Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 17:30

   Depuis la Préhistoire ou, du moins, depuis que les hommes ont pris conscience de leur individualité dans un groupe et l'ont traduite dans leur langage, ils se reconnaissent par des "noms" ...Dans l'Antiquité, on a surtout retenu le nom de personnages célèbres, dont des textes ont rendu témoignage : Hammourabi, Ramsès, Moïse, Cyrus, Périclès, César, etc ...Mais en fait leur dénomination était plus complexe : ainsi, dans l'histoire romaine, le nom réel de César était  Caius Julius Caesar, car il comprenait un "praenomen" (Caius) qui lui était propre, un "nomen" (Julius) qui était le nom de sa famille au sens de sa lignée (il prétendait descendre de Iule, le fils du troyen Enée  ...et de Vénus), et un "cognomen" -Caesar) qui  était un surnom, autrement dit un sobriquet qui avait pu correspondre à l'origine à une caractéristique d'un ascendant puis était devenu le nom transmissible...Ainsi le nom de Cicéron, le contemporain de César, était en fait  le "cognomen" de Marcus Tullius Cicéro, signifiant ..."pois chiche"...

 

   Cette pratique du surnom a en fait toujours accompagné l'utilisation d'un nom, comme si, au nom qui est donné par la famille, c'est-à-dire par "les autres", on avait toujours éprouvé le besoin d'ajouter une désignation "personnelle" ...Au Moyen-Age, en Occident, cette pratique du surnom persiste, même si elle n'est plus structurée comme dans la Rome antique ...En effet, sous l'influence prégnante de l'Eglise, chaque individu, à l'occasion de sa naissance, et plus précisément de son baptême, recevait le nom d'un Saint, censé être son protecteur "éponyme" : Jean, Jacques, André, Pierre, Georges, Frédéric, Michel, etc... Mais, comme cette désignation était fréquente, il avait bien fallu identifier chacun (e) par une caractéristique personnelle : soit une origine géographique (Dumont, Duval, Duhamel, Bourguignon, Lenormand, etc...), soit un métier (Boulanger, Boucher, Fournier, Serrurier,etc...), soit un rang social (Leseigneur, Bourgeois, etc...), soit une caractéristique  physique (Legrand, Lepetit, Legros, Leroux, Vigouroux, etc...) ..et bien d'autres origines et variantes correspondant aux dialectes locaux ou à une origine étrangère, la France ne s'étant formée que progressivement en ayant toujours été une terre d'immigration... Et ces surnoms d'origine sont devenus à leur tour des des noms transmissibles, qui ont conduit à parler pour chacun de "noms propres"...

 

   Et, par une sorte de renouvellement permanent, toujours avec le souci d'identification personnelle, sont alors apparus de nouveaux surnoms se distinguant de l'évolution antérieure par le fait qu'ils ne sont plus généralement donnés par "les autres" ...mais par les intéressés eux-mêmes  ...ce quil a été convenu d'appeler par le mot savant de "pseudonymes":

 

   - La pratique des pseudonymes a d'abord été le fait - relativement limité - des écrivains, dont on peut donner quelques exemples (dans l'ordre alphabétique) : Apollinaire (Kostrowitzky), Céline (Destouches), Dorgelès (Lécavelé), Eluard (Grindel), France (Thibault), Gracq (Poirier), Lautréamont (Ducasse), Loti (Viaud), Mac Orlan (Dumarchey), Maurois (Herzog), Nerval (Labrunie), Romains ('Farigoule), Sagan (Quoirez), Sand (Dupin), Troyat (Tarassov), Voltaire (Arouet), Yourcenar (Anagramme de Crayencour) ...

 

   - Mais la pratique des pseudonymes s'est étendue à d'autres catégories de métiers, notamment aux artistes (dans l'ordre également alphabétique) : Arletty (Bathiat), Aumont (Salomon), Bécaud (Silly), Brasseur (Espinasse), Carol (Mourer), Cassel (Crochon), Colbert (Chauchoin), Cordy (Cooreman), Darc (Aigroz), Fernandel (Contandin), Gabin (Moncorgé), Guétary (Worloou), Montand (Livi), Mondy (Cuq), Morgan (Roussel), Nat (Benhalassa), Pé(rier (Pillu), Robinson (Svoboda), Rosay (De Bandy de Nalèche), Signoret (Kaminker), Ventura (Borrini), Yanne (Gouyé)...

 

   Evidemment, on peut s'interroger sur cette multiplication des pseudonymes ...L'origine n'est pas toujours connue, et elle est très diverse :

   - Il peut s'agir d'un choix personnel de l'intéressé qui tient  à être connu sous un nom "bien à lui" et délibérément choisi ....C'est le cas notamment pour les écrivains...

   - Il peut s'agir du souci de ne pas gêner les membres de sa famille : cela a été le cas notamment pour les artistes, dont le métier n'avait pas à l'origine toujours une bonne réputation, même s'il est devenu maintenant un titre de gloire

   - Il peut y avoir aussi une nécessité due au fait que le nom de famille d'origine est difficile à porter, comme le prouvent certains patronymes cités ci-dessus...

 

   Quoi qu'il en soit, cette extension des pseudonymes va certainement se généraliser, à en juger par le progrès foudroyant qui se produit actuellement avec le développement  des communications individuelles (ordinateurs, téléphones portables, smartphones, etc)... Le mot même de "pseudonymes" se contracte en "pseudos" ...et le langage même est simplifié de façon outrancière : André devient  "Dédé" avant de devenir "DD" ...Et bientôt, peut-être, on oubliera les mots : il n'y aura plus que des chiffres : on ne sera plus ...OSS 117  ...mais simplement  ...triple ...ZERO !...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Langage
commenter cet article

commentaires

Jacques 31/12/2011 09:30


Ah...c'est du joli de me provoquer ansi !!!!!  


Promis, le 21 décembre prochain, j'irai me réfugier dans les caves du palais des Papes dont la construction fût achevée par un illustre homonyme......


 


jf.

Jean Daumont 31/12/2011 09:04


   Evidemment, j'aurais pu choisir beaucoup d'autres patronymes ...Et je n'ai pas choisi le vôtre par hasard !...


   Meilleurs voeux pour 2012, même si la fin du monde est prévue pour le 21 décembre !!!...

Jacques 30/12/2011 23:53


M'appelant Jacques Fournier, je m'aperçois, à votre lecture ( fort intéressante) que je suis un affreux cumulard.....


Bien cordialement,


jf.