."   !!!

         Bizarrement, pour cette sentence, il n'y a pas de sentence inverse... Leçon de modestie pour "l'homme" ?

         Et leçon de modestie pour tous, avec une dernière sentence :

  " Ne redoute pas l'arrêt de la mort..."

     

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Religion
commenter cet article

commentaires

Diatala 30/11/2006 19:41

Je vois que vous avez vos préférés !!!!!!! Pour la dernière sentence : " Ne redoute pas l'arrêt de la mort..." Elle qui signifie, « la vie éternelle, la libération du corps par l’esprit ». Il est vrai que certains ont peur, et ne veulent pas perdre ce corps et ces plaisirs terrestres auxquels ils sont très attachés. Et, il semblerait que Caïn soit le premier à en avoir connu l’existence pour nous la faire partager. Abel étant l’esprit pur, dénué de matière. J’ai retrouvé il y a peu de temps, un livre qui s’intitule : « La Bible arrachée au sable » que j’ai commencé, du coup, suite à votre article. Il commence à Ur il y a 4000 ans et fait référence aux découvertes archéologiques qui confirment les récits bibliques les plus anciens depuis Abraham et l’existence de ces lieux et personnages.