Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 23:37

      Même s'il reste encore dans le monde quelques émules attardés des régimes totalitaires du 20ème siècle - nationaux-socialistes, communistes, ...ou intégristes religieux - il n'ya plus de "pensée unique" et la notion de débat s'est imposée dans un nombre croissant de pays en ce début du 21ème siècle...

 

   C'est au titre d'un débat nécessaire pour la libre expression des opinions que sont apparus les partis politiques, c'est-à-dire des groupements de citoyens s'unissant pour obtenir des électeurs le droit de les gouverner ...Mais les partis politiques n'ont pas toujours trouvé les institutions propices à l'ordonnancement d'un tel débat. C'est l'Angleterre qui donne le bon exemple par l'instauration du "bi-parties-systèm", de façon paradoxale puisqu'elle n'a pas de texte consitutionnel et connaît même encore une monarchie ...Ce système a ensuite été appliqué aux Etats-Unis, comme l'atteste la prochaine échéance électorale du 6 novembre 2012 ...En France, il a fallu attendre la Constitution de 1958, révisée en 1962, pour qu'un tel système se mette pratiquement en place, symbolisé par les débats célèbres  ...Giscard-Mitterrand ...Chirac- Jospin ...Sarkozy-Ségolène Royal ...et en mai 2012 Hollande-Sarkozy ..., les débats étant encore compliqués quand il il y avait "co-habitation", c'est-à-dire une opposition entre la majorité présidentielle et la majorité législative...

 

   Ces débats ont souvent été retenus en France comme l'opposition entre la "gauche" et la "droite" ...Mais cette terminologie n'a pas de grande signification : d'abord elle n'est définie que par la position des députés dans l'hémicycle du Palais-Bourbon et des sénateurs au Palais du Luxembourg à partir de la tribune, et elle aurait pu être inversée si on avait pris l'habitude de considérer cette position en regardant la tribune ...Par ailleurs, si on fait l'histoire des notions de "droite" et de "gauche", on constate que la "droite" a toujours été évoquée comme "valorisante" (les élus à la droite de Dieu !), tandis que la "gauche" était assimilée à la "maladresse" ...Et de toutes façons, ces notions n'ont aucune signification dans les nombreux pays n'ayant pas d'hémicycle ...

 

   En fait, ce qui compte dans tous les pays - dont la France - c'est la différence entre deux conceptions de gouvernement : celle du "libéralisme" faisant prévaloir la liberté individuelle - la liberté des uns ne trouvant sa limite que dans celle des autres - et celle du "socialisme", entendu au sens de la "sociale-démocratie", plus coercitive et accordant la priorité à l'intérêt collectif ... C'est entre ces deux conceptions que balance le corps électoral, ce balancement pouvant avoir des raisons diverses, parfois concomitantes, comme "l'usure du pouvoir" entraînant une volonté de "changement" (mot souvent utilisé d'un bord comme de l'autre) ...ou contexte extérieur comme la crise économique sévissant depuis 2007...

 

   Mais, pour autant, le débat doit rester clair, ce qui n'est pas le cas actuellement en France, quand les participants changent d'avis : c'est le cas quand le Président François Hollande se rallie à la diminution du coût du travail qu'il avait condamné dans ses engagements pour faciliter la diminution du chômage ...ou quand le 1er Ministre Jean-Marc Ayrault déclare ce jour 30 octobre 2012 que "la semaine de 35 heures n'est pas un tabou", alors qu'il s'agit d'une "vache sacrée" héritée de sa collègue et éventuelle remplaçante Martine Aubry ...Inversement, le Secrétaire de l'UMP Jean-François Copé brouille les cartes quand il évoque la possibilité "d'appeler à manifester contre les projets du gouvernement", c'est-à-dire à utiliser le "folklore" des socialistes depuis un siècle (Front Populaire 1936, défilé contre la réforme ...Fillon  2003, ...contre le CPE 2006, ...Woerth 2006) ...Pourquoi pas, pendant qu'on y est, "le droit à l'insurrection" , comme le prévoyait la Constitution de 1793, il est vrai jamais appliquée ...Le parti supposé "de l'ordre" appelant au "désordre" ! ...Mais où va la France ?...Le débat est ouvert...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Politique Intérieure
commenter cet article

commentaires

Jacques Heurtault 01/11/2012 22:39


Les commentaires de Monsieur ou Madame Lydihaut (l'idi-ot? l'idiot?) deviennent une insulte blessante envers l'esprit humain ... On peut défendre ses convictions (et moi-même, je n'y manque pas!)
sans pour autant se croire obligé d'insulter l'institution qu'est la Présidence de la République ou la fonction du Premier Ministre, quatrième personnage de l'Etat!

Loubomyr 01/11/2012 17:47


Le sinistre idiot ayant encore sévi avec ses commentaires, il faut bien lui reconnaitre un "talent" : Il réussit en effet à réunir dans les méandres de ses synapses mal connectées les personalité
de Bouvard et de Pétuchet, à savoir deux obsessionnels imbéciles, érudits à l'envers, aspirateurs de poncifs, bref une encyclopédie de la bêtise en deux tomes. La différence avec Flaubert, c'est
que Flaubert disposait d'un grand talent d'écriture en inaugurant une longue réflexion sur l'idiotie qui passera ensuite par Beckett et Jary. L'idiot, lui, ne fait cette démonstration, qu'à son
corps défendant en étant lui même l'illustration réitérée du dictionnaire des idées recues.

Jean Daumont 01/11/2012 16:44


A JF


 Pour les débats, j'ai mis des points de suspension, ce qui signifie que, pour éviter une longueur inutile, je ne les cite pas tous....


Quant au "folklore" - mot humoristique sans méchanceté - je n'ignore évidemment pas que les manifestations sont organisées par les syndicats rarement d'accord entre eux, d'ailleurs, même le 1er
mai) ...mais, que je sache, il est souvent arrivé que les syndicats fassent savoir pour qui voter ou ne pas voter, et que des hommes politiques participent à des manifestations...


A Loub. et Lyd.


   Je renvoie dos à dos les partisans de Copé et ceux d'Ayrault, et je ne me préoccupe pas de ce que peuvent penser les "journaleux" chers à J.Heurtault qui n'ont pas le monopole de la
réflexion, qu'il s'agisse de "pensée unique" ou de "débats"...

Lydihaut 01/11/2012 06:48


Je vois non sans une once de satisfaction que mes arguments pertinents ont marqué les esprits. En effet, lors de mon commentaire sur le dernier débat présidentiel où, le gros nul nous servant de
représentant aux yeux du monde s'est ridiculisé par ses trop nombreuses anaphores qui le condamne aujourd'hui a recevoir des coups et faire des couacs misérables. "Méchantloup"qui a mené une
fronde anti-limace socialiste au sénat avait raison, c'est dans la tempête que l'on aperçoit les mauviettes!!!! Et le capitaine du Concordia s'apprête à boire le calice jusqu'à la lie. je
n'attends plus, qu'une chose, la démission de son 1er ministre limaceux.....

Loubomyr 31/10/2012 22:31


Monsieur Daumont


On Crourait à vous lire que vous vous donnez volontairement des batons pour vous faire battre : il n'y a plus de pensée unique, dites vous. Mais si justement, il y en a une, celle de la doxa néo
libérale mondialisée qui veut nous faire avaler à longueur de pages de journaux et de journaux télévisés qu'il n'y a pas d'autre solution que de s'écraser devant la volonté des puissants et subir
des réformes qui nous rabaiisennt un peu plus chaque jour.


Vous pretez à la gauche française le désir sournois d'utiliser le droit à l'insurrection : mais c'est le sinistre Copé Maire de Meaux, Docteur Honoris Causa de la langue de bois, Diplomé du
cinquième cycle du mensonge politique, c'est ce monsieur qui justement vient de pronner la révolte contre notre gouvernement et notre président élu.


Ce petit monsieur et ses sbires sont des mutins, des "croix de feu" modernes alors, je suis désolé de vous le dire, mais une fois de plus vous nous démontrez votre manque d"une impartialité que
vous vous glorifiez d'avoir ou alors c'est que vous avez des oeillères.