Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 15:09

   Les Français ont le goût des anniversaires, qu'il s'agisse des trentenaires, quarantenaires, cinquantenaires ou centenaires ...et, en l'occurence, les médias ne pouvaient pas rater l'occasion de célébrer le centenaire de la Guerre 1914-1918 ayant opposé essentiellement la France et l'Allemagne ...Ce ne sera qu'un début en 2014, puisque cette célébration va durer jusqu'à celle du 11 novembre 1918, avec certainement plus de solennité que celle qui va survenir dans 3 jours...

 

   Mais déjà, les médias, prévoyants, s'en emparent ...et on voit actuellement se multiplier des études dans les éditions, la presse et à la télévision ...des études qui ne sont pas gratuites, car elles se vendent ...et il n'est manifestement pas question d'en reverser le profit, même partiellement, à des oeuvres, notamment aux Associations d'Anciens Combattants ...Il est vrai que le dernier survivant des soldats de la Guerre 1914-1918 est mort en 2008 et que ces Associations ne comptent plus que ceux de la Guerre 1939-1945, ainsi que des Guerres oubliées et jugées maintenant peu glorieuses de la décolonisation, comme la Guerre d'Indochine ou la Guerre d'Algérie ...C'est si vrai que l'organisme de la Retraite Mutualiste des Combattants vient d'annoncer le 25 octobre 2013 qu'elle allait réduire ses versements à la suite d'un décret du 25 octobre 2013 diminuant la part de l'Etat ...Ainsi donc, on va faire des économies sur le sang versé naguère par les combattants devenus vieux, dont certains handicapés à vie s'accommodaient de ce petit supplément à leur retraite parfois misérable, si ce n'est à une allocation vieillesse ...

 

   Cette évocation de la Guerre 1914-1918 a un autre aspect désagréable, car les auteurs qui ont flairé le bon filon à l'approche du centenaire n'ont pas toujours l'élégance de signaler leurs sources historiques, c'est-à-dire les récits laissés par des écrivains ayant participé aux combats comme Maurice Génevoix, Roland Dorgelès, ou Henri Barbusse côté français ou Eric-Maria Remarque côté allemand ou les carnets anonymes trouvés sur les cadavres des combattants ...On peut saluer néanmoins le travail scrupuleux effectué par l'historien Max Gallo dans son Histoire de la 1ère Guerre mondiale parue en 2013 (*), alors qu'il avait déjà paradoxalement publié une Histoire de la 2ème Guerre mondiale en 2011...

 

   Néanmoins, il y a un aspect positif dans les études actuelles :

   - d'une part, elles élargissent le tableau de la Guerre 1914-1918 à la fois dans l'espace et dans le temps : le front n'a pas été limité à celui de la France et de la Belgique - à noter à ce propos qu'il n'a jamais été situé en Allemagne, ce qui poussera les allemands à trouver le traité final de Versailles injuste puisque l'Allemagne n'avait pas été envahie et qu'elle demanda l'armistice  surtout pour un problème de ravitaillement - le front, en effet, s'est étendu aux trois continents de l'Europe (Russie, Balkans), de l'Asie (Turquie, Japon) et de l'Afrique (Cameroun, Tanganika, Kalahari)  ...Et, par ailleurs, le conflit a commencé dès 1912 par un conflit balkanique opposant notamment Grèce et Bulgarie, et pousuivi avec la Turquie jusqu'en 1920...

   - D'autre part, elles montrent ce qu'a été la vie "à l'arrière", avec les femmes suppléant l'absence de leurs maris pour des travaux nombreux dans un pays encore très rural, les privations de toutes sortes et bien entendu les destructions et les exodes dans les zones de combat...

 

   Finalement, en dépit des réserves qu'elle suscite, cette célébration du centenaire de la Guerre 1914-1915 peut être utile si elle permet aux générations actuelles de bien mesurer ce que fut cette abomination qui coûta au moins 20 millions de morts  ...Mais il restera à expliquer pourquoi , 22 ans après ce qui devait être la "Der des ders", il y eut une 2ème Guerre mondiale encore plus abominable avec au moins 40 millions de morts ...Combien de "morts pour la patrie" sont ainsi "morts pour rien", à moins que ce ne soit pour un certain nombre d'industriels qui ont eu le marché des monuments aux morts des 30.000 communes de France et des ossuaires de Douaumont et de Lorette ...

 

(*) Max Gallo - Une histoire de la 1ère Guerre mondiale - XO Editions 2013

        Tome 1 - 1914 - le destin du monde

        Tome 2 - 1918 - La terrible victoire

 

  

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Polit. internationale
commenter cet article

commentaires

Loubomyr 09/11/2013 10:33


La frénésie communicante à l'occasion de toutes ces célébrations mortifères a surtout pour but de faire oublier le vide abyssal des propositions politiciennes et l'inéxistence d'un plan d'action
motivant et porteur d'espoir. Comme si, de l'avenir faisant table rase on se réfugiait dans la contemplation mélancolique du passé. Et la définition clinique de la mélancolie ne vous donnera pas
de raisons de vous réjouir!!!

Loubomyr 09/11/2013 10:26


"Les guerres sont faites par des gens qui ne se connaissent pas au profit d'autres qui, eux, se connaissent très bien".


Quand au sort des anciens combattants, j'ai cru lire ailleurs qu'il y avait plus de fonctionnaires au ministère qui leur est dédié que d'anciens combattants effectifs (hors guerres coloniales
post 2ème guerre mondiale). Le fait d'inscrire au registre des anciens combattants tous ceux qui sont allés au Kossovo, en Afghanistan ou au Mali (et ailleurs), n'aurrait comme finalité que de
maintenir l'existence du dit ministère. Je ne sais pas si c'est vrai, mais en tout cas, c'est bien simptomatique du système administratif à la française!!!

Jacques Heurtault 08/11/2013 17:24


A ce jour, je ne comprends toujours pas pourquoi on célèbre maintenant le centenaire de la guerre 14-18 alors qu'elle n'a débuté qu'en Aout 1914, c'est à dire 9 mois plu tard!


J'ose une explication : face aux difficultés politiques actuelles, la majorité utilise ce moyen comme une diversion ...