Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 23:33

   Il est difficile de parler de l'énergie sans la replacer dans une perspective historique. En effet, les hommes, dès leur origine - et même inconsciemment - ont eu besoin d'énergie, c'est-à-dire,au sens étymologique, de "force" ...Ils l'ont d'abord prise sous des formes élémentaires pour assurer leur subsistance : cueillette, chasse, pêche ...puis, au prix d'un "travail", la culture et l'élevage ...Et ils ont ensuite cherché à être aidés dans cette "dépense d'énergie" par la domestication d'animaux - cheval, boeuf, chameau, éléphant...- mais aussi par l'asservissement de leurs congénéres, qu'il s'agisse des "esclaves" de l'Antiquité, des "serfs" du Moyen-Age ou, aux temps modernes, de la "traite" de populations jugées primitives et donc inférieures comme les Indiens d'Amérique ou les Noirs d'Afrique ...Dans une certaine mesure, on peut même ajouter que l'homme, au sens restrictif, a longtemps exploité la femme, assujettie aux travaux domestiques sans avoir l'égalité civique...

 

   Mais, avec les progrès scientifiques et techniques et l'augmentation accélérée de la population mondiale à partir du 19ème siècle, les hommes n'ont pas pu se limiter à des sources d'énergie élémentaires, et ils ont développé l'exploitation de l'énergie contenue dans la nature sous différentes formes, en particulier les "matières premières" - charbon, lignite, pétrole, gaz - ou les "forces cinétiques" - celle du vent (éolienne), des chutes d'eau (hydraulique) ou de la chaleur (solaire ou géothermique) ...en les utilisant soit directement (moulins, turbines...) soit indirectement par l'électro-magnétisme, plus couramment appelé l'électricité ...Mais, dès le milieu du 20ème siècle, la montée vertigineuse de la consommation a rendu la production énergétique insuffisante, d'autant plus que certaines sources sont en voie d'épuisement à l'échelle séculaire comme le charbon et le pétrole, et que, corrélativement, il fallait prévoir l'arrivée sur le marché énergétique de pays dits pauvres, soit environ 1 milliard et de demi d'être humains "n'ayant pas encore l'électricité" sur une population mondiale d'environ 7 milliards...

 

   Le besoin d'énergie est donc un problème majeur, qui peut d'ailleurs concerner des pays dits riches n'ayant pas de sources d'énergie suffisantes ...Tel est le cas du Japon, dont une tragique catastrophe naturelle vient de rappeler la fragilité énergétique,  ...et la France qui, même si elle semble être à l'abri d'une catastrophe naturelle (mais peut-être pas du terrorisme) n'a pas - c'est bien connu - de pétrole mais seulement des idées ... ne suffisant pas, à elles seules, à faire fonctionner les machines... Il est donc logique - sinon naturel - qu'en particulier la France  - quelle que soit l'orientation politique de son gouvernement -, et sous l'effet conjugué de l'épuisement de ses ressources en charbon et du "1er choc pétrolier", se soit tournée vers l'énergie nucléaire ...Cette énergie, issue de la fission de l'atome de métaux lourds comme l'uranium, étant capable de de dégager une chaleur considérable sous un petit volume initial, pouvait apparaître comme une excellente solution, à la fois "propre  " et "rentable", à partir du moment où elle était efficacement contrôlée ...Et c'est ainsi qu'à cette date 58 centrales nucléaires sont en fonctionnement, ainsi qu'un surgénérateur et une usine de retraitement des déchets - ce qui place la France au 2ème rang derrière les Etats-Unis dans le domaine nucléaire ...Mais il en résulte aussi que l'énergie nucléairey  a pris une place largement prédominante avec 78,4 % de l'électricité ...Cette situation, néanmoins, était jusqu'à présent jugée moins dangereuse que celle suscitée par l'essor des centrales thermiques en Chine, dont la pollution pouvait à terme contribuer au réchauffement climatique...

 

   Moins dangereuse ...en apparence ...dans la seule mesure où elle est effectivement maîtrisée ...Or cela n'a pas toujours été le cas ...Il n'est pas besoin de préciser que les bombes atomiques lancées par les Américains sur Hiroshima le 6 août 1945 puis Nagasaki le 9 août 1945 avaient pour but d'assurer une "destruction massive" par le feu et par le souffle, sans le moindre égard pour la population, en vue de forcer le Japon à la capitulation ...Mais il y avait aussi les radiations dont on n'avait pas prévu l'importance et la persistance à long terme, et dont des Americains furent également vixtimes lors de leurs expériences ultérieures dans le désert du Névada en 1953 ...Et même quand l'énergie nucléaire fut "domestiquée" dans des centrales, des incidents multiples eurent lieu, dont la plus importante fut une catastrophe à Tchernobyl en Ukraine e 26 avril 1986, contaminant une grande partie de l'Europe ...D'autre part, même en renforçant la sécurité, il est apparu avec la catastrophe "naturelle" survenue au Japon  le 12 mars 2011 (séisme et tsunami), qu'une centrale nucléaire pouvait ne pas résister et exploser pour des raisons "extérieures", comme l'absence "imprévisible" d'eau, au point qu'à ce jour les Japonais avouent "ne pas savoir exactement ce qui se passe dans la centrale endommagée de Fukushima", ... que des "sauveteurs" y sont contaminés malgré leurs précau tions, ...et qu'un nuage se promène allègrement vers l'Amérique et l'Europe, où l'on cherche à rassurer l'opinion en affirmant que sa dilution progressive le rendait sans danger ...Evidemment, il aurait mieux valu qu'il n'y ait pas de nuage du tout ...et , plutôt que de reconnaître qu'il ne peut pas y avoir de "risque zéro", avoir fait en sorte qu'il n'y ait pas de risque du tout, autrement dit de ne pas avoir construit de centrales nucléaires ...Mais maintenant, elles sont là, notamment en France, et il faudrait au mieux 20 à 30 ans pour s'en débarrasser...

 

   S'en débarasser ?...La belle affaire !...Mais les remplacer par quoi ?...la réponse n'est pas simple, en particulier pour la France, où il n'y a pas de "filière énergétique" pouvant se substituer globalement à l'énergie nucléaire qui représente plus des 3/4 de la consommation d'électricité :

   - Les filières "anciennes" ne peuvent en aucun cas apporter de solution durable : L'exploitation du charbon a pratiquement disparu et le recherche et l'exploitation de filons plus profonds coûteraient un prix exorbitant, sans coimpter le rejet de gaz carbonique par des centrales thermique ...Pour les centrales hydrauliques, il n'y a pratiquement plus de sites envisageables, et un appoint éventuel serait faible ...Pour le pétrole, la France a développé des raffineries, mais celles-ci dépendent de l'importation et ne peuvent donc faire face à un demande massive d'énergie...Même remarque pour le gaz...

   - Les filières "nouvelles" ou dites "renouvelables" - termes inappropriés, puisque, par définition l'énergie "existe" sous quelque forme que ce soit - ne sont certes pas négligeables et elle peuvent encore être développées en France, puisqu'elles sont en plein essor dans le monde, y ayant progressé de 30 % de 2009 à 2010, mais il est manifestement impossible qu'elles puissent suffire à faire face à la consommation :

   1. L'énergie éolienne est en progrès constant, et la multiplication des "moulins" est même spectaculaire depuis une dizaine d'années, notamment dans les secteurs les plus propices comme les hauteurs inhabitées ou les sites "off-shore" ...Mais elle dépend  ...du vent, et les spécialistes estiment qu'à l'échelle d'une année elles ne fonctionnent qu'au "quart du temps"...

   2. L'énergie solaire n'est encore que faiblement exploitée, qu'il s'agisse de centrales - comme à Montlouis - ou des des cellules photovoltaïques des bâtiments publics ou des maisons particulières. Mais l'équipement représente un un investissement important dont l'amortissement n'est pas à court terme...Et encore faut-il qu'il y ait du soleil ...Or il n'y en a pas la nuit, évidemment, et , le jour, le rayonnement est souvent limité par les nuages ...Et, à l'échelle mondiale, pour ls zones arctiques ou proches de l'Arctique habitées comme le nord de l'Europe, il fait nuit 6 mois su 12...Inversement, là où il y a le plus d'ensoleillement sans nuage - dans les déserts comme le Sahara, Il n'y a pratiquement pas d'habitants...

   3. L'énergie géo-thermique pourrait représenter un réservoir énorme et même pratiquement illimité, car le pompage de la chaleur de la Terre - la croûte et le magma - resterait infime en raison de sa masse ...Mais, en dehors de l'exploitation à petite profondeur dans des régions volcaniques comme l'Islande, les Philippines ou le Rift africain, il n'est pas possible de pratiquer une utilisation intensive, surtout à grande profondeur...En France, il n'y a que quelques sites de recherche, actuellement sans grand avenir...

    4. L'énergie de l'hydrogène, donc à partir de l'eau (H2-O), est par contre plus prometteuse et pourrait remplacer pratiquement toutes les sources d'énergie en vigueur, de la centrale aux moteurs des voitures en passant par les téléphones mobiles, dans le cadre d'une politique de développement durable ...Mais la technologie reste très onéreuse, et elle n'a pratiquement trouvé jusqu'à présent d'utilisation que dans les applications spatiales ...Sa généralisation n'est donc pas pour demain...

    5. L'énergie du bois est évoquée par certains experts, en raison de l'importance des forêts qui couvrent environ 60 millions de Km2 dans le monde, notamment dans la région intertropicale (Brésil, Afrique centrale, Insulinde) ...Mais ces forêts contribuent largement à la "respiration" de la planète, avec les échanges d'oxygène et de gaz carbonique, et peut-on imaginer comme possible une exploitation qui mettrait en cause l'équilibre climatique ?...Une fois encore, on ne peut trouver là qu'un appoint limité, par exemple en France, où, contrairement à ce que croit l'opinion courante, les forêts se sont étendues depuis un siècle en raison de l'abandon des terres les plus pauvres corrélatif à l'exode rural...

 

   - Un filière plus inattendue, mais pouvant apporter provisoirement une aide importante, serait de réaliser  ...des "économies", en éliminant le gâchis d'énergie dans tous les domaines de l'activité humaine. C'est un "scénario" imaginé en 2006 par un Institut américain sous le nom de "Négawatt" qui permettrait, s'il était entièrement appliqué, de faire passer la consommatiuon d'énergie de 2500 Térawatts/heureen 2001 à environ 1500 Térawatts/heure en 2050, et donc pratiquement de se passer de l'énergie nucléaire ...Bravo !...Mais il faudrait tout revoir dans la consommation d'énergie :transports privilégiant le co-voiturage  ...et le vélo, extinction radicale des illuminations, recours à la bio-masse ...etc ...etc... Est-ce réaliste , les hommes étant ce qu'ils sont ?...

 

   Dans ces conditions, il faut bien admettre - de gré ou de force - que, même si, en principe, la suppression de l'énergie nucléaire est nécessaire, ...il est en fait impossible de prévoir cette sortie, notamment dans un pays comme la France, où ce ne serait déjà pas si mal d'arriver à en stabiliser l'importance, grâce aux sources d'énergie dites "renouvelables"...De même, il serait souhaitable d'assurer une interconnexion entre tous les pays du monde, en donnant une autorité réelle à l'Agence Internationale de l'Energie Atomique (AIEA), pour qu'elle soit capable d'intervenir efficacement pour le respect des règles de sécurité et les secours à apporter en cas de sinistre, ce qui n'a pas été le cas actuellement pour le Japon...

 

NB. Des... sources diverses ont été utilisées ...avec énergie ...pour cet exposé qui est seulement un travail de vulgarisation... Pour des explications scientifiques, il vaut mieux en référer à la théorie de la relativité d'Einstein (E=mc2 ...), ainsi qu'à ses émules !...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Nature
commenter cet article

commentaires

yazan 23/05/2011 17:33



D'autres pistes intéressantes, qui feraient hérisser les cheveux sur la tête de plus d'un, mais why not?


L'énergie nucléaire n'a peut être pas dit son dernier mot, non pas que ce soit une solution pérenne, mais peut être une nécessité que de développer les fameux générateurs de 4ème génération (je
parle bien de fission et non pas de fusion, mais la 4eme génération, on commence tout juste à y réfléchir). Ces réacteurs pourront se contenter de matière fissiles bien moins riches
qu'aujourd'hui, et théoriquement, il serait même possible d'y bruler les déchets produits par les réacteurs de seconde génération. Il n'est pas question de mettre de telles centrales partout,
face au risque nucléaire, rien ne le justifie. Celà dit, si c'est la seule manière pour rendre nos encombrants déchets nuclméaires un peu moins encombrants, cela ne vaut-il pas le coup d'y
réfléchir?


Le charbon est une ressource bien plus abondante que le pétrôle, mais bien plus polluante. Sauf si... On décide d'évoluer sur la séquestration du carbone. Les technologies sont matures, 10% de
coûts supplémentaires pour 1kW (bin oui, on n'a rien sans rien), mais si la transition énergétique ne sait pas vers quel saint se tourner, cette piste peut également être envisagée à mon sens (le
charbon restant une ressource limitée, je ne parle que le temps d'une transition, car à terme, ce n'est pas la solution)


 



Jean Daumont 02/04/2011 00:52



   Je vous remercie pour votre analyse très intéressante, que j'approuve entièrement.Il est certain que dans l'immédiat, c'est-à-dire dans les 30 années à venir,  il faut
diversifier les sources d'énergie autres que le nucléaire, en augmentant autant que possible chacune d'entre elles, dans le cadre d'une collaboration internationale, car c'est un problème mondial
qui ne peut pas sans risque être laissé à l'initiative de chaque pays ...La France est le 1er pays concerné, puisqu'elle détient avec 78 % environ le record de pourcentage d'énergie nucléaire...


   Bien sûr, aussi il faut développer la recherche ...A ce titre, je vous recommande, ainsi qu'aux autres lecteurs, la lecture du N° d'avril 2011 de la Revue Sciences et Avenir, qui
présente des articles intéressants : le Nucléaire en questions, L'Islande se chauffe au magma, l'éclipse du Solaire français qui est une sottise, car il est écrit :""l'Association Européenne de
l'industrie photovoltaïque a calc ulé que 40 % des besoins en électricité de l'Union Européenne pourraient provenir du solaire dès 2020 ...à condition de couvrir de panneaux les 40% de toits bien
orientéssur les 22.000 kmé de toitures des 27 Etats membres" !... Et puis il y a encore un article sur une "force inconnue" ...Allons ...Rêvons un peu !... Dans l'univers nous ne voyons que 15 %
de matière et il y a 85 % de "matière noire", c'est-à-dire, suivant le principe d'Einstein de l'alternative Masse et Energie, une formidable réserve d'énergie ...Seulement voilà : comment faire
pour l'utiliser (cf recherches du CERN en Suisse) ?... Et puis , suivant le principe binaire  ...universel ,  il y a l''hypothèse de ...l'anti-matière... etc ...etc...


 



yazan 30/03/2011 11:16



Sortir du nucléaire ne se fera pas du jour au lendemain, c'est une certitude.... Il suffit de voir comment patine le seul chantier de démantèlement en cours d'une centrale à Brennilis (j'en parle
un peu ici: http://www.citylop.com/areva-ou-la-propagande-pour-temps-de-cerveau-disponible/ ). En gros,
on ne sait pas faire.... Une nouvelle bonne raison pour réfléchir dès à présent aux alternatives énergétiques.


Le principal problème d'une alternative respectueuse de l'environnement est le stockage de l'énergie, car les méthodes de production estampillées "vertes" souffrent du problème de la
discontinuité de la production (pour une éolienne, il faut du vent, du soleil sur un panneau solaire, un gradient de marée suffisant pour une hydrolienne, etc...)


L'hydrogène est un mode de stockage intéressant, mais le rendement relativement des processus de conversion (électrolyse, autre...) font que cette méthode risque de rester anecdotique. Il y a un
prototype de ferme éolienne stockant son énergie sous forme d'hydrogène en construction en allemagne, mais les coûts de développement sont assez ahurissants....Des recherches pourraient par
contre permettre à terme de développer des panneaux solaires aptes à casser une molécule d'eau par l'action d'un photon, soit améliorer grandement le rendement de la production d'hydrogène,
principal écueil actuel de cette technique.


Une voie qui me plaît beaucoup pourrait passer par des batteries de super nano condensateurs. Théoriquement, une voiture équipée de telles batteries pourrait se recharger en 3-4 minutes pour une
autonomie de 700 km....


L'air comprimé pourrait se révéler également un excellent vecteur de stockage énergétique: Risque moindre en cas de stockage sur un mobile (voiture), technologies matures contrairement à
l'hydrogène ou à "mes" super nano condensateurs....


Bref.... Réfléchir aux alternatives dès aujourd'hui me paraît nécessaire afin de préparer une sortie du nucléaire sous 30 à 40 ans... Il est évident que cette transition ne se fera pas d'un coup
de baguette magique! Il est clair également que cette transition ne passera pas par un "tout quelque chose" (le tout éolien ne remplacera jamais le tout nucléaire), mais plutôt par une
multiplicité de solutions complémentaires. Mais préparer dès à présent les choix de demain, c'est aussi ce qui permettra de stimuler une recherche absolument nécessaire et urgente!


 



Jacques 27/03/2011 11:46



En France ?


On commence par ne pas faire ce que vient de faire l'actuel gouvernement en foutant quasiment par terre la filière photovoltaïque !


On commence à continuer ce qu'avait mis en place M. VGE (!!!) sur le solaire, ce qu'il vient d'ailleurs de rappeler publiquement. (centrale Thémis, remise en service après dix ans d'interruption
par le...Conseil Général et non par l'Etat!)


On amplifie ce qu'à commencé à faire depuis quelques années ENERCOOP.


En cherchant un tout petit peu, et surtout en n'ayant pas pour seule et unique politique autoritaire "le tout nucléaire", on doit trouver bien d'autres solutions.


Il paraît que depuis le début du siècle dernier existe le moteur à eau. Sans doute on doit pouvoir actionner des turbines avec, non ?


On va chercher des solutions sur http://www.eco-energie.ch


nos voisins helvètes n'étant sûrement pas plus bête que nous. D'ailleurs, ne réclament-ils pas officiellement la fermeture de la centrale française de Fessenheim ????


Sur ce, Cher Monsieur, bon dimanche, je m'en vais de ce pas à mon bureau de vote.


 


jf.


 


 



Jean Daumont 27/03/2011 10:54



   J'ai lu attentivement les 7 documents que vous m'avez envoyés par e-mail... Vous prêchez un convaincu pour la nécessité de sortir de l'énergie nucléaire ...Le plan B -
vent/eau/soleil - est séduisant (on pourrait ajouter la géo-thermie), mais il faudrait du temps et de l'argent pour le réaliser, eti il ne serait accessible qu'aux pays les plus industrialisés et
à la pointe de la technologie ...Ou alors il faudrait un plan à l'échelle internationale ...On n'en est pas là ...En attendant (pas avant 2050, au moins...), qu'est-ce qu'on fait, notamment en
France ?...