Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 14:44

   Charles De Gaulle est certainement la personnalité ayant suscité le plus grand nombre de publications en France au 20ème siècle, mais ces publications ont toujours concerné "l'homme public" qui se révèle au pays après son "Appel du 18 juin 1940" et acquiert alors une célébrité comme "Général De Gaulle",...un  titre militaire qui, pourtant, ne lui avait été donné par le dernier Président du Conseil de la 3ème République, Paul Reynaud, que comme "Général de Brigade" (2 étoiles) à titre temporaire, mesure rapportée peu après par le "Maréchal" Pétain, son ancien ...protecteur, et accompagnée le 2 août 1940 de la déchéance de la nationalité française et d'une condamnation à mort pour désertion ...Il faut préciser qu'envoyé à Londres pour y négocier une intervention de l'Angleterre, et averti de l'intention du Maréchal Pétain de demander à l'Allemagne un armistice - effectif le 22 juin 1840 - il avait alors obtenu l'accord du 1er Ministre britannique Winston Churchill - voyant en lui "l'homme du destin" - pour dénoncer cette intention, s'affirmant  comme le réprésentant de l'honneur de la France, à laquelle, dès lors, il s'identifiera jusqu'à sa mort...

 

   Il est donc intéressant, à propos du Général De Gaulle, de sortir des sentiers battus, et de lire l'ouvrage de l'historien Michel Tauriac intitulé "De Gaulle avant De Gaulle" , avec le sous-titre "La construction d'un homme" (*), révélant ce que fut sa jeunesse, au sens ...large, puisqu'il évoque "l'homme" de sa naissance le 22 novembre 1890 à ...son fameux Appel du 18 juin 1940, alors qu'il avait déjà ...50 ans !. ..

 

   - Première surprise dans ce récit ...A la sortie de l'enfance, le "petit Charles" n'est pas particulièrement attiré par les armes, car il se passionne pour la littérature et l'écriture ...Il lit les romans de l'époque : Sans Famille, Robinson Crusoë, Robinson Suisse, Le dernier des Mohicans, etc ...et il compose ...des poèmes !...Il est vrai qu'un jeune garçon suit souvent l'exemple de son père, et celui-ci; Henri De Gaulle, est Professeur de philosophie dans un collège privé de Paris ...Cette passion littéraire ne le quittera d'ailleurs pas, puisque non seulement il se tiendra toute sa vie au courant de la littérature, fréquentant volontiers des écrivains, mais il écrira aussi beaucoup - l'équivalent de deux mètres de "linéaire" en terme de libraire - surtout sur des sujets ...militaires...

 

   - Car, dès l'âge de 15 ans, il est attiré par le métier des armes ...L'anecdote est célèbre du jeune adolescent jouant avec ses soldats de plomb ....et se mettant en scène : "le Général De Gaulle" (déjà ...il ne doutait de rien !) ...Mais il faut rappeler qu'alors le nationalisme était très vif et que les Français aspiraient à la restitution de l'Alsace et de la Lorraine perdue à la fin de la Guerre de 1870 ...Ce sera même l'une des raisons du déclenchement de la Guerre de 1914-1918 ...Et ce n'est pas par hasard que le jeune Charles se passionne alors pour Maurice Barrès et Charles Péguy, dont il retiendra le patriotisme, le goût de l'ordre ("L'ordre seul fait en définitive la liberté"), ...mais aussi le style cadencé qui marquera, par exemple, son discours à l'Hôtel de Ville de Paris le 25 août 1944 ("Paris outragé, Paris brisé, Paris martyrisé, mais Paris ...libéré ! ...libéré par son peuple"...) ...En 1909, il n'en est pas encore là : reçu à l'Ecole de Saint-Cyr, il effectue une année de service obligatoire en 1912 comme soldat au 33ème RI à Arras, sous les ordres du Colonel ...Pétain. Il participe ensuite comme Lieutenant à la Guerre, où il est blessé trois fois, la dernière à Douaumont lui valant d'être ramassé par des Allemands et de finir le conflit comme prisonnier, ce qui le fera d'ailleurs enrager en raison de ses rêves de gloire, mais lui permettra de connaître un autre prisonnier célèbre, le Russe Toukachevsky ...Il se consolera en combattant celui-ci dans une campagne contre l'Armée Rouge en Pologne ( 1919-1921)...

 

   - Il devient alors Professeur à l'Ecole de Saint-Cyr, grâce à l'appui de Pétain devenu Maréchal  et Chef des Armées ...Mais il ne va tarder à y faire scandale ...Compte tenu de son expérience militaire, il a déjà publié divers ouvrages dont  "La Discorde chez l'ennemi "(1924), "Le Fil de l'épée" (1932) suivi plus tard de "Vers l'armée de métier" (1934) ...et il y enseigne en effet une théorie alors révolutionnaire consistant à organiser des divisions blindées chargées d'enfoncer le front ennemi pour permettre l'avancée ultérieure de l'infanterie, alors que, suivant la pratique suivie pendant la Guerre 1914-1918, la doctrine officielle était l'utilisation des chars seulement mêlés à l'infanterie ...De même, il ne cesse de dénoncer l'inutilité de la coûteuse Ligne Maginot, car il lui paraît évident que celle-ci, s'arrêtant à la Meuse, sera contournée par la Belgique ...Cela lui vaut l'hostilité de la hiérarchie militaire, dont la première conséquence sera pour lui un retard dans les promotions de grade, puisqu'il ne devient Général de brigade qu'en 1940 alors qu'il était déjà lieutenant en 1914, soit 26 ans auparavant, ce qui n'a rien d'éblouissant ... Et ceci alors que ses supérieurs estimaient en 1914 "qu'il avait l'étoffe d'un grand chef" ...pour ne pas dire "qu'il avait un bâton de Maréchal dans sa giberne" ...L'animosité de la hiérarchie sera telle que, même après sa mort , elle prétendra n'accorder qu'une pension de reversion de Colonel à sa veuve Yvonne, parce qu'il n'avait été que ...Général de brigade à titre temporaire !...

 

   Car Charles De Gaulle s'était marié avec Yvonne Vendroux le 6 avril 1921, et avait eu ensuite avec elle trois enfants : Philippe, Elisabeth et Anne ...De Philippe, il s'occupera peu, refusant même d'intervenir dans la carrière militaire de celui-ci, qui deviendra Amiral par son seul mérite ...Il s'intéressera davantage à Elisabeth, qui se mariera avec son officier d'ordonnance Alain de Boissieu (**) ...Mais on retient surtout la tendresse qu'il manifestera pour sa cadette, Anne, née trisomique, et il y a une photographie émouvante où, en 1932, il est assis dans un transat sur une plage et chante une comptine à sa petite fille ...Par contre, on ne connaît pas grand-chose de la vie intime de Charles avec Yvonne, celle-ci ayant brûlé toutes ses affaires et correspondances après sa mort, ne voulant pas de "reliques" ...Lui-même, d'ailleurs, avait donné la consigne formelle de ne pas avoir de "funérailles nationales" et de ne pas être enterré au Panthéon ("Aux grands hommes, la Patrie reconnaissante"...), mais dans le petit village de Colombey-les-deux -Eglises ...

 

   Charles De Gaulle avait en effet acheté avec l'aide financière de son épouse un petit manoir en Lorraine en 1934 "pour être seul avec ceux qu'il aime" ...et "pour travailler dans le silence de la forêt voisine et celui de son bureau que ne troublera que le grincement de sa plume" ...car l'homme d'armes est resté un homme de plume, et c'est là qu'il rédigera plus tard ses "Mémoires de Guerre" ...et ses "Mémoires d'Espoir" interrompus par sa mort due à une rupture d'anévrisme le 9 novembre 1970 ...C'est là aussi qu'il fera sa "traversée du désert "...du 26 janvier 1946, où il démissionne de ses fonctions de Président du Conseil de la 4ème République, ... au 29 mai 1958, où il est rappelé par le Président Coty..., faisant adopter peu après par référendum le 4 octobre 1958 une Constitution accordant la primauté du pouvoir exécutif au Président de la République, qu'il devient le 21 décembre 1958...

 

   Mais on n'en est pas là ...On est en juin 1940 ...La France est envahie par les Allemands, fonçant, comme il l'avait prévu, par la Meuse avec les divisions blindées de Guderian, une émule de Charles De Gaulle... Paul Reynaud  - qui avait déjà dit en 1939 "Nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts" a beau affirmer que "la poche de Sedan sera colmatée" ...C'est la débâcle et l'exode, sauf quelques poches de résistance, comme celle des cadets de Saumur sur la Loire ...et une victoire locale sans lendemain des blindés de Charles De Gaulle sur la Somme ...Appelé au gouvernement par Paul Reynaud comme Sous-Secrétaire d'Etat à la Guerre, il le suit dans son transfert à Bordeaux, où il est envoyé en mission à Londres pour y proposer une "union politique" ...Mais le Maréchal Pétain a pris le pouvoir en déclarant de sa voix chevrotante "J'ai fait à la France le don de ma personne pour atténuer son malheur" et il signe un armistice le 22 juin 1940 qui, il faut en venir, est entendu à la radio nationale et salué par une majorité de Français, lesquels avaient été rares auparavant à entendre l'appel d'un général inconnu, averti des négociations prélables, le 18 juin 1940 sur les ondes de la BBC, avec l'accord de Winston Churchill ...On connaît la suite ...La suite d'une histoire remontant à la Guerre de 1870, que beaucoup de Français, un siècle et demi plus tard, ont oubliée ...Mais y-a-t-il lieu de s'en étonner ?... Comme l'a dit aussi le Général De Gaulle, "Les Français étant ce qu'ils sont, et la France étant ce qu'elle est"...


 

(*) Michel Tauriac De Gaulle avant De Gaulle - La construction d'un homme" Ed. Plon 2013

(**) Elisabeth vient de mourir le 3 avril 2013 à l'âge de 88 ans

 

Remarques complémentaires :

 

   - Les oeuvres de Charles De Gaulle , ré-éditées par son fils Philippe, comportent, outre  "La Discorde chez l'ennemi", "Le Fil de l'épée" et "Vers l'armée de métier" déjà citées dans l'article, "Les Mémoires de Guerre" (6 volumes), "Les Mémoires d'Espoir" interrompus (2 volumes), "Les Discours et Messages" (7 volumes), ainsi que "Le film d'une vie" (1 volume). S'y ajoutent de nombreux articles - Ci-après bibliographie :

 

   Œuvres de Charles de Gaulle

  • Une mauvaise rencontre, Imp. de Montligeon, 1906 (écrit à 15 ans)
  • La Congrégation, Hors de France, Revue du collège d'Antoing (no 6) 1908
  • Carnet de campagne d'un officier français, Revue de Paris (no 6) 1920
  • La Discorde chez l'ennemi, Berger-Levrault 1924
  • Le Flambeau (1re et 2e parties) Revue militaire, (no 69 et 70) 1927
  • La Défaite, question morale, 1927-1928
  • Philosophie du recrutement, Revue de l'Infanterie (no 439) 1929
  • La Condition des cadres dans l'armée, 1930-1931
  • Histoire des troupes du Levant, Imp. nationale 1931 (en collaboration avec le cdt Yvon, le col de Mierry collaborant à la préparation du texte final)
  • Le fil de l'épée, Berger-Levrault 1932
  • Combats du Temps de paix, Revue de l'Infanterie (no 476) 1932
  • Pour une politique de défense nationale, Revue Bleue (no 3) 1933
  • Le soldat de l'Antiquité, Revue de l'Infanterie 1933
  • Forgeons une armée de métiers, Revue des Vivants 1934
  • Vers l'armée de métier, Berger-Levrault 1934
  • Le problème belge, Revue Défense Nationale 1936
  • La France et son Armée, Plon 1938
  • Discours de guerre, Paris ; Fribourg : LUF (Librairie universelle de France) Egloff, 1944-1945, 3 vol. (Collection Le Cri de la France. Série 2 ; 1 ; 2 ; 3), imprimés à Genève.
  • Trois études, Berger-Levrault 1945 (Rôle historique des places fortes ; Mobilisation économique à l'étranger ; Comment faire une armée de métier) suivi par le Mémorandum du 26 janvier 1940.
  • Mémoires de guerre
    • Volume I - L'Appel, 1940-1942 Plon 1954
    • Volume II - L'Unité, 1942-1944 Plon 1956
    • Volume III - Le Salut, 1944-1946 Plon 1959
  • Mémoires d'espoir
    • Volume I - Le Renouveau, 1958-1962 Plon 1970
    • Volume II - L'effort, 1962… Plon 1971
  • Discours et Messages
    • Volume I - Pendant la Guerre, 1940-1946 Plon 1970
    • Volume II - Dans l'attente, 1946-1958 Plon 1970
    • Volume III - Avec le Renouveau, 1958-1962 Plon 1970
    • Volume IV - Pour l'Effort, 1962-1965 Plon 1970
    • Volume V - Vers le Terme, 1966-1969 Plon 1970
  • Lettres, Notes et Carnets
    • Tome 1 - 1905-1918 Plon 1980
    • Tome 2 - 1919-juin 1940 Plon 1980
    • Tome 3 - Juin 1940-juillet 1941 Plon 1981
    • Tome 4 - Juillet 1941-mai 1943 Plon 1982
    • Tome 5 - Juin 1943-mai 1945 Plon 1983
    • Tome 6 - Mai 1945-juin 1951 Plon 1984
    • Tome 7 - Juin 1951-mai 1958 Plon 1985
    • Tome 8 - Juin 1958-décembre 1960 Plon 1985
    • Tome 9 - Janvier 1961-décembre 1963 Plon 1986
    • Tome 10 - Janvier 1964-juin 1966 Plon 1986
    • Tome 11 - Juillet 1966-avril 1969 Plon 1987
    • Tome 12 - Mai 1969-novembre 1970 Plon 1988
    • Tome 13 - Compléments de 1924 à 1970 Plon 1997
  • Textes, allocutions déclarations et notes. La Documentation française no 216 (25 septembre 1967)
    • Voyage en Pologne du général de Gaulle, président de la République (6 - 11 septembre 1967)

 

   - La conclusion  ambigüe de l'article a été complétée (texte souligné) en tenant compte de la remarque faite par le 1er commentateur  : " "la suite d'une histoire remontant à la Guerre de 1870, que beaucoup de Français, un siècle et demi plus tard, ont oubliée ...(errare humanum est)

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Personnalités
commenter cet article

commentaires

Jean Daumont 12/04/2013 10:28


   Je vous rappelle que la Bible - Ancien et Nouveau Testament - n'a jamais été un livre d'histoire - au sens de l'histoire moderne fondée sur l'analyse aussi objective que possible de
données - mais est essentiellement un livre "d'histoires"- au sens de témoignages de l'existence de Dieu...


  En l'occurrence, je ne discuterai pas du cas de Moïse, sur l'existence duquel les historiens se sont toujours interrogés dès le début de l'exégèse des textes bibliques...


   Par contre, je maintiens mon propos concernant Jean, ayant simplement repris le texte du livre de Jean-Christian Petitfils dans son livre sur Jésus (Ed.Fayard) :"Les historiens
reconnaissent qu'à côté de ses éblouissantes perspectives théologiques son Evangile est le plus historique..."


  Vous n'ignorez pas que j'ai toujours manifesté de l'intérêt pour l'histoire des religions qui, en linéaire dans ma bibliothèque, dépasse la longueur des livres sur De Gaulle, ce qui n'est
pas peu dire ...A ce titre, je vous recommande, outre le livre de Petitfils


   - Finkelstein - Silberman La Bible dévoilée Ed.Bayard


   - John P. Meir - Un certain juif Jésus (4 volumes) Ed. du Cerf

Jacques Heurtault 12/04/2013 01:30


L'évangile selon Jean n'est certainement pas le plus historique. Il est, bien au contraire, le plus "allégorique" ...


Dans le même esprit, il est écrit, dans la Bible, que c'est Moïse qui a rédigé le "Pentateuque" (les cinq premiers livres de la Bible). La preuve, nous disent certains, c'est que c'est écrit dans
la Bible elle-même! La belle "preuve" que voilà ... C'est quand même un peu court comme "démonstration". Des "historiens" comme ça, non merci! ...

Jean Daumont 11/04/2013 17:07


Nul ne peut prétendre de façon péremptoire que Jésus n'a pas existé, ni qu'il a existé ...Mais il y a néamoins des témoignages - même tardifs - sur son existence ...Les Evangiles en sont un,
notamment celui de Jean, le plus "historique" ...Ceci dit, il a été seulement un prédicateur inspiré, dont la modestie et l'appel à la solidarité entre les hommes avait retenu l'attention en son
temps ...C'est sa conception de "Royaume de Dieu" qui lui vaut l'exécution par Ponce Pilate, les Roaims craignant comme la peste le retour d'un "Roi" dans cette région, les prêtres juifs l'ayant
dénoncé parce qu'il avait condamné leur comportement ...Quant à être un Dieu, lui-même l'a nié auprès des siens ...Sa divinisation est une affaire tardive opérée par l'Eglise ...S'il revenait sur
terre (résurrection ?!), il serait horrifié par le christianisme ...Ne pas oublier que Jésus-Christ n'a jamais érté ...chrétien !...


Pour plus de détails, voir sur mon blog


Colonne gauche/Clic gauche-religion/Recherchez Jésus-OK/5ème article-l'existence de Jésus/Clic droit sur http://etc ...ouvrir le lien etc...

Jacques Heurtault 11/04/2013 10:41


Il convient de préciser que nous n'avons aucune preuve historique de l'existence de Jésus puisque la seule "source", ce sont les évangiles, lesquelles ont été écrites plusieurs dizaines d'années
après le décès supposé de Jésus sans jamais faire référence à un seul écrit antérieur d'origine administrative.


Par contre, les historiens sont absolument certains qu'un "procurateur" romain appelé Pontius Pilatus a bel et bien été en fonction à Jérusalem à l'époque supposée où Jésus aurait vécu.

Jean Daumont 10/04/2013 08:41


   Au départ, mon intention était modeste : rendre compte d'un ouvrage venant de paraître (Février 2013) ...Mais à l'arrivée, je dois reconnaître que mon choix de parution n'est pas
innocent ... Il est vrai que je peux me réfugier dans un propos semblable à celui de ...Jésus-Christ à qui Pilate demandait s'il était roi, ..."C'est vous qui le dîtes" !...