Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 00:08

    C'est bien connu ...En France, on n'a pas de pétrole, mais on a des idées ...et comme on y connaît aussi l'alccolisme (responsable de 35.000 décès par an - 3ème rang dans le monde en pourcentage démographique), on y a inventé ces temps-ci des "apéros-géants" qui rassemblent surtout des jeunes pour ...boire, comme le nom l'indique, des boissons alcoolisées - alors que le 1/4 des décès dus à l'alcoolisme affecte des personnes entre 15 et 29 ans (*)...

 

   Devant ce "phénomène" aussi inattendu que saugrenu, l'Autorité publique n'a pas le choix : elle ne peut qu'appliquer la loi, en l'occurrence le Code de la Santé qui réprime l'ivresse dans les lieux publics dans ses articles L 3341 et 3353... Et pourtant il se trouve des voix pour prétendre que son application serait attentatoire à la liberté ...et c'est presqu'en s'excusant que le Ministre de l'Intérieur lui-même prend des mesures -d'ailleurs vaines - d'interdiction de consommation, tout en convenant du caractère "convivial" de tels rassemblements ... Mieux encore, ou plutôt pis ...Après avoir interdit le 23 mai un "apéro-géant" devant rassembler 50.000 "fêtards" devant la Tour Eiffel , la Préfecture de Police s'est dite prête "à examiner tout projet d'apéro convivial qui serait présenté par des organisateurs responsables dans des lieux adaptés" ...Quelle convivialité ?...

 

   Il y a convivialité quand des gens "vivant" ensemble manifestent le caractère amical de leur "communauté" à l'occasion de fêtes, de commémorations, de repas, etc... Dans l'Histoire, il y a toujours eu ces manifestations, qui se sont même traduites par toute une iconographie, qu'il s'agisse des vases grecs, des bas-reliefs romains, des enluminures du Moyen-Age ou des tableaux modernes ...Tel n'est pas le cas avec ces "apéros-géants", où des gens qui ne se connaissent pas  se rassemblent à l'appel de "réseaux anonymes" uniquement  ...pour boire ...ou, pour reprendre l'expression convenue, "faire la fête" ...Quelle fête ?...La fête à qui ? ...à quoi ? ...Où est la convivialité ?...

 

   Ce n'est pourtant pas les occasions qui manquent d'être des "convives" ...Il y a déjà les fêtes traditionnelles, souvent d'origine religieuse - même si la religion n'y est pas toujours présente : Noël et son réveillon, Pâques et ses chocolats, etc ...Il y a les fêtes historiques : le 14 juillet, l'amistice du 11 novembre et celui du 8 mai, qui sont d'ailleurs l'occasion d'évoquer les défunts, ce qui, dans d'autres pays que la France, est une commémoration heureuse et non pas triste ...Tout cela fait "ringard", diront les "bons esprits" ...Mais ces "esprits", s'ils sont vraiment "bons", peuvent trouver d'autres occasions de convivialité : naguère, dans les repas de fête, il y avait la "place du pauvre" ...Il n'est donc pas interdit, au contraire, si on veut être "convivial", c'est-à-dire "vivre ensemble", de s'intéresser aux "pauvres", dont le nombre ne cesse de grandir actuellement en raison d'une crise économique largement imputable aux "riches", ...et qui vivent souvent dans un grand isolement, car la misère ne se "montre" pas ...Une enquête réalisée par la SOFRES les 25 et 26 mars (**) révèle que 30 % (soit environ 1/3) des Français souffrent de la solitude, et parmi eux les personnes âgées (88%), les handicapés (49%), les chômeurs (37 %),les divorcés (22 %), les célibataires (20 %), les femmes (15 %), les immigrés (15 %) ...et les jeunes eux-mêmes (13 %) ...Il est d'ailleurs remarquable que ce sentiment d'isolement n'est pas lié seulement au "statut social" : il y a des gens "aisés" qui se retrouvent "seuls" en raison des aléas de l'existence, et qui ne trouvent pas ...ou ne trouvent plus dans le "tissu" social l'intérêt,... la convivialité, qu'autrefois on pouvait trouver dans le quartier ou la bourgade en bavardant chez l'épicier du coin ... Maintenant, c'est la "promiscuité" sans la "convivialité" - ou si peu - dans les tours et les barres HLM, comme c'est l'anonymat dans les grandes surfaces...

 

   Certes, il y a encore des associations d'entraide pour venir en aide aux plus démunis, comme le Secours Populaire, le Secours Catholique, les Petits Frères des Pauvres, les Restaurants du Coeur du regretté Coluche ...et même, en dehors de toute préoccupation alimentaire, des initiatives comme le "Pain de l'Amitié" à Bordeaux, qui apporte simplement une "écoute" ...Mais ces actions restent trop rares et trop dispersées, et elles ne peuvent pas apporter une "présence" permanente ...En fait, il y a une évolution des comportements, où, après être passé d'un excès de "libéralisme" à un excès de "socialisme", on dérive maintenant vers un excès "d'individualisme", où chacun cultive son "égo" sans s'occuper des "autres"...

 

   Il y a donc une "convivialité à reconstruire", et ceci à tous les niveaux : au niveau de la famille, par exemple pour trouver le temps de discuter avec les siens de choses même banales plutôt que de "regarder la télé" chacun de son côté ...ou pour inviter ses parents ou grands-parents ou leur rendre régulièrement visite, ...au niveau du quartier, pour animer des associations, s'occuper des jeunes plutôt que de les laisser faire n'importe quoi en bas des escaliers ou dans la rue, ...au niveau de la bourgade ou de la ville, pour organiser des fêtes locales ...et donc, multiplier les rencontres réellement "conviviales", ce qu'assurément ne peuvent pas apporter des rassemblements factices et "arrosés" de ces soi-disant "apéros-géants"...

 

 

 (*) http://www.doctissimo.fr/html/sante/mag_2001/mag0302/sa_3625_alcool_jeunes.htm

          Emission télévisée France 5 - Mardi 25 Mai  2010  20h35 - "Ivresses d'enfer" - Alcoolisme des jeunes

 

  (**) Voir Journal La Croix du vendredi 21 mai 2010

 

  

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires