Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

24 novembre 2013 7 24 /11 /novembre /2013 15:34

   Depuis le début de l'Histoire des hommes, il y a toujours eu une alternative entre le besoin de maintenir les conditions d'existence et le souci de les réformer ...Le maintien rassure les hommes, car on ne bouleverse pas impunément les habitudes, et cela était vrai notamment dans les sociétés anciennes qui étaient surtout rurales et ne pouvaient être changées facilement...

 

   Avec l'avènement des sociétés modernes devenant de plus en plus urbaines à partir du 18ème siècle - d'abord en Occident, et maintenant de plus en plus dans le reste du monde - les réformes ne cessent pas d'être de plus en plus nécessaires pour s'adapter aux nouvelles conditions d'existence, ...mais la mentalité des hommes ne suit pas forcément le même rythme ...Comment faire comprendre à des "personnes âgées" - et il y en a de plus en plus - que leurs habitudes et leurs conceptions mêmes de la vie sont caduques et qu'ils doivent accepter sans rechigner les réformes ? ...Mais inversement, doit-on faire comprendre aux "personnes jeunes" que leurs idées révolutionnaires peuvent être dangereuses pour l'équilibre même de la société ?...

 

   Cette alternative n'est certainement pas étrangère au malaise ressenti actuellement, de façon plus ou moins latente, par les Français ...Car, même s'ils ont voté en majorité l'an dernier pour le "changement", nombreux sont ceux qui éprouvent une gêne devant l'importance des réformes qui les bousculent, comme "s'ils n'en demandaient pas tant" :

   - d'abord, cette histoire de "mariage pour tous" ...L'homosexualité a existé de tous temps, et le temps n'est plus en France où celle-ci était un délit dans une société qui, même laÏque, restait profondément marquée par l'influence religieuse ...Mais maintenant on voit se développer toutes sortes de questions annexes résultant de cette soi-disant "libération" : la procréation médicalement assistée et la gestation pour autrui qui escamote l'intérêt pour l'enfant d'avoir un père et une mère , pratiques qui pour beaucoup restent anti-naturelles...

   - ensuite, il y a l'euthanasie, où des hommes s'arrogent le droit de donner la mort à autrui, sous de "bonnes raisons" ...de plus en plus fausses - comme celle d'abréger les souffrances alors qu'il y a les moyens de les réduire - et avec des abus manifestes comme celui de préjuger de l'opinion des malades qui ne peuvent plus s'exprimer ...ou qui peuvent, même s'ils ont au préalable des consignes en ce sens quand ils étaient en bonne santé, se raviser devant la peur d'une mort prochaine...

 

   On ne peut donc que s'inquiéter en constatant que certains "beaux esprits", pour faire "moderne", veulent précipiter les changements, comme si la vérité n'existait que dans ceux-ci ...et sans se soucier de prévoir un débat public o chacun pourrait s'exprimer ...Il y a pourtant des précédents, sur des sujets, il est vrai, moins cruciaux, comme celui de l'intégration de l'école privée dans un Service Public Unifié de L 'Education Nationale (SPULEN) où la "Gauche" socialiste avec Mitterrand avait préféré retiré sa loi à l'imposer "envers et contre tout"...et comme cela l'avait été pour la "Droite", quand Villepin avait préféré abandonner le Contrat Première Embauche (CPE)...

 

   Dans ces conditions, et alors même que, pour les élections municipales et européennes en 2014, une défaite des socialistes paraît inéluctable, est-il raisonnable de "pousser les feux" dans des des réformes multiples et notamment "sociétales" alors qu'aucune action d'envergure n'est faite dans le domaine économique, avec un accroissement du chômage porteur de troubles ...Car la société est comme "l'eau qui dort", ...il faut s'en méfier !...


Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Politique Intérieure
commenter cet article

commentaires

Jacques Heurtault 03/12/2013 12:09


Il y a une vérité et une seule! Un fait est un fait et les faits sont têtus ...


Il tombe sous le sens qu'en aucun cas une majorité de Français n'était favorable à ce bouleversement de Code Civil millénaire (dans cet aspect de mariage entre personnes de sexe différent).


Il y avait un moyen SIMPLE de le vérifier : organiser un référendum! La même chose aurait dû être faite avec le projet d'abolition de la peine de mort ... Mais, connaissant le résultat, il était
important de ne pas organiser de référendum d'une part et de faire vite d'autre part (c'est à dire en début de mandature, tout comme la peine de mort!).


 


La loi Leonetti est une bonne loi! Il n'y a pas lieu d'en changer ... En tout état de cause, si changement il doit y avoir, il ne peut être que le résultat d'un référendum ...

Jean Daumont 27/11/2013 00:11


Je suis d'accord avec les nuances apportées par Guillaume ...Il n'y a pas (ou plus...) de vérité intangible..


 


NB . ...Et il y a toute une histoire ...n'est qu'une erreur de manipulation ...J'ai le défaut de ne pas assez me relire avant de "publier"...

guillaume 26/11/2013 16:03


Réponse à J Heurtault:une majorité de français était favorable au mariage pour tous;ensuite les opposants ont focalisé le débat sur les points 1 et 2 que vous évoquez et qui ne figuraient pas
dans la loi.Quant à la loi Leonetti,elle connaitra des évolutions ,c'est inévitable.On ne ne peut rester aveugle à l'évolution de la société,il y a toujours débat et de tout temps et dans tous
les domaines les obscurantistes ont voulu l' interdire.

Il y a toute une histoire Jean Daumont 25/11/2013 09:48


Comment alors apprécier son comportement ? Avoir le courage de renoncer à des engagements injustifiés, ne pas avoir su apprécier l'avis majoritaire de la population, ne pas avoir de suite dans
les idées ...comme il le faisait déjà à la direction du Parti Socialiste, où il ménageait toujours la chèvre et le chou ?...

Jacques Heurtault 24/11/2013 18:36


Le problème du "mariage pour tous" vient essentiellement de la résistance manifeste (en nombre de personnes mobilisées et en durée) dont a fait preuve une fraction élevée de la population.
D'ailleurs, Hollande s'en est très bien rendu compte!


1. Il n'est plus question d'assistance médicale à la procréation pour des couples homosexuels.


2. Il n'est plus question de gestation pour autrui.


3. Il n'est plus question de réformer la loi Léonetti sur l'euthanasie.