Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 23:31
   Une 1ère remarque en forme de clin d'oeil : à en juger par les débats de la soirée électorale, il y a un accord général des représentants des divers partis ...Personne n'a gagné ...et personne n'a perdu ...C'est à se demander si les électeurs ayant voté ont eu raison de se déplacer !...
   Une 2ème remarque : ...justement, une majorité des électeurs  ne s'est pas déplacée, puisque l'abstention a atteint le taux record de 53 % ...Bien entendu des commentateurs ont affirmé que les Français ont ainsi manifesté leur mécontentement, voire leur dégoût de la vie politique ne prenant pas suffisamment en compte leurs préoccupations actuellement aggravée par les conséquences de la crise économique ...Mais l'argument est sujet à caution, car il n'a pas joué pour les élections présidentielles et législatives de 2007 alors que cette crise s'était déjà développée ...En fait l'abstentionnisme est surtout lié à la nature du scrutin : il a toujours été plus important pour les élections régionales comme pour les élections européennes depuis leur mise en place , dans la mesure où ces élections ont lieu sous la forme d'un scrutin de liste avec représentation proportionnelle, ce qui signifie ...d'une part que les candidats sont "loin" des électeurs, et même souvent inconnus d'eux, ...et d'autre part que les têtes de liste des principaux partis sont "sûres d'être élues ", quel que soit le pourcentage des votants ...Système assurément peu mobilisateur, à la différence des élections législatives où, à la faveur d'un scrutin uninominal majoritaire à 2 tours dans des circonscriptions "locales", les candidats sont connus par les électeurs, alors que ceux-ci, suivant un récent sondage, ne connaissent souvent même pas le nom du Président de leur Région...
   Une 3ème remarque : il y a eu incontestablement un mouvement du balancier électoral en faveur de la "Gauche", qui dépasse légèrement les 50 % des votants, si du moins on ajoute aux 30 % du PS les écologistes et l'extrême gauche, ce qui est contestable ...En contrepartie l'UMP est en baisse sensible avec 28 % environ - soit 8 % de moins qu'en 2004 - en raison essentiellement de la remontée du FN ...Mais, si on ajoute à l'UMP le MODEM ...et le FN, ce qui est également contestable ...mais symétrique de l'addition PS-extrême-gauche, la "Droite" n'est pas loin de 48 % ...Marée basse pour la "Droite" ...et marée haute, ...sans être un raz-de-marée, pour la "Gauche" ...Et ce mouvement de balancier n'est pas un fait nouveau, ...il est même habituel dans les élections "intermédiaires" entre les élections législatives au dépens des majorités en place : cela avait été le cas pour les élections régionales de 1986 perdues par le PS qui avait été victorieux aux élections législatives de 1981...
  Une dernière remarque ...qui rejoint la 1ère : ni la "Gauche" ...ni la "Droite" ne sont assurées de gagner ...ou de perdre ... au terme du second tour ...La "dynamique du succès" peut jouer pour la "Gauche" si elle n'a pas épuisé au premier tour l'atout d'un vote "contestataire" de la politique "nationale" de l'actuelle majorité ...et de son chef, le Président Sarkozy ...Mais la "Droite" peut se redresser si elle arrive à mobiliser les abstentionnistes qui l'ont boudée au premier tour en raison d'une "ouverture" mal comprise vers la "Gauche" ...et qui peuvent s'alarmer des risques encourus en cas de victoire de celle-ci aux élections régionales, notamment l'augmentation des impôts locaux ...Il y a déjà eu dans le passé des élections où les vainqueurs du premier tour étaient finalement vaincus au terme du second tour ...Dans un pays comme la France, pratiquant le "fifty-fifty" électoral, ...tout est possible !...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Politique Intérieure
commenter cet article

commentaires

Jacques 23/03/2010 11:23


On peut lire aussi, avec profit bien entendu... :

http://lamauragne.blog.lemonde.fr/2010/03/22/lettre-ouverte-aux-abstentionnistes-et-accessoirement-a-leurs-thuriferaires/

jf.


Tud 23/03/2010 10:43


La plus grande perdante c' est la Démocratie tant qu' il n' y aura pas la reconnaissance du vote blanc. Tel que je la conçois est la comptabilisation des bulletins blancs dans les
suffrages exprimés. Il y a un seuil au delà duquel l'élection devrait être annulé et les candidats révoqués.
http://divertissement-sortie.over-blog.com/article-l-article-l-66-du-code-electoral-l-isoloir-46860193.html


Jacques 21/03/2010 11:56


Loin de mois l'idée de vous empêcher de penser......
Ceci dit...permettez-moi de penser.....que je ne pense pas les Parlementairers plus qualifiés que moi sur le sujet. Vous parlez des électeurs qui ne se déplacent pas.Moi je pense aux hémicycles
vides.
Au point même que TF1 s'est même permise de difuser une "fausse" photo pour faire croire que les députés étaient présents.
Alors oui, à propos de nos Conseils territoriaux, je préfère nettement une consultation des électeurs, à condition que les télés et radios publiques soient DANS L'OBLIGATION de faire des
émissions dignes de ce nom sur le sujet et non pas de vrais-faux débats, plutôt qu'un texte adopté par quatre Députés en  séance de nuit sur ordre du Président de (tous) les
Français.


jf.


DAUMONT Jean 21/03/2010 10:01


 Certes, mais vous ne m'empêcherez pas de penser que, néanmoins ...ou "né-en plus", un référendum ne doit porter que sur une question simple, les électeurs n'ayant pas la qualité - même s'ils
en ont le pouvoir - d'analyser des textes complexes, notamment institutionnels, et votant alors suivant la recommandation du parti politique ayant leur préférence ...ou ne votant pas si le
texte ou le sujet ne les intéresse pas ou les laisse indifférents, comme c'est le cas des élections régionales...


Jacques 20/03/2010 14:59


Sachant que la Constitution ne s'use que si l'on ne s'en sert pas, je vous rappelle également que celle-ci prévoit:

Le Président de la République, sur proposition du Gouvernement pendant la durée des sessions ou sur proposition conjointe des deux Assemblées, publiées au Journal Officiel, peut soumettre au
référendum tout projet de loi portant sur l'organisation des pouvoirs publics (art 11)

Et lorsqu'il s'agit des Conseils régionaux et génbéraux, nous sommes tout à fait dans ce cadre.
A mon sens, il faut donc militer pour obtenir ce référendum.
D'autant que le nouvel article 11 de la Constitution après sa réforme de 2008 stipule également:
"Un référendum portant sur un objet mentionné au premier alinéa peut être organisé à l'initiative d'un cinquième des membres du Parlement, soutenue par un dixième des électeurs inscrits sur les
listes électorales. Cette initiative prend la forme d'une proposition de loi et ne peut avoir pour objet l'abrogation d'une disposition législative promulguée depuis moins d'un an.
jf.