Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 17:46

   En annonçant l'organisation de sa conférence de presse, le Président de la République François Hollande avait fait un pari audacieux, et le risque de l'indifférence - voire d'un échec - était d'autant plus grand que des sondages concordants - même s'ils sont relatifs - montraient que la confiance de l'opinion n'avait pas cessé de baisser au cours des six premiers mois de son mandat et était devenue minoritaire autour de 40 % ...L'objectivité commande d'affirmer que le pari a été réussi et que François Hollande a même fait preuve d'un incontestable brio, se voulant à la fois serein et convaincant : "Mes choix sont conformes à mes engagements, à mes principes, et surtout aux intérêts de la France"...Très bien, ...pour la forme.

 

   Mais sur le fond, en fixant ainsi un "cap" pour la France, a-t-il fait preuve de constance par rapport à ses "60 engagements" proclamés lors de sa campagne électorale du début de 2012 ? ...C'est moins sûr ...Manifestement touché par des doutes déjà exprimés dans l'opinion, il s'en est défendu : "J'ai fait mes choix et je m'y tiens, sans avoir besoin de prendre je ne sais quel tournant, je ne sais quel virage" ...Plaidoirie d'abord inutile, car il n'y a aucune honte à confronter ses désirs à la réalité, et il est "normal" que la "pratique" l'emporte sur la "théorie", les faits étant plus têtus que les idées ...Et d'ailleurs lui-même a changé d'attitude, comme si le "château" de l'Elysée avait déjà déteint sur lui : le Président descendant de façon théâtrale l'escalier, sous les décors dorés et les lustres étincelants de la République n'avait plus rien à voir avec le candidat aimable et familier de la campagne ...Et il a fallu le jeu libérateur des questions et réponses pour qu'il sorte du comportement guindé et prêcheur - très "énarque" -de son discours préalable ...Enfin et surtout, il a bel et bien effectué un "tournant" sur divers points ...heureusement d'ailleurs, car François Fillon, ex-Premier Ministre - encore en activité au début de 2012 et bien placé pour porter un jugement - a pu ironiser : "Je veux lui dire que, s'il n'y a pas de tournant, au bout de la ligne droite, il y a le mur de la récession et du chômage", ce qui, ...inversement, est peut-être excessif...

 

   A défaut de faire un bilan complet, on peut faire une analyse de quelques points essentiels :

 

   1. Sur le plan économique - essentiel en cette période de crise - il avait délibérément promis une taxation des entreprises et une réduction des salaires de leurs dirigeants. Il reconnaît maintenantqu'il faut combiner une relance industrielle et le maintien de la consommation, ce qui signifie des sacrifices en matière d'augmentation des salaires. Et il prévoit un Pacte de compétitivité reposant sur un crédit d'impôt de 20 milliards d'€ pour les entreprises, ce qui est certes utile, mais ne manque pas de susciter une réaction du "Parti de Gauche", relayée dès le lendemain dans une manifestation de solidarité commune à divers pays européens...

 

   2. Sur le plan social, il annonce, non sans courage, que le chômage va continuer au moins jusqu'à la fin de l'année 2013, et il appelle les organisations représentatives à faire un "compromis historique", sinon le gouvernement prendra les décisions nécessaires ...Ce n'est pas gagné d'avance, à en juger par le fait que la négociation sur la "sécurisation de l'emploi" a été interrompue le 25 octobre 2012 en raison des propositions,  jugées "inacceptables" par les syndicats, du patronat sur les licenciements collectifs...

 

   3. Sur le plan fiscal, alors que l'augmentation importante de la TVA par Nicolas Sarkozy avait été annulée dès les mesures d'urgence de mai-juin 2012, elle est néanmoins augmentée de 19,6 à 20 %, avec l'excuse quelque peu hypocrite que cette hausse de 0,4 % sera 4 fois moins que ce qui avait été prévu par la précédente majorité ...Certes, François Hollande tient à préciser : "J'assume. Parfois, nous devons corriger" ...Nouveau "couac", alors ! ...Quant à la réforme fiscale (prévue dans le 14ème engagement),  elle est apparemment remise aux calendes grecques (justement, la Grèce...)...

 

   4. Sur le plan de la croissance, liée au reste du monde - et notamment à l'Europe - il mise sur une progression de 0,8 %, mais il ne peut s'agir que d'un voeu pieux, inférieur à son espoir antérieur de 1,5 à 2 % ...et n'offrant aucune garantie, à fortiori si les investisseurs étrangers -comme la Chine...) font défaut, et si la France perd son rang de "A.A.A." actuellement en litige alors qu'il sauvegarde le maintien de taux d'intérêt bas à 2,2 %...

 

   5. Sur le plan international, il avait promis qu'il n'y aurait plus de troupes françaises en Afghanistan à la fin de l'année 2012 (59ème engagement) ...Il ne reste plus qu'un mois et demi, ce qui est peu en considération des problèmes matériels ...Et il vaut mieux ne pas insister sur son intention de demander l'élargissement du Conseil de Sécurité (57ème engagement), la grenouille (animal bien français) se voulant plus grosse que le boeuf ...Quant au droit de vote des étrangers aux élections locales - sujet, il est vrai, délicat - il est remis à plus tard, s'il y a un accord préalable...

 

   Ainsi donc, le cap a été fixé ...Mais la France, avec la Terre, n'a pas fini de tourner...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Politique Intérieure
commenter cet article

commentaires

Lydihaut 17/11/2012 12:35


"Derrière" et "privilégiant" pardon, puisque tout peut vous être reproché.

Lydihaut 17/11/2012 12:31


Derrères mes mots il y a autre chose, je dénonce le sinisme du "petit", vous allez voir où conduisent les beaux discours faits avant tout pour plaire au "milieu" médiatique, vous allez voir les
conséquences d'ignorer les gens qui ont voté pour vous, privilégient la cour des "journaleux", comme vous dites. car le presque chauve mais toujours apparamment jeune bonimenteur s'il a obtenu
les éloges de la profession, s'attire la haine du bon peuple. Il a pris à Chirac son autre mentor ce qu'il ya de pire en lui c'est à dire ce SINISME dévastateur qui fait mépriser les gens fiers
et méritants au profit de la facilité du paraître auprès des faiseurs de commentaires. Jamais le petit "milieu" de la presse et des médias en général n' a été aussi loin des réalités du
terrain....Et ça, les petits mesureurs de sondages ne voient rien venir... Et c'est grâve de chez grâve!!!!!

Jacques 16/11/2012 18:24


Depuis six mois le président de la République:


n’a attaqué aucun journaliste ni vitupéré les médias
n’a pas insulté la magistrature
n’a ridiculisé ni décrié aucun corps intermédiaire
n’a méprisé ni injurié aucun citoyen
n’a pas tourné en dérision les questions qu’on lui posait lors d’une conférence de presse
n’a pas fait honte par son attitude publique à ceux qui ont voté pour lui
n’a pas traité son Premier ministre de collaborateur
n’a pas porté atteinte à l’équité républicaine
n’a pas dressé une partie du pays contre l’autre


Ce n’est rien, dites-vous, c’est dérisoire. Peut-être.


C’est juste un peu plus d’air démocratique. On respire mieux.


Vous ne rêvez pas. On est bien en France.


Signé Philippe Bilger
Magistrat honoraire, président de l’Institut de la parole (15/11/2012).


 


jf.

Jacques 16/11/2012 15:45


 


50 % des Français qui ont suivi directement la conférence de presse du président l'ont jugé convaincant. ("Le
Point").


jf.

Lydihaut 16/11/2012 10:08


Oh oui et sa teinture capillaire noir de jais était réussie à au moins 85%. Si j'avais été journaliste je lui aurai posé cette question: "Monsieur le président qelle teinture utilisé vous pour
avoir une aussi belle chevelure, et combien de fois par semaine ?? C'est en vous lavant les cheveux, ça marche avc le shampoing ou c'est un traitement à part ??? Alors là quel pied, comment
aurait réagi le flamby ?? Comme pour l'enfarinage avec un stoïcisme sidéral ou avec une petite plaisanterie de son invention avec sourire en coin, parce que même dans le ridicule il paraît
s'amuser, mais le soir avec sa furie il encaisse grave....


Mais hélas tout ce petit monde a peur, il pense à sa situation professionnelle avant tout, à son petit confort, et la vie ne nous offre jamais de tels cadeaux, une seule question aurait tout
détruit, on en aurait parlé pendant des années, et qu'est ce qu'on aurait rigolé. Et je parle pas des sondages....