Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 17:37

   "Autrefois, notre pays s'appelait la Gaule, et ses habitants, les Gaulois ...Ils vivaient dans des huttes"...Ainsi commençait encore au milieu du 20ème siècle le livre d'histoire du cours élémentaire de la Collection Lavisse ...Et cette affirmation n'était pas le fait du hasard ou d'une ignorance de son auteur, car elle traduisait encore la persistance d'un courant "nationaliste"  développé en Europe au 19ème siècle et d'ailleurs responsable des événements bien plus importants qu'avaient été les trois grandes guerres de 1870-71, 1914-1918 et 1939-1945 ...Et ce courant nationaliste avait été exalté par les historiens eux-mêmes, à l'exemple de Jules Michelet évoquant les héros exemplaires - dont l'ancêtre aurait été Vercingétorix - ayant défendu la "patrie" contre les envahisseurs...

   En fait, il n'en est rien, ou fort peu ...D'abord le territoire de la future France n'était pas à l'origine un "pays" au caractère original ...Aux temps préhistoriques, alors que les glaciers s'étaient retirés en raison du réchauffement climatique - déjà ! - il y avait à l'extrêmité occidentale de la péninsule européenne des landes et des forêts avec des implantations humaines peu nombreuses et dispersées, qui ont été popularisées par les arrivées successives de "homme de Néanderthal" et de "l"Homme de Cromagnon" si l'on s'en tient à ce schéma simpliste ...Et, au Néolithique, dernière période des temps préhistoriques, vers 10.000 avant JC, il y avait eu des constructions surtout concentrées dans l'actuelle Bretagne - dolmens et menhirs - surtout dans le site de Carnac ...Et, entre 100 et 500 avant JC, il y avait eu les civilisations de Hallstatt et de la Tène, qui connaissaient l'usage du fer...

 

   Quant aux soi-disant "Gaulois", ils ne sont évoqués par les auteurs grecs de l'Antiquité (Ephore, Strabon)  que sous le nom de "Celtes" (Keltoï), peuple venu de l'Est par vagues successives à partir du début du 1er millénaire avant JC ...Mais leur histoire est mal connue, car ils ne connaissent pas l'écriture, sauf pour des pratiques religieuses elles-mêmes assez mystérieuses ...De leur côté les Romains ont pris l'habitude de les appeler "Galli" (pluriel de "Gallus"), désignation d'origine incertaine venant peut-être du nom que ceux-ci se donnaient, à en juger par la présence du mot dans de nombreux sites où ils se sont installés : outre la "Gaule", il y a le "gal" irlandais, le "gallud" du pays  ...de Galles, le "galloud" des Bretons ...Et ce mot désigne la force, le pouvoir, la fureur guerrière ...Il a d'ailleurs donné le mot français "gaillard" ...Et certains spécialistes ont même fait le rapprochement avec un homonyme latin signifiant "coq", expliquant ainsi que ce fier animal soit devenu l'emblème de la France ...Cocorico !...

 

   Il n'en est pas moins vrai que la confiscation des "Galli" par la France est abusive ...En effet les "Galli" ne s'étaient pas répandus seulement sur son futur territoire, mais sur une grande partie de l'Europe centrale et occidentale (Pays de Galles, Gaule cisalpine, Galice espagnole) et même au-delà (Galatie au centre de l'Asie Mineure) ...Ils avaient d'ailleurs fait de nombreux raids vers la future Germanie, comme vers  l'Italie (Rome 390 avant JC - le bouclier de Brennus !) et la Grèce (Sac de Delphes - 278 avant JC) ...Mais pour autant ils ne formaient pas un "Etat", au sens d'une organisation centralisée et permanente, car ils étaient divisés en de nombreuses "peuplades" ou "tribus" (Eduens, Séquanes, Arvernes, Bituriges, Carnutes, Belges, Atrébates, etc...) s'alliant ou se combattant au gré des circonstances . "Peuple instable et querelleur", dira Jules-César, la seule personnalité à avoir laissé un témoignage averti, même s'il est souvent partial, dans son "De Bello Gallico" ...

 

   Néanmoins, les "Galli" n'étaient pas un peuple primitif, comme peut le faire croire un bas relief représentant un homme aux cheveux longs avec une moustache retombant  ..."à la gauloise" ...et brandissant une épée à côté  ...d'une hutte ...Ils avaient en effet développé une civilisation déjà avancée : d'abord ils avaient défriché la terre au dépens des forêts et des landes, contribuant largement à la mise en place des campagnes actuelles ...Et ils cultivaient la plupart des céréales (blé, épéautre, orge) et des légumineuses (haricots, fèves, pois...) dans les plaines, ainsi que la vigne au sud, dont ils tiraient un vin mélangé de miel, plutot réservé à l'élite et à l'exportation, le peuple buvant de la cervoise, bière à base d'orge ...Leur élevage était également important : bovins, ovins, chèvres, volailles ...et surout chevaux, car les "Galli" étaient des cavaliers émérites, redoutés dans les combats ...La population, essentiellement rurale, avoisinant les 10  millions d'habitants, vivaient dans des maisons et des fermes rustiques en torchis et toit de chaume d'une grande diversité dont hériteront longtemps les villages ... Mais ils avaient aussi des villes - Avaricum (Bourges), Lugdunum (Lyon), Lutèce (Paris), Redones (Rennes), Bibracte (Mont-Beuvray) etc ...- où ils avaient des activités artisanales (métallurgie réputée pour la fabrication des  armes et des outils, fabrication de tonneaux, de chars. ...et même de moissonneuses !...) et faisaient des échanges, leurs habitations pouvant comporter des étages...

 

   Les Romains n'ont donc pas conquis la "Gaule" parce qu'elle était un pays arriéré ...Ils y ont surtout trouvé le moyen d'assurer leur sécurité et leur approvisionnement ...Ils avaient gardé le souvenir des raids des '"galli", mais aussi de l'expédition d'Hannibal et des Carthaginois qui avaient franchi les Alpes et les avaient vaincus à Cannes en Apulie (216 avant JC) ...D'où, d'abord, la conquête du Sud par Marius et la création d'une colonie appelée "Provincia" (future Provence) ...Et ensuite, bien sûr, Jules César, qui intervient dans une querelle entre peuplades et en profite - comme un loup dans la bergerie - pour conquérir la plus grande partie de la "Gaule" dite "chevelue" et y trouver, en raison de la richesse de son territoire, les ressources nécessaires pour assurer son pouvoir personnel à Rome, où il est en concurrence avec Pompée et Crassus, occupés en Orient ...Mais la conquête s'avère difficile (58-52 avant JC), car, après des succès initiaux, il doit faire face à une véritable "guérilla" et à des révoltes que réussit à fédérer le noble Arverne Vercingétorix, d'abord vainqueur à Gergovie, avant d'être vaincu à Alésia ...Histoire connue...mais certainement trop embellie ...

 

     Néanmoins, il faut reconnaître que les Romains surent pratiquer une politique d'assimilation efficace, comme ils le firent pour l'ensemble de leur Empire qui se révélera durable pour cette raison ...Ils respectèrent largement les coutumes des "Galli" et en favorisant leur élite (un de ses membres, Julien dit l'Apostat, devint même Empereur), ils permirent le développement d'une brillante civilisation "gallo-romaine" pendant 5 siècles (du 1er avant JC au 4ème après JC) ...Celle-ci fut détruite par les "invasions "barbares" du 5ème siècle après JC ...et il y eut Clovis qui imposa finalement la domination des "Francs" dans le territoire compris entre Alpes, Rhin et  Pyrénées,   lequel, avec ses successeurs mérovngiens et carolingiens, devint la "Francie Occidentale", dont est issu le nom de la France ...Mais c'est alors une autre histoire...

 

 

  

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans L'Histoire
commenter cet article

commentaires

Jacques 06/10/2011 00:54



Passionnat billet et passionnant...commentaire !


 


jf.



Loubomyr 05/10/2011 23:25



L'imagerie "nationaliste" de "nos ancêtres les Gaulois" a aussi été exhaltée par des bandes dessinées comme Asterix le Gaulois ou Alix l'intrépide. Et dans la ville de Verdun, le monument aux
morts de 14/18 est constitué d'un magnifique gaulois fixant la ligne bleue des Vosges !!! Tout aura donc été fait pour maintenir cette image. Remarquez nos voisins Italiens, surtout Romains,
vivent toujours dans la légende de Rémus et Romulus en oubliant leurs "ancètres les Etrusques".


La mémoire collective, bien aidée par les politiques, ne retient que ce qui l'arrange et nos "ancêtres les gaulois", c'est un esprit de résistance glorifié qui convenait très bien aux
révolutionnaires de 1789 et aux vaincus de 1870!


Même si l'expression cache de "petits" arrangements avec la réalité historique, est-ce si grave que cela? Qu'une large majorité de nos contemporains soient capable d'apprécier les nuances de
cette vérité, cela peut il les aider à mieux se situer? Si déjà les gens appréciaient l'ordre chronologique de notre histoire (comme vous le déploriez dans un billet précédent) et les apports
successifs que cela suppose, ce serait déjà pas mal!!! Combien de gens en se promenant dans les ruines de Vaisons la Romaine, par exemple, sont capables d'apprécier tout notre héritage
gallo-romain? Alors, les nuances entre Celtes, Gaulois et Francs ...


C'est domage mais c'est comme ça! Quand à l'explication du choix du coq comme emblème, il en est une terriblement plus prosaïque : c'est le seul animal capable de chanter à tue-tête de bon matin
avec les deux pieds dans la m.... et ça, c'est terriblement français!!!