Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 09:54

   L'assassinat ignoble d'un militant politique vient à nouveau de défrayer la chronique. Ce n'est malheureusement pas le premier assassinat de ce genre, en France comme dans d'autres pays du monde, comme si la violence entraînant la mort d'autrui était un moyen d'expression dans la société, quel que soit son domaine : politique, économique, religieux, voire passionnel ...L'assassinat est-il donc la solution "extrême" - au sens de l'irréversibilité - auquel un homme puisse se résoudre, et quelle solution la société peut-elle adopter pour sa sauvegarde ?...

 

   L'homme n'est pas "naturellement bon", comme le croyait Jean-Jacques Rousseau, mais il n'est pas non plus "un loup pour l'homme", comme le pensait Thomas Hobbes à la suite de beaucoup d'autres philosophes depuis l'Antiquité ...Chacun sait, s'il fait sa propre introspection, qu'il peut faire le bien mais aussi se laisser aller parfois à une attitude extrême ...et il en est de même, à travers l'Histoire, de groupes sociaux ayant pu se livrer, par un entraînement mutuel à la suite d'incidents divers, à des actions extrêmes entraînant mort d'hommes, comme ce fut le cas, par exemple, des massacres de Septembre 1792 pendant la Révolution Française...

 

   Quelle attitude doivent alors adopter les responsables désignés pour assurer l'ordre dans la société, qu'il s'agisse de crimes individuels ou de dérives collectives ?...Un principe élémentaire de morale est que toute faute mérite sanction, mais quelle doit être la sanction et comment l'appliquer ?... Les historiens disent qu'à l'origine les hommes appliquaient la "loi du talion" : oeil pour oeil, dent pour dent, ...mort pour mort ...Assurément, on n'en est plus là et, dans un pays comme la France, se sont multipliés les textes traduisant l'adoucissement des moeurs : Déclaration des Droits de l'Homme, Code Civil, Code Pénal, etc ...On a même été plus loin, c'est-à-dire à la solution ...extrême de l'abolition de la peine de mort à l'initiative du Ministre de la justice Robert Badinter en septembre 1981 ...

 

   On peut comprendre cette abolition sur un plan éthique : d'abord, parce que nul ne sait ce qu'est la mort et aucun homme n'est jamais revenu pour le dire ...et d'autre part, parce qu'il n'a jamais été prouvé que la peine de mort était dissuasive pour tout criminel potentiel ...Et surtout, la mort est par définition irréversible, ne permettant pas de revenir sur une telle peine en cas d'erreur judiciaire, dont il y a eu des exemples célèbres ...C'est pourquoi, après 1981, elle a été remplacée par des peines de "substitution" pouvant aller jusquà "l'emprisonnement à perpétuité", ce dernier terme étant un abus de langage puisqu'il signifie en fait jusqu'à la  ...mort (naturelle) du condamné ...Et, souvent, beaucoup moins, puisqu'elle est remise en cause au terme de 18 ans si elle est incompressible, et peut même faire l'objet d'une libération conditionnelle par le juge d'application des peines à la moitié - soit 9 ans, en cas de "bonne conduite" (en prison) ...D'où les récidives qui opposent actuellement en Francela "droite" et la "gauche", et pour lesquelles une "conférence" réunie en février 2013 est loin d'avoir obtenu un "consensus"...

 

   Que répondre alors à ceux qui déclarent : quelle que soit la réalité de la mort, elle a au moins le "mérite" de débarrasser la société d'un individu dangereux, si son crime a été jugé indiscutable ?...Faut-il en revenir à la loi du talion ?...Faut-il y trouver un prétexte pour s'invectiver, comme le font certains partisans de gauche contre l'extrême-droite à l'occasion de l'assassinat d'un militant d'extrême-gauche ...faisant revenir les vieux démons des "nazis" et des camps de concentration, alors que l'extrême-gauche du temps de Staline a engendré de son côté les goulags ?...Plutôt que de mettre en exergue les méfaits d'individus douteux venus des banlieues pour semer le désordre - comme cela avait déjà été le cas lors de la célébration de la victoire du club de football de Paris-Saint-Germain - ne vaut-il pas mieux apaiser le climat en traitant les problèmes avec sagesse, à l'opposé de tout extrêmisme ?...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Politique Intérieure
commenter cet article

commentaires

Jacques Heurtault 09/06/2013 19:44


Pour l'instant, le chef d'inculpation retenu est celui de "violences volontaires ayant entrainé la mort sans intention de la donner".Ce sera donc un tribunal correctionnel qui sanctionnera.


Un assassinat, c'est non seulement un homicide VOLONTAIRE mais, en plus, avec préméditation ... C'est la Cour d'Assises qui sanctionne.