Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 17:41

   Il est difficile de parler du pouvoir des femmes - au sens politique - car celui-ci n'a jamais été reconnu de façon claire et constante dans l'histoire de l'humanité ... Déjà le mot même "d'humanité", même s'il est entendu au sens générique d'un être vivant spécifique du règne animal, est dérivé du mot "homme" et traduit donc un choix prioritaire de l'élément masculin sur l'élément féminin, ...alors que le mot "féminité" définit seulement les caractères propres de la femme et non l'ensemble de l'espèce ...Plus "prosaïquement", en français, quand il y a dans une phrase à la fois des noms masculins et féminins, c'est au pluriel le masculin qui l'emporte pour les adjectifs qualificatifs ou l'accord des participes passés ...Il en a été de même longtemps en France pour les "droits", puisque la fameuse Déclaration des Droits de 1789 ne concernait que les Droits ...de l'homme et qu'il a fallu attendre l'ordonnance du 5 octobre 1944 du Général De Gaulle pour donner des droits civiques aux femmes jusque là considérées comme des mineures, conformément au Code Civil inspiré par le très "machiste" Napoléon 1er en 1804 prévoyant seulement que le mari doit protection à son épouse ...et dont il résultait que les femmes étaient écartées à tous les niveaux  de l'organisation "démocratique", en particulier des Conseils Municipaux et Généraux ...Quant à la Présidence de la République, elles en étaient évidemment exclues ...et elles le sont encore "de facto", car on attend encore la 1ère Présidente puisque la socialiste Ségolène Royal, si elle a pu être candidate - non sans difficulté - en 2007, n'a pas étéc élue...

 

   Est-ce à dire qu'en raison de leur sexe les femmes ont toujours été condamnées à n'avoir aucun rôle politique ou à n'avoir qu'un rôle secondaire ? ...Certainement pas ! ...On a pu constater que, dès l'époque  préhistorique, il y a eu des sociétés "matriarcales" symbolisées par la prédominance de "déesses-mères" ...Et il y a des mythes - invérifiables mais significatifs - de peuplades dominées par les femmes, comme les "Amazones", de vraies harpies d'ailleurs puisque, non contentes de se brûler un sein pour ne pas être gênées dans le tir (!), elles ne toléraient pas la présence des hommes et tuaient les enfants mâles à leur naissance (!!) ou en faisaient leurs esclaves ...Mais l'Histoire elle-même montre que les femmes ont souvent joué un rôle : en France, en dépit de la loi salique réservant le trône royal aux enfants mâles par primogéniture, il y a eu les sinistres Brunehaut et Frédégonde, Aliénor d'Aquitaine, ...ou encore les régences de Catherine et Marie de Médicis ainsi que celle d'Anne d'Autriche ...Et dans d'autres pays où n'existait pas la priorité masculine, il y a eu des femmes qui ont exercé le pouvoir de plein droit, comme Elisabeth I en Angleterre, Isabelle la Catholique en Espagne, Catherine II en Russie, ...ou l'impératrice Tseu-Hi en Chine ...

 

   Néanmoins, sur un plan strictement statistique, il faut reconnaître que les femmes ont plus souvent joué un second rôle que le premier ...Et dans ce cas, à l'époque de la monarchie en France, ce n'était pas généralement l'épouse du souverain règnant, mais une "favorite" : parmi d'autres, on peut citer Agnès Sorel avec Charles VII, Anne de Pisseleu pour François 1er, Diane de Poitiers pour Henri II, Mademoiselle de la Vallière, Madame de Montespan et Madame de Maintenon pour Louis XIV, Madame de Pompadour et Madame du Barry pour Louis XV ...Pendant la Révolution, on peut évoquer Madame Rolland ...Sous les deux Empires et la Restauration, les souverains étaient trop soucieux de leur pouvoir pour le partager avec une femme légitime ou adultère, qu'il s'agisse de Joséphine de Beauharnais, de Marie Louise d'Autriche ou ...de Marie Walewska pour Napoléon 1er, de Marie-Joséphine de Savoie  ...et de Zoé Talon pour Louis XVIII, de Marie-Thérèse de Savoie pour Charles X, et d'Eugénie de Montijo  ...et de Marguerite Bellanger pour Napoléon III ...Sous les Républiques postérieures - de la 3ème à la 5ème - les Présidents ou chefs de gouvernement ne sont certes pas toujours des maris fidèles, mais leurs épouses ou maîtresses n'ont pratiquement jamais eu un rôle "officiel" ...Même lorsque les droits civiques sont reconnus aux femmes en 1944, les épouses de Président n'ont pas eu un statut "officiel", avec un "cabinet " particulier, des "crédits" propres et un "pouvoir" même restreint ...Elles se sont cantonnées dans une action marginale, le plus souvent caritative, et n'ont été éventuellement des "conseillères" qu'à titre privé : ce fut le cas de "Tante Yvonne" pour le Général De Gaulle, de "Claude" la gaffeuse pour Pompidou, "d'Anne-Aymone" la timide pour Giscard d'Estaing, de..."Danielle" qui fut plus indépendante en raison de son passé de militante mais n'intervint pas dans l'action de Mitterrand ...de "Bernadette", qui sut renseigner Chirac sur l'état de la France sans agir autrement que par sa célèbre campagne des "pièces jaunes", qui contribua à la ré-élection de son mari ...Quant à Carla Bruni, après le passage-éclair de Cécilia, elle n'a jamais caché sa répugnance pour l''Elysée, ses oeuvres et ses pompes, leur préférant de loin sa carrière dans la mode et le chant...

 

   Qu'en est-il maintenant du pouvoir réel des femmes ? ...Au niveau mondial, il y a de toute évidence encore beaucoup à faire, même si, ici ou là, des femmes sont appelées à jouer un rôle important dans leur pays, à l'image d'Hillary Clinton aux Etats-Unis ou d'Angela Merkel en Allemagne... La volonté des "djihadistes" d'imposer la "charia" et d'obliger les femmes à porter le voile dans les pays africains sous leur influence (Egypte, Mali; Tunisie...) ne peut que susciter l'inquiétude ...Le cas de la France est actuellement plus ambigu : le Président Hollande n'est pas marié, et il ne l'a d'ailleurs jamais été, ayant même fait savoir qu'il n'avait jamais eu de goût pour le mariage ...A titre privé, c'est son affaire, et il n'y a pas lieu d'en discuter ...Mais avant de devenir Président, il a vécu en "union libre" avec Ségolène Royal dont il a eu 4 enfants avant que celle-ci ne lui brûle la politesse pour les élections présidentielles de 2007 qu'elle a d'ailleurs perdu contre Nicolas Sarkozy ...Jeu du chat et de la souris, qui n'est certainement pas étranger avec la liaison ...toujours libre qu'il avait déjà avec Valérie Trierweiler ...C'est toujours son affaire à titre privé ...Mais cette femme ne reste pas dans l'ombre : elle revendique d'être appelée "Première Dame" et manifeste clairement la volonté de jouer un rôle, voire de prendre des décisions sous le paravent officiel du Président et d'imposer sa présence dans des manifestations officielles ou des entretiens avec les "grands" de ce monde, ce qui suscite des critiques non seulement de l'opposition - ce qui est de bonne guerre - mais aussi dans le Part Socialiste lui-même, où certains responsables rappellent non sans raison qu'elle n'est pas une élue" du pays, même si elle est "l'élue" du Président ...Il est clair qu'elle risque fort de scier la branche sur laquelle elle est posée, en contribuant à compromettre la popularité de François Hollande en vue des élections présidentielles de 2017...

 

   Et comme, vraisemblablement, François Hollande se représentera, un boulevard peut s'ouvrir pour l'opposition actuelle , à fortiori si celle-ci a l'intelligence de présenter une femme ...Déjà, se pointe à l'horizon une femme à la carrière politique déjà bien remplie et bénéficiant d'un incontestable charisme ...une femme qui ambitionne de se présenter aux élections municipales de 2014 à Paris, ce qui a déjà été le tremplin pour la Présidence ... N.K.M. ...Nathalie Kosciusko- Moriset ...

 

Sources :

   - Alix Bouilhaguet/Christophe Jakubyszyn La Frondeuse Ed.du Moment 2012

   -  http://fr.wikipedia.org/wiki/Nathalie_Kosciusko-Morizet

 

  

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Politique Intérieure
commenter cet article

commentaires

Jean Daumont 11/02/2013 09:59


Je vois qu'une fois de plus j'ai levé un lièvre, et le débat m'intéresse ... même si je suis pas plutôt critique sur les commentaires ...Lydihaut pousse un peu loin le bouchon ...Quant à
Loubomyr, je respecte son opinion mais je lui réponds que je me livre pas à une prédiction concernant NKM ..., j'évoque seulement une possibilité en considération de son "ciurriculum vitae" ...
Il y a déjà eu des femmes au premier plan à "droite" ...comme Michelle Alliot-Marie, Présidente du RPR de 1999 à 2002 et de nombreuses fois Ministre à des postes divers


http://fr.wikipedia.org/wiki/Mich%C3%A8le_Alliot-Marie


Quant aux miracles en politique, certes ils n'existent pas, mais il peut y avoir des surprises, ...comme celle de Mitterrand, s'écriant, lors de son élection en 1981, "quelle histoire !..."


http://search.free.fr/google.pl?bloc_search


 

Loubomyr 10/02/2013 18:49


Bien que la femme soit l'avenir de l'homme, je doute fort que NKM, la championne du green-washing, soit l'avenir de l'UMP!!! D'ailleurs, ce parti confit dans le rétro pédalage en a t il un,
d'avenir? Et comment imaginer ce parti de prédateurs, incapables d'organiser sereinement une élection interne, ce parti où le premier est toujours passé en force, ce parti qui se targue de sa
"virilité", ce parti incapable d'organiser le parité, bref, comment imaginer un seul instant que ce "machin" donne sa chance à une femme aux élections présidentielles?


A l'impossible nul n'est tenu et en politique les miracles n'existent pas ........

Lydihaut 10/02/2013 15:47


Pour dire la vérité, essayons de rester dans la réalité. La femme est différente de l'homme et a des faiblesses qu'il n' a pas et inversement. Ne dit on pas que derrière chaque homme il y a une
femme ? Et vivons heureux restons cachés ?? La femme a l'intelligence et le courage que l'homme n'a pas. Prenons pour exemple une personne privée d'un de nos cinq sens. Un aveugle, pour survivre
compense en développant son ouïe et devient musicien ou accordeur de piano. Et le but de chacun de nous n'est il pas de vivre longtemps heureux et en bonne santé ?? Les femmes savent le faire et
meurent après nous. Dans la vie, pour obtenir ce que l'on veut il faut être plus fort que son voisin et surtout au travail. Jusqu'aux guerres napoléoniennes, la force physique était primordiale
et les jeunes hommes se devaient de savoir combattre et chasser, il ne devait rien ignorer de la chose militaire pour se faire respecter dignement et sauvegarder leur honneur ne serait ce
que par le duel. Au Moyen âge, les femmes assistaient avec ravissement aux tournois chevaleresques et les hommes en ressortaient mort ou gravement blessés. Alors maintenant que les femmes pour
exister ont moins besoin de la force physique, elles se piquent de prendre le pouvoir, et les avantages financiers qui vont avec. Qu'allons nous devenir, si nous leur abandonnons tous nos
"avantages" . Non, il faut de la mesure en toute chose, et ce n'est pas en inventant le progrès de vouloir transformer la société , que la nature humaine va évoluer dans le bon sens. Le
communisme a fait 200 000 000 de morts en voulant forcer les choses. Et ce n'est pas en nous faisant croire que les enfants de divorcés ou de familles recomposées vivants heureux, ceux fabriqués
en cliniques avec des éprouvettes le seront aussi dans le mariage marrant. Alors que les communistes, le front de gauche, les écolos, et les socialistes le cul entre deux chaises disparaissent
pour enfin laisser à la femme sa dignité et son honneur intact. le genre masculin s'en portera beaucoup mieux. Et quand je vois les communistes se recevoir des répliques saignantes et cinglantes
de ma part lorsqu'ils persistent à me distribuer des tracts dans la rue, je m'amuse de leurs blessures et du résultat humiliant pour eux. Vivre en dehors de la réalité est une maladie
psychiatrique dénommée "schizophrénie", et on en meurt dans la misère et le mépris de tous. Par pitié, laissons aux hommes et aux femmes leurs qualités et leur défauts, ne les transformons pas en
monstres. Mais je suis malgré tout très optimiste, d'un naturel joyeux et m'amuse le plus souvent possible. Le spectacle organisé sur le "grand manège" par la gauche me réjouit au plus haut point
et j'assiste à tout ça avec le plus grand des bonheur. Le malheur et le ridicule honteux de ces acteurs vivant dans le mensonge le reniement perpétuel et laissant des souvenirs méprisables pour
leur petit confort, feraient mieux de rester cacher. Et la femme en refusant de participer a ça et en s'exposant dans ce ridicule s'abime et ne devient plus du tout désirable. Nous allons tous
devenir "homos". Ils vont gagner, transformer la femme en animal de foire, bonne à s'accaparer les défauts des hommes pour prendre le "pouvoir". Quand on voit que la muse la plus connue du
mouvement "gay" s"appelle Dalida. Celle qui a eu le courage de se suicider en laissant la merde aux autres, alors on a tout compris. Suicidons nous tous et nous aurons notre statue au Panthéon.
Les valeurs sont inversées grâce aux Homos qui deviennent les plus forts. Que la femme fume, baise, prenne la pilule, avorte, se comporte comme la pire des lâches et j'éprouverai pour elle le
plus grand des DEGOUTS!!! Et je tirerai la chasse pour la faire partir dans les EGOUTS du "Grand Manège". La rime est riche!!!!

Jean Daumont 10/02/2013 10:02


   Je ne suis pas d'accord avec vous, car ce n'est pas aussi simple que vous le dîtes:


   1. Le rôle "secondaire" de la femme n'est pas une question de "traduction" sémantique, mais le résultat d'une "tradition" historique où l'homme s'est imposé par sa "force", qu'il
s'agisse de la virilité ou de sa capacité supérieure à pratiquer la chasse à l'origine, puis l'agriculture et l'élevage, la femme s'étant soumise en raison de sa "faiblesse" et de la nécsssité de
rester au foyer pour cause de grossesses multiples et de têches domestiques...


 


   2. V.Treiweiler, à en juger par le livre cité, n'a manifestement aucune envie de se présenter à une élection dont les sujétions seraient contraires à son indépendance d'esprit ...
Elle paraît au contraire se complaire dans un rôle "d'éminence" (pas nécessairement grise) ...lui permettant de règner comme une araignée au centre de sa toile...


 


 

Jacques Heurtault 09/02/2013 18:55


La confusion est venue de la très mauvaise traduction du mot latin "homo" ... Il a été traduit par homme et compris au sens de mâle alors qu'il aurait dû être compris au sens "personne humaine"
...


 


Si Trierveiler veut se présenter à une élection (n'importe laquelle!), rien ne l'en empêche!