Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 16:06

   La France étant, comme chacun sait, la patrie des Droits de l'Homme, n'est manifestement pas celle des Droits de la Femme, comme chacun feint de l'ignorer, du moins en France...

 

   A ce titre, et une fois de plus, un éditorialiste du Journal Ouest-France, Pierre Cavret, résume fort bien le problème dans son Commentaire du 20 Janvier 2014:

 

   Mixité, parité, égalité...

 

   Ne cherchez pas, c'est peine perdue. Vous ne trouverez pas, en France, la trace d'une femme à la tête d'une entreprise du CAC 40. On peut s'en réjouir quan, outre Atlantique, en amont de la nomination de Janet Yellen à la tête de la Fed, Général Motors décide de confier les clés de sa maison-mère à Mary Bara; Une révolution ? une première dame dans le monde très masculin de l'automobile ? Errur de casting ? Que nenni.

 

   De NewYork à la Silicon Valley, les patronnes en exercice y sont légion. Yahoo, Pepsi, DuPont de Nemours affichent cette "normalité" même si les Marissa Mayer, Indra Nooyi ou Ellen J.Kullman ont dû batailler ferme pour gagner leurs galons. Alors, s'il ne s'agit pas d'envie et de compétence, comment expliquerle désert managérial que traversent les Françaises autrement que par les mentalités et les comportements ?

 

   Ce déficit de femmes à la tête de nos fleurons industriels et de nos administrations centrales est l'illustration d'une France corsetée dans des fondamentaux poussiéreux. Les clichés de l'homme, valeur-étalon du monde économique (et politique), perdurent depuis le 19ème siècle. Nous sommes au 21ème siècle et les faits sont là. Tenaces...

 

   Comment faire sauter les verrous au moment où le débat - très large et transversal - sur l'égalité homme-femme revient aujourd'hui à l'Assemblée nationale avec, en toile de fond une bataille relancée autour de l'IVG ?

 

   A l'heure où, parallèlement, le gouvernement présente la mixité professionnelle comme une priorité pour 2014, l'OCDE annonce, sur le strict plan comptable, que la Franve pourrait gagner 0,5 point de croissance à condition de gommer l'inégalité dans l'accès à l'emploi entre les femmes et les hommes  : "L'admission des femmes à l'égalité parfaite serait la marque la plus sûre de la civilisation et elle doublerait les forces intellectuelles du genre humain" ...Stendhal l'a écrit en son temps. Le droit des femmes reste un combat permanent.

 

   Un Graal promis aux hommes ?

 

   Sans jouer les porte-voix d'u féminisme pur et dur, le match serait-il perdu d'avance pour des "Anne Lavergeon" ou des "Christine Lagarde" en puissance qui refuseraient, à raison, de s'auto-exclure de la course au pouvoir, au motif qu'elles seraient le pivot de la famille ? De brillantissimes n°2 ou 3 degrands groupes, sorties majors des Grandes Ecoles, ont des visions à proposer.

 

   Pourquoi n'atteindraient-elles pas   en nombre l'étage ultime, ce Graal promis aux hommes par le système ? Cette difficulté dans l'accès de nos élites féminines à des postes suprêmes (y compris dans le public malgré la récente nomination d'une femme à la tête de la ...police judiciair) trouve racine dans les gènes sexistes du monde du travail. Un monde où l'inégalité salariale homme-femme, estimée à 27 % dans le privé, est aussi le fruit de l'inégalité des progressions de carrière.

 

   500 entreprises ont été mises en demeure récemment pour n'avoir pas corrigé ces écarts de traitement et il y a des avancées dans la composition des Conseils d'Administration d'entreprises publiques. Mais on est loin encore de la parité, ici ou là, alors que les femmes représentent 40 % de la population active mondiale.

 

   En France, la route est longue, Mesdames, avant d'égaler la Norvège, le modèle européen. Et c'est un comble qu'il faille en passer par des lois (une demi-douzaine depuis 1970) pour arrêter des principes dictant la place qui doit vous revenir. Allons, Messieurs, un petit effort !...

 

   Le problème est justement que la France ne sait faire le plus souvent que des lois ...et, qu' en dépit de ses prétentions au progrès, elle est d'un conservatisme forcené ...

 

   NB : Comble de l'ironie ...L'auteur du commentaire et celui du présent article sont des hommes...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans La femme
commenter cet article

commentaires

Jacques Heurtault 21/01/2014 17:45


C'est effectivement ça, la France!


1. Donneuse de leçons (au pluriel, s'il vous plait!) en matière de progrès à faire, d'exemple à suivre, de "spécificités" françaises, etc.


2. Conservatisme éculé dans un nombre incalculable de situations, d'axes de développement, etc.