Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 22:45

   Ainsi donc, une fois de plus, et sous le regard goguenard de l'étranger, la France s'empêtre dans une contestation sociale dont elle a le secret (?) et la triste (!) privilège...

 

   La contestation n'est pas en soi ...contestable, car le droit de grève - défini comme une cessation concertée et collective du travail - est inscrit dans le préambule de la Constitution et son utilisation peut apparaître nécessaire quand des groupes sociaux estiment, à tort ou à raison, que leurs intérêts matériels ou moraux sont mis en cause : c'est le cas de grève résultant de "délocalisation" d'usine dans un pays étranger pratiquant des salaires moins élevés et permettant ainsi une plus grande rentabilité économique ...Mais ce n'est pas le cas de la contestation actuelle où il ne s'agit pas d'un problème de salaires - en dépit de leur stagnation - mais d'un problème de départ à la retraite, en l'occurrence le projet gouvernemental de reculer de 60 à 62 ans l'âge du droit à pension pour la retraite, avec des aménagements actuellement discutés pour les cas particuliers comme la "pénibilité" ou les "carrières longues", la limite supérieure et obligatoire étant elle-même repoussée  de 65 à 67 ans ...Ce projet n'a rien d'excessif, car il s'inscrit dans le "contexte du temps" : alors que la durée moyenne de vie est passée en France de ...25 ans en 1740 ...à 60 ans en 1950 ...pour atteindre 80 ans en 2005, à qui fera-t-on croire, en dehors des cas particuliers, qu'il est impossible de continuer à travailler jusqu'à 62 ans ? ...Et ceci alors que beaucoup d'autres professions n'ont pratiquement pas de limites, notamment les professions libérales comme les commerçants ou les médecins, ou encore les agriculteurs qui continuent parfois leur travail jusqu'à leur disparition ?...

 

   A la ...rigueur, on pourrait comprendre cette contestation si le projet n'avait qu'un but strictement économique ...Mais la prolongation de "l'activité" de 60 à 62 ans a pour but de financer les pensions de ceux qui prendront leur retraite à partir de 2025, c'est-à-dire les ...jeunes actuels...En effet, en raison de l'évolution démographique et des progrès de la médecine et du niveau de vie, il y a de plus en plus de ...vieux, et d'ores et déjà les pensions acuelles sont payées pour un 1/5 ème par l'emprunt, autrement dit sur la dette publique qui est passée de 400 milliards d'euros en 1978 à 1400 milliards d'euros en 2009, et il est donc impossible de continuer dans cette voie ...La prolongation de l'activité jusqu'à 62 ans, avec l'augmentation des cotisations pour la retraite en résultant, permet de retarder les difficultés de financement, et il ne faut pas rêver : une prolongation par étapes successives jusqu'à 63, 64 et  65 ans sera certainement nécessaire, comme dans les pays scandinaves qui pratiquent déjà la retraite "à la carte" ...Dans ces conditions, le refus d'accepter une prolongation de l'activité en France signifie que les "actifs actuels" refusent de sacrifier un peu de leur intérêt pour celui de leurs enfants quand ceux-ci seront eux-mêmes à l'âge de la retraite ...Il est vrai que cet "égoïsme" et même cet ...aveuglement ne sont pas nouveaux : Ils ont commencé quand le gouvernement a décidé en 1982 de fixer le départ à la retraite à 60 ans - considéré alors comme une grande conquête sociale - alors que l'évolution démographique était prévisible, avec l'arrivée du "papy-boom" vers 2005-2010 faisant suite au"baby-boom" des années 1950 ...et ceci sans même prévoir une augmentation significative et progressive des cotisations pour la retraite...

 

   Certains commentateurs, notamment mais pas seulement dans l'opposition à l'actuel gouvernement, ont objecté que le projet de prolongation n'a pas fait l'objet d'une concertation suffisante... Il est certain que le Président de la République et le gouvernement ont fait des "62 ans" un socle intouchable... Mais la concertation préalable, qui s'est poursuivie à l'Assemblée puis au Sénat, a permis d'apporter des aménagements pour les cas particuliers, et une réflexion a même été lancée sur le thème de la retraite "à la carte" comme dans les pays scandinaves, à la suite de la suggestion du Maire de Lyon...Et le 1er Ministre peut affirmer qu'avec "62 ans", la France s'inscrit parmi les pays "occidentaux" ayant prévu la plus courte prolongation ...Par ailleurs, la discussion reste ouverte sur la taxation des plus hauts revenus, notamment pour les "retraites-chapeaux", les stock-options, etc...

 

   Il n'est donc pas possible d'admettre le bien-fondé de la contestation actuelle... d'autant plus que celle-ci ne s'est pas limitée à une journée "symbolique", mais dégénère en "gréves reconductibles" .et en "manifestations " de plus en plus incontrôlables ...d'autant plus encore qu'il y a eu des responsables politiques osant pousser les jeunes dans cette "action", sous prétexte qu'ils avaient une maturité suffisante à ...14-16 ans ... et alors que la réforme est faite ...pour eux ...On en voit le résultat : le "bazar" dans les lycées et les collèges, un collège incendié, des élèves blessés ...Et des extrêmistes qui invoquent la "grève générale" ...en vue de la vieille lune du "Grand Soir" ...tandis que les employés des raffineries en profitent pour bloquer délibérément la fourniture des carburants, au mépris de l'intérêt général du pays... Ces "apprentis-sorciers" vont-ils comprendre que tous les acteurs de la vie collective risquent d'y perdre, qu'il s'agisse des syndicats incapables de maîtriser la situation et n'étant donc plus crédibles, du pouvoir lui-même dont l'impuissance peut engendrer l'anarchie, de l'opposition ne trouvant rien de mieux que de promettre le retour aux "60 ans", et surtout du pays, dont l'économie reste fragile et dont l'image est ternie à l'étranger...Quand comprendra t-on en France, déjà championne du monde des "révolutions", que, dans un pays démocratique, pour maintenir la paix sociale, force doit rester à la Loi ...et non à la rue !...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

jacques 06/11/2010 23:20



"Ainsi donc, une fois de plus, et sous le regard goguenard de l'étranger",


C'est donc ainsi que vous introduisiez votre sujet sur les grèves en France.


Mais depuis ce billet, l'étranger n'est plus goguenard vis à vis de la France, car celle-ci est carrément devenue la risée du monde avec ce
vaudeville du remaniement annoncé et qui ne vient pas, le bal grotesque et lamentable des prétendants soit à Matignon, soit au secrétariat de l'UMP.


Mais revenons à votre sujet, la grève et l'agitation socilae.


On dirait bien que vous ne savez pas que le métro de Londres a été en grève deux fois en quinze jours, sans parler de la manifestation de rue
dont j'ai parlé ci-dessus.


Vous a-t-il échappé, depuis votre billet, que ces derniers jours ce sont les salariés de la vénérable BBC qui étaient en grève pour 48 heures,
perturbant gravement les programmes. Motif de la grève: la réforme des retraites...Tiens, tiens !


Vous a-t-il également échappé que les Roumains, oui, vous avez bien lu, les Roumains viennent eux aussi de descendre dans la rue, et de
manière préventive !!!!!, avant l'annonce par le gouvernement d'une....réforme des retraites !!!!!


Aussi, je pense que la goguenardise que vous croyiez déceler à notre encontre de la part de "l'étranger" est quelque peu
imaginaire....


Car c'est l'actualité politicienne de "notre" président et de ses affidés ( dont certains cherchent même à régler leurs comptes personnels à
coup d'amendement au Parlement !) qui alimente largement les gazettes de nos voisins et qui n'utilisent pas de termes élogieux à ce propos !


 


jf.






Jean Daumont 24/10/2010 10:49



  Non et non, "la rue ne gouverne pas" (référence Raffarin ? tant mieux !) ... Car "les choses étant ce qu'elles sont, et la France étant ce qu'elle est" (référence De Gaulle) et comme
il ne peut être question de tolérer la "chienlit" (référence Pompidou en 1968), la démocratie ne peut s'exercer que par respect de la loi, et le gouvernement doit en être le garant, même si
"Gouverner, ce n'est pas plaire" (Référence Mitterrand - Interview du 22 octobre 1991)...


   Ceci dit, "la force de la loi" ne signifie pas "la loi de la force" ...et il convient qu'en cas de difficulté, le gouvernement recherche toutes les possibilités de concertation, soit
par une consultation, soit par l'intermédiaire du Parlement démocratiquement élu, le dernier mot devant néanmoins lui rester ...sinon il n'y a plus "d'autorité de l'Etat".


   Une histoire drôle (?) pour terminer ...Un membre éloigné de ma famille s'est indigné que la "nounou" de son bébé fasse grève...Grève des nounous ? Où va-t-on?...Je l'ai rassuré en
lui signalant que Sarkozy avait pris les mesures nécessaires pour pallier la pénurie de carburant...



jacques 23/10/2010 01:02



Eh oui, Cher Jean Daumont, la force de la Loi est telle que la Justice vient de suspendre les ordres de réquisition préfectoraux pour la Raffinerie de Grands Puits.....


 


jf.



jacques 22/10/2010 12:24



On dirait du Raffarin pur sucre... "Ce n'est pas la rue qui gouverne"


Sauf que la rue est toujours là et que M. Raffarin ne...gouverne plus ! 


Et puis, Cher Jean Daumont, pourquoi ne parlez-vous que des 62 ans et pas des 67 ????????


J'en profite pour vous donner une info qui vous a sûrement échappé puisque presque toutes les télé l'ont passé sous silence, comme par hasard...


Hier à LONDRES, les Anglais sont descendus dans la rue pour protester contre les projets du nouveau Premier Ministre, notamment celui de passer l’âge de la retraite à…67 ans…….!!! Ils ont
d'ailleurs carrément bloqué le 10 Downing Street.....


 


jf.



Jacques Heurtault 21/10/2010 13:23



Je ne veux pas que l'on touche au droit de grève! Je veux simplement que les illégalités de toutes sortes soient REPRIMEES! Avec SEVERITE!