Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 15:37

   L'autorité ?...Vieux problème en France, et certainement aussi en Gaule, auparavant ...Et ceci, aussi bien dans le domaine privé - où l'autorité du "paterfamilias" s'exerçait sur la mère comme sur les enfants - que dans le domaine public où s'est toujours posé le problème de l'ordre, que celui-ci ait été assuré par des Conseils, des Rois, des Empereurs ou des Présidents de République ...C'est d'ailleurs parce que l'autorité n'était pas exercée de façon satisfaisante par ces divers modes de gouvernement que des "chefs" sont apparus, qu'il s'agisse de Louis XIV après la Fronde, de Napoléon Bonaparte après les désordres suivant la Révolution de 1789, de son neveu Louis-Napoléon après la Révolution de 1848, de Clémenceau à l'occasion de la Guerre de 1914-1918 après la valse des ministères sous les Présidents impuissants de la 3ème République ...et du Général De Gaulle qui, après une vaine tentative au début de la 4ème République en 1945, restaura un pouvoir exécutif fort par la Constitution de 1958 complétée par la réforme de 1962 attribuant au Président de la République élu au suffrage universel l'essentiel de l'autorité publique...

 

   Cette autorité, depuis lors, n'a pas été réellement contestée par les Français, aussi bien de "gauche" que de "droite" puisqu'après Pompidou et Giscard d'Estaing elle a été exercée sans scrupule par Mitterrand - en dépit de sa diatribe antérieure sur le "Coup d'Etat permanent" - avant de revenir à Chirac - la "co-habitation" imposée à ces deux derniers par une majorité opposée à l'Assemblée ayant tout au plus entraîné un partage de l'autorité et non la ruine de celle-ci... Ensuite, il y a eu Sarkozy, qui n'a certes pas renié cette autorité, mais a eu néanmoins le tort "d'en faire trop", oubliant que, comme pour l'impôt, "trop d'Etat tue l'Etat"...

 

   Ce n'est pas le cas pour Hollande ... avec qui l'autorité de l'Etat est de plus en plus contestée ...Non seulement, à la base, l'opinion est de plus en plus mécontente - les sondages révélant un effondrement des opinions favorables à moins de 25 % - mais les manifestations, naguère réservées au mécontentement contre les gouvernements de "droite", se multiplient, qu'il s'agisse  des "travailleurs" ou des "étudiants" - comme en 1968 - tandis que le chômage atteint des sommets jusque là inconnus (3.295.000 "déclarés" en septembre 2013) ...et la contestation atteint les Ministres eux-mêmes qui se chamaillent - comme Duflot et Valls à propos des Roms - oubliant la formule lapidaire de l'ancien socialiste Chevènement : "Un Ministre, ça ferme sa gueule, ou ça démissionne" ...Et que fait Hollande ? Il a en main tous les instruments de l'autorité que lui donne la Constitution de 1958 - les ordonnances, le vote bloqué, voire le référendum ou l'article 16 - ...et ...il abaisse l'autorité de l'Etat jusqu'à agir comme un maître d'école en intervenant solennellement à la télévision pour s'occuper du cas d'une jeune immigrée clandestine reconduite avec sa famille à la frontière à l'initiative de son Ministre de l'Intérieur, alors qu'elle ne fréquentait même pas l'école qui lui était légalement offerte, à en juger par une enquête de l'Inspection générale ...Abaissement tellement grand que la péronnelle en cause s'est même permis de se moquer du Président !... Le monde à l'envers !...

 

   Le monde, peut-être pas ...même si l'opinion internationale se fait actuellement des "gorges chaudes" de cette histoire ...Mais la France, certainement !... Où est l'autorité de l'Etat ? ...On ne gouverne pas en louvoyant, en cherchant à concilier tout et son contraire ...On n'est pas dans le parti socialiste traditionnellement habitué à rechercher des motions de synthèse, comme Hollande avait la compétence de le faire, quand il en était le secrétaire général ...C'est parce qu'il n'avait pas assez d'autorité que Louis XVI avait été renversé en 1789, mais il avait l'excuse de ne pas avoir été formé pour gouverner, puisque le trône ne lui était pas destiné à l'origine ...Ce n'est pas le cas de Hollande : il a voulu être Président et il l'est devenu ...Alors, qu'il fasse preuve d'autorité !...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Politique Intérieure
commenter cet article

commentaires

Jacques Heurtault 30/10/2013 21:51


Deuxième bon point pour vous!


J'ai les nerfs à fleur de peau en ce moment!

Jean Daumont 30/10/2013 09:16


Et il en a remis une couche avec l'éco-taxe !...

Jacques Heurtault 29/10/2013 23:54


Bingo! Un bon point pour vous!

Jean Daumont 27/10/2013 09:39


Je n'en ai pas fait le compte, mais avant même de m'échiner à le faire, je peux citer l'exemple que j'ai entendu ce matin à la radio Europe 1 : la volte-face concernant les plans d'épargne, que
le Ministre concerné n'a pas pu faire sans l'accord du Président...

Jacques Heurtault 26/10/2013 17:00


Pouvez-vous donner des exemples d'incohérences? Personnellement, je n'en vois pas.