Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 23:19

   L'expression même de "Fête du Travail" laisse entendre que, pour les hommes, le "travail" est une activité "honorable" qu'il convient au moins une fois chaque année de célébrer dans tous les pays ...Mais cette conception est loin d'avoir été partagée de tous temps sur l'ensemble de la Terre.

 

   D'abord le travail n'est conçu à l'origine de l'humanité que comme une nécessité pour assurer la subsistance ...Dans l'Occident judéo-chrétien, la définit d'ailleurs le travail comme une malédiction, puisqu'à la suite du péché originel Dieu a puni Adam et sa descendance à "gagner son pain à la sueur de son front"...Dans l'Antiquité grecque et romaine, on distingue les citoyens participant à la gestion de la cité, les métèques ou étrangers s'occupant surtout du commerce ou de l'artisanat, et les esclaves chargés du "travail" domestique ou agricole et étant la propriété des maîtres ...Au Moyen-Age, il n'y a plus d'esclaves, mais des serfs (mot dérivé d'esclaves) n'appartenant pas aux seigneurs mais n'en étant pas moins "attachés à la glèbe"...L'Eglise elle-même, en dépit du message fraternel de Jésus-Christ, ravale les travailleurs (laboratores) au dernier rang de la société, derrière ceux qui de battent (bellatores) et ceux qui prient (oratores), distinction qui se retrouve dans la France de l'Ancien Régime distinguant la noblesse, le clergé et le tiers-état...

 

   C'est seulement à partir du 18ème siècle que le travail est "réhabilité", avec les "Philosophes" qui veulent "réconcilier l'homme avec la production devenue action créative" et illustrent ce renouveau avec la rédaction de l'Encyclopédie qui est un bilan de "l'univers du travail" à l'époque ...Avec la Révolution de 1789, apparaît pour la 1ère fois une "fête du travail" fixée le 1er pluviose (en janvier) par Fabre d'Eglantine, l'auteur ...d"Il pleut bergère" ...Ensuite, au 19ème siècle, les socialistes dits "utopiques" - Proudhon, Fourier, Saint-Simon - et les socialistes dits "matérialistes" - Marx et Engels  - considèrent que le "travail est le modèle de l'activité créatrice de l'homme" ...Et, à leur tour, les responsables politiques prennent le relais : la 2ème République garantit le "droit au travail" et crée les "ateliers nationaux", puis Napoléon III, l'auteur de "L'extinction du paupérisme" fait entreprendre des grands travaux (Haussmann à Paris...) pour donner du travail à une population misérable attirée par les villes ...Pour autant, la condition ouvrière reste précaire en France comme dans les autres pays en voie d'industrialisation, expliquant une "lutte des classes" traduite notamment par la "Commune de Paris" en 1871 et les "Révolutions russes" de 1917, ainsi que par de multiples grèves et manifestations...

 

   C'est précisément à l'occasion d'une manifestation de grévistes le 1er mai 1889 à Chicago aux Etat-Unis que la "Fête du Travail" va réellement être instaurée ...En effet, les syndicalistes de "l'American Foundation of Labour" voulaient alors obtenir "les trois 8" (8 heures de travail, 8 heures de repos et 8 heures d'éducation) ..La répression sanglante de la grève poussa alors le Congrès de 2ème Internationale socialiste réunie à Paris en 1889 (Centenaire de la Révolution, Exposition Universelle ...et Tour Eiffel) à organiser avec éclat "une manifestation dans tous les pays et dans toutes les villes à la fois", la 1ère date étant fixée au 1er mai 1890, en souvenir de la réprssion américaine ...Et c'est ainsi que les "travailleurs" prirent l'habitude de défiler le 1er mai dans de nombreux pays du monde, d'abord avec un "triangle rouge" (les trois 8) à la boutonnière, puis avec une ...églantine ou un oeillet, et finalement avec un brin de muguet ...Association symbolique qui s'est quelque peu perdue dans un petit trafic annuel éloigné de la notion de travail...

 

   En fait, la célébration de la Fête du Travail s'est perpétuée au 20ème siècle avec des incidences diverses ...Elle devient légale au Royaume-Uni et en Irlande, en étant décalée au 1er lundi de mai ...De même, elle est instaurée le 1er mai dans la Russie bolchevique ...en 1920 ...Et le Pape Pie XII va jusqu'à instituer en 1955 le même jour du 1er mai la fête de Saint Joseph artisan ...Quant aux Etats-Unis, à l'origine de la célébration du 1er mai, ils décident finalement de la fixer au 1er lundi de septembre ...Mais cette célébration n'en est pas moins pervertie : elle est supprimée ou délaissée dans certains pays comme l'Allemagne pendant la 2ème guerre mondiale ...et en France elle est transformée par le Maréchal Pétain et le régime de Vichy en une "Fête du Travail et de la Concorde", parallèlement à l'instauration de la devise moralisatrice "Travail, Famille, Patrie" ...Et même si le Général De Gaulle rétablit en 1945 une libre manifestation de la Fête du Travail le 1er mai, cette fête conserve la trace des influences politiques : non seulement les organisations syndicales procèdent souvent à des manifestations séparées suivant leur "penchant politique" (CGT avec PC, FO avec SFIO, CFTC avec MRP); mais la "politisation" devient pratiquement une règle à la suite d'un ...hasard malheureux qui est la mort du Président Pompidou le 2 avril 1974, l'élection des Présidents de la République se plaçant dès lors avec ses deux tours au début de mai, la transformation du septennat en quinquennat lié aux élections législatives ayant renforcé cette règle ...

 

   Dans ces conditions, au moins en France, le 1er mai n'est plus une fête autonome réservée aux organisations syndicales, mais une manifestation à caractère politique ...Et la volonté manifestée par le Président Sarkozy de faire du travail un élément primordial de sa politique dè son élection en 2007 - "Travailler plus pour gagner plus" - s'inscrit dans cette logique et explique que , même s'il n'est pas parvenu à résorber le chômage, il exalte la "Fête du Travail" le 1er mai, quelques jours avant le 2ème tour décisif des élections présidentielles du 6 mai 2012...Et comme le Parti socialiste et le Front de Gauche lui emboîtent le pas en demandant à leurs militants et sympathisants de "rejoindre massivement les cortèges" " pour marquer leur opposition à la ré-élection du Président Sarkozy, au lieu d'y défendre l'exclusivité de la participation syndicale, la Fête du Travail perd sa signification et devient même un enjeu exploité par le "populisme" du Front National ramassant la mise du mécontentement des travailleurs ...et des chômeurs...dans une autre manifestation...3 défilés ! ...Y-a-t- il encore une "Fête" du Travail ?...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Economie et Société
commenter cet article

commentaires

Jean Daumont 03/05/2012 17:52


Bof ...Tout simplement, ça ne m'intéressait pas ...A tort, certainement ...

Jacques 03/05/2012 11:01


A la manière de qui vous savez:


"C'est quand même extraordinaire, M'sieur Daumont,


Savez-vous que le Front National "exploite POLITIQUEMENT"  le 1er mai depuis mai 1988 et vous n'avez rien trouvé à dire  avant aujourd'hui...."


 


jf.


 


jf.

Jacques Heurtault 03/05/2012 00:40


Je crains que non ...


La meilleure manière de régler le problème, c'est de suivre ma proposition : Supprimer tous les jours fériés à l'exception du Premier Janvier, du 14 Juillet, du Premier Novembre et du 25 Décembre
et d'accorder, en compensation, 7 jours de congés payés supplémentaires, A LA DISCRETION DU SEUL SALARIE ...