Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 23:03

   Ainsi donc, le nouveau Président Hollande a enfourché son cheval de bataille - la croissance économique - et, dans la perspective proche des élections législatives, il multiplie dans ce sens les initiatives à la fois par des mesures intérieures comme le "redressement productif" et par des propositions comme les "eurobonds" dans les  rencontres  internationales ...C'est vraiment la méthode Coué ...Croissance !...Croissance !...A force de la répéter, il en restera "bien" quelquechose !...

 

   Le problème, c'est que la croissance ne se commande pas ...C'est même un domaine que les hommes maîtrisent le plus "mal", à en juger par les nombreuses crises économiques qui se sont succédées dans l'Histoire, en particulier celle de 1929, de sinistre mémoire puisqu'elle a engendré des dictatures totalitaires et, à leur suite, la 2ème Guerre Mondiale ...Néanmoins, et justement pour éviter de telles conséaquences, les "économistes" ont cherché à comprendre les mécanismes de l'évolution économique, en les mesurant par des "indicateurs" : le plus courant est "le Produit Intérieur Brut" (PIB), utilisé pour chaque pays et permettant des comparaisons à l'échelle mondiale...

 

   En fait le Produit Intérieur Brut exprime essentiellement le "volume" de la Production, et il y a donc croissance si celui-ci augmente ...Mais cet indicateur est manifestement insuffisant, car il ne rend compte que des activités "marchandes" et laisse de côté les activités "domestiques" (jardi, ménage, etc) qui, multipliées par le nombre d'habitants, sont loin d'être négligeables ...et, d'autre part, il n'intègre pas par définition les transferts internationaux de ressources, importants notamment dans les pays dits "riches" (Etats-Unis, Etats de l'Europe, Chine...) ...Enfin, et surtout, il se rapporte seulement à la situation "économique" et n'a pas de signification "sociale" : c'est si vrai que les pays riches laissent subsister de larges poches de pauvreté ...et il est même devenu banal d'opposer en France, en dépit de sa devise "Liberté, Egalité, Fraternité", les salaires indécents des patrons du CAC 40 au comportement de miséreux réduits à fouiller les poubelles ...Comme le rappelle l'éditorialiste du journal Le Monde du 26 mai 2012, "la croissance d'une société se mesure aussi au bien-être et au progrès social"...

 

   Mais pour autant il ne faut pas tuer "la poule aux oeufs d'or" ...et le souci légitime d'assurer le progrès social ne doit pas conduire à enrayer la croissance économique ...Or l'annonce en cascade, par le nouveau goubvernement socialiste, d'un relèvement du Smic (ou Smc...) et d'un abaissement de l'âge de la retraite, ne peut qu'entraîner un renchérissement du coût du travail et donc de la production, rendant celle-ci plus chère à l'intérieur pour les consommateurs et à l'extérieur pour l'exportation ...ce qui, évidemment, ne peut que contribuer à une nouvelle extension du chômage, et donc avoir l'effet inverse du but recherché ...Ce n'est pas par hasard que l'entretien entre le nouveau Président Hollande et l'expérimentée chancelière allemande Angela Merkel, adepte de la rigueur, a tourné "court" ...Un peu de croissance ...oui, bien sûr ...mais pas trop !...

 

   Et ceci d'autant moins que la croissance n'est pas une panacée universelle ... Certes, il fut un temps où, jusqu'au 20ème siècle, des théoriciens de l'économie comme Stuart Mill ou Keynes croyaient à une croissance permanente devant entraîner progressivement le bonheur de l'humanité ...Mais on en est revenu, notamment à l'occasion de la crise actuelle, où la dette publique de la plupart des pays ne cesse de s'aggraver, en particulier en France, où elle est passée de 663,5 Milliards d'€ en 1995 (55,5 % du PIB) à 1211,6 d'€ en 2007 (64,2 du PIB) et 1688,9 d'€ en 2011 ...Est-ce vraiment le moment d'alourdir encore la barque par des mesures certes généreuses mais à "courte vue" et pouvant se retourner à "long terme" contre ses bénéficiaires ...Comme l'écrit le physicien Dennis Meadows cité par l'éditorialist du Monde du 26 mai 2012, "Vous ne voulez pas entendre parler de la fin de la croissance, parce que cela signifie que vous devez inventer quelque chose de nouveau ...Or, dans les vingt prochaines années, vous verrez plus de changements qu'il n'y en a eu depuis un siècledans les domaines de la politique, de l'environnement et de l'économie, de la technique ...Ces changements ne se feront pas de manière pacifique"...

 

   Alors, s'il vous plaît, Monsieur le Président de la République Française, avec tout le respect que l'on vous doit, et au delà des élections législatives et des querelles médiocres entre la "gauche" et la "droite", ne mettez pas en péril l'économie et donc la société de la France sous le prétexte de la "croissance" ...De la mesure avant toutes choses !...


Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Economie et Société
commenter cet article

commentaires

Jean Daumont 05/06/2012 15:07


Lire : "ramener à 60 ans" ...Encore une défaillance technique mal...à...droite !

Jean Daumont 05/06/2012 11:21


D'abord, je ne fais aucune référence à Sarkozy, dont je n'ai jamais été un partisan.


Ensuite, quand je souhaite "de la mesure avant toutes choses" pour Hollande, ce n'est nullement par dérision, et seulement pour que ses réformes éventuelles ne se fracassent pas sur le contexte
actuel qui est celui d'une crise dépassant le cadre de la France ...


Enfin, à propos de la retraite, il faut rappeler que le paiement de la retrraite pour ceux qui la prendront à partir des années 2030- 2040 ne pourra être effectué que si on en remonte l'âge, à
l'instar de pays comme la Suède...Ramener à  ans revient à sacrifier l'avenirpour le présent.

Jacques 05/06/2012 10:25


Cher M. Daumont,


Je n'ai pas souvenir que M. Sarkozy fut autant critiqué avant même les législatives de juin 2007...par la Gauche.....


 


Je n'ai surtout pas souvenir que lorsque M. Sarkozy, à l'été 2007, a fait voter son fameux "bouclier fiscal" (Loi TEPA) vous aviez éprouvé le besoin d'écrire à son endroit:


"De la mesure avat toutes choses !....


Et pourtant, chacun sait que la Loi TEPA a coûter beaucoup plus cher que que ne coûteront jamais les mesures actuelles sur le Smic et les retraites.


Il me semble d'ailleurs qu'il est abusif de votre part d'écrire également:


"un abaissement de l'âge de la retraite"


vu qu'il ne s'agit que d'un RETOUR à 60 ans pour certaines catégories et ce alors que la "réforme Fillon Woerth" (NON FINANCEE, je vous le rappelle) n'est pas encore complètement appliquée
puisqu'étalée dans le temps.


S'agissant des euro-bonds, je vous livre cette toute récente déclaration du Président du Conseil Italien qui n'est pas Socialiste comme vous le savez sûrement:


Le président du Conseil italien, Mario Monti, prédit que la zone euro finira par adopter les eurobonds malgré l'opposition de Berlin, réitérée par le ministre allemand des Affaires étrangères,
Guido Westerwelle, dans des entretiens à un hebdomadaire grec publiés dimanche.
"Je crois que nous aurons des euro-obligations sous une forme ou une autre, car notre union devient de plus en plus étroite", affirme M. Monti dans une interview à To Vima, réaffirmant le soutien
de l'Italie à cet instrument qui permettrait de mutualiser les dettes des Etats membres de la zone euro.


jf.