Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

20 mars 2007 2 20 /03 /mars /2007 18:03

   L'homme devient ...inhumain s'il n'est pas capable de dominer ses propres inventions... C'est une vérité aussi vieille que l'Histoire... Mais en l'occurrence, il ne s'agit que d'une petite 'histoire", il est vrai très symbolique...

   C'est une histoire de "radar", malheureusement banale... Elle est rapportée par le journal Ouest-France, dans son numéro du 20 mars 2007... Il n'y est pas question de remettre en cause l'utilité des radars, que suffit à justifier l'économie de vies humaines déjà réalisée... L'histoire veut simplement montrer que le "radar", surtout quand il est "automatique", ne doit pas servir à tracasser les gens, sans la moindre chance "d'appel", comme si l'homme était désormais assujetti à la machine... Mais voici l'article :

  " Je ne conteste pas l'infraction. Je n'en refuse pas le paiement. Mais au RMI depuis septembre 2006 après la liquidation de mon commerce, je ne dispose pas de la somme à acquitter. Je ne peux même pas faire un  chèque de "consignation" qui m'entraînerait vers une interdiction de chéquier. Je ne demande ni pitié, ni indulgence. Mais je sollicite juste votre compréhension par rapport au fait que je ne pourrai solder cette amende qu'après avoir retrouvé une activité professionnelle"...

   Cette lettre, P.H. l'a adressée le 18 novembre 2006 à l'officier du Ministère Public de Rennes. Explication : " Le 2 novembre, alors que je me rendais à l'ANPE pour essayer de trouver du travail, j'ai été flashé par un radar automatique... 60Km/h au lieu de 50 Km/h"...

   Deux semaines plus tard, à son domicile, il reçoit l'amende : 90 E... Une fortune pour cet homme au RMI qui n'arrive pas à joindre les deux bouts depuis belle lurette... "J'ai donc écrit au Ministère Public. J'ai même proposé de remplacer l'amende par un travail d'intérêt général "... Il veut montrer sa bonne volonté. Pas question pour lui de s'enfoncer encore plus.

   La réponse du Ministère Public reçue par courrier le 7 décembre sera cinglante : "Rejet de la demande. Motif : pas de consignation"... En clair, pour bénéficier d'une étude de son cas, P.H. aurait dû envoyer un chèque de ...135 E, montant de la consignation. "C'est absurde ! J'écrivais justement que je ne disposais pas d'argent...Je n'avais droit qu'à une lettre, sortie tout droit d'un ordinateur. Je ne sais même pas s'ils ont tenu compte de mon courrier. Ce n'est pas humain ! "...

   Il s'adresse alors à l'Association AC contre le chômage de Rennes, qui à son tour écrit au Ministère Public, le 19 décembre.... Une petite lueur d'espoir qui va virer au cauchemar... "J'ai reçu un avis d'amende majorée de 375 E" constate amèrement P.H... "Si on voulait m'enfoncer encore plus la tête sous l'eau, on ne s'y prendrait pas autrement. Alors, ça va être quoi la suite ?... Une saisie ? J'ai la trouille qu'on me prenne mon seul bien, ma télé que j'ai achetée 30 E chez Emmaüs... Et pourtant je demandais juste qu'on me laisse le temps de me redresser"...

   Sans commentaires... A la vérité, ce n'est pas le cas de le dire, car les opinions des lecteurs ne manqueront certainement pas d'intérêt...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans La sécurité
commenter cet article

commentaires