Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 23:15

   La laïcité est un thème récurrent en France qui est pourtant le seul pays du monde à l'avoir définie dans la loi du 9 décembre 1905 dite de "Séparation de l'Eglise et de l'Etat"...C'est dire à quel point la notion même de laïcité y est encore ambigüe ...

 

   Pour l'opinion courante, elle reste en effet une histoire entre "l'Eglise" et "l'Etat" ...Telle était d'ailleurs la volonté de la majorité ..."radicale" du Parlement en 1905, où les "anticléricaux" voulaient définitivement mettre fin à l'influence de "l'Eglise ...catholique"...Cette volonté d'affranchissement n'était d'ailleurs pas nouvelle, puisque la Révolution de 1789 avait aboli les privilèges - dont ceux de l'Eglise catholique - et affirmé la liberté de conscience dans la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen ...Mais les régimes politiques s'étaient ensuite succédé, et l'Eglise avait reconquis son influence avec le Concordat de 1801 sous le Consulat et "l'Union du Trône et de l'Autel" sous la Restauration, facilitant notamment le développement des congrégations ...La loi du 9 décembre 1905 avait donc été instaurée comme une revanche, donnant même lieu à des excès de la part de groupements dits "laïcistes" ou, plus péjorativemenr encore, "laïcards"... Et le lieu le plus symbolique de l'affrontement avait été "l'Ecole" - au sens générique du terme - avec l'organisation d'un "Enseignement public, laïque, et obligatoire" par les lois Jules Ferry de 1881 et 1882 ...Ce n'est donc pas par hasard que le problème a souvent rebondi dans le domaine scolaire, notamment avec la loi Debré de 1959 accordant des avantages particuliers à l'Ecole privée dite libre et en contrepartie la tentative avortée de Service Public Unifié de L'Education Nationale (SPULEN) par le projet de loi Savary en 1984 ...Depuis lors, les commissions et les rapports se sont multipliés : le rapport Baroin (mai 2003) établissant 16 propositions, dont un "Code de la laïcité", ...le rapport Stasi (décembre 2003) sur "l'application du principe de laïcité dans la République" (en lien avec l'affaire du foulard islamique), ...le rapport Rossinot (décembre 2005) demandé par le Président Sarkozy à l'occasion du centenaire de la loi de 1905, ...le rapport Machelon (septembre 2006) menant une réflexion sur "les relations des cultes avec les pouvoirs publics", ...enfin la création d'un "Observatoire de la laïcité" (mars 2007), rattaché au 1er Ministre et devant commencer ses travaux en ...novembre 2011 ...L'organisation d'un débat récemment proposée par l'UMP n'a donc rien de surprenant, le seul problème - il est vrai, le plus important - étant de savoir sur quoi il peut déboucher ...depuis le temps qu'on en parle...

 

   Si débat il y a, il faudra d'abord définir les termes, qui ne sont pas actuellement appropriés aux réalités sociales ...D'abord, le terme de "laïcité" est une création tardive, n'apparaissant qu'après 1870 et longtemps inutilisé : ainsi, il est totalement absent  ...de la loi de 1905 ...Seuls étaient utilisés alors les mots "laïc" ou "laïque", essentiellement pour désigner le "non-religieux", et l'Eglise catholique elle-même ne l'employait que pour désigner ceux qui n'étaient ni prêtres, ni moines ...En fait, le mot de "laïcité" n'est utilisé largement que depuis les années 1980, soit depuis une trentaine d'années , et encore le plus souvent dans un sens plus général, synonyme de "modernité" ...Par ailleurs, l'expression de "Séparation de l'Eglise et de l'Etat" n'apparaît que dans le titre de la loi de 1905 - trahissant la volonté première de la majorité "radicale" de l'époque - alors qu'elle ne figure même pas dans le texte lui-même, qui ne cite ni l'Eglise catholique, ni les Eglises chrétiennes, mais seulement les "cultes" - en l'occurrence de façon limitative les cultes chrétiens et le culte israëlite (lequel n'a d'ailleurs pas d'Eglise) ...et, d'autre part, il n'y a pas de séparation totale, puisque, même si "la République ne reconnaît aucune religion officielle ni ne subventionne aucun culte" (article 2), ni ne participe à la construction d'édifices nouveaux, ...elle peut "contribuer au financement de l'entretien et des réparations des monuments anciens "classés" (article 19) ou considérés comme tels, depuis les petites églises rurales jusqu'aux grandes cathédrales urbaines, ce qui n'est pas une charge négligeable, au contraire ...

   Mais la loi remonte à 1905, à une époque où la structure sociale n'était pas la même que maintenant ...et où, notamment, il n'y avait pratiquement pas de musulmans en France, ...et donc pas de mosquées ... Or il y a désormais un population estimée entre 2 et 4 millions de musulmans - issue d'une immigration massive de l'Afrique du Nord - et si cette population peut, au titre légal de la liberté des cultes, pratiquer sa religion, ...elle ne peut souvent être autorisée à le faire que ...dans la rue... Car elle ne peut pas solliciter de subventions pour la construction de mosquées, même si elle a acquis - parfois depuis la 2ème ou 3ème génération - la nationalité française et s'acquitte, comme les autres Français, des devoirs de citoyens, en particulier du paiement des impôts nationaux et locaux qui servent en partie à l'entretien des églises ...Dans ces conditions, un débat sur la laïcité peut donc être utile, pour la mettre en conformité avec l'évolution de la société française, en veillant à ce que soit respectée la liberté de conscience et interdit tout prosélytisme...

 

   

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Législation
commenter cet article

commentaires

benjamin 31/05/2011 14:08



Contrairement à ce que je lis ci-dessus, je précise qu'on a bien parlé de laïcité dans les lois et décrets lois pris entre 1880 et 1890 (j'ai la flemme de chercher les dates exactes, il y en
avait six en tout, je crois) qui ont organisé l'école publique, gratuite, laïque et obligatoire


Et pour le régime des colonies (l'Algérie en était une au début du XXe siècle) il y avait bel et bien des statuts dérogatoires. Les religions étaient reconnues par l'Etat, leur hiérarchie était
consultée. Et le "laïcard" Ferry en France déléguait des pans entiers de service public (déducation, santé, administration) à des religieux, dans ces colonies.


Enfin ne confondons pas ce qui peut se passer au sein d'une religion et de son appareil, et les rapports de celle-ci avec la communauté nationale. Que les cathos révoquent tel ou tel évêque,
qu'ils maintiennent le célibat des prêtres, qu'ils en restent au dogme de l'infaillibilité pontificale, je n'en ai rien à cirer: je ne suis pas catholique. Que par des pressions, ils veulent
imposer leur lmorale au reste de la population, alors là je réagis. Il doit en être de même pour toutes les religions.


Que des religieux décrètent que le PACS c'est péché, je m'en moque. Que des députés veuillent interdire la possibilité de se pacser, c'est une autre paire de manche. Mme Boutin peut bouffer son
bon Dieu tous les dimanches à la Messe si elle y croit. Brandir la Bible à l'asemblée, c'est inacceptable



Jacques 31/05/2011 12:12



Ahhhhhh...le rapprochement est...fulgurant !


jf.



Jean Daumont 31/05/2011 11:50



Evidemment, je désapprouve ce comportement, qui doit être d'autant plus nettement condamné qu'il peut servir de prétexte à des débordements islamistes...



Jacques 30/05/2011 12:11



Toujours en terme de laïcité, que penser de cette "convocation" le 20 mai dernier à Calais , SUR LE TEMPS DES HEURES DE COURS, de tous les enseignants des écoles privées
catholiques de la Région Nord Pas de Calais ??


Ils ont eu à entendre la bonne parôle de "leur" évêque, selon les termes même de la "convocation" sur le thème "être professeur dans l'enseignement catholique
aujourd'hui"


Ils ont eu le bonheur d'entendre également une Députée UMP....(!) leur expliquer "la ville de Calais a longtemps été communiste, les choses changent"


Les Inspections académiques concernées, le Rectorat de Lille n'avaient pas été prévenus de cette initative....


Aucun "service minimum de remplacement" des profs absents n'a été organisé par la "direction diocésaine de l'enseignement catholique". Aux parents de se démer.... Exemple, l'école Sainte Thérèse
de Lens a fermé ses trentes classes !!!


La Loi Debré a carrément été violée puisqu'elle stipule que les activités relevant du caractère propre des établissements DOIT se faire en dehors des heures de cours et en garantissant la
"liberté de conscience" des enseignants (ce que ne prévoyait évidemment pas la "convocation"...)


On évoque la somme minimum de 260 000 euros dépensée pour cette journée.


Est-ce là un détournement de fonds publics ??? On peut évidemment le subodorer.


Les enseignants n'avaient pas d'ordre de mission. C'est la direction diocésaine qui a organisé le "covoiturage", en délivrant une simple "attestation"....En cas d'accident ce jour-là, l'Education
Nationale n'aurait donc pas reconnu celui-ci.


Franchement, si il y a deux ou trois imams extrémistes en France, dixit le Ministre de l'Intérieur qui les surveille,  le Ministre des Cultes ferait bien de s'intéresser d'un peu plus près
aux agissements de certains évêques (pourtant nommés, en effet, avec "l'assentiment" de l'Etat)....


jf.



Jean Daumont 29/05/2011 15:58



   Bien entendu, la loi de 1905 s'appliquait aussi à l'Algérie, puisque celle-ci était intégrée à la France ...mais elle concernait seulement les cultes chrétiens et le culte israëlite,
et elle continue à ne pas concerner depuis l'indépendance de l'Algérie en 1962 les musulmans installés en France ...D'où l'intérêt de régulariser - avec l'accord de la majorité d'entre eux (ex:
Boubakeur à la Mosquée de Paris)  - la situation des musulmans, qu'il s'agisse de la pratique du culte ou de la constructiion de mosquée, afin de ne pas laisser agir des extrêmistes, comme
vous le soulignez vous-même...


 


   Quant aux relations entre la Papauté et la France, c'est toute une histoire, qui ne peut pas être détaillée dans un simple commentaire ...Elle remonte ...à Clovis, au 5ème siècle,
qui, avec son baptême, avait voulu se concilier l'appui du Pape, devenu la seule autorité reconnue dans l'ancien empire romain d'Occident, dans sa lutte contre les autres "barbares" convertis à
l'arianisme ...Plus tard, Charlemagne se fera couronner Empereur par le Pape à Rome en 800 ...Puis il y au ra le sacre des rois de France à Reims devant le légat du Pape ...Puis le sacre de
Napoléon, scellant le Concordat de 1801 ...encore en usage en Alsace-Moselle (la loi de 1905 ne s'y étant pas appliquée du fait de l'annexion allemande entre 1871 et 1918) ...et à l'armée ... Et
maintenant encore, il y a un partage de compétences -et non une subordination - pour la nomination des évêques, le Chef de l'Etat français - même quand il s'agit d'un "socialiste" ...- ayant un
rang particulier auprès du Saint-Siège (la France étant la fille aînée de l'Eglise" !), de même qu'il est "Co-Prince à Andorre !...


Ci-après un peu de documentation ... :


http://ipr.univ-paris1.fr/spip.php?article271


http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_de_s%C3%A9paration_des_%C3%89glises_et_de_l'%C3%89tat