Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 10:32

   La liberté est particulièrement chère aux Français, puisqu'elle est le premier principe à être cité dans la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 affirmant que "les hommes naissent libres et égaux en droit" , puis, en 1848, dans la devise républicaine "Liberté, Egalité, Fraternité" inscrite aux frontons des mairies ...Elle a été chantée de façon inoubliable en 1942 par le poète Paul Eluard quand elle traduisait la résistance à l'oppression (*) ....Il est donc naturel qu'elle fasse l'objet essentiel du préambule de la Constitution de 1958 reprenant sur ce point celle de 1946...

 

   Mais cette notion de liberté n'en a pas moins donné lieu depuis plus de deux siècles à des interprétations diverses allant d'un souci de portée universelle à un cadre d'action limitée ...C'est le cas dans le contexte actuel, où l'on s'interroge sur son application à propos de diverses affaires :

 

    - L'affaire la plus marquante est celle du déchaînement suscité par la publication d'un article satirique sur le prophète Mahomet par la revue Charlie Hebdo, à propos d'un film pitoyable ne méritant pas une telle publicité ...Ce n'était pas la 1ère fois que Mahomet était mis en cause, puisqu'il avait déjà été brocardé par Salman Rushdie dans ses "Versets Sataniques " en 1988 et par un journal suédois en 2003 ...Mais cette fois l'affaire a pris une dimension internationale, notamment en France, jugée responsable et ayant dû subir des manifestations violentes, alors que la publication incriminée était conforme au droit français, qui reconnaît la liberté d'expression et, par conséquent, la liberté de la presse...

   - Une autre affaire a éclaté à propos du mariage homosexuel, à la suite de la décision du gouvernement français de présenter un projet de loi conforme à la proposition n° 31 du programme électoral de François Hollande en Mai 2012, spécifiant qu'il ouvrirait le "droit au mariage et à l'adoption aux couples homosexuels" ...Cette proposition n'avait pas alors suscité d'opposition importante importante, et un sondage avait même révélé que 65 % des Français y étaient favorables ...Mais elle donne lieu maintenant à une levée de boucliers, notamment dans les milieux religieux, à la suite de position prise par le Pape Benoît XVI, soucieux de défendre la famille "naturelle" comprenant un père, une mère et des enfants, ce qui, de sa part, en considération du dogme catholique, n'est pas une surprise...

   - Une dernière affaire résulte de l'intention du gouvernement de mettre en oeuvre dès que possible, et en tout état de cause avant l'échéance prévue de 2014, le droit de vote des étrangers aux élections locales, conformément cette fois à la proposition n°50 du programme de François Hollande, prévoyant cette mesure "sous réserve d'une résidence légale depuis 5 ans"...Mais cette proposition fait à son tour l'objet d'un débat, en raison des réserves exprimées par l'opposition de droite, ce qui n'est pas davantage une surprise, mais aussi, ce qui en est une, par certains socialistes, craignant, non sans raison, de perdre des électeurs encore très "nationalistes"...

 

   A la lumière de ces affaires, il paraît donc évident que l'usage de la liberté reste un exercice difficile, et qu'il doit donc donner lieu à un réflexion approfondie et ouverte au plus grand nombre des citoyens, au delà de leurs élus :

   - La liberté d'expression évoquée dans l'affaire de l'agitation islamiste est un droit imprescriptible, et elle est donc légitime, mais elle comporte aussi un devoir, celui de respecter les convictions autrui.Il est donc répréhensible, que, même sous le couvert d'une satire, la presse puisse se permettre de choquer les adeptes d'une religion, quelle qu'elle soit, à forrtiori dans le contexte actuel d'une "radicalisation" de l'islamisme suscitée par les évènements internationaux (Al Qaida...), alors qu'au contraire il convient de tout faire pour maintenir une juste paix entre "l'Occident" et "l'Orient"...

   - La liberté sexuelle abordée à propos des mariages reste un problème propre à chaque individu et, par conséquent, ne relève pas de la législation publique ...Même si l'hétérosexualité reste la pratique la plus courante, l'homosexualité a été pratiquée de toute antiquité - on peut donner l'exemple de Sparte - et sa "condamnation" a été surtout le fait de l'Eglise qui a fait de cette pratique un "péché", suivie en cela  jusqu'à l'époque contemporaine par de nombreux pays où elle pouvait faire l'objet de poursuites judiciaires ...En France, elle n'a été "dépénalisée" qu'en 1981 avec François Mitterrand, le Pacs étant voté ensuite grâce à Lionel Jospin ...Mais faut-il pour autant aller jusqu'au "mariage" homosexuel ?...S'il ne s'agit que de l'association de deux adultes du même sexe, il ne semble pas très utile d'aller jusqu'au mariage, et de copier ainsi les couples "naturels", si le Pacs apporte toutes les garanties (succession, pension, etc) ...Mais s'il y adoption d'enfants, le problème est beaucoup plus délicat : dans ce cas, ces êtres innocents ont, par nature, besoin d'un "père" et d'une "mère" leur apportant des repères différents et complémentaires ...Comme l'a dit récemment sur ce sujet le Maire socialiste de Quimper, "tout enfant doit savoir qu'il ne vient pas de deux pères ou de deux mères", et, devenu adulte, il doit pouvoir s'interroger sur ses origines ...

   - La liberté de vote des étrangers aux élections locales est un problème plus marginal, mais il convient d'être clair à ce propos : d'abord, elle a déjà fait depuis 2001 l'objet d'une législation dans le cadre européen permettant à tout ressortissant étranger vivant en France de participer à ces élections ainsi qu'aux élections européennes ...En fait, la difficulté peut venir de son extension éventuelle et de la possibilité réelle d'endiguer le flux d'immigrés illégaux, en dépit des engagements pris, et de les renvoyer "chez eux" alors que la plupart en sont partis pour cause de misère ...Sur ce point, les responsables politiques, de droite comme de gauche", ont eu des attitudes très "fluctuantes", qu'il s'agisse d'Edith Cresson avec ses "charters", de Michel Rocard pour qui "la France n'avait pas vocation à accueillir toute la misère du monde" ...ou encore Nicolas Sarkozy qui, à la suite de manifestations, avait déclaré que "si certains n'aiment pas la France, qu'ils ne se gênent pas pour la quitter"...On peut en conclure qu'il n'y a donc nécessité de contrôler le flux migratoire en fonction des besoins de l'économie, plutôt que de laisser s'installer des étrangers qui n'auront d'autres perspectives que le chômage et des ghettos dans la banlieue des grandes villes...

 

   La liberté ! ...Quelle liberté ?...

 

(*) http://bacfrancais.chez.com/liberte.html


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Droit
commenter cet article

commentaires

Jacques 26/09/2012 15:33


Il y a effectivement des définitions savoureuses de la tolérance sur le site que vous nous proposez.


 


De ce fait, je vous suggère la lecture d'un excellent billet dans " Le Monde":





http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2012/09/26/de-la-signification-du-droit-de-vote-des-etrangers-aux-elections-locales_1765248_3232.html


 


jf.

Jean Daumont 25/09/2012 17:54


  Ci-après un site sur le thème de la tolérance :


http://www.evene.fr/citations/theme/tolerance.php?page=2


 


Si vous avez de la tolérance, je peux vous en trouver d'autres : cela ne manque pas ...

Lydihaut 25/09/2012 15:40


"La vérité est un serviteur maladroit qui en nettoyant casse les assiettes"


(Karl Kraus "Aphorismes"- Bibliothèque Rivages 18.50€.)

Loubomyr 25/09/2012 11:05


Impossible d'être tolérant avec les intolérants!!! Et puis la tolérance, comme disait l'autre, il y a ds maisons pour cela ... comme pour les fous.

Jean Daumont 25/09/2012 10:59


On se CALME !...Se fâcher dans un débat, c'est déjà de l'intolérance !...