Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 17:09
   Le hasard - semble-t-il - fait coïncider actuellement en France un débat sur "l'identité nationale" avec la commémoration de la chute du Mur de Berlin en 1989 ...Un hasard qui donne à réfléchir...

   Le débat sur l'identité nationale n'est pas nouveau, puisqu'il est relancé régulièrement chaque fois que la "nation" est mise en cause tant sur le plan intérieur - par exemple à propos des langues régionales ou de l'organisation territoriale - que sur le plan extérieur - qu'il s'agisse de l'Europe, de l'OTAN ou de...G 6...8 ..12 ...ou 20 ...Ce débat avait déjà été entrepris en 1987 par la Commission de la Nationalité présidée par Marceau Long sur le thème "Etre Français aujourd'hui et demain"... Il est donc repris par le Ministre  Eric Besson, Socialiste rallié au Président Nicolas Sarkozy, sur le thème de "l'identité nationale", expression déjà employée en partie pour désigner son Ministère de l'Identité Nationale, de l'Immigration et de l'Intégration, appellation dont la longueur est déjà significative...car elle laisse entendre que le débat doit porter sur l'alternative entre "l'intégration" et "l'exclusion" ...Question particulièrement "sensible" en France, ne manquant pas déjà de susciter des réactions contradictoires, non seulement entre partis politiques mais au sein de chacun d'eux...

   Une réflexion sur la "nation" mérite pourtant mieux qu'une simple querelle politicienne, car la notion même de nation est totalement respectable si elle traduit réellement "un sentiment d'unité collective bâti sur une évolution historique commune", conformément à la définition du dictionnaire ...Le problème est seulement - la réserve est importante - de contrôler l'usage qui peut en être fait ...Mais un tel contrôle ne peut pas être assuré sans un accord préalable sur les éléments fondant une nation, et le cas de la France est à ce titre particulièrement révélateur :

   - La nation française n'est évidemment pas un simple "territoire", même si elle occupe un espace relativement homogène, avec la place largement prédominante de l "l'hexagone", complétée par la Corse et les "territoires d'outre-mer" dont l'importance n'est pourtant pas négligeable, puisqu'ils contribuent au rayonnement français à travers le monde...

   - La nation française n'est pas davantage une communauté "ethnique", car sa population résulte d'apports variés au cours des siècles, avec le tréfonds préhistorique, les Celtes, les Romains, les Francs (qui lui ont donné leur nom alors qu'ils étaient très minoritaires), les Germains, les Normands ...et à l'époque contemporaine  des immigrants divers : Flamands, Polonais, Italiens, Espagnols ..puis Nord-Africains, Africains noirs, réfugiés de l'Europe orientale ...donc, comme on a pu le dire, une population de "métis", qui n'en ont pas moins fait "d'excellents Français" suivant la formule de Maurice Chevalier..
.
   - La nation française n'est pas non plus une unité "linguistique", d'abord parce que la langue française s'est largement répandue à travers le monde à la faveur de la colonisation et concerne beaucoup d'autres nations (Canada, Afrique du Nord, Afrique Noire, Indochine, Océanie...), et aussi parce qu'elle "co-habite" avec de nombreuses langues régionales (breton, basque, occitan, etc...) qui persistent en dépit de l'ordonnance de Villers-Cotterets au 16ème siècle qui linstituait la langue française comme langue administrative ...et des Constitutions républicaines l'affirmant comme la langue ...nationale..
.
   - La nation française n'est pas non plus un Etat "religieux", même si elle est profondément marquée par l'influence judéo-chrétienne ...Elle s'affirme d'ailleurs comme "laïque" - affirmation originale dans le monde - à l'opposé de pays se fondant sur leur religion, comme les Républiques islamiques, l'Etat juif d'Israël ou L'Eire catholique ...

   Alors, si aucun de ces éléments ne suffit à la définir, qu'est-ce donc que la Nation Française ?...L'addition de tous ces éléments ?...Mais une addition  donne un "total"  et non une"réalité vivante" ...On en arrive donc à une notion complexe, même si elle paraît simple, qui est le fait de "vivre ensemble " ...c'est-à-dire d'abord d'avoir une histoire commune qui a conduit au rapprochement de gens divers - à ce titre, la Guerre 1914-1918, en créant des "frères d'armes", a fortement contribué à l'unité de la nation -  mais aussi d'avoir adopté démocratiquement les mêmes droits et devoirs ... Autrement dit, l'unité s'est faite dans la diversité ...On se sent "français" comme on se sent de son village ou de sa ville ou de sa région ...On soutient en tous domaines "l'équipe de France" comme on soutient son "équipe locale" ...

   Mais ce sentiment d'appartenance ne peut relever que d'une adhésion à la fois personnelle et collective ...Il est évidemment inconciliable avec toute autre considération ...En particulier, il ne peut pas résulter d'un soi-disant "droit du sol" qui limite la nation  ...à son territoire ...On ne peut pas devenir le citoyen d'un pays  uniquement parce qu'on y réside, sans en avoir exprimé le voeu et manifesté son souci d'en respecter les "valeurs" ...Et, de même, il ne peut y avoir valablement de "nationalisation" automatique, sous le seul prétexte de régulariser des situations qu'on n'a pas su empêcher, comme celle des immigrants clandestins et des regroupements familiaux ...La France a traditionnellement été un pays d'accueil, mais, comme l'a souligné le socialiste Michel Rocard, "elle ne peut pas accueillir toute la misère du monde" et il est légitime qu'elle assure un contrôle de l'immigration et garde le droit d'expulser ceux qui refusent leur intégration et constituent même des "communautés étrangères" ayant ses propres lois dans des "zones de non-droit" entourées d'une sorte de "mur" invisible ou parfois, en cas d'émeute, bien réel sous forme de barricade...

   Par opposition, l'Allemagne a malheureusement donné l'exemple d'une dérive de son "identité nationale" au 19ème et au 20ème siècle ...Après avoir constitué pendant un millénaire un ensemble disparate (le Saint-Empire Romain Germanique, puis la Confédération), et peut-être à cause de cette longue carence, la nation allemande  a finalement réalisé son unité avec les Prussiens Bismarck et Guillaume II essentiellement par la force, sans consultation des autres populations et, si besoin était,  contre d'autres nations (Pologne , France, Danemark) ...Puis, au terme de 2 guerres (1870 et 1914-1918) dont elle avait eu la responsabilité, elle s'est laissé entraîner par Hitler dans une politique discriminatoire prétendant  assurer un "espace vital" à la "race germanique" et conduisant à une nouvelle guerre (1939-1945), dont l'Allemagne sort coupée en deux - un "rideau de fer" - selon l'expression de Churchill - ayant alors séparé l'Europe Orientale communiste de l'Europe Occidentale libérale et abouti en 1961 à l'édification d'un "mur" entre la République dite Démocratique Allemande et la République Fédérale Allemande, et notamment du "Mur de Berlin", bientôt qualifié de "Mur de la Honte" ...

   Car le "Mur" a toujours été, à travers l'Histoire, le moyen ultime de séparer les peuples ...pour les défendre ou pour empêcher leurs déplacements ...des légendaires murailles de Jéricho en Palestine au Mur d'Hadrien en Ecosse ...ou de la Grande Muraille de Chine aux barbelés séparant la Corée du Nord et la Corée du Sud ...On comprend alors que la "chute du Mur de Berlin" le 9 novembre 1989 ait pu être saluée par les Allemands comme un retour de leur identité nationale ...et même être considérée dans un contexte de "mondialisation" croissante comme "l'avènement d'un monde pacifié et sans frontières" ...Malheureusement, vingt ans plus tard, la planète n'a jamais été hérissée d'autant de barrières infranchissables ...Selon un historien (*), plus de 26.000 kilomètres de nouvelles frontières ont été mises en place durant cette période et, si les programmes annoncés de murs et barrières sont menés à leur terme, il s'étireront sur 18.000 kilomètres ...Déjà un mur a été édifié par l'Etat d'Israël en 2005 contre les Palestiniens, et maintenant une "palissade" est construite par les Etats-Unis à la frontière du Mexique pour arrêter une immigration indésirable...                                                               

   Ainsi donc, alors que les "nations" devraient être un moyen de s'unir dans un cadre "international" en respectant la diversité des peuples, elles deviennent de plus en plus un prétexte à des replis dans des frontières ...Peut-être ne s'agit-il que d'une crise de confiance passagère dans un monde perturbé par des difficultés économiques et sociales et cherchant à se défendre contre la recrudescence du terrorisme ...Mais peut-être aussi "l'identité nationale"n'est décidément pas le bon chemin pour parvenir à la paix du monde...
   
 (*) Michel Foucher  "Des Frontières et des Hommes" - Festival Thionville 2 au 26 novembre 2009
                                      www.desfrontieresetdeshommes.eu

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Polit. internationale
commenter cet article

commentaires

Jacques 15/11/2009 11:39




Identité Nationale : M. Sarkozy, parlez pour vous…… !!!






« Nous avons fini par ne plus savoir très bien qui nous étions »


(NS, 12 /11 /09, La Chapelle en Vercors)





C’est peut-être son cas, ce n’est pas le mien !



La suite sur:


www.lamauragne.blog.lemonde.fr



Bien cordialement,



jf.



Jacques Heurtault 14/11/2009 19:15


Ah! D'après "l'autre Jacques", la France est une baliverne ... ? Je ponctue par un point d'interrogation car je veux croire qu'il s'agit d'un excès de langage de sa part.


Jacques 10/11/2009 22:19


"L'esprit d'équipe" vous paraît "souhaitable  EN TOUS DOMAINES" dites-vous.
Eh bien ce soir, vous êtes servi.
Depuis deux jours que le "Président" nous a menti effrontémment, toute "son équipe" ment avec lui, jusqu'au Premier Ministre convaincu d'être un arracheur de dent grâce à un journal, ni de droite,
ni de gauche, encore moins d'extrême droite, le JOURNAL OFFICIEL !!!!

Elle est belle l'image de "l'identité nationale" que tous ces messieurs sont en train de nous livrer pour une poussée d'ego de M. Sarkozy. !!!!!

Mais qu'est-ce qui lui a pris de nous raconter de telles balivernes alors que personne ne lui demandait quoique ce soit à ce sujet ???!!!!

jf.


Jean Daumont 10/11/2009 15:44


   Vous "pinaillez" quelque peu, mais vous avez raison : il convient d'être précis pour éviter des erreurs et des malentendus... Pour Besson, j'aurais dû écrire "ancien socialiste" et
pour Rocard, il était effectivent important de donner la citation complète ...Quant à cette histoire d'équipe, il s'agit d'une "image" ne recouvrant pas spécialement le sport ...Je voulais évoquer
"l'esprit d'équipe" qui me paraît souhaitable en tous domaines ...


Jacques 10/11/2009 10:53


Cher M. Daumont, je suis très surpris de certains de vos propos ci dessus !
1) vous écrivez à propos de M. Besson:
"Socialiste rallié au Président Nicolas Sarkozy".
C'est plus que polémique, puisque M. Besson n'a plus sa carte du PS et qu'il est actuellement Secrétaire Général Adjoint de l'UMP.
2) vous citez M. Rocard:La France a traditionnellement été un pays d'accueil, mais, comme l'a souligné le
socialiste Michel Rocard, "elle ne peut pas accueillir toute la misère du monde".

De grâce, je vous en prie, faites donc la citation COMPLETE:
"La France ne peut accueillir toute la misère du monde, MAIS ELLE DOIT EN PRENDRFE FIDELEMENT SA PART".

3) Vous écrivez également ceci:On se sent "français" comme on se sent de son village ou de sa ville ou de sa
région ...On soutient en tous domaines "l'équipe de France" comme on soutient son "équipe locale" ...

Personnellement, je ne "soutiens" ni l'Equipe de France" ni l'OM.
Alors, si je vous comprends bien je ne suis ni Français, ni Provençal.... DIANTRE !

Ceci dit, vos rappels historiques, comme toujours, me ravissent.
Et votre conclusion me va très bien.

Et puisque nous parlions de Rocard, voici ce qu'il vient de déclarer:


L'identité nationale selon Rocard : "un débat
imbécile"


Alors que s'ouvre le "grand débat sur l'identité nationale", Nouvelobs.com donne la parole à Michel Rocard : "L'idée que l'identité nationale fasse doute et qu'il faille en rediscuter me
stupéfie", explique l'ancien Premier ministre, car "la logique de fabrication de la France se détruit si on la ferme". Interview.

La totalité de son interview se trouve sur:

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/20091102.OBS6600/?xtmc=rocardidentitenationale&xtcr=1

Bien cordialement,

jf.