Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 16:15

   "Peuple insrable et querelleur" aurait dit Jules César des Gaulois ...Les Français en sont les dignes (ou indignes...) héritiers, car ils ils s'y entendent pour les divisions ...Il y a eu la féodalité où celles-ci étaient multiples, puis les provinces, largement autonomes sous l'égide d'une monarchie qui mit longtemps à les assimiler ..,et encore ...plus ou moins car il y avait les pays "d'Etat" et les pays "d'Elections" ...Survient la Révolution de 1789 qui se veut jacobine ,c'est-à-dire centralisatrice, et fait donc disparaître les provinces jugées révolues, ...mais elle crée les départements - mot qui veut dire divisions - afin que les citoyens puissent faire l'aller-retour à cheval au chef-lieu en un seul jour ...Les citoyens auraient pu négliger ces départements sans substrat local, ...au contraire ils s'attachent à ces départements au point qu'actuellement ils utilisent encore leur numérotation alphabétique pour leur courrier comme pour les plaques minéralogiques de voiture, ...et non une numérotation régionale qui, d'ailleurs, n'existe pas...

 

   Alors toutes ces discussions sur les divisions régionales n'ont aucun sens ...Il y a de moins en moins "d'esprit provincial" en France où un brassage national a eu lieu depuis longtemps pour cause de migrations internes - notamment des campagnes vers les villes - mais aussi d'immigrations diverses ...Certes les citoyens se situent géographiquement dans une région, mais le temps est passé où on pouvait être défini en fonction de son origine : têtu comme un breton, partagé comme un normand, avaricieux comme un auvergnat, etc ...A quoi bon, donc, discutailler sur des limites régionales qui n'intéressent personne, ...d'autant plus que personne ne croit que les regroupements actuellement prévus par les gouvernants permettront de réduire les impôts ...Réunir le Nord-Pas-de-Calais à la Picardie ? Bof !...Ou bien réunir cette Picardie à la Champagne et à la Bourgogne ? Du délire !...Réunir l'Auvergne à Rhône-Alpes ? Bizarre !... ...Rassembler la Haute et la Basse-Normandie ? Oui, à la rigueur, mais avec quelle capitale ? Caen ou Rouen ?...De même pour l'Alsace et la Lorraine ...Souvenir historique, certes, mais avec quelle capitale ? Strasbourg ou Metz, pour ne pas parler de Nancy ? ...La Bretagne est la mieux délimitée géographiquement en raison de sa configuration côtière, ...mais faut-il lui rattacher ou non la Loire-Atlantique ?...Le comble est qu'actuellement on veut supprimer les départements, c'est-à-dire les divisions auxquelles les citoyens sont les plus attachés...

 

   Alors, ne vaudrait-il pas mieux laisser les choses en l'état ...et en l'Etat ? ...Il est urgent d'attendre, voire de ne rien faire...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Politique Intérieure
commenter cet article

commentaires

loubomyr 23/07/2014 17:12


je vous signale un article sur ce sujet de Perico Légasse dans le Marianne de cette semaine (samedi 19 juuillet 2014), très bien fait et qui démontre que l'on peut allier la nécessité de
gestion par des régions fortes et l'intérèt historique et culturel. Tout n'est pas perdu pour cette démarche de regroupement puisque certaines régions sont déjà volontaires pour ce faire :
Bourgogne  et Franche Comté et puis aussi les deux Normandies, ravies de n'en fonder plus qu'une seule (cette situation n'avait d'ailleurs été créée que pour donner des "baronnies" à des
giscardiens bien en cour : D'orenano d'un coté et lecanuet d'une autre!!!!); Ailleurs ce sont les habitants qui sont prèts comme les gens de Loire Atlantique qui sont prèts à rejoindre la
bretagne ; les corses n'aurront pas grand chose à faire (comme d'hab!!!) pour constituer une région et le PACA et IDF ne changent pas. Partiout ailleurs, ce sont les ego politiciens qui coincent
et il faudra bien qu'ils cédent sous la pression conjuguée de leurs administrés et de la nécéssité politique. Mais au fond, il n'a rien d'étonnant à ce que nos baronnets ne soient pas prèts
à se tirer une balle dans le pied!!!

Jacques Heurtault 20/07/2014 19:25


On raconte que Staline, informé de l'influence positive que pourrait avoir le Pape auprès de Hitler sur la poursuite de la guerre, répondit, laconique : "Combien de divisions?"


On aurait du évoquer, à ce moment précis, non pas le Pape mais le Peuple de France ... Pour sûr, vu le nombre impressionnant desdites divisions dudit peuple, le cours de la guerre en eut été
changé!


Hélas! Staline a bien posé la bonne question mais elle ne se rapportait pas à la bonne personne!