Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 10:41

   Pour la plupart des hommes, la fête du Nouvel An est associée à celle de Noël, à laquelle elle succède au terme d'une semaine ...Mais elle est en fait beaucoup plus ancienne, car la fête de Noël n'a été instituée qu'à partir du 4ème siècle, quand l'Eglise en fit l'anniversaire symbolique de la naissance de Jésus-Christ (Natalis Dies), alors que la fête du Nouvel An remonte à l'histoire de la Mésopotamie antique, plus précidément à la célébration du dieu Mardouk en Assyrie, environ vers 2000 avant ...Jésus-Christ.

 

   Mais la date même du Jour de l'An a beaucoup varié "dans le temps et dans l'espace" ...D'abord situé, semble-t-il, au printemps marquant le début des travaux agricoles, il est fixé au 1er janvier (du nom de Janus, dieu du commencement) par Jules César - auteur du calendrier "julien" - à partir de l'année qui sera calculée ensuite dans le calendrier "grégorien" comme étant 46 avant Jésus-Christ ...Mais, avec la disparition de l'Empire Romain et à l'image de la Société féodale, le calendrier devint anarchique en Occident, les Italiens célébrant le Nouvel An ...à Noël (donc fixe) et les Français le dimanche dePâques (donc mobile) ...Et quand le Pape Grégoire XIII instaura le calendrier "grégorien" au 16ème siècle, au prix d'un écart de 15 jours, il en résulta, en raison de la rupture avec l'Eglise orthodoxe, un décalage persistant encore dans les pays orientaux comme la Russie ...Et le Jour de l'An est également différent dans d'autres pays du monde (musulmans, hindous, chinois...) ...Ce n'est qu'en raison de la "mondialisation" à partir du 19ème siècle que le calendrier "catholique" s'est généralisé, même si les autres persistent le plus souvent pour des raisons religieuses... Et c'est pour cette raison que les manifestations (feux d'artifice, voeux, cadeaux ...et réveillons) se sont succédées en rapport avec la rotation de la Terre...

 

   Mais ces manifestations n'ont pas eu la même valeur dans tous les pays du monde, en raison de l'extension de la pauvreté, dont les médias ont montré des exemples affligeants ...Dans le cas de la France, qui est encore classée dans les 5 pays les plus riches, il y a en fait un écart croissant entre les "riches" et les "pauvres" et, comme beaucoup de promesses avaient été faites au printemps 2012 pour cause d'élections présidentielles, l'attention se porte sur l'application des "60 engagements" du candidat l'ayant emporté, François Hollande ..Or, bien qu'il ait affirmé "le changement, c'est maintenant", ce bilan est encore mitigé au terme d'un d'un délai de 8 mois devenant significatif ...Certes, il a déjà pris des mesures importantes, comme le retour à la retraite à 60 ans pour ceux ayant acquis le nombre nécessaire d'annuités, l'allocation de rentrée scolaire pour les parents d'élèves les plus démunis, la création d'une banque d'investissement pour renflouer l'économie, l'aide à l'emploi notamment pour les jeunes (contrats de génération),  ...Mais aucun signe n'apparaît encore pour un reflux du chômage promis en 2013 ...et la mesure-phare d'une imposition à 75 % des revenus les plus riches vient d'être refusée par le Conseil Constitutionnel, moins pour son principe - une taxation plus forte des plus riches, y compris pour les revenus "expatriés" étant légitime - que pour "impropriété", dans la mesure où elle était une imposition par individu et non par foyer ...ce qui montre d'ailleurs un "amateurisme" d'autant plus inquiétant au niveau du gouvernement qu'il avait déjà eu des précédents avec la "nationalisation" rapportée de Florange et le "cafouillage" des logements vacants ...Quant aux mesures dites "sociétales" (mariage pour tous, euthanasie...), leur annonce suscite déjà de l'inquiétude, bien au delà du domaine religieux, car il s'agit d'un domaine privé, où une intervention "publique" paraît manifestement déplacée ...Enfin, certains engagements sont carrément abandonnés, comme le droit de vote des étrangers (hors Communauté) aux élections locales, tandis qu'une recrudescence d'attentats ou crimes justifie le retour à une action "sécuritaire", faisant d'ailleurs du Ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, la personnalité socialiste la plus populaire (plus de 50 % d'opinions favorables) loin devant le Président Hollande (entre 30 et 40%)...

 

   Néanmoins, il faut reconnaître que le Président Hollande, à l'occasion du Nouvel An 2013, a fait une allocution de bonne tenue, en dissimulant pas les difficultés auxquelles la France doit faire face et qui sont bien antérieures au début de son mandat, et en annonçant, non sans courage, les sacrifices qui seront nécessaires, tant pour la réduction des dépenses publiques que pour une contribution accrue des citoyens en proportion de leurs revenus ...Certes, le recul espéré du chômage paraît problématique, car il ne dépend pas seulement d'une action nationale ...Mais il y a tout de même des signes positifs, comme l'obtention du marché de construction d'un "super-paquebot" à Saint-Nazaire, près des terres de son 1er Ministre, Jean-Marc  Ayrault ...Marché qui prélude peut-être à un retour d'investissements importants dans l'industrie de pointe et la recherche ...Et comment ne pas l'approuver quand il conclut son message de Nouvel An par "l'ambition d'une France réconciliée" ?... Oui bien sûr ...Bonne Année !...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Temps
commenter cet article

commentaires

Loubomyr 05/01/2013 10:35


Maintenant je comprends mieux votre affirmation selon laquelle la sociologie du vote en France est à droite puisque vous vous appuyez sur René Rémond. Cela me conduit à plusieurs réflexions :


1/ Cet historien DES droites (connu pour sa classification tri partie de la droite française, Orléaniste, Bonapartiste et Légitimiste) est aussi décrit comme un historien DE droite.


2/ Son livre le plus connu sur ce thème aura bientôt 60 ans de publication et en 6O ans, l'histoire a continué, quand même!!


3/ Ses collègues historiens issus de l'Ecole des Annales sont loin de partager toute sa théorie. Alors qui a raison?


4/ Le seul raisonnement "historiciste", tout comme la théorie du "sol" (le granit et le calcaire : la Bretagne, terre de droite et le Languedoc, pays rouge) peut être battu en brèche à une époque
ou tout bouge : l'économie, les idées, les hommes.


5/ La France vote à droite, c'est certainement vrai si ce vote est exprimé sur un mode censitaire, uniquement par des hommes, propriétaires campagnards ou petits bourgeois des villes vivant de
leurs rentes ; mais qu'en est il lorsqu'on a affaire à un peuple vivant en très grande majorité en ville, travaillant dans les services et l'industrie avec une suffrage universel?


6/ Depuis Bourdieu la sociologie politique ne s'arrète pas à une réflexion historique et philosophique : elle inclut l'observation et le croisement des variations de tout ce qui constitue le
background de "l'homme qui vote" (d'où la théories dominant/dominés) : catégorie socio professionnelle, niveau d'études et culturel, repères familiaux reproductibles, sentiment d'appartenance à
un groupe, lieu de villégiature, appréhension du meilleur rapport coüt/bénéfice chez le candidat en fonction de son appartenance à tel ou tel groupe ....


Bref, c'est devenu très compliqué de savoir quels sont les ressorts du vote moderne ; Sarkozy l'avait bien compris et c'est bien pour cela qu'il était si friand de sondages, cherchant ainsi à
appliquer chaque discours à une catégorie de citoyens, espérant ainsi balayer large, tout en pariant en priorité sur une droitisation de la société française. Mais qui trop embrasse, mal etreint
et se trouve conduit à dire tout et son contraire.


Parallèlement l'organisation de la société en couches successives constituant une pyramide a été mise à mal par les nouveaux moyens de communication et en particulier internet. Nous sommes
actuellement en plein virage vers la société des réseaux et c'est pour l'avoir interprété comme un moyen supplémentaire de marketing politique et non comme une donnée socio-economique
fondamentale que la droite s'est plantée à toutes les élections depuis cinq ans. Ce sera aussi, certainement la raison du plantage des socialistes s'ils continuent à fonctionner avec leur
logiciel jacobino-centrlisateur.


En conclusion, la France a certainement eu un vote sociologiquement enraciné à droite, mais cela ne signifie pas pour autant que le pays est à droite et qu'iil le restera. Trois données simples à
observer : la contestation de plus en plus marquée du rôle des "élites", la recherche des solutions de proximité et de convivialité pour améliorer le quotidien, et la prise de conscience
grandissante de l'impact global de chacun de nos actes constiuent des indicateurs d'un peuple en mouvement : ni massivement à droite, ni massivement à gauche mais en recherche d'autre chose. Le
bipartisme (ou le clivage) gauche droite est mort : seuls les politiciens ne s'en rendent pas compte ....

Jacques Heurtault 04/01/2013 21:48


L'Histoire de ces deux derniers siècles nous montre que les Français sont profondément conservateurs ... Ils le sont tellement qu'ils ne prennent pas suffisamment la mesure des changements que le
monde subit, partout ...


Il s'ensuit que la France a "naturellement" tendance à prendre du retard par rapport aux autres pays! Pour rattrapper ce retard, elle s'adonne, avec une périodicité stochastique, à des crises
plus ou moins brutales là où une évolution douce, étalée dans le temps, serait bien plus profitable pour tout le monde! 

Jean Daumont 04/01/2013 17:21


J'ai retrouvé le livre en 2 volumes de René Rémond (Editions Aubier/Montaigne 1968) ...En fait, l'histoire de la droite est compliquée, puisqu'elle n'a pas la même signification sous tous les
régimes (une dizaine...) qui se sont succédés en France ...En fait, la meilleure définition sociologique est de dire que la France, plus que beaucoup d'autres pays dans le monde, est un pays de
petits propriétaires ou exploitants, qui aspirent à "conserver " et n'aiment donc pas le "changement", à l'inverse de la gauche, qui représente surtout les "non-possédants" ...  Et les
électeurs n'aiment généralement pas que ceux qu'ils ont élus fassent le contraire de leur sociologie de base : c'est ainsi que Giscard n'est pa ré-élu en 1981, ayant prôné le "changement
(pourtant très relatif) ...Et c'est ainsi que Hollande risque de ne pas être ré-élu (cf sondages), s'il fait une politique de "surtout ne toucher à rien "...Mais cela est une autre histoire,
celle de demain...

Jean Daumont 04/01/2013 16:25


Je suis un élève du regretté René Rémond, auteur d'un ouvrage sur l'histoire de la droite en France, et ayant longtemps tenu une chronique politique à la télévision...


C'est dans son ouvrage que j'ai trouvé cette affirmation...Je le rechercherai pour vous donner plus de précisions...


Ci-après ce que, dans l'immédiat, j'ai pu trouver dans wikipedia :


Réf : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ren%C3%A9_R%C3%A9mond


Réf : http://fr.wikipedia.org/wiki/Droite_%28politique%29

Loubomyr 04/01/2013 10:59


Je n'ai pas encore trouvé sur Internet de données concernant la réalité sociologique des élections en France (*) ; par contre, j'ai trouvé cela, à propos de Bourdieu et de la critique que
certains en font : http://www.acrimed.org/article3755.html et dont la morale pourrait être : "Etre traité de con par un imbecile est un met de roi". Cela fait du bien de voir un de ces petits
penseurs suffisants du Figarôôôo descendu en flèche.


J'ai aussi trouvé cette citation "La sociologie est la fille incestueuse de l'histoire et de la politique"


(*)NB : je vais même faire des recherches à la médiathèque car cela me chiffonne que vous affirmiez avec autant d'applomb que, sociologiquement, le vote majoritaire en france est à droite.