Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 23:44

   Il n'y a apparemment pas plus simples que les nombres, car chacun, dès l'école, a appris à manier les opérations nien connues : addition, soustraction, multiplication et division ...1 + 1 = 2 ...2 - 1 = 1 ...2 x 2 = 4 ...6 : 3 = 2 ...Une simplixité enfantine, c'est le cas de le dire...

 

   En fait, pas du tout ...Il n'y a pas plus complexe que les nombres ...D'abord, tous les individus ne sont pas également doués pour les nombres, et il y en a même qui sont franchement rebelles à l'arithmétique ...Ensuite, une analyse approfondie montre rapidement que les nombres dépassent l'entendement :

 

   1. Il y a déjà la suite même même des nombres ...1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, etc... Cette suite n'a pas de fin, car on pourrait l'écrire en faisant le tour de la Terre et en la prolongeant jusqu'à l'étoile Alpha du Centaure, ...qu'on ne parviendrait toujours pas au bout...

 

   2. Mais avant la suite, il y a le début ...1, certes, ...Mais il y a auparavant le 0 (zéro) ...Et qu'est-ce que 0 ?... Il est tellement peu compréhensible qu'il n'a été découvert et utilisé que tardivement ...Ainsi, dans le calendrier historique, on est passé de - 1 avant JC  à + 1 après JC ...

 

   3. Evidemment, s'il y a + 1, il y a - 1, et ensuite - 2, - 3, - 4, etc ...et ce décompte à l'envers va de nouveau vers l'infini ...Autrement dit, par les nombres, on retrouve le problème du début et de la fin du monde ...Là où il n'y avait "rien", il y a eu "tout", ...Là où il y a "tout" il y aura - peut-être - ensuite ..."rien"...

 

   4 . Mais tous les nombres ne sont pas semblables  : il y a les nombres qui se sufisent à eux-mêmes, et donnent des résulats précis et donc finis ...comme 2 x 2 = 4 ...Ce sont des nombres "entiers" ...Mais il y a des nombres qui ne sont pas entiers ...ils sont "premiers" , parce qu'ils ne sont divisibles que par 1 et par eux-mêmes, à savoir 2, 3, 5, 7, 11, 13, etc ..Et cétéra en effet, parce que le  ...nombre des ...nombres premiers est, comme ceux qui ne le sont pas, infini...Plus surprenant, une projection réalisée par des moyens informatiques montre que leur ...nombre se raréfie en allant vers les milliards...

 

   5. Il y a un nombre bien connu des écoliers qui est le nombre "Pi" ...3,1416 ...En réalité (?) ...3,14159...car les décimales, comme les nombres entiers continuent à l'infini ...et donc, un nombre entier multiplié par "Pi" ne peut donner qu'un nombre avec décimales à l'infini ...Or, quand on définit la circonférence d'un cercle, on a une boucle finie...

 

   6. Il y a plus étrange encore, ...à savoir que la nature est organisée autour de certains nombres ...Ainsi, il est inutile de chercher une fleur avec 6 pétales, ou bien 9, 12, voire 22, 35, etc ...Des savants ont remarqué dès l'Antiquité que les pétales n'étaient groupés qu'en 2, 3, 5, 8, 13, 21, 34 ...etc ...

 

   Finalement ...façon de parler dans ce domaine infini ...on en vient à penser que la nature n'est ni matérielle, ni spirituelle, ...mais qu'elle est numérique ...Au commencement était le nombre ...Et c'est le nombre qui établira la fin ...On comprend que les frères Bogdanov (*) ait intitulé leur livre sur les nombres "La Pensée de Dieu", non par conviction religieuse, mais en raison de l'incertitude de leur réflexion sur ce sujet ...

 

 (*) Igor Bogdanov, Docteur en Physique théorique

        Grichka Bogdanov, Docteur en Mathématiques

           auteurs de "La Pensée de Dieu" Editions Grasset 2012

 

  En complément , Revue Sciences et Avenir n° 800 Octobre 2013 - Couvertvure et artvicle "L'énigme des nombres premiers"

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Esotérisme
commenter cet article

commentaires

Jean Daumont 30/10/2013 09:21


Et vous écrivez cela à 0 h 01, une minute de temps relatif qui n'est nulle part le même...

Jacques Heurtault 30/10/2013 00:01


Dans le carré magique, on constate que dans toutes les directions possibles, le total fait 15 ...

Jacques Heurtault 15/10/2013 16:02


Le nombre "Pi" est non seulement un nombre avec une infinité de décimales mais c'est surtout un nombre "irrationnel" en ce sens qu'il n'est pas, contrairement aux nombres "rationnels", le rapport
entre deux entiers même si ceux-ci peuvent avoir une infinté de décimales (par exemple : 2/3 ...). On démontre qu'un nombre "rationnel" présente, dans sa partie décimale, une certaine période ...
(périodiquement, la même série de chiffres revient, dans le même ordre ... Si on constate l'existence d'une période, alors ce nombre est un nombre pouvant s'exprimer par le rapport entre deux
entiers ...


 


Vous avez, par ailleurs, tout à fait raison de souligner que certaines observations "mathématiques" n'ont pas encore été formellement démontrées. Il est vrai que quand Pythagore démontra que "le
carré de l'hypothénuse ... etc", il ne pouvait pas prévoir que son théorème servirait de base à la théorie de la relativité restreinte mise au point par Einstein (par le biais des transformations
dites "de Lorentz").


 


Amusons-nous : la surface d'une shère est un espace à DEUX dimensions puisque c'est une surface. C'est aussi un espace FINI puisque l'aire de cette surface s'exprime par un nombre FINI. Pourtant,
cet espace n'a ni début ni fin! Aucun point de la surface de la sphère ne peut être qualifié de début ni de fin de cet espace ... Avec la surface d'une sphère, nous avons donc un espace fini qui
n'a ni début ni fin!


On peut étendre le raisonnement à l'espace "euclidien" habituel que nous connaissons ... sauf qu'au lieu d'avoir deux dimensions (surface), il en a trois (volume) ... L'espace euclidien est donc
un espace FINI (et non pas infini!) à trois dimensions qui n'a ni début ni fin!!


Autrement dit, il n'y a pas eu de "big bang" contrairement à tout ce que certains nous racontent ... Il est vrai que les mêmes ont, semble-t-il, besoin de démontrer que Dieu existe ... tout comme
Einstein ne pouvait admettre la relation d'incertitude d'Heisenberg car, disait-il, "Dieu ne joue pas aux dés" ... C'est donc Niels Borh qui lui répondit, vertement, : "Mais cessez donc de dire à
Dieu ce qu'il doit faire!", ce qui était une magnifique façon de dire que Dieu existe mais que son "message" ne relève pas du domaine de la connaissance!

Loubomyr 14/10/2013 20:01


Si vous souhaitez vous divertir avec chiffres et nombres, je vous conseille de rechercher des lectures autour du "Nombre d'or" ; et puis aussi l'exemple du carré magique. Imaginez un tableau de 9
cases : 3 lignes et trois colonnes


Dans la première ligne,remplissez chaque case avec un nombre, de gauche à droite  : 8,3 et 4


Seconde ligne : 1,5 et 9


Troisième ligne 6, 7 et 2


Que constatez vous?