Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 16:57
   Il n'y a "d'Histoire" qu'avec l'apparition de "l'Ecriture", ...et c'est la raison pour laquelle le mot de "Pré-histoire" est utilisé pour désigner le passé des hommes l'ayant précédée...

   Or "l'Ecriture" remonte au plus tôt à 5000 ans avant JC au Moyen-Orient - vers 1500 ans en Chine - et il en résulte donc que "l'Histoire" n'est qu'une infime partie de l'ensemble du passé des hommes, puisque la "Préhistoire" remonte à plusieurs millions d'années, estimation très fluctuante dans la mesure où, d'une part,  l'origine des hommes reste incertaine (débat sur la différenciation entre les "hominidés" et "l'homo-sapiens") et où, d'autre part, le débouché sur l'Histoire est variable suivant les pays (Antiquité pour l'Europe et l'Asie, Temps Modernes pour l'Amérique et l'Océanie, Temps contemporains pour l'Afrique noire) ...De surcroît, il faut faire la nuance entre "Histoire" et "Civilisation", car il y a eu, avant l'Ecriture, de nombreux moyens de "communication" comme les peintures rupestres (Lascaux, Altamira...), les monuments Carnac, Stonehenge...) et, même s'il n'y en a plus de traces, le langage ...Car "l'oral" a précédé partout "l'écrit" ...Certains groupes, comme les Celtes et notamment les Gaulois, n'utisaient délibérément que la transmission norale, car l'écriture n'a eu d'abord qu'un caractère religieux ...Même dans l'Egypte ancienne les hiéroglyphes n'étaient qu'une pratique religieuse réservée à une élite de "prêtres" et de "scribes" autour du Pharaon considéré alors comme un dieu...

   Ce caractère d'abord religieux explique d'ailleurs que "l'Histoire" n'ait pas été racontée à l'origine avec une recherche de la "vérité" et le souci de "l'exactitude", mais exclusivement pour "l'édification" des populations ...L'exemple le plus notoire est celui de la Bible, écrite à partir du 8ème siècle avant JC essentiellement pour règler les rapports des Hébreux avec leur Dieu, mais ne donnant, malgré l'apparence, aucun renseignement précis sur leur errance entre la Mésopotamie et la côte orientale de la Méditerranée,car les récits sur les Patriarches (Abraham, Isaac, Jacob, Moïse...) sont plus ou moins mythiques, certains d'entre eux ayant d'ailleurs été empruntés à des légendes de la Mésopotamie, comme le Déluge, où Noë est une émule de Gilgamesh,  comme Moïse l'est de Sargon l'Ancien pour l'épisode du berceau ...Et, plus tard, avec les Chrétiens aux 1er et 2nd siècles, les Evangiles auront seulement le souci de faire connaître le message de Jésus - la "Bonne Nouvelle" - en ne donnant que de vagues informations sur son existence  "personnelle" ...Ensuite l'histoire de l'Eglise consistera surtout en "Vies des Saints", c'est-à-dire en textes hagiographiques destinés à donner des exemples de "foi" et non des biographies "scientifiques"...

   Néanmoins, une Histoire "laïque" apparaît dès l'Antiquité, notamment dans le monde "grec", avec Hérodote - qualifié de "Père de l'Histoire" - Thucydide, Xénophon ..., puis dans le monde "romain", avec Tite-Live, Tacite, Suétone, Salluste, entre autres ...Mais leurs textes sont écrits le plus souvent pour célébrer la gloire de leurs cités, de leurs empires ...ou de leurs chefs ...C'est en particulier les cas de Julius César, qui, à la fois, fait l'Histoire ...et la raconte ...dans ses Commentaires du "De Bello Gallico" et du "De Bello Civili"... avec une évidente partialité, même s'il prend un apparent recul en parlant de lui à la 3ème personne ...Et il en sera de même pour Eginhard célébrant l'Empire de Charlemagne , ou pour Joinville racontant la vie de Saint Louis ... Car l'Histoire est restée longtemps enfermée dans le cadre des "Etats", ...et au 19ème siècle encore l'éveil des "Nationalités" conduit un historien comme Michelet en France à exalter des personnalités un peu oubliées aloes de son pays, comme Clovis le "fondateur", ou Jeanne d'Arc la "rédemptrice" ...Ce n'est qu'au 20ème siècle, notamment avec l'Ecole des Annales en France, que Marc Bloch, auteur du "Métier d'Historien", définira une Histoire "objective", basée sur une analyse rigoureuse et comparée des sources d'information...

   Mais comme les sources d'informations ne cessent de s'enrichir et de s'approfondir à l'échelle de la planète, faisant sortir l'Histoire de son cadre trop longtemps "référentiel" de l'Occident, l'écriture de l'Histoire ne peut manifestement pas être "définitive" ...et il y aura toujours une nécessité d'en dénoncer les carences et les erreurs, d'en évoquer les mystères ...voire de la ..refaire !...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans L'Histoire
commenter cet article

commentaires