Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 23:20

   A nouveau, un crime odieux - commis par un criminel récidiviste ayant fait l'objet d'une libération anticipée sans contrôle - a remis en cause la justice française, au point que le Président de la République a ...jugé nécessaire de répondre à l'émotion populaire en critiquant le comportement des magistrats.

 

   La justice étant exercée "au nom du peuple français", conformément à la Constitution de 1958, il est en tout état de cause légitime que le peuple français puisse demander des comptes à la justice, soit directement par voie de presse, soit par l'intermédiaire de ses représentants démocratiquement élus, ...et donc, à fortiori, le Président de la République qui, au titre de l'article 65 de la Constitution, préside le Conseil Supérieur de la Magistrature pouvant statuer en Commission Disciplinaire...

 

   Toutefois, il est nécessaire que les magistrats puissent exercer la justice avec sérénité, c'est-à-dire avec une totale objectivité et sans la moindre contrainte extérieure - ce qui est symbolisé par une femme ayant un bandeau sur les yeux et tenant une balance et un glaive -La justice - Illustration 
                                    en application cette fois de l'article 64 de la Constitution prescrivant que l'autorité judiciaire
 est indépendante ..., cette prescription ayant d'ailleurs toujours été une règle constante dans toutes les Constitutions républicaines depuis plus de 2 siècles (1791 - 1848 - 1975 - 1946 ) suivant le principe de la "séparation des pouvoirs" élaboré au 18ème siècle par le philosophe Montesquieu et rappelé dans l'article 16 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen, selon lequel "toute société dans laquelle la garantie des droits n'est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminée, n'a point de Constitution" ...Il est donc tout à fait regrettable que le Président de la République ait pu mettre en cause des magistrats  publiquement - c'est-à-dire en prenant l'opinion à témoin - alors que, s'il estimait qu'il y avait eu "de graves dysfonctionnements" et "une faute", il lui appartenait, étant "le  garant de l'indépendance de la justice", de saisir en qualité de Président le Conseil Supérieur de la Magistrature seul habilité à statuer sur la réalité d'une faute et éventuellement à la sanctionner.

 

   Il n'en est pas moins vrai que les magistrats, même si la justice doit rester indépendante, ne doivent pas pour autant faire n'importe quoi...Et, en l'occurrence, la libération d'un criminel récidiviste au passé particulièrement chargé pose incontestablement un problème grave ...Un problème d'autant plus grave que les magistrats - par l'intermédiaire de leurs syndicats et dans des séances solennelles - ne se ...justifient qu'en invoquant une "surcharge de travail" due à un "manque de moyens" ...Certes, le nombre des magistrats n'est pas actuellement ajusté au nombre des délits et l'administration pénitentiaire n'a pas assez de places pour un nombre d'environ 58.000 détenus, mais on reste songeur en apprenant que 30 % de ces détenus sont en détention préventive - donc non encore jugés - alors que, par ailleurs, il y a environ 100.000 peines de prison non exécutées... et en apprenant aussi que des criminels sont régulièrement libérés à la moitié de leur peine - soit, pour la perpétuité consistant seulement en ...18 ans, un minimum de 9 ans - ...et encore que, le plus souvent, les récidivistes ainsi libérés ne font pas l'objet d'une surveillance et d'un contrôle de l'obligation de soins ... Que penser de telles dispositions devant le risque avéré de nouvelles victimes potentielles ?... Car la justice, en prononçant des peines, a l'obligation de veiller à leur application, ces peines ayant pour but de protéger les citoyens et non pas seulement de punir les criminels... Or certains magistrats vont plus loin encore en allant jusqu'à plaindre des coupables, parce qu'il ne leur paraît pas "humain" de laisser des gens en prison "sans espoir", à fortiori si ceux-ci manifestent une "bonne conduite" ...comme si cette bonne conduite - sincère ou intéressée - en prison avait quelque rapport avec la conduite dans la société...Comme le souligne un ancien Président de Tribunal de Grande Instance à la retraite (1), "il faut ré-apprendre aux magistrats à ne pas faire la charité avec le sang des autres"...

 

   Il faut effectivement en finir avec ce comportement inspiré par un autre philosophe du 18ème siècle, Rousseau, suivant lequel "l'homme est fondamentalement bon" ...Non, l'homme n'est pas bon "par nature" ...il peut devenir bon ...comme il peut devenir mauvais ...pour des raisons complexes se rapportant à sa physiologie, à son milieu, à son éducation... Une étude scientifique (2) révèle que le cerveau humain peut comporter des anomalies et que des comportements ne sont donc pas toujours "volontaires" ...Effectivement, il y a des cas où certains individus ont la clairvoyance et le courage d'admettre leur "dangerosité" - notamment dans le domaine sexuel - et réclament eux-mêmes une surveillance, un traitement sanitaire, voire une opération... Autrement dit, il faut admettre qu'il peut y avoir des individus anormaux et que, dans certains cas, ceux-ci sont des "monstres", qu'il faut donc les mettre définitivement "hors d'état de nuire" ...Et comme "la peine de mort" a été abolie sans qu'il soit possible de la rétablir pour des raisons d'éthique, il n'y a pas d'autre solution qu'un "emprisonnement à vie"...Or, la justice a fait exactement le contraire, puisque les "mesures de sûreté" permettant de garder les criminels les plus dangereux dans des quartiers spéciaux des Centrales  ont été supprimées en 1981...

 

   La sérénité de la justice n'est donc pas seulement une question d'indépendance ...et encore moins une question de moyens ...Elle est surtout une question de réalisme, de bon sens, de discernement ...bref, de ...jugement.

 

(1) D. Gallot - Les Fossoyeurs de la justice - Ed.Albin Michel

(2) Revue Sciences et Avenir - Le Cerveau - N° 768 - Février 2011

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans La Justice
commenter cet article

commentaires

Jean Daumont 07/02/2011 00:42



Quelques aveux nécessaires :


1. Je ne peux pas parler de votre "oeuvre" ni de votre "frimousse", car j'ai perdu tous les messages que j'avais conservés, à la suite d'une manipulation consécutive à mon passage de Télécom à
Free ...je ne me souviens que de ...votre barbe! Merci d'avance pour un nouvel envoi (et merci pour la documentation déjà reçue sur Benoît XII...)


2. Je dois avouer que je n'aime pas la justice française, ou du moins les magistrats ...Je ne leur pardonne pas la morgue avec laquelle j'ai été traité naguère quand, à 2 reprises, je suis allé
dans un tribunal comme partie civile, non pas à titre personnel, mais comme chef d'établissement ...La toge avec hermine que j'aurais pu porter si je n'avais pas eu le sens du ridicule valait
bien la leur ...Et comme j'ai toujours un tempérament de mule du pape, celle de Jacques Fournier certainement !...


3. Je lis beaucoup de journaux et revues, soit par achat ou abonnement (Figaro, Ouest-France, La Croix - parce qu'il  est un très bon journal et non pour une question de foi - Le Nouvel
Observateur, le Point ) soit par consultation sur Internet (Libération, l'Express) ...Mais j'ai abandonné depuis longtemps Le Monde (après l'arrivée de Fauvet) et le Canard Enchaîné ...en raison
de leur persiflage...


Voilà !...Bien le bonsoir d'une vieille ...barbe !...



jacques 06/02/2011 12:18



Je n'ai pas le même avis que vous.


La RGPP (révision générale des politiques publiques ) s'applique également au Ministère de la Justice où comme dans les autres, un Fonctionnaire sur deux partant à la retraite n'est plus
remplacé. C'est vrai pour les Magistrats, les Greffiers, les personnels administratifs et les personnels pénitentiaires !


Dans les 100 000 jugements annuels non suivis d'effets ou non appliqués, une énorme majorité d'entre eux l'est pas manque de greffiers et de secrtéaires pour taper, certifier et acheminer ces
jugements.


Vous semblez également oublié le regroupement drastique des Tribunaux, voulu par M. NS (encore lui) et sa bonne amie Rachida.


Résultat: encore plus de surcharges de Tribunaux avec, au plus, le même effectif...et encore plus de jugements non appliqués.


Vous devriez lire le Canard Enchaîné. Chaque semaine il publie le C/R d'une audience dans un Tribunal de Paris ou de Province.


C'est absolument édifiant sur la question des moyens de la Justice. Des tribunaux qui parfois siègent sans discontinuer jusqu'à 22 ou 23 heures.


Comme vous dites: "Pour une Justice sereine".....


Bon dimanche.


 


jf.


 


 


 



Jean Daumont 06/02/2011 11:43



   Un détail : Qui paie ?...A ma connaissance, la Justice est un secteur épargné par les mesures d'économie budgétaire rendues nécessaires par l'accroissement de la Dette Publique,
qu'il serait injuste d'imputer seulement au gouvernement actuel ...Constatation ...et non insinuation !



jacques 06/02/2011 11:05



Pour Jacques Fournier, nous en avons déjà parlé. L'Inquisiteur était l'Evêque de Pamiers, futur Benoît XII..


Pour le reste, je ne vois vraiment pas ce qu'il y a de "corporatif" dans le fait que des hauts responsables préviennent la Chancellerie des difficultés et/ou impossibilités d'exercer complétement
les missions imparties. C'est non seulement leur devoir mais c'est également le respect du public. Sinon, ils s'en foutraient et vaille que vaille.


Je vous le redemande. Qui sanctionner: les haus responsables en question qui ont fait les Rapports ou les destinataires qui n'en ont tenu aucun compte ????


jf.


 


 



Jean Daumont 06/02/2011 10:41



   Je ne cesse de répéter que je ne suis ni de droite ni de gauche, pour la simple raison que j'ai une conception très critique de cette distinction ...Et en l'occurrence, je ne me
laisserai pas entraîner dans un défense de Sarkozy, alors que je condamne clairement son attitude dans mon article et souligne la qualité (il est vrai ambigüe) de Mitterrand dans mon
commentaire...


   Au chapitre de mes "erreurs" , je rends volontiers à "César" ce qui appartient à "Jules" (insinuation ?...) pour les QHS ...Sur ce point, j'ai simplement reproduit une précision -
donc erronée - d'un article de presse (on ne peut pas tout vérifier !)


   En ce qui concerne les manifestations de policiers (au sens large : police nationale ou municipale, gendarmes, CRS...), il y en a eu à peu près sous tous les gouvernements, et le
gouvernement actuel n'en a pas l'apanage... On peut les comprendre - sinon les justifier - dans la mesure où ils n'ont pas le droit de grève...


   Pour les magistrats, je maintiens mon analyse : ils s'abritent derrière leurs problèmes corporatifs, alors que leur priorité devrait être la protection des citoyens ...Dans
l'enseignement, que j'ai bien connu - au point d'avoir été le Président d'un syndicat de Chefs d'Etablissement - jamais les problèmes corporatifs n'ont eu priorité sur l'intérêt des élèves...


PS . On ne peut pas toujours être sérieux : hier soir, en écoutant sur "Arte" une émission sur les Cathares, je me suis amusé an apprenant que le Grand Inquisiteur chargé de réprimer l'hérésie
s'appelait ...Jacques Fournier ...De là insinuer que ...Non ! ...NON !...