Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 17:50

   On répète à l'envi que la France est en crise, et ceci dure depuis la fin des soi-disant "Trente Glorieuses" en 1980, au point qu'on ...finit par ne plus savoir si la crise est un état normal ...ou si l'état normal, étant exceptionnel, est une crise...Et il ne s'agit pas seulement de la France, puisqu'on prend à témoin celle des autres pays, comme celle des "subprimes" aux Etats-Unis ...Mais quelle est la "nature" de la crise ?...Une crise économique ? Elle commence à faire long feu ...Une crise sociale ? Le chômage persiste parout ...Une crise morale ?...Eh bien, c'est cela ...On a trouvé ! ...et même, il y a un homme, l'ancien Ministre du budget, Jérôme Cahuzac, pour servir de "bouc émissaire", ce légendaire animal que, dans la Bible, les Hébreux envoyaient dans le désert, chargés de tous les maux dont ainsi ils se débarrassaient...

 

   C'est le sujet de l'éditorialiste du journal Ouest-France  - décidément bon "prophète " dans ce pays - dans son article du 15 avril 2013 :

 

Editorial

lundi 15 avril 2013

Le doute et la défiance

La rupture est-elle consommée, en France, entre le peuple et les élites ? Assurément, ce n'est pas la publication du patrimoine des ministres, ce lundi, qui va éteindre l'incendie allumé par l'affaire Cahuzac. Les Français savent parfaitement que la transparence n'est pas un gage de probité : elle favorise les plus habiles des menteurs et fait le miel des plus malins manipulateurs.

Dans le meilleur des cas, l'opinion publique restera dubitative sur les intentions et la vérité de la démarche. Dans le pire, assez probable, cet étalage offrira matière à de nouveaux doutes, à des rumeurs, à des jalousies. La plus grande des fautes de l'ex-ministre du Budget, c'est d'avoir, par son mensonge, avalisé l'idéologie du soupçon généralisé, qui dévore comme un cancer le pays et ruine toutes les tentatives de redressement.

Le soupçon n'est pas né avec l'affaire Cahuzac. Il vient de plus loin et déborde la sphère politique au sein de laquelle il frappe à droite et à gauche. Avec la crise des subprimes qui a éclaté en 2007 aux États-Unis et a rapidement contaminé la planète, ce sont les élites économiques - acteurs et analystes - qui ont vu s'effondrer leur crédibilité. Les uns avaient pris des risques inconsidérés, fascinés par l'appât du gain, les autres n'avaient rien vu, rien compris.

La crise bancaire européenne actuelle ne fait qu'aggraver les choses. Les affaires qui ont éclaté dans les industries agroalimentaires et pharmaceutiques s'ajoutent à des niveaux de rémunérations choquants de certains dirigeants ou hauts cadres d'entreprise pour faire tomber le discrédit sur le secteur privé alors que le chômage atteint des niveaux historiques !

En 2005, l'échec du référendum français sur le Traité européen manifestait que l'Europe était entrée dans une crise de confiance majeure. Le plus grand projet mondial, à la fois politique, économique et culturel, de la seconde moitié du XXe siècle avait perdu sa force d'entraînement ! Le « non » traduisait un doute profond sur la qualité des élites européennes.

Même les responsables spirituels n'y échappent pas. La confiance dans l'Église catholique a été profondément atteinte par les actes pédophiles commis par des prêtres et trop longtemps couverts par leur hiérarchie, jusqu'à ce que le pape Benoît XVI ne redresse la barre.

Tout récemment, les raisons, certes moins graves, qui ont conduit à la mise en congé du grand rabbin de France, Gilles Bernheim, font planer un doute sur la sincérité de ceux qui sont en charge non pas des biens, mais des âmes, dont on attend plus encore qu'ils soient irréprochables...

La méfiance qui s'étend rend plus difficile la lutte contre le chômage, car elle paralyse l'esprit d'entreprise, et privilégie la dénonciation d'éventuels coupables sur la recherche de solutions. Elle divise, là où il faudrait rassembler. Elle pousse à l'affrontement, là où il faudrait réunir les forces et les intelligences, pour coopérer. Son arithmétique irrationnelle est implacable : les doutes ne se retranchent pas les uns des autres, ils s'ajoutent, se renforcent et se multiplient.

« Tous pourris » ? Certes non. Mais l'ombre du doute ne fait pas le tri des justes et des injustes. Elle moissonne sans discrimination. Dans le passé, de telles situations ont conduit à des déflagrations politiques et internationales majeures. Il faudra bien plus qu'une problématique transparence pour regagner la confiance. Au moins faudrait-il que les citoyens ordinaires aient le sentiment que les élites ne sont pas exemptes du sort commun. On en est loin.

 

 Jean-François Bouthors


Jean-François Bouthors est éditeur et écrivain


   Eh Oui ! On est loin d'avoir une élite exemplaire ...Comment en avoir ? ...Ce n'est pas tous les jours, ni même à chaque génération, qu'on trouve, pour résoudre une crise, des chefs de la trempe d'un Mendès-France ou d'un De Gaulle ...aux patronymes étrangement évocateurs de notre pays...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Economie et Société
commenter cet article

commentaires

loubomyr 19/04/2013 10:15


Où? Pourquoi? Comment? Répondre inlassablement (la meilleure des réthoriques, c'est la répétition) à ces trois questions sur la politique générale du gouvernement et sur la déclinaison de chacun
des ministères aurrait permis au chef de l'Etat et à ses collaborateurs de nous motiver, de nous donner envie ou a contrario de critiquer sur des bases claires ; Au lieu de cela nous avons eu
droit à des messages réactifs en continu, contradictoires et parfois mensongers (ou interprétés comme tels) ; En face, l'oppposition ne peut que brailler et étaler sa consternante bétise, engluée
dans la bataille des égos. Au lieu d'un  choc des projets, nous assistons à une bagarre de cour de récréation. Etant donné qu'un peuple a toujours les chefs qu'il mérite, il faut croire que
nous sommes tombés bien bas. C'est pourquoi, dans notre action quotidienne, dans nos choix de citoyens et de consommateurs, dans nos engagements associatifs, nous devons absolument infléchir le
comportement de nos "zélites" ; Nous n'avons pas d'autres moyens et se réfugier dans le vote populiste et contestataire ne servira à rien. Le changement, c'est pas maintenant avec les
socio-libéraux, le changement c'est nous qui le conduirons ..........

Jacques Heurtault 17/04/2013 00:23


C'est peut-être une crise de foi? (Je ne plaisante pas!) ... Il faut quand même avoir foi en son pays même si on n'est pas d'accord avec la politique conduite par ceux qui le dirigent ...