Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 23:00

   Un parti est, par définition, un rassemblement de citoyens défendant des idées et des intérêts dans l'organisation de la société. Il est donc naturel que la direction d'un parti puisse être l'ambition de personnalités ayant déjà, à divers niveaux, obtenu la confiance des citoyens...

 

   Evidemment, cette direction va de soi quand une personnalité crée son propre parti, comme François Mitterrrand qui refonde en 1971 le Parti Socialiste regroupant alors divers groupes, dont l'ancienne SFIO,  ...ou comme Jacques Chirac en 2002 pour l'UMP regroupant l'ancien RPR et des partis du Centre ...Elle peut également, dans un parti déjà créé, échoir à une personnalité ayant acquis une forte notoriété, comme Valéry Giscard d'Estaing pour l'UDF en 1976 ...Mais, le plus souvent, elle fait l'objet d'ambitions concurrentes, comme ce fut le cas entre Jacques Chirac et Edouard Balladur en 1994, et plus tard en octobre 2011 pour six candidats du Parti Socialiste, qui eut d'ailleurs l'idée originale de proposer le choix à l'ensemble des citoyens, disposition consensuelle qui contribua certainement, au moins autant que l'impopularité croissante de Nicolas Sarkozy, à l'élection de François Hollande...

 

   Mais l'UMP reste un parti "d'appareil", malgré son qualificatif d'Union pour un Mouvement "Populaire", et elle a préféré le choix  d'un candidat par ses militants à une désignation par l'ensemble des citoyens ...Ce choix n'aurait certainement pas eu de conséquences négatives si la consultation avait donné une majorité nette et donc indiscutable à l'un ou l'autre des candidats, François Fillon, ancien Premier Ministre de Nicolas Sarkozy, et Jean-François Copé, Secrétaire Général de l'UMP ...Malencontreusement, l'écart a été infime - autour de 50 % - et le succés revendiqué par Jean-François Copé a aussitôt été contesté par François Fillon ...Dans un tel cas, qu'il s'agisse d'élections internes dans un parti ou d'élections officielles - législatives ou municipales - il est arrivé, pour éviter toute mise en cause du décompte, de procéder à une nouvelle consultation ...et, en l'occurrence, les deux candidats à la direction de l'UMP seraient sortis grandis s'ils en avaient décidé soit de s'associer dans un partage des tâches, soit de procéder à un 2ème vote, avec une plus grande rigueur d'organisation que pour le 1er ...Car les deux protagonistes étaient des personnalité estimables, en raison de leur action positive, François Fillon dans le Conseil Général de la Sarthe, et Jean-François Copé à la Mairie de Meaux...

 

   C'est malheureusement le contraire qui s'est produit, l'un - François Fillon voulant se poser en "rassembleur" seul capable de maintenir l'union avec le Centre, et l'autre - Jean-François Copé, se posant en représentant de la "Droite décomplexée", autrement dit en candidat capable, à la future élection présidentielle, de recueillir les voix de l'extrême-droite, ...tout en excluant une alliance avec le Front National de Marine Le Pen ...Les dégâts, néanmoins, auraient pu être réparés, si les deux rivaux avaient accepté l'arbitrage d'Alain Juppé, l'ex-"meilleur d'entre-nous" de Jacques Chirac et valeureux Ministre des Affaires Etrangères de Nicolas Sarkozy ...Cela n'a pas été le cas ...Et le Figaro, journal de droite, se désole, en titrant ce jour lundi 26 novembre 2012 : "UMP : Suicide en direct" ...

 

   Y a t-il encore une solution ?...La revue Le Point, également de droite, titre pour sa part : "UMP - Le vainqueur est Sarkozy " ...C'est vite dit ...Car celui-ci est revenu dans ses propres affaires, et, même s'il est innocenté dans cette mauvaise histoire de financement de sa campagne électorale de 2007, il préfère monnayer actuellement sa notoriété internationale dans des conférences, comme l'ont fait avant lui le travailliste anglais Tony Blair et le social-démocrate allemand Gerhard Schröder ...et il ne semble pas disposé à jouer "la statue du Commandeur", se contentant apparemment de donner des conseils ...Alors qui ? Alain Juppé, quand même, au cas où il ferait la "coquette", ce qui ne paraît pas être son genre, lui naguère considéré comme "raide"...Et pourquoi pas alors, un homme - ou un femme - au seuil de la notoriété et encore un peu dans l'ombre ...Par exemple Nathalie Kosiusko Morizet ...ou Gilles Carrez, apprécié à la fois dans l'UMP et le Parti Socialiste en raison de sa rigueur morale, de sa compétence financière comme rapporteur à l'Assemblée Nationale et de son souci de dialogue, ce qui manque précisément dans ce "combat des chefs"...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Politique Intérieure
commenter cet article

commentaires

Jean Daumont 03/12/2012 00:06


Bah !...S'il faut en croire la formule magique de Bayes qui décrypte le monde (cf mon article suivant), il y a une chance sur deux, mais cela dépasse l'entendement ...Le possible trouve ses
limites dans le probable !...

Jacques Heurtault 02/12/2012 17:43


Ah, non! Je proteste ... Les dés sont pipés! Si Dieu prend parti en provoquant la fin du monde pour empêcher que se réalise ce grand projet de démocratie sociale, ce n'est pas juste!

Jean Daumont 02/12/2012 09:56


Quand on pense que certains augures ont annoncé la fin du monde pour bientôt !...

Jacques Heurtault 01/12/2012 10:31


@ Lydihaut :


Donc, nous sommes d'accord : il faut que Hollande continue au dela de 2017, jusqu'en 2022! Très bien ...


Je vois que vous avez de la compassion pour Ségolène Royal. Très bien également! Elle n'a pas démérité. Elle pourra succéder à François Hollande à partir de 2022 jusqu'en 2027 puis 2032 ... Cela
fera 20 ans de Démocratie Sociale : c'est un bon début! Un bon début seulement parce qu'il faut qu'elle reste installée au moins 35 ans voire 45 ans ... Comme en Suède, par exemple, ou bien comme
en Autriche (sauf l'intermède idiot récent ...)!

Lydihaut 01/12/2012 07:00


Je pense que si la droite est intelligente, elle s'arrangera pour que l'UMP ait à sa tête une troisième autorité du genre féminin. Oui, car ce que la bonne gauche malgés ses paroles et ses
discours toujours prometteurs (avoir énormément besoin de le dire et dans parler parce que en dehors de ça il n'y a rien et on ne fait rien), n'a réussi jusqu'à maintenant qu'à trainer dans la
boue les femmes métitantes de son parti, Ségolène Royale rampe dans la fange des moqueries, Marine Aubry réduite à l'oubli et à une retraite à 62 ans (en cela elle se rapproche de ses convictions
imbéciles et de la retraite obligatoire pour tout le monde à 60 ans alors que nous vivons centenaire), Anne Schwartz-Rosenberg (allias Sainclair ou la femme aux yeux et à la vision pas si claire
que ça) réduite à payer les infidélités orgiaques de son époux, et nous avons aujourd'hui des femmes ridicules parce que parfaitement incompétentes, ministres ou porte parole d'un gouvernement de
singes ayant pour seul argument un héritage impossible à assumer. Oui, en ça le petit présisent n'est pas comme le droite, oui qu'il continue car les faits sont très têtus et ravageurs.....