Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 23:14

   Ainsi le travail dominical revient dans l'actualité ...Il s'agit d'un retour récurrent, car la question fait l'objet de débats depuis le 19ème siècle, c'est-à-dire depuis la révolution industrielle qui avait alors suscité une réglementation protégeant les ouvriers en leur accordant le repos dominical ...En fait, ce repos n'était pas une nouveauté, car il avait été institué par l'Eglise dès le Moyen-Age, non pas pour des raisons humanitaires, mais pour des motifs religieux, car il convenait, à l'image de la légende biblique de la Création - où Dieu s'était reposé le 7ème jour - que les hommes respectent ce "jour du Seigneur", en latin "dies dominicus", ce qui a donné en français "dimanche"... C'est pourquoi on a pu dire qu'en France le repos dominical, sorti par la porte religieuse, était rentré par la fenêtre laïque ...Telle fut la raison d'être de la loi du 13 juillet 1906 généralisant le congé du dimanche, et depuis les syndicats de toutes obédiences, forts de ce succès, en avaient fait une règle imprescriptible...

 

   Mais ce repos "hebdomadaire" est loin d'avoir conservé ce caractère "dominical", du moins à partir de la 2ème moitié du 20ème siècle, car les conditions de la vie économique et sociale ont largement été modifiées depuis lors :

   - d'une part le nombre des personnes appelées à travailler le dimanche n'a pas cessé d'augmenter en raison des progrès du niveau de vie, entraînant notamment l'obligation du travail des uns pour le service des autres : développement des transports (ferroviaires, routiers et aériens), des services d'hébergement (hôtels et restaurants), des services de santé (hôpitaux, cliniques et pharmacies) et, bien entendu,  tous les servives de la vie courante (alimentation, habillement, etc) qui connaissent souvent l'activité la plus intense pendant le week-end...

   - d'autre part, le repos hebdomadaire s'est lui-même dilué et assoupli ...Même s'il reste majoritaire, il y a de plus en plus d'étalement sur d'autres jours : le samedi, le lundi, ...voire le jeudi scolaire devenu le mercredi justement pour mieux équilibrer la semaine du travail effectif des élèves ...Et la généralisation des RTT a permis bien des accommodements, au même titre que les aménagements annuels : semaines alourdies pour des périodes d'activité intense, notamment en fin d'année civile, en contrepartie d'allègement dans le cas contraire...

 

   Il était donc naturel que les travailleurs se soucient maintenant beaucoup moins qu'autrefois de la nécessité d'un d'un repos obligatoire, et ceci d'autant moins que la durée du temps de travail est descendue de plus de 70 heures hebdomadaires au 19ème siècle à 35 heures, voire moins avec les accommodements des RTT ...et qu'ils peuvent trouver avantage, en raison de l'insuffisance chronique de leurs revenus, à travailler le dimanche ou encore le soir ou la nuit, en raison du doublement de leur salaire dans ce cas, ...ce qui, d'ailleurs, en faisant progresser leur pouvoir d'achat, peut encourager la reprise économique et donc concourit à une diminution du chômage...

 

   C'est pourquoi le rebondissement actuel du problème, à propos de l'ouverture de certaines enseignes commerciales (Séphora, Leroy-Merlin, Castorama) les dimanches, les jours fériés et le soir, quitte à payer une amende, est vraiment stupéfiant ...On constate en effet que, d'une part, des syndicats de travailleurs - créés à l'origine pour la défense de leurs intérêts - saisissent la justice pour obtenir la fermeture de ces enseignes, ...et que, d'autre part des travailleurs pétitionnent pour qu'on leur accorde la liberté de travailler à leur convenance... Et le problème tourne à l'absurdité quand on constate que l'interdiction peut être imposée à un magasin de bricolage faisant de surcroît de la jardinerie (ex : Bricomarché) quand la liberté est donnée à des magasins ne faisant que de la jardinerie (ex : Truffaut) ...Et est-il normal de laisser des maires refuser l'ouverture (comme en Corrèze) alors que d'autres l'autorisent en d'autres lieux privilégiés comme la Côte d'Azur ?...Ou encore qu'il y ait un refus dans les gares alors qu'il y a une autorisation dans les aéroports ?...De qui se moque-t-on ?...Le pays des droits de l'homme est-il devenu celui des droits à la sottise ?...Ne prend-t-on pas , une fois de plus les enfants du bon Dieu (encore la religion...) pour des canards sauvages ?...

 

   Et si on laissait les Français s'organiser à l'amiable, de façon libre et démocratique, en fonction des conditions nouvelles et de plus en plus émiettées de leur existence ?...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Economie et Société
commenter cet article

commentaires

Loubomyr 08/10/2013 11:06


Le doublement des salaires pour horaires ou jours de travail extra-ordinaires (dans le sens littéral du mot) est féjà prévu par certaines conventions collectives comme la chimie ou la pharmacie
(où pourtant, la valeur ajoutée à l'actionaire domine la réflexion!!) mais certes pas dans des conventions rétrogrades comme la grande distribution (seulement 5% en plus pour dimanches ou jours
fériés) et l'hôtellerie et restauration (rien du tout en plus : c'est la norme de travailler quend les autres s'amusent!!!). Imposer et généraliser les pratiques salariales "généreuses" ne ferait
que renforcer le "chantage à l'emploi" des dites branches et faire braire un peu plus les anes libéralo-fanatiques (lorsque je vois Lefèvre, ex roquet du sarkozysme, prendre la défense de la
liberté de travail, y'a de quoi s'étrangler de rire ... jaune). Par contre, imposer la nécessité d'accords de branches et d'entreprises sur l'organisation du travail a le mérite de relancer (ou
faire naître) un dialogue social bien souvent au point mort das ces branches d'activités; Et cela ferait clôre le bec aux dits anes libéralo fanatiques et autres "hérauts" de directions qui se
proclament "managériales", "entrepreuneuriales" et gestionnaires alors qu'elles ne sont que l'expression d'un patronariat rétrograde, arquebouté sur ses positions antédéluviennes et ne cherchant
à préserver qu'une valeur : celle du fric!!!!


NB : à propos de l'hotellerie et restauration - Lorsqu'on parle hotel et restaurants, le citoyen ordinaire pense en premier lieu au petit restau sympa ou à l'hotel familial des vacances; Eh bien
le syndicat patronal majoritaire, allié au MEDEF s'appelle UNIH , Union Nationale de l'Industrie Hotelière ; vous avez bien lu : on parle d'industrie et pas de service , preuve que les grands
groupes (la France "managériale" a bien tort de s'enorgueillir d'avoir fait émerger le plus grand groupe mondial en la matière), preuve donc que ces grands groupes ont imposé leur points de vues
sur cette activité économique.

Jacques Heurtault 03/10/2013 23:57


Il n'est pas interdit à un pays membre de l'Union Européenne de vouloir conserver une réglementation sociale plus avantageuse pour les salariés.


De toute évidence, "on" cherche à "organiser" la régression sociale ...


Il y a un moyen simple de pousser les patrons à ne pas en rajouter : Renchérir considérablement le cout du travail lorsqu'il est "hors norme"! C'est le sens de mon article ...


1. Travail du dimanche = salaire horaire doublé


2. Travail de nuit = salaire horaire doublé


3. Donc travail dans la nuit du samedi au dimanche = salaire horaire QUADRUPLE!


 


Vous allez voir, d'un seul coup, les patrons qui vont se calmer ... Et ce ne sont pas les salariés mieux rémunérés qui vont protester!

loubomyr 01/10/2013 11:58


Encore un sujet pour occuper la galerie ; La solution politique et légale est pourtant simple : rendre obligatoire les accords de branches et d'entreprises avant la mise en application d'horaires
plutôt de déblatérer sur ce sujet et argumenter sur le supposé volontariat des salariéset la supposée nécessité de faire ces courses le dimanche ou à dix heures du soir!!!!


Par ailleurs, n'oublions pas que les textes européens imposent le repos hebdomadaire d'au moins trente six heures et la durée du repos journalier d'au moins onze heures entre la fin et la reprise
de poste.

Jean Daumont 30/09/2013 16:37


Certes, mais expliquez-moi d'abord pourquoi il y a des dérogations ausi anarchiques que bizarroïdes, et ensuite vous ne pouvez pas ignorer qu'en France il faut manifester d'abord avant de
débattre...La "République" a bon dos !...

Jacques Heurtault 30/09/2013 10:54


Je souscris à la philosophie qui soutend votre article ... Cf mon propre article sur le même sujet! Il convient cependant de veiller au respect de la loi! En l'occurrence, les enseignes
commerciales en question ont enfreint une décision de justice! En république, on ne peut laisser passer cela sans réagir ...