Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 17:00

      Comme les autres pays occidentaux, la France se débat dans la crise économique, et la dette publique ne cesse  d'augmenter (*) ...La situation est alarmante, mais elle n'est pas encore ...catastrophique, à l'instar de pays comme la Grèce, l'Irlande, voire l'Espagne et l'Italie, qui en sont à prendre des mesures drastiques comme la diminution des salaires et l'augmentation de la fiscalité ...Déjà les anciens responsables politiques - appartenant le plus souvent à la "droite modérée" - en ont éprouvé les conséquences, étant écartés du pouvoir par une sorte de "punching-ball" au profit d'une "social-démocratie" dont les promesses ont fait espérer un avenir meilleur ...La France n'a pas échappé à ce retournement en mai 2012, Nicolas Sarkozy ayant été remplacé à la Présidence de la République par le socialiste François Hollande, et une majorité absolue de la "gauche" ayant été élue à l'Assemblée Nationale, et ceci pour 5 ans...

 

   Le problème est "maintenant" de savoir si les socialistes, qui ont désormais tous les pouvoirs, vont parvenir à conjurer la crise ...et comment ils vont y parvenir ...Le Président Hollande a choisi la tribune de l'ONU pour dénoncer la responsabilité de son prédécesseur, mais la corde est plutôt usée au terme de ses 5 mois de mandat, et il lui faut trouver mieux, suivant le principe que "la critique est aisée, mais l'art est difficile" ...Après avoir aggravé la dette par des premières mesures "populaires" comme l'augmentation de l'allocation scolaire, la création d'emplois d'avenir, le retour de la retraite à 60 ans pour certaines catégories, il annonce, par l'intermédiaire de son Premier Ministre Jean-Marc Ayrault,, "il n'est jamais trop tard pour bien faire" ...Et, alors que le chômage (déclaré...) franchit le nombre symbolique des 3 millions de personnes, il promet une diminution à partir de 2013 ... Encore bravo !... Mais il ne suffit pas de le proclamer, en "sautant comme un cabri" - comme disait naguère De Gaulle à propos de l'Europe - il faut en trouver les moyens ...Et là, çà se complique...

 

   Un journaliste, François Lenglet,  rédacteur en chef de la "Deux" à la télévision, et auteur d'un livre "Qui va payer la crise ?"  a une idée de génie, dont il a fait part au Premier Ministre : "Ma thèse ?...Jusqu'ici, on a fait payer seulement les contribuables, pas le rentier, détenteur de capital. C'est pourcela qu'on n'y arrive pas. Et c'est pour ça que je préconise dans ce livre l'euthanasie des rentiers" (sic) ...Y a qu'à !...C'est simple ! ...Il suffisait d'y penser !...

 

   C'est simple, peut-être, mais c'est scandaleux ...Ce journaliste n'a peut-être pas mesuré ses termes, car la dernière fois qu'il a été question d'euthanasie, cela venait d'un certain Dominique Strausss-Kahn, socialiste de son état, ayant déclaré que la France ne pourrait pas supporter longtemps l'entretien de vieux grabataires et autres malades d'Alzheimer, avec le seul prétexte du déficit de la Sécurité Sociale ...Quoi qu'il en soit, la proposition est claire sur le plan financier : il faut mettre les retraités à "contribution" ...C'est oublier, une fois de plus, que ceux-ci ne sont pas des "privilégiés", et qu'ils sont en grande majorité des anciens "travailleurs" qui ont économisé pendant toute leur vie "active" ...Ils ne sont pas des "cigales qui, ayant chanté tout l'été, se sont trouvées fort dépourvues lorsque la bise fut venue",...Ils sont des "fourmis" qui ont cotisé - suivant le principe de la répartition ou de la capitalisation - pour avoir leur "rente", et d'ailleurs cette rente est insuffisante pour beaucoup d'entre eux, notamment quand ils ont connu des périodes de chômage ou aidé leurs   ascendants ou descendants en difficulté ...Et on voudrait encore prendre dans leur poche ...Ce ne serait plus de la "contribution", mais du "racket" !...

 

   Heureusement, semble-t-il, le 1er Minitre Jean-Marc Ayrault, homme sage ayant déjà fait ses preuves à la Mairie de Nantes, a perçu le risque d'une telle mesure et a tenu à rassurer les Français lors de l'émission  "Des Paroles et des Actes" de la "Deux" le 27 septembre 2012, en soulignant "que "9 contribuables sur 10 ne seront pas consernés par les nouvelles hausses d'impôts" et que, pour celles-ci, il n'y aurait pas d'augmentation de la TVA et de la CSG, au moins pour 2013" ...Il lui reste à passer effectivement des "paroles" aux "actes, et ce n'est manifestement pas une tâche facile en raison des nombreuses discordances apparues dans le gouvernement entre les Ministres soucieux de défendre leur "pré-carré" ...au point que son autorité a pu être mise n doute ...Mais il a finalement présenté son projet de Loi de Finances pour 2013 - le 1er de la mandature de François Hollande - prévoyant 30 milliards d'€ de ressources supplémentaires répartis en trois "tiers" :

   - 10 Milliards d'€ d'économies réparties entre les ministères (à l'exception notable de l'Education),

   - 10 milliards d'€ d'impôts sur les ménages, devant peser en principe sur les catégories les plus aisées, avec une taxe de 75 % sur les revenus du travail dépassant 1 million d'€, le rétablissement de l'ISF, la diminution de 18.000 à 10.000 € de la déduction des niches fiscales, et la création d'une tranche supplémentaire à 45% pour les revenus dépassant 150.000 € pâr part ...Mais les classes moyennes, en dépit des promesses, seront aussi affectées, puisque l'impôt sur le revenu ne sera plus indexé sur l'inflation - ce qui équivaut à une hausse de 2% - que, d'autre part,  le plafond du quotient familial sera abaissé de 2336 € à 2000 € par enfant, et enfin que la taxation des plus-values de titres et des intérêts d'épargne pénalisera les titulaires à partir de la tranche de 30% ...

   - 10 milliards d'€  d'impôts sur les grandes entreprises, ce qui représente pour celles-ci une contribution sans précédent, pouvant mettre en cause leur viabilité, alors qu'elles doivent déjà supporter un "coût du travail" parmi les plus élevés d'Europe (**), notamment en raison de l'application des 35 heures par semaine, ...et qu'elles sont actuellement obligées de reduire leur sur-capacité de production et de licencier du personnel en raison de la restriction du marché résultant de la crise, ...à l'image des firmes automobiles et de la sidérurgie lorraine, pour lesquelles le Ministre du "Redressement" (?) Industriel donne des leçons ...d'inefficacité ...Elles devront même supporter une diminution de 100 à 85 , puis 75 % de leur droit de déduction des intérêts d'emprunt, ce qui ne peut que freiner l'investissement...

   ...Et ainsi la France battra son record de prélèvement obligatoire avec 46,5 % - soit presque la moitié - du PIB en 2013, sans pour autant diminuer la dette qui devrait monter de 89,9 % du PIB fin 2012 à 91,3 % fin 2013 ...

 

   Certes, comme l'espère le 1er Ministre, on peut sortir du cercle infernal,  "si le retour de la croissance nous donne des marges" ...L'ennui est que le taux de croissance déjà descendu de 1,5 % en 2010 à 0,8 % en 2011 ...se rapprocherait de ...0 % pour 2012 ...Et ,faute de marge suffisante pour les entreprises, le chômage, loin de reculer comme le souhaite le gouvernement, franchit en cette fin du 3ème trimestre 2012 le cap des 3.000.000 de personnes (déclarées...), et ce ne sont pas les mesures récurrentes en faveur des jeunes (emplois d'avenir, contrats de génération) qui vont permettre de le conjurer ...au contraire, elles vont alourdir la dette, et diminuer encore les moyens des entreprises ...

 

   La quadrature du cercle...


 

  (*) http://fr.wikipedia.org/wiki/Dette_publique_de_la_France

 

 (**) http://www.journaldunet.com/management/direction-generale/cout-du-travail-en-france/

  

  

 

 

 

  

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Politique Intérieure
commenter cet article

commentaires

Jacques 06/10/2012 16:36


Vu le "commentaire" N°10.......!


jf.

Lydihaut 06/10/2012 15:27


Comme quoi ma "cuistrerie à propos de l'état de santé" (sic) de monsieur jf. a eu raison de ses capacités de résistance à la controverse et tout cela peu nous faire réfléchir sur notre hygiène de
vie avant qu'il ne soit trop tard. bon, l'expilcation me convainc et "même si" (expression favorite du cauteleux au pouvoir) elle n'est pas très reluisante, son excuse me satisfait et me donne
des raisons de l'excuser. Il faudrait quand même un bulletin médical ou un mot d'excuse pour me convaincre totalement. Mais je vois que le médecin du travail n'avait pas tort quand il lui a
refusé son accréditation de contôleur aérien et pour notre bonne santé à tous. Ce qui devait arriver arriva.....

Jacques 06/10/2012 11:30


J'ai tenu un an, avec la même philosophie que celle de M. Daumont.


Mais la cuistrerie de ce monsieur à propos de mon état de santé a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase.


M. Daumont, je vous souhaite bien du plaisir avec ce genre d'interlocuteur, totalement incapable de garder un "certain niveau" aux débats....


D'ailleurs, vous en avez été témoin privilégié en fréquentant vous-même mon Bloc-notes.....


jf.


 


 


 

Loubomyr 04/10/2012 23:10


Si vous souhaitez des débats d'un certain niveau, ne comptez sur l''idiot" ci dessus pour ce faire. Convergences est à ma connaissance le troisième blog polué par les éructations de ce troll du
FN qui a déjà usé la patience de l'animateur du blog lamauragne.

Jean Daumont 04/10/2012 09:13


  Je n'ai pas pour habitude de "censurer" au nom  de la liberté de pensée et donc d'expression ...Mais j'ai le droit de souhaiter qu'un débat garde un certain niveau...