Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

28 octobre 2013 1 28 /10 /octobre /2013 16:05

   Il n"est pas d'usage, dans l'histoire, s'agissant de personnalités, de les évoquer autrement qu'en citant leur nom et leur prénom, à l'exception des "princes" comme tous les Rois ( les 18 Louis et les 10 Charles...) et les Empereurs (les 3 Napoléons...) en France, désignés sous leurs seuls prénoms, ou des "papes" (Paul, Pie, Benoît, François ...) désignés sous des prénoms symboliques ...Evoquer par conséquent l'ancien archevêque de Paris et Cardinal Lustiger sous son seul nom peut paraître irrévérencieux...

 

   Ce n'est évidemment pas le cas, parce que Lustiger n'a pas un prénom mais deux, dont un double ...Il est en effet un exemple unique de dignitaire de l'Eglise qui a été juif et avait alors un prénom hébreu Aron, avant de devenir chrétien et d'être prénommé de façon évangélique Jean-Marie ...Quand on pense à ce qui sépare les juifs et les chrétiens, les premiers ayant persécuté les seconds avant que les seconds leur rendent la pareille, ...et les premiers attendant toujours le Messie tandis que les seconds le reconnaissent en Jésus-Christ, on ne peut donc à priori que s'étonner ...Et ceci d'autant plus que, pendant la 2ème Guerre mondiale, la famille Lustiger a été elle-même persécutée - la mère du futur cardinal ayant été déportée à Auschwitz où elle est morte en février 1943 - alors que l'Eglise de France, à cette époque, et à quelques exceptions près, pactisait avec Philippe Pétain...

 

   Car "Aron Jean-Marie" Lustiger est né en France le 17 septembre 1926, mais il n'était de souche française, puisque ses parents étaient d'origine polonaise, venant de la ville de Bendzin en Haute-Silésie, et avaient émigré en France, comme beaucoup d'autres Polonais avant la 2ème Guerre mondiale ...Il fait ses études au Lycée Montaigne de Paris, où il est l'objet de vexations de la part de certains condisciples "parce qu'il est juif", mais où il se crée aussi des amitiés fidèles ...Il a donc alors une éducation "laïque", mais c'est aussi un passionné de connaissances, et il lit tour aussi bien ...Tintin ...que la Bible ...protestante, où il découvre le Nouveau Testament qui, pour les Chrétiens complète et réalise les promesses de l'Ancien ...Il dira plus tard avoir été frappé par la similitude entre Jésus souffrant et Israël alors persécuté ...Et c'est ainsi qu'il se convertit au ...catholicisme, au grand mécontentement de son père pour qui un converti est un renégat ...ce qui explique que "Jean-Marie" Lustiger se justifiera en affirmant que son christianisme n'est pas un renoncement à son identité juive...

 

   Il est néanmoins animé par la fougue des convertis, et c'est ainsi que, pénétré du pouvoir de Dieu, il entre au séminaire des Carmes de l'Institut Catholique de Paris en 1946 ...Esprit brillant, il y est remarqué et connaît une "carrière" relativement rapide : d'abord aumônier de la paroisse universitaire de Paris connue sous le nom de Centre Richelieu, puis curé dans le 16ème arrondissement en 1969, il est nommé évêque d'Orléans par le nouveau Pape Jean-Paul II en 1979, puis Archevêque de Paris en 1981 et Cardinal en 1983 ...Il est vrai qu'il a tissé des liens d'amitié avec Jean-Paul II qui est comme lui d'origine polonaise et il mène, comme lui, une acctivité très "engagée" : Il est en tête de la défense de l'Enseignement Libre contre le Service Public Unifié de l'Education Nationale (SPULEN) voulu par le socialiste François Mitterrand en 1981, et il va partir en guerre contre ce qu'il considère comme des dérives relatives à l'existence humaine, à savoir l'avortement, l'interruption volontaire de grosses scientifiques, la pratique de l'euthanasie, la procréation médicale assistée, la gestation pour autrui, ...et il milite par contre pour le développement des soins palliatifs, encourageant notamment la création de la maison médicale Jean-Garnier où il sera lui-même hospitalisé pour un cancer en phase terminale et décèdera le 5 août 2007 ...Auparavant, il avait été question de lui pour succéder à Jean-Paul II en 2005, mais ce choix ne se fit pas en raison de sa santé déclinante et peut-être aussi de son origine juive ...Inlassable, et féru d'histoire, il avait aussi été au combat pour empêcher la "panthéonasisation"du prêtre constitutionnel, l'abbé Grégoire, à l'occasion du 2ème centenaire de la Révolution de 1789 ...Et il est toujours là pour lutter contre les idées de Jean-Marie (?!) Le Pen sur le "détail" des chambres à gaz et le thème de l'inégalité des races ...Enfin il mène toutes sortes d'activités dépassant le cadre de son "ministère" : philosophie, littérature, musique, peinture, sculpture, architecture ...Il fréquente les expositions et assiste à toutes siortes d'inaugurations ...Il est d'ailleurs élu à l'Académie Française en 1994, contre son gré, car ce n'est pas son genre de pariciper à des séances du dictionnaire, et il ne fréquentera la Coupole que très peu ...

 

   On comprend qu'à sa mort un office ait rassemblé à la Cathédrale Notre-Dame de Paris des personnalitésq nationales et internationales de tous bords, et que de la terre israëlienne ait été déposée sur son cercueil, tandis qu'était récité en hébreu le psaume 113 en plus de la liturgie catholique...

 

 

Source : Henri Tincq - Jean-Marie Lustiger, le Cardinal prophète - Ed. Grasset 2012

 

NB : Le présent article est rédigé par un agnostique

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Personnalités
commenter cet article

commentaires

Jean Daumont 02/11/2013 10:17


Napoléon II a effectivement règné du 22 juin au 7 juillet 1815 après la 2nde abdication de Napoléon 1er, faisant suite à sa défaite de Waterloo, cette abdication ayant été proclamée en sa faveur
par Napoléon 1er, mais il fut évincé par le 2nd retour de Louis XVIII ...Il ne faut pas oublier qu'il était le fils de la 2nde épouse de Napoléon 1er, Marie-Louise d'Autriche, Napoléon 1er ayant
voulu, par ce mariage arrangé, assurer la pérennité de sa dynastie ...Vainement en ligne directe, puisque cet enfant mourut jeune sans descendance, d'où la proclamation plus tard de Napoléon
"III", le neveu fils de Louis...profitant du regain de popularité de Napoléon 1er après sa disparition (la légende napoléonienne) ...On peut rapprocher son sort de celui de Jean 1er le Posthume,
fils de Louis X le Hutin et de Clémence de Hongrie, enceinte à la mort de son mari, ...fils qui ne règna que quelques jours, son oncle Philippe V le Long lui succédant ( histoire romancée par
Maurice Druon dans "Les Rois maudits")

Loubomyr 30/10/2013 11:40


Un seul commentaire : nous n'avons eu que deux Napoléon empereurs, mais comme les Buonaparte ne savaient pas compter, ils sont passés de 1 à 3 alors que le deuxième du nom n'a
règné que sur un palais autrichien, Schoenbrun, je crois.