Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 23:46

   Ainsi, en Allemagne, la Chancelière Angéla Merkel a remporté ce jour un succès sans précédent en obtenant la majorité absolue des sièges du Bundestag  avec environ 43 % des voix au terme de ses deux premiers mandats de 2005 à 2013.

 

   Ce succès est remarquable à un double titre :

 

   - D'abord, il est obtenu alors que l'Allemagne a traversé, comme les autres pays occidentaux, la crise économique qui depuis 2007 a déjà emporté les responsables d'autres pays européens, notamment Nicolas Sarkozy en France en 2012.

 

   - Ensuite, il fait écho au succès qu'avait remporté naguère en 1933 un certain Chancelier Adolf Hitler après la crise économique de 1929, profitant alors du nationalisme exacerbé des Allemands n'ayant pas accepté les sanctions imposées par le Traité de Versailles en 1919.

 

   Mais le contexte n'est évidemment pas le même, avec d'un côté une Chancelière qualifiée de "Mère de la Nation" et de l'autre un Chancelier ayant imposé une dictature sanglante...

 

   Le contraste est d'autant plus saisissant qu'il s'ajoute à un autre contraste, celui qui résulte de la comparaison avec la France :

 

   - d'un côté, une Chancelière, Angéla Merkel, qui améliore son score de 33,8 % en 2009 à 43 % en 2013.

 

   - De l'autre, un Président, François Hollande, qui passe de 51,6 % de voix en 2012 à environ 23 % d'opinions favorables ce même jour.

 

   Est-ce un hasard si les relations des deux personnalités n'ont jamais été au beau fixe ?...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Polit. internationale
commenter cet article

commentaires

Jean Daumont 25/09/2013 10:00


Certes, mais il faut alors s'interroger sur le contenu antérieur du vote libéral, qui, à mon avis était fait de sympathisants CDU et de marginaux divers (divers extrêmes) : les premiers ont
rejoint le camp CDU et les seconds le camp des extêmes...Quant à une alliance CDU-Sociaux démocrates, elle est dans l'ordre des choses en Allemagne, où les deux parti(e)s ne sont pas
éloiigné(e)s, l'un(e) centre droit et l'autre centre gauche ...alliant ainsi l'économique et le social ...Alliance inimaginable actuellement en France...

loubomyr 24/09/2013 18:02


Relatiovisons quand même : les aliés libéraux de mme Merkel ont, eux, été laminés et la chancelière va être obligée de procéder à un gouvernement de coalition avec ses adversaires
socio-démocrates. C'est sans doute ce que le peuple allemand a voulu dire : satisfecit pour la politique économique mais vigilance sur le plan social !!!!