Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 16:08

    Ainsi donc, dans cette histoire de la Société Générale, la justice a pris une "décision exemplaire", qui doit satisfaire l'opinion publique ...puisque la justice est rendue, comme  chacun sait, "au nom du peuple français" ...L'ennui est que l'opinion n'est pas  rassurée, ...elle est même troublée, comme l'explique Bernard Le Solleu dans son éditorial du 6 octobre 2010 paru dans le journal Ouest-France (le dessin humoristique étant de Chaunu) :

 

   "On ne badine pas avec l'argent des banques. La spéculation est un sport à hauts risques judiciaires ...quand on perd...Jérôme Kerviel, le trader bigouden, le jeune homme de Pont-l'Abbé  qui avait gravi les échelons de la salle des marchés de la Société Générale, s'il en doutait encore, l'a appris, hier, à ses dépens. Le jugement le concernant est sans pitié aucune. Les procureurs l'avaient accablé. La banque réclamait une peine exemplaire. Les juges le crucifient ...Ce fraudeur "cynique" a mis en péril, écrivent-ils, l'un des plus grands établissements français, un pilier de la finance mondiale...

   Pourquoi tant de hargne ? Il n'est pas le premier employé de banque qui tombe, fasciné par le veau d'or. Mais lui, contrairement à d'autres, n'a pas détourné d'argent, il ne s'est pas enrichi, même s'il rêvait de bonus mirifiques ...Il s'est laissé griser par le monde virtuel de la spéculation informatique, des passages d'ordre automatiques par simples clics. Il a fini par se croire installé, sûr de sa chance, à une table de casino où, lorsqu'on a la main, rien ne peut vous arriver. Les cartes, comme le marché, finissent toujours par se retourner en faveur des gagneurs...

 

   Kerviel s'est trompé de métier. Mais, ce faisant, il a donné, de la Banque en général, deKerviel-copie-1.jpg la Société Générale en particulier, l'image d'un monde focalisé sur la spéculation, sans foi ni loi, au moment même où, crise des "subprimes" oblige, le temple vacillait sur ses bases... L'un des rois de la place, Daniel Bouton, l'indéboulonnable président de la Société Générale, se retrouvait nu, le sang glacé d'effroi ...Sa banque, censée être la plus sûre, avait frôlé le gouffre. Il ne s'en est pas remis.

 

   Kerviel, sans le préméditer évidemment, a participé à la désacralisation du monde bancaire. L'affaire a mis en émoi l'Elysée. Elle n'était pas seulement financière. Elle était politique. Elle accentuait les doutes de l'opinion sur la bonne marche des affaires et de l'économie. Elle ajoutait ses milliards au creusement des déficits... Kerviel, aux yeux de ses procureurs, avait donc mis en péril "l'ordre public, économique et financier"...Rien de moins . Et les juges ont repris, intégralement, sans nuances, cette analyse.

   La banque peut se réjouir. Elle est totalement disculpée. Quant aux juges, ils estiment n'avoir appliqué que le droit. La défense de Kerviel peut s'en prendre à elle même. Elle s'est empêtrée dans d'insurmontables contradictions ...Mais, à trop accabler cet homme seul, ce n'est pas l'ordre public qui est restauré. C'est le doute...Comment ne pas penser que Kerviel paie pour un système qui, depuis, dans ses contrôles, ses prises de risques, a dû se réformer...

 

   Certes le jeune trader n'est en rien un Robin des Bois de la finance,. Le blanchir était impensable. C'eût été accorder un blanc-seing à tous les spéculateurs dévoyés des salles de marché. Mais l'accabler, lui infliger des dommages et intérêts pharaoniques, hors de portée, peut avoir un résultat contraire au but recherché. L'opinion n'est pas rassurée, elle est troublée. Et l'affaire Kerviel prolongée en appel...

 

   Il est certain que Jérôme Kerviel n'était pas "innocent", mais pour autant était-il "coupable" ?...Il était un "trader" dans une banque, c'est-à-dire un employé chargé d'enrichir celle-ci par de la "spéculation", c'est-à-dire en jouant sur les cours de la Bourse, sans considération particulière pour les intérêts des entreprises concernées et de leurs salariés, et donc sans la moindre "morale" ...Et ce trader avait déjà réussi quelques "affaires" pour la Société Générale - que celle-ci n'avait pas reniées, au contraire - et il en avait seulement retiré quelques primes en plus de son salaire, primes prévues par la banque elle-même pour encourager les initiatives ... Il est possible que ces primes lui soient montées à la tête ...et qu'il se soit vu "trop beau", ...mais l'activité des traders n'est pas seulement personnelle, ...elle est en principe contrôlée en permanence par des "régulateurs" ...et, par conséquent la hiérarchie, et notamment le Président, ne peut esquiver sa reponsabilité ...Ou alors il faut imaginer que cette hiérarchie a le comportement prêté aux commissaires qui, dans les films policiers, disent à leurs inspecteurs, dans des enquêtes difficiles : "Allez-y ...Mais attention ...En cas de problème, je ne vous couvre pas !" ...Car, selon l'aphorisme célèbre, "Prudence est mère de sûreté" ...même si elle confine avec l'hypocrisie et la lâcheté ...Il est tellement plus facile de s'en prendre aux plus faibles pour éviter d'affronter les forts, comme le rappelle un autre aphorisme tiré d'une fable de Jean de la Fontaine - Les animaux malades de la peste - "Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou  noir"...                                                                                                                                                      Autrement dit, et pour conclure, cette affaire n'est qu'une version contemporaine et récurrente de l'histoire ancienne du "bouc émissaire" ... Certes, Jérôme Kerviel a eu la "sottise" d'engager une somme déraisonnable de 15 milliards d'euros, mais il a toujours déclaré qu'il pensait "se refaire", comme il l'avait fait précédemment dans des spéculations mal engagées ...Mais sa hiérarchie, et notamment le président Daniel Bouton - timorés - ont alors pris peur dans le contexte de la crise financière en cours et ont suspendu son action ...De là à porter plainte ...et à poursuivre l'action judiciaire, alors que la Société Générale a rapidement compensé ses pertes, et même au-delà, ..il y a beaucoup plus qu'un pas, il y a une montagne de méchanceté ...aussi haute et aussi bête que  la décision de lui imposer de payer près de 5 milliards d'euros de dommages et intérêts, ce qu'il ne peut évidemment pas satisfaire, d'autant moins qu'il est également condamné à "ne plus exercer directement ou indirectement d'activités financières" ...Il est vrai qu'un responsable de la Société Générale a aussitôt déclaré : "C'est une peine de principe. On ne lui réclamera pas cet argent" ...Dans ce cas, il ne s'agit plus que d'une "décision exemplaire"  ...de "ridicule", pour la banque ...comme pour la justice française !...

   

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans La Justice
commenter cet article

commentaires

sempere isidra 18/04/2012 13:17


Je confirme ma version ,pour cette demande  de regler les taxes fonciére ; mais une precition ,je me suis peut étre mal exprimé , car ces personnes ont payé la maison 280.000 euros et ils
n'ont pas de contrat signé ,ne trouver vous pas cela bizarre et  anormal et que le juge  mandé par l'huissier et regeté cette demande ,c'est pourtant la loi ,et comme je l'ai dis avant,
c'est préciser dans l'acte de vente. Voila pourquoi les tribunaux sont encombré. pourtant rien de plus simple que cette affaire. Je ne comprends pas. Merci de me donner une précition si j'ai fait
une erreur .

sempere isidra 18/04/2012 13:07


Vous dite que la justice et encombré. voila une rason ?


Je vends une maison ,je paye les taxes fonciére ,je les réclames au nouveau propriétaire


pas de réponse ,huissier , le tribunal  rejete la demande : raison acte de vente non signé impossible le juge et nul.


Avocat tribunal reporté .


passage le 05/0402012 renvoyé .


Pourtant cette affaire ne peu pas étre plus simple ,puisque cela et noté sur l'acte de vente il doivent régler le proata des taxes. Alors pourquoi une fois c'etait suffisant ,puisque d'apré la
Loi il doivent payé; cela prouve que les magistrat n'on rien à faire puique cela leur rapporte , enfin je pense ,cela dure depuis 2 ans.

Jacques Heurtault 08/10/2010 22:19



Non, non, non, Jacques Heurtault n'est pas mort!


Non, non, non, Jacques heurtault n'est pas mort!


Car il bouge encore!


Car il bouge encore!


 


On l'voit souvent boucher un coin


A ceux qui s'mettent sur son chemin!


(Au refrain!)


Un autre Jacques saute dans les flaques


Criant "Horreur! Ah! Quelle frayeur!


(Au refrain!)


 


Blague à part, je maintien évidemment tout ce que j'ai écrit ...


Ce jugement a été rendu pour pousser la partie perdante (Kerviel, donc!) à faire appel AFIN QU'UN arrêt de celle-ci permette à la Justice d'ARRÊTER une position parfaitement sensée ... ce qu'elle
n'a pas fait jusqu'à présent!


 


 


 



jacques 07/10/2010 22:14



Tiens, notre JH bouge encore...Mais pour nous dire une sottise.


Il n'y a pas, à ma connaissance, de "modeste" tribunal correctionnel. Comment JH, si féru d'habitude des décisions de justice, peut-il qualifier ainsi le tribunal correctionnel de
...Paris ?????


Pour la vérité historique, je voudrais rappeler ceci:


1) la Société Générale fait une conférence de presse le 24 janvier 2008. Elle ne cite même pas le nom de Kerviel et n'annonce surtout pas un dépôt de plainte.


2) le dénommé Kerviel est placé en garde à vue le 26 janvier . Les autorités judiciaires et policières annoncent que cette garde à vue est provoqué par le dépot ANTERIEUR d'une
plainte contre X d'un petit porteur d'actions de la SG.


Ce n'est qu'ensuite que la SG dépose plainte à son tour........


On peut en faire toutes les exégèses que l'on veut mais la SG a réagit à retardement et n'est pas à l'origine des ennuis judiciares de M. Kerviel.


Et pour en revenir à JH, il a tout faux (une fois de plus ???) puisque appel a bien été interjeté !


Enfin, je dirais que, pour moi, le plus clair de cette histoire, c'est que M. Kerviel s'est défendu comme un manche.


Après avoir choisi, pour sa défense, une avocate quasi inconnue, il a opté ( avec quel argent ?) pour le célèbre Maître Metzner qui s'est planté comme un débutant, lui qui par ailleurs est aussi
l'avocat de la fille de Madame Betencourt, entre autres.......


Le changement de stratégie de M. Kerviel, les rodomontades coutumières de Me Metzner ont indisposé le "modeste" tribunal face à un "ténor" du barreau.


Moi je sais que si, à Dieu ne plaise, je me retrouvais dans une situation judiciaire difficile, je ne prendrais SURTOUT pas un avocat "en vue" pour me défendre !


 


jf


 


 


 



Éric 07/10/2010 10:13



Je trouve que vous avez raison, on peut se poser la question suivante :
" Si au lieu d'échouer dans sa démarche, Jérôme Kerviel avait réussi sa spéculation, est ce que la générale aurait portée plainte ? "
Compte tenu que son action en cas de succès aurait multiplié au moins par trois le capital de la générale, on peut se dire que non. Au contraire, Jérôme Kerviel aurait touché plus de 600000 € de
prime !
Voilà, sa motivation, intrinsèquement encouragée par la banque.
Mais, malheur au vaincu, il a perdu. Au fond de lui, il savait que s'était quitte ou double. Je pense que c'est une personne suffisamment intelligente pour rebondir et je lui souhaite bon
courage.