Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 15:12

   Le bruit fait autour des écoutes téléphoniques en France avant les élections mpunicipales n'est certainement pas le fait du hasard ...Car des écoutes, il y en a depuis longtemps et dans de nombreux pays, au niveau national comme au niveau international, à l'exemple des Etats-Unis qui y voient un moyen de maintenir leur rôle politique et leurs intérêts économiques...

 

   S'il y a eu des écoutes téléphoniques en France, et en l'occurrence cette fois au dépens de l'ancien Président Nicolas Sarkozy, c'est certainement parce que les responsables de ces indiscrétions étaient intéressés parce qu'il pouvait dire, en particulier dans le domaine public, afin de pouvoir en exploiter le contenu à des fins politiques ...Car, même si Nicolas Sarkozy s'en défend, et s'il assure qu'il veut vivre maintenant comme un homme "normal", il reste un pivot de la politique française, en raison du rôle qu'il a exercé comme Président pendant 5 ans de 2007 à 2012, tant en France que dans le monde ...D'ailleurs les sondages continuent à le placer en tête des personnalités appelées à jouer encore un rôle, toutes tendances confondues ...Et c'est si vrai qu'on prête à son successeur François Hollande d'avoir déclaré : "Je sais exactement ce qu'il fait" ...Un aveu ? .. On peut donc comprendre que Nicolas Sarkozy ait cru nécessaire de dire aux Français, dans une lettre ouverte parue dans le Figaro du vendredi 21 mars 2014, "ce qu'il pensait, estimant de son devoir de rompre le silence ...Si je le fais, c'est parce que des principes sacrés de la République sont foulés aux pieds avec une violence inédite et une absence de scrupules sans précédent"... 

 

   On peut ne pas avoir de sympathie particulière pour Nicolas Sarkozy et n'être pas d'accord avec certaines de ses affirmations, mais il faut admettre - et certains responsables socialistes l'ont eux-mêmes recconnu - que le droit au respect de sa vie privée, y compris intime, a été bafoué, ...que l'atteinte au  secret de ses conversations avec son avocat est inacceptable dans le cadre de l'organisation judiciaire, ...et qu'il est inadmissible d'avoir été déterrer des affaires comme l'Oréal ou Karachi ou encore un financement occulte de sa campagne électorale de 2007 par l'ancien dictateur lybien Khadafi, alors qu'il a été innocenté après plusieurs perquisitions ...Bien sûr, comme l'a fait remarquer Alain Juppé tout en approuvant sa lettre, il aurait pu s'abstenir d'évoquer de façon allusive l'espionnage systématque de la Stasi dans l'ex-Allemagne de l'Est avant 1990 ...Mais cet excès inutile de langage ne justifiait pas une indignation vertueuse des socialistes aors qu'eux-mêmes, comme d'autres d'ailleurs, ont, comme on dit, des "cadavres dans le placard"...

 

   Le résultat est malheureusement patent : on a entretenu ainsi la méfiance des Français, qui ont déjà tendance, plus à tort qu'à raison, de penser que "les politiciens sont tous des pourris", ...et qu'au lieu d'entretenir un climat de suspicion, ils feraient mieux de "balayer devant leur porte" ...et s'occuper des vrais problèmes qui préoccupent les Français, c'est-à-dire npn pas des réformes dites "sociétales" comme le mariage homosexuel, mais l'accroissement du chômage, encore en forte hausse en Février 2014, alors que "l'inversion de la courbe du chômage" avait été une promesse de François Hollande en 2012 et certainement un raison majeure de son élection comme Président de la République...

 

   Arrivent donc les élections municipales qui, comme toutes les élections, valent mieux que les sondages ...Et quel est le résultat du 1er tour ?...D'abord une abstention record de 38,7 % (27,1 % seulement en 1984), alors que les élections municipales sont traditionnellement plus fréquentées que les autres élections, car elles concernent plus directement les affaires des Français ...Puis une défaite incontestable des socialistes dans de nombreuses villes, en dehors de quelques bastions des banlieues de Paris et  des grandes villes, où ils perdent néanmoins des voix, comme Martine Aubry à Lille en baisse de 10 % ...Et enfin un progrès sensible du Front National, ne s'expliquant pas seulement par le fait d'avoir présenté davantage de listes dans toute la France, mais aussi en raison de la "démocratisation" relative de ce parti par Marine Le Pen et du fait que ce parti a eu l'avantage paradoxal de ne pas avoir dirigé beaucoup de mairies importantes jusqu'à présent et de sortir grandi de l'insuffisance des autres partis ...

 

   Alors, et après ?...D'abord, il va y avoir le 2ème tour, et le résultat ne semble pas devoir être une réaction en sens inverse ...Au mieux, une petite diminution de l'abstention, lié au fait que certains électeurs préfèrent attendre le 2ème tour avant de voter en supposant, parfois à tort, qu'il sera décisif ...Mais certainement pas un retour en force des socialistes, ne serait-ce qu'à cause de la publication, inopportune pour eux entre les deux tours, de l'augmentation du chômage ...Un nouveau progrès du Front National? ...C'est fort possible en raison du succès retentissant et très "médiatisé" d'Hénin-Beaumont en terre très "populaire" ...En fait, ces élections municipales révèlent un malaise profond : une majorité de Français a manifestement envie de sortir des schémas traditionnels qui ont apparemment fait leur temps ...Mais qui pourra animer un tel changement ?...Le temps n'est plus où un De Gaulle pouvait redistribuer les cartes ...Faut-il et où trouver une homme ou une femme "providentiel(le) ? ...Y aura-t-il nouveau "Mai 1968", presque 50 ans après le premier ?...Est-ce une affaire de pouvoir à donner aux jeunes, à qui appartient l'avenir ?...

 

 

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Politique Intérieure
commenter cet article
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 15:49

   L'Histoire montre que, depuis l'Antiquité, des "Etats" n'ont pas cessé de se constituer en "unités" puis de se "diviser" jusqu'à disparaître ...Il en a été ainsi des Etats de l'Orient ancien comme Sumer ou l'Assyrie, ...de l'Empire d'Alexandre qui se décompose en Royaumes héllénistiques disparaissant à leur tour dans un Empire Romain avant que celui-ci ne soit détruit par les invasions barbares, ...et qu'un Emire carolingien ne se reconstitue pour faire place ensuite à une poussière de principautés féodales ...Et ce n'est pas fini, puisque des Etats se créent de nouveau, comme la France qui s'unifie jusqu'à trouver sa configuration "hexagonale" au terme de la politique menée successivement par les rois capétiens et les régimes qui se sont succédés après la Révolution de 1789, ...et ceci non sans soubresauts comme la Guerre de Cent Ans aux 13ème et 14ème siècles, les Guerres de Religion au 16ème siècle, la création et la disparition de l'Empire de Napoléon 1er et, évidemment les 3 guerres l'ayant éprouvée en 1870-71, 1914-18 et 1939-45...

 

   Dans ces conditions, et à la mumière de son passé, on peut s'interroger sur l'avenir de la France : a-t-elle vocation à rester un pays "uni" - à l'instar du préambule de la Constitution de 1958, reprenant sur ce point les Constitutions de 1875 et 1946 et proclamant que la République est "une et indivisible" - ou est-elle appelée à se diviser, comme semblent l'y pousser des forces centrifuges toujours renaissantes ?... (*)

 

   - L'indice le plus apparent est celui du territoire, car "l'Hexagone" est devenu un symbole qui, par sa forme même, la fait reconnaître par l'ensemble du monde ...Or il y a des régions qui persistent à se considérer comme particilières, où au moins une partie de leurs habitants considère que leur patrie est d'abord leur "pays" ...Ainsi en est-il de la Bretagne avec l'UDB, ...ou de l'Alsace, ...ou de la Savoie, ...ou du Languedoc, ...ou du Pays basque...

 

   - Un autre indice est celui de la langue ...Pour la majorité de ses habitants, ...et pour les étrangers, la France, c'est d'abord le "français" ...Mais le "français" n'a pas toujours été la langue nationale ...Il a été imposé en 1539 par l'Edit de Villers-Cotterêts de François 1er dans un souci d'unité et d'efficacité pour son administration parce qu'il y avait alors en France un très grand nombre de langues, dialectes et patois locaux ...Or, actuellement, on assiste à une renaissance du breton, de l'alsacien, de l'occitan ou du basque, entre autres...

 

  - Mais d'autres indices existent, comme le peuplement ...La France a toujours été un creuset ayant accueilli des populations diverses : après les Celtes-Gaulois, les Francs d'origine germanique n'en ayant pas moins donné leur nom au pays ...et, bien plus tard, à partir du 19ème siècle, les groupes venus d'Italie et de Pologne pour des raisons d'exploitation minière, ...et apès 1945 les immigrants d'Afrique du Nord ou d'Afrique noire ...Beaucoup ont eu le souci de s'intégrer, au point de "franciser" parfois leur nom, ...mais d'autres, malheureusement poussés par une ségrégation d'habitat, ont voulu maintenir leur identité correspondant à leurs coutumes ou religions ancestrales, ce qui a abouti à un communautarisme...

 

   - Il y a aussi les différences d'origine économique ...Dans un pays comme la France ayant prôné l'égalité dans sa Déclaration des Droits de l'Homme et des Citoyens de 1789, il y a de plus en plus d'inégalité, et le fossé s'accroît entre les riches  ...de plus en plus riches ...et ayant la faculté de trouver des paradis fiscaux, ...et les pauvres de plus en plus pauvres, en raison de la persistance, voire de l'accroissement, du chômage, en dépit des efforts et des promesses des gouvernements...

 

   La question est donc posée : la France autrefois unie est-elle en instance d'imploser ?...Il y a des signes inquiétants ...comme par exemple un rapport sur l'intégration commandé par le 1er Ministre actuel, et concluant à la nécessité d'un "multiculturalisme", en particulier à celle d'assumer sa dimension "arabo-otientale" ...Et après, on va s'étonner que de nombreux Français se replient sur leurs clochers, en votant pour les élections municipales puis européennes en 2014, et pourquoi pas en 2017 pour un "Front National" ...La Fraance doit-elle se replier frileusement sur elle-même et ses valeurs supposées, ou doit-elle s'ouvrir au monde au point d'y perdre son identité ?...

 

(*) Voir Alain Finkielkraut - L'Identité malheureuse - Ed.Stock 2013

            Revue Historia - Les Français contre les Français - Spécial n° 16 Mars-Avril 2014

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Politique Intérieure
commenter cet article
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 17:44

   L'Ukraine est à la pointe de l'actualité, où elle apparaît comme un enjeu entre "l'Orient" et "l'Occident", ce qui n'est pas nouveau puisque le nom même "d'Ukraine" signifiant "marche" (*) lui a été donné par les Russes venant de l'Est au 17ème siècle et que l'impératrice Catherine II d'origine allemande y avait fait venir au 18ème siècle des compatriotes, donc venant de l'Ouest, pour mettre en valeur les riches terres à blé de cette région...

 

   Car l'Ukraine est effectivement un pays de "marche" autant par la géographie que par l'histoire :

   - Sur le plan géographique, elle est à la limite occidentale - marquée par la chaîne des Carpathes - des grandes plaines qui s'étalent jusqu'à la lointaine Sibérie orientale au delà des vallonnements de l'Oural qui n'a jamais été une frontière naturelle...

   - Sur le plan historique, elle a toujours été prise entre l'Ouest - où elle a été  rattachée au royaume lithuano-polonais successivement disputé entre l'Empire d'Autriche et le Royaume de Prusse - et l'Est, où elle est tombée sous la férule des Russes et fut même intégrée après la Révolution de 1917 dans l'URSS...

 

   Il n'y a donc rien de surprenant à ce qu'il y ait maintenant un conflit entre la partie orientale de l'Ukraine, devenue largement russophone ...et comportant de grandes richesses minières, et la partie occidentale utilisant un langage proche du polonais et possédant une richesse surtout agricole ...Conflit d'autant plus compréhensible qu'avant l'implosion de l'URSS et la proclamation de son indépendance par l'Ukraine en 1991, l'ancien secrétaire du Parti communiste de l'Ukraine Nikita Krouchtchev devenu le membre éminent du gouvernement de l'URSS lui avait fait le cadeau empoisonné de la Crimée peuplée surtout de Russes ...Il en est résulté qu'après une période de collaboration entre les deux parties de l'Ukraine, il y ait eu finalement rupture entre Viktor Ianoukovitch, leader pro-russe devenu Président en 2010, et son opposante Ioulia Tymochenko, qu'il fit même emprisonner ...Situation d'autant plus grave que Viktor Ianoukovitch s'est alors comporté en potentat, usant de corruption et de clientélisme, se faisant même construire un domaine au luxe insolent, ...ce qui explique en partie les manifestations de Février 2014 dans l'Ukraine occidentale, et notamment à Kiev, et le désir de la population d'un rapprochement avec la communauté européenne ...Mais la destitution de Viktor Ianoukovitch par le Parlement ne pouvait pas être acceptée facilement par le Président russe Vladimir Poutine, soucieux de conserver l'influence russe sur cette "marche" qu'est l'Ukraine et n'étant certainement pas étranger à la sécession en cours de la Crimée pro-russe par rapport au nouveau gouvernement pro-occidental de l'Ukraine...

 

   Le drame de l'Ukraine, c'est d'être un pays de "marche"...

 

(*) Une "marche" doit être entendue au sens de "province-frontière d'un Etat", dont le responsable était autrefois un "marquis" (en français) ou un "margrave" (en allemand)

 

 

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Polit. internationale
commenter cet article
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 15:16

   Le centenaire de l'année 1914 est, en cette année 2014, déclinée de toutes les façons ...Mais, jusqu'à présent, il a servi surtout à évoquer la 1ère Guerre mondiale qui avait commencé en 1914 ...C'est donc une excellente idée qu'a eue la revue L'Histoire, dans son numéro de Février 2014, de s'intéresser à un homme qui a été en France, au début du 20ème siècle, un apôtre de la paix et a tout fait alors pour éviter la guerre ...Jean Jaurès ...un homme qui, d'autre part, est considéré comme un des fondateurs du Parti Socialiste, créateur du journal L'Humanité, bien avant que ce journal ne soit, après sa mort, annexé par le Parti Communiste lors de sa scission avec le Parti Socialiste au Congrès de Tours en 1920...

 

   Rien ne prédestinait pourtant Jean Jaurès à ce rôle éminent ...Né le 3 septembre 1859 à Castres, il appartenait à une famille bourgeoise de province, à la fois laborieuse, honnête et patriote, et beaucoup de ses membres faisaient alors une carrière militaire ...Lui-même a été un brillant élève, admis, après des premières études à Castres, au Lycée Louis-le Grand à Paris, puis à l'Ecole Normale Supérieure, avant d'être reçu à l'agrégation de philosophie et d'enseigner au Lycée d'Albi, puis à la Faculté de Toulouse ..., C'est alors qu'il se lance dans la politique en 1885, étant élu comme le plus jeune député à 26 ans ...Mais il ne l'est que comme membre du Parti Républicain libéral dit "opportuniste" groupé autour de Jules Ferry, ...et il est même à cette époque rebuté par l'extrêmisme du groupe socialiste ...C'est aussi l'époque de l'Affaire Dreyfus et il est de ceux qui croient devoir dénoncer le comportement d'un officier félon...

 

   Ce n'est que dans les années 1890 qu'il se radicalise ...Façon de parler, puisque le "radicalisme" est alors un parti politique de tendance gauche modérée attachée à la propriété tout en voulant le progrès social ...Donc, plutôt, il se "socialise", mais ce n'est assurément pas pour se rallier au marxisme avec la notion de "lutte des classes" ...En fait, il devient, comme l'indique le sous-titre de la revue L'Histoire, le partisan d'un "socialisme du possible" ...Il s'indigne contre les mesures répressives qui suivent les attentats anarchistes, notamment celles consécutives à l'assassinat du Président Sadi Carnot (24 juin 1894), il s'élève contre le massacre des Arméniens par les Turcs dans un discours à l'Assemblée (3 novembre 1896) ...et il se range finalement avec les "Dreyfusards" après la parution du "J'accuse" d'Emile Zola dans le journal L'Aurore (13 janvier 1898) ...Sur le plan des idées, il est certes opposé au capitalisme et à ses méfaits apparaissant dans la situation misérable des ouvriers, mais il substitue à la notion de "lutte des classes" celle de la "Société fraternelle", autrement dit de la justice sociale ...Pas question de "dictature du prolétariat", ni du "grand jour" ! ... C'est dans ce but d'équité qu'il domine alors le parti socialiste unifié, appelé Section Française de l'Internationale Ouvrière (SFIO)...

 

   Pour lui, la Société fraternelle n'est concevable qu'avec la Paix dont elle ne peut être que la garante, et il engage donc toutes ses forces pour la défendre, ...dans un contexte où le nationalisme l'emporte, avec le désir de prendre sa "revanche"  après la Guerre de 1870 et de reprendre l'Alsace et la Lorraine (Moselle en fait) ...C'est un grand orateur, ce qui compte beaucoup à l'époque, et il est capable de parler pendant des heures à l'Assemblée comme devant les foules ...On l'appelle même "Saint-Jean-Bouche d'or", et  il parle autant avec sa bouche qu'avec ses gestes, le bras levé, le doigt accusateur ...Il devient alors pour certains esprits exaltés, qui ne supportent pas son pacifisme confondu avec la lâcheté, la "grande gueule" qu'il faut abattre ...Et il est abattu par Raoul Villain devant le café Le Croissant à Paris le 31 juillet 1914 ...Le 2 août 1914, la France mobilisait ...Jean Jaurès avait été à la fois le "dernier mort de la paix" et le premier mort de la guerre" ...Quant à Raoul Villain, il fut emprisonné pendant 5 ans, au grand scandale  de ...la Ligue des Droits de l'Homme ...et il sera jugé ...non coupable ...et acquitté le 29 mars 1919 ...il ménera alors une vie aventureuse ...et sera lui-même assassiné par un anarchiste espagnol à Ibiza en 1936 ...!?!...

 

   Il se produisit alors ce qui se passe souvent quand des personnalités en vue disparaissent tragiquement, comme le seront plus tard Gandhi et Martin Luther King ...On leur voue un culte ...Les cendres de Jean Jaurès furent transférées au Panthéon en 1924 ...Et on fait maintenant référence à lui depuis tous les horizons politiques ...De Gaulle "a salué sa mémoire" à Carmaux (25 mars 1960), Mitterrand a déposé une rose rouge sur sa tombe au Panthéon (21mai 1981), Sarkozy reproche à la gauche d'avoir renié Jaurès (12 avril 2007) ...Hollande, juste avant l'élection présidentielle, fleurit sa statue à Carmaux et rend hommage à "celui qui fut capable d'allier l'idéal et le réel" (mai 2012) ...Et en France, il y a 2354 voies portant le nom de Jean Jaurès...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Personnalités
commenter cet article
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 16:28

   Il en va des hommes comme des autres êtres de la nature ...Il y a des chats qui s'installent d'autorité sur leurs genoux, et d'autres qui sortent leurs griffes contre eux ...Il y a aussi des chiens qui les suivent à en être collants, et d'autres qui leur montrent les crocs à la moindre occasion...

 

   Dans l'Histoire, il en a été de même ...Il y a des prophètes qui, comme Jésus-Christ, ont invité les hommes à s'aimer les uns les autres ...et il y a ceux qui, au nom même de Jésus-Christ, se sont fait la guerre ...Il y a ceux qui, comme Napoléon 1er en 1802 ont voulu imposer la paix et se sont retrouvés sans cesse en guerre ...Il y a ceux qui, après une 1ère Guerre mondiale en 1914-1918, ont créé la Société des Nations, mais n'ont pas pu empêcher une 2nde Guerre mondiale ...Et après celle-ci, l'Organisation des Nations Unies a vu le jour, mais elle n'a pu éviter la multiplication des guerres locales, une nouvelle Guerre mondiale n'ayant pas eu lieu seulement par peur d'un désastre nucléaire ...Et il y a l'adage bien connu : "Si tu veux la paix, prépare la guerre"...

 

   Il en est de même dans le cas particulier de la France ...On ne répétera jamais assez qu'elle est "le pays des Droits de l'Homme", et, à ce titre, elle devrait donc donner l'exemple de "l'amour du prochain" ...Certes, elle a déjà été capable de mouvements charitables comme l'a rappelé la célébration récente de l'action de l'Abbé Pierre et des Pélerins d'Emmaüs ...Mais ce n'est pas un mouvement d'ensemble ...Comme le disait le Président Georges Pompidou en 1970, "les Français ne s'aiment pas" ...et ils ne se pardonnent pas ...On peut rappeler que, lors de la 2nde Guerre mondiale, les "collabos" ont traqué sans pitié les "Résistants" ...puis les Résistants - surtout de la dernière heure - ont traqué les "collabos" ...Une roue qui tourne sans fin...

 

   Et elle tourne toujours ...Ainsi, une majorité de Français s'était prise de sympathie, voire d'amour à tort ou à raison - , pour Nicolas Sarkozy en 2007 ...En 2012, une autre majorité ne pouvait plus le sentir ...Arrive François Hollande avec ses promesses ayant largement contribué à son élection ...La société française allait changer pour le bien de tous ...On allait enfin s'aimer ... Que nenni !...On renâcle contre le mariage pour tous dont l'expression même signifiait l'amour généralisé, ...on ne veut pas bloquer les avancements de fonctionnaires, qui sont pourtant l'expression de la gratitude, ...on s'indigne de la restriction des droits des cheminots à faire bénéficier leurs familles au sens large de la gratuité des transports, qui était pourtant la traduction d'un amour mutuel dans cette corporation ...On s'en veut et on se menace, comme les enfants à l'école : "Tu verras à la récré !" ...Bientôt , il va y avoir des élections ...et déjà , plutôt que de rechercher l'union en cette période de crise, il en est qui se hasardent imprudemment à dire : "Je sais ce que je vais faire à la prochaine consultation électorale"...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Morale
commenter cet article
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 15:22

   Le jeu de mots est facile ...et certainement pas très heureux ...mais il a l'avantage de résumer les questions que l'on peut se poser à propos de l'actuel Premier Ministre du gouvernement de la France...

 

   Il ne s'agit bien entendu que de l'homme "public", car il n'y a rien à dire sur l'homme "privé" en dehors des informations que toute personne peut connaître, et, en l'occurrence, ce n'est pas entrer dans son intimité que de rappeler qu'il est né le 25 janvier 1950 - il vient donc d'avoir 64 ans - qu'il s'est marié en 1971 et a eu deux enfants, qu'il a fait ses études primaires dans un institut catholique, puis des études secondaires au lycée public de Cholet et des études supérieures à l'Université de Nantes, avant de devenir Professeur d'allemand au lycée de Saint Herblain ...Il s'inscrit alors au Parti Socialiste sous l'égide de François Mitterrand, devient Maire de cette ville en 1977, puis Maire de Nantes en 1989...

 

   C'est comme Maire de Nantes qu'il se fait connaître, en réalisant des aménagements divers (tramways, Mémorial de l'esclavage...), ce qui le conduit à devenir le Président du Syndicat Intercommunal de l'agglomération nantaise en 1982, puis le député de la 3ème circonscription de cette agglomération  en 1986 ...Il est désormais le "héraut" du Parti socialiste dans la région, et ceci d'autant plus que son refus de réunir le département de Loire-Atlantique à la Bretagne a un certain retentissement ...L'autorité acquise lui vaut d'être élu en 1997 Président du groupe socialiste à l'Assemblée Nationale passée à droite en 1995, et d'y être d'ailleurs renouvelé trois fois sous les présidences successives de Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy...

 

   Alors, en mai 2012, François Hollande est élu Président de la République ...Il est possible qu'ayant alors suivi une carrière politique parallèle à ce dernier il ait noué des relations d'amitié avec lui ...Toujours est-il que François Hollande, devenu Président de la République, le nomme Premier Ministre, faisant donc de lui le "héros" un peu inattendu de la scène politique ...Du moins, il devait être cet héros, car François Hollande avait proclamé pendant sa campagne électorale, à la fois dans ses "60 engagements pour la France" et dans sa controverse entre les deux tours avec son prédécesseur Nicolas Sarkozy, quil "ne s'occuperait pas de tout" comme ce dernier, et qu'il laisserait largement le champ libre à son Premier Ministre, comme le prévoit d'ailleurs la Constitution de la 5ème République, affirmant dans son article 20 que "le gouvernement détermine et conduit la politique de la nation" et "que le Premier Ministre est seul responsable devant le Parlement"...

 

   Le problème est que François Hollande, devenu Président de la République, a, comme son ancien prédécesseur et modèle François Mitterrand,  enfilé les habits du fondateur Charles De Gaulle et s'est mis à conduire sans coup férir la politique de la nation ...Ce n'était pas une affaire de "droite" et de "gauche", puisque Pompidou, avec Chaban-Delmas puis Messmer, Giscard d'Estaing avec Chirac, puis ce dernier - hors cohabitation avec Jospin - avec Raffarin puis Villepin ("J'ordonne, il exécute" ...), enfin Sarkozy avec Fillon ("collaborateur"...) n'avaient pas fait autrement ...Jean-Marc Ayrault aurait pourtant dû se méfier, car François Hollande, lors de sa controverse entre les deux tours n'avait pas dit, en bon socialiste soucieux de concertation, "Nous, socialistes, nous ...etc", mais "Moi, Président, je ...etc", reprenant de nombreuses fois cette formule, comme un leitmotiv... Le résultat est que maintenant les Français, y compris de nombreux socialistes s'interrogent sur le rôle de Jean-Marc Ayrault et, à travers son cas, sur l'utilité même du Premier Ministre ...Car, manifestement, il n'est plus rien, Il n'est plus qu'un ..."z'éro"  tout au plus  chargé de problèmes secondaires ou locaux...Et ce n'est pas par hasard qu'on chuchote, à l'occasion d'une défaite annoncée aux prochaines élections municipales, qu'il y aura un changement de Premier Ministre, ....et que ...les ambitieux du Parti socialiste ne se bousculent pas pour ce poste, louchant plutôt sur celui de Président de la République en 2017 en raison de l'impopularité actuelle de François Hollande rendant sa ré-élection problématique ...Et Jean-Mard Ayrault n'en est pas...

 

   Ni héraut, ni héros, zéro ...Ah ..les bizarreries de la destinée !...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Politique Intérieure
commenter cet article
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 16:55

   A en juger par le titre donné par la revue Sciences et Avenir de janvier-février 2014 à sa couverture ..." Ce que savaient les civilisations disparues" ..., et en lisant les articles correspondants, il n'est pas interdit de conclure qu'effectivement ..."on n'a rien inventé" !...

 

   Bien entendu, cette conclusion est excessive car l'époque contemporaine a tout de même effectué des découvertes majeures, ne serait-ce que dans le domaine de la médecine qui a permis une prolongation considérable de la vie moyenne des humains ...ou dans le domaine de la physique avec la fission de l'atome qui a permis un accroissement majeur des ressources énergétiques ...même si, dans ces deux cas, des utilisations condamnables ont pu être faites...

 

   Néanmoins le temps n'est plus où, conformément au livre de l'écrivain français Ernest Renan à la fin du 19ème siècle, on pouvait croire à "L'Avenir de la Science", en ce sens qu'elle allait apporter une compréhension de plus en plus élaborée du monde ...Les savants ont maintenant beaucoup plus de modestie pour cet avenir, comme ils en ont d'ailleurs aussi vis-à-vis du passé, du moins quand ils ont la possibilité de le connaître, car une grande partie de l'héritage des connaissances d'autrefois a été perdue à travers les siècles...

 

   Ainsi on a retrouvé des tablettes de la Mésopotamie antique remontant à plus de 2 millénaires avant JC et révélant que déjà des "savants" avaient établi une liste des étoiles et des constellations dont ils tiraient des conclusions sur l'organisation du monde ...La Bible judéo-chrétienne en donne d'ailleurs un témoignage légendaire avec les "Mages" (qui n'étaient pas des Rois...) ayant suivi une étoile au firmament ...Plus concrètement, ils avaient établi les premiers calendriers reposant sur les mouvements apparents du Soleil et de la Lune ...Et il est frappant de constater que dans le "nouveau" monde découvert au 15ème siècle, les Amérindiens avaient eux aussi fait des analyses et élaboré des calendriers...

 

   Pour la découverte du "Nouveau Monde", les navigateurs ayant suivi le Gênois Christophe Colomb avaient justement utilisé la boussole, qu'ils n'avaient pas inventée puisqu'elle leur était venue des premiers rapports des Européens avec l'Extrême-Orient ...Et quand, plus tard, au 18ème siècle, le navigateur français Bougainville découvrit la Polynésie, les autochtones en avaient depuis longtemps une connaissance empirique ...et , avec leurs pirogues ils étaient capables de dépasser facilement à 20km/h les bateaux à vole ...Même remarque pour la découverte de la route maritime vers l'Asie, par le Cap de Bonne Espérance, du navigateur portugais Barthélémy Diaz toujours à la fin du 15ème siècle, ...les Phéniciens de l'actuel Liban avaient déjà fait le tour de l'Afrique vers 600 avant JC..., à en croire le témoignage du Grec Hérodote qui, à ses contemporains incrédules, expliquait qu "ces marins étaient partis avec le Soleil se levant à gauche et étaient revenus avec le même Soleil se levant à droite"...

 

   Dans le domaine de la médecine, on retrouve les Amérindiens car, lorsque les Espagnols ne cherchaient pas à les massacrer, ils leur apportaient des remèdes pour toutes les maladies tropicales décimant leurs troupes ...Et il apparaît, avec les momies des anciens Incas du Pérou, que ceux-ci étaient capables de procéder à la chrirurgie du crâne ...Certes, ces anciennes civilisations étaient sanguinaires, mais dans ce domaine les Européens ne pouvaient que difficilement leur donner des leçons...

 

   Et il y a à la fois mieux et plus ancien encore ...Les hommes de la Préhistoire avaient élaboré des outils sophistiqués ne se résumant pas aux seules "pierres taillées" et "pierres polies" ...Ils avaient des instruments ressemblant à des "couteaux suisses", avec des pointes, des éléments pour râcler, des trous pour redresser les objets tordus, des aiguilles à chas pour coudre, etc ...On a également retrouvé des parures faites dans des coquilles de mollusque ou de l'ivoire, prouvant que leur savoir n'était pas eulement consacré à ce qui était nécessaire pour vivre, mais aussi à la beauté et à l'élégance...

 

   Dans un autre domaine, qui est plus abstrait et pourrait donc apparaître comme l'apanage de civilisations supérieures, comme les mathématiques, l'Egypte antique avait découvert le nombre "Pi" et les civilisations de la Mésopotamie connaissaient le "Zéro" ...D'ailleurs , il fallait à l'époque avoir des connaissances élaborées dans le calcul pour construire les Pyramides et les Ziggourats...

 

   De même, et cette fois dans l'Extrême-Orient, les civilisations anciennes comme celles de la Chine, du Japon ou de l'Empire Khmer, savaient maîtriser l'eau, notamment pour la culture du riz, et élaboraient déjà des bassins, des barrages et des terrasses ...En Inde, on a retrouvé des vestiges antiques prouvant que les occupants d'alors savaienr construire des cités en damier avec des maisons à étages...

 

   Et que dire de ces oiseaux gigantesques dessinés dans le sol du Pérou, où des "esprits" portés vers le para-normal ont voulu voir des pistes d'atterrissage d'extra-terrestres, ...des statues de l'ïle de Pâques regardant vers l'inconnu ...et, en Europe même, les cercles magiques de Stonehenge ?...

 

   Non vraiment, on n'a rien inventé !...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Sciences
commenter cet article
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 16:26

   En cette période où un pouvoir socialiste appllique à nouveau en France sa tradition viscérale de tout réglementer, qu'il s'agisse des problèmes dits "sociétaux" comme le mariage pour tous ou l'euthanasie,  ...c'est un vrai paradoxe que le déréglement soit, dans la société, plus grand qu'il n'ait jamais été, notamment dans un domaine aussi concret et urgent que le logement...

 

   En effet, puisqu'on commémore, avec la manie bien française des anniversaires, le soixantenaire de l'appel du 1er février 1954, à l'antenne de Radio-Luxembourg, de l'Abbé Pierre s'indignant alors qu'une femme, ayant pour tout papier d'identité un arrêté d'expulsion de son logement, soit morte de froid sur les tristes pavés de Paris, ...comment comprendre qu'il y a encore au 1er février 2014 ...10 millions de Français touchés par les problèmes de logement, dont 3.500.000 vivant dans des espaces réduits, vétustes et souvent privés de chauffage et d'eau courante ...et 143.000 sans domicile fixe, et vivant dans des bidonvilles autour des grandes villes ?...

 

   Il y avait eu pourtant des progrès entre 1945 et 1975 quand, pour faire face à l'accroissement démographique - le fameux "boom" de la natalité - on avait multiplié les constructions de logements, certes souvent inesthétiques et quelque peu concentrationnaires  - les HLM - qui avaient pourtant le mérite de mettre les gens à l'abri avec un minimum de confort ...Or, à nouveau, apparaissent les mêmes symptômes qu'après la 2ème Guerre mondiale, ceux d'une "précarisation" de la société, avec de plus en plus de gens trouvant un abri sous les ponts, à l'encoignure de maisons de "rapport" ou sous des tentes distribuées dans l'urgence par des associations caritatives ...Des statistiques révèlent que 9 millions de Français vivent avec "moins de 977 € par mois", ...et comme, bien entendu, ils n'ont pas les moyens d'acheter un logement, même à tempérament, et qu'ils ne peuvent même pas en louer - puisqu'il faut pour cela avoir un revenu régulier, ce que beaucoup d'entre eux n'ont pas, puisqu'ils vivent au mieux de contrats à "durée déterminée" ou de "petits boulots" ou d'expédients divers ou même d'aumône, ils vivent ...dehors, ce qui est insupportable par temps froid ...Et ce n'est pas seulement le lot de personnes âgées, puisque la télévision montre aussi des jeunes dans cette situation ...Triste France !...

 

   Est-à dire qu'il n'y a pas assez de logements disponibles ? Certes pas ...Il y en a ...Mais dans une viille comme Paris, ils atteignent, même pour des chambres de bonne, des prix exorbitants à l'achat ou à la location ...Et ce n'est pas un problème propre à Paris, puisque les statistiques montrent également que 10 % de la population française détient 50 % du patrimoine immobilier ...La France est peut-être encore un pays de liberté, mais cette liberté est toute relative quand il y a si peu d'égalité et de fraternité...

 

   Et puisqu'il ne faut pas compter sur un grand élan de générosité, on peut au moins espérer que le pouvoir socialiste prendra vraiment en charge le problème, puisqu'il augmente les impôts diminuant les moyens des citoyens et que ceux-ci sont donc en droit d'espérer une contrepartie .. Il faut rappeler que François Hollande lui-même, alors candidat en 2012, avait écrit dans le 22ème de ses 60 engagements :

   "Je veux faire construire plus de logements ...Dans les zones où les prix sont excessifs, je proposerai d'encadrer par la loi les montants des loyers lors de la 1ère location ou à la relocation. Je mettrai en place pour les jeunes un dispositif de caution solidaire. J'agirai pour que soient construits au cours du quinquennat 2,5 millions de logements intermédiaires, sociaux ou étudiants, soit 300.000 de plus que lors du quinquennat précédent, dont 150.000 logements très sociaux, grâce au doublement du plafond du livret A. Je renforcerai la loi SRU, en multipliant par cinq les sanctions qui pèsent sur les communes refusant d'accueillir les ménages aux revenus modestes et moyens. Je porterai à 25 % les exigences en matière de construction de logements sociaux et je favoriserai la mixité sociale en imposant la règle des trois tiers bâtis : un tiers de logements sociaux locatifs à loyer modéré, un tiers de logements en accession sociale, un tiers de logements libres."

 

   Qu'en est-il ?...Certes, devenu Président, il a créé un ministère du Logement, et, même si la Ministre concernée, ancienne infirmière, n'était peut-être pas la personne la plus qualifiée, ses conseillers ont incontestablement commencé le travail ..7000 places d'hébergement ont été créées en 2012 et 2013 ...C'est mieux que rien ...La trêve hivernale des expulsions est, cette année, prolongée jusqu'au 31 mars 2014 ...C'est heureux ...pour les malheureux ...Mais les propriétaires ont reçu des garanties puisqu'n compensation des mesures coercitives contre le "marchands de sommeil"  ils bénéficient d'une protection contre les loyers impayés ...Bien sûr, il faut du temps pour mener à bien une action, mais il y a urgence, et le domaine du logement n'est pas un domaine où le Président Hollande peut se permettre d'affirmer qu'il ne devra être jugé qu'au terme de son mandat en mai 2017 ...Il ne faut pas tomber dans la manie du réglement, mais il faut tout de même ...un minimum de réglement ...pour éviter le déréglement...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Economie et Société
commenter cet article
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 00:00

   Les jours se suivent et se ressemblent en ce sens qu'il y a de nouveau un éditorial  - cette fois de Michel Urvoy - dans le journal Ouest-France du mercredi 22 janvier 2014 sur le problème du cumul des mandats qui, il est vrai, fait l'objet actuellement d'un débat au Parlement :

 

De L'intérêt du non-cumul

 

 

Petite révolution ou affichage ? Dès les municipales de mars et, a fortiori, pour les législatives de 2017, les élus devront choisir entre un mandat de parlementaire et un mandat exécutif local. En votant le non-cumul, les députés concluent, cet après-midi, un long feuilleton à rebondissements 

 

C’était une promesse du candidat Hollande et un souhait de l’opinion, toujours prompte à vilipender le train de vie de ses élus. Pourtant, que de freins, que d’obstacles, notamment au Sénat, pour mettre fin à cette exception française ! En politique, rien n’est possible sans volonté, parfois pour contraindre ses propres amis.

Dans ce débat, il y a de vrais arguments : il ne faut pas de parlementaires hors sol, déconnectés des attentes des citoyens ; on défend mieux sa ville, son département, sa Région en ayant ses entrées dans les ministères qu’en restant chez soi. Et il y en a d’inavouables : deux mandats valent mieux qu’un, surtout pour le salaire.

La principale conséquence sera que les élus disposeront de plus de temps, les uns pour légiférer, enquêter, contrôler le gouvernement. Les autres pour gérer leur collectivité.

Pratique inaugurée sous la Monarchie de Juillet, le cumul a explosé sous la Vè République. Contrairement aux autres grandes démocraties, où il est largement encadré, le non-cumul est même devenu l’exception.

Pour une raison principale : aucun autre pays ne compte autant d’élus locaux à se partager aussi peu de pouvoirs. Il y a un lien direct entre la centralisation du pays et l’empilement des fonctions. On peut donc supposer que leur désempilement appelle une décentralisation

Si nos parlementaires disposent de plus de temps, ils n’auront plus besoin d’être aussi nombreux. 600 députés et sénateurs actifs devraient suffire là où on en compte aujourd’hui 920. Pour peu qu’ils soient élus avec une petite dose de proportionnelle, on peut imaginer que le blason des députés en sortirait un peu redoré.

Il faut surtout que la fonction locale devienne une fonction totale, dotée d’un statut. On ne peut pas exiger des élus disponibles et compétents, payés au lance-pierres, sans pouvoirs et assis sur un siège éjectable. Mais on ne peut pas récompenser leur travail si on n’enrichit pas leur fonction elle-même.

On pourrait mieux payer un maire s’il était le « patron » d’un canton ou d’un pays que s’il reste l’élu sans pouvoir d’un village sans ressource. On pourrait plus aisément exiger de représentants qu’ils ne cumulent pas s’ils exercent des compétences élargies, des pouvoirs accrus, des responsabilités fiscales.

On apprécierait mieux leurs actions s’ils géraient des attributions claires, qui ne seraient plus noyées dans le magma de la « compétence générale ». Il faut en finir avec ces enchevêtrements qui empêchent de comprendre ce que fait chacun, et qui coûtent cher parce que chacun fait la même chose que l’autre, pour un même projet ou pour un même dossier d’entreprise.

Cette affaire de non-cumul rend encore plus nécessaires la décentralisation et l’intercommunalité promises par François Hollande. Elle peut même être le levier d’un projet majeur qui profiterait à l’élu et, surtout, à la démocratie et aux comptes publics.

 

  On ne peut qu'être d'accord avec cette analyse mais, puisque la conclusion évoque un "projet majeur", on doit souhaiter que celui-ci intègre le non-renouvellement d'un mandat au delà de deux, ce nombre étant raisonnable pour assurer la continuité d'une action, mais un nombre supérieur conduisant à la "professionnalisation" de la politique, alors que celle-ci doit rester ouverte à tous les citoyens...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Politique Intérieure
commenter cet article
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 16:06

   La France étant, comme chacun sait, la patrie des Droits de l'Homme, n'est manifestement pas celle des Droits de la Femme, comme chacun feint de l'ignorer, du moins en France...

 

   A ce titre, et une fois de plus, un éditorialiste du Journal Ouest-France, Pierre Cavret, résume fort bien le problème dans son Commentaire du 20 Janvier 2014:

 

   Mixité, parité, égalité...

 

   Ne cherchez pas, c'est peine perdue. Vous ne trouverez pas, en France, la trace d'une femme à la tête d'une entreprise du CAC 40. On peut s'en réjouir quan, outre Atlantique, en amont de la nomination de Janet Yellen à la tête de la Fed, Général Motors décide de confier les clés de sa maison-mère à Mary Bara; Une révolution ? une première dame dans le monde très masculin de l'automobile ? Errur de casting ? Que nenni.

 

   De NewYork à la Silicon Valley, les patronnes en exercice y sont légion. Yahoo, Pepsi, DuPont de Nemours affichent cette "normalité" même si les Marissa Mayer, Indra Nooyi ou Ellen J.Kullman ont dû batailler ferme pour gagner leurs galons. Alors, s'il ne s'agit pas d'envie et de compétence, comment expliquerle désert managérial que traversent les Françaises autrement que par les mentalités et les comportements ?

 

   Ce déficit de femmes à la tête de nos fleurons industriels et de nos administrations centrales est l'illustration d'une France corsetée dans des fondamentaux poussiéreux. Les clichés de l'homme, valeur-étalon du monde économique (et politique), perdurent depuis le 19ème siècle. Nous sommes au 21ème siècle et les faits sont là. Tenaces...

 

   Comment faire sauter les verrous au moment où le débat - très large et transversal - sur l'égalité homme-femme revient aujourd'hui à l'Assemblée nationale avec, en toile de fond une bataille relancée autour de l'IVG ?

 

   A l'heure où, parallèlement, le gouvernement présente la mixité professionnelle comme une priorité pour 2014, l'OCDE annonce, sur le strict plan comptable, que la Franve pourrait gagner 0,5 point de croissance à condition de gommer l'inégalité dans l'accès à l'emploi entre les femmes et les hommes  : "L'admission des femmes à l'égalité parfaite serait la marque la plus sûre de la civilisation et elle doublerait les forces intellectuelles du genre humain" ...Stendhal l'a écrit en son temps. Le droit des femmes reste un combat permanent.

 

   Un Graal promis aux hommes ?

 

   Sans jouer les porte-voix d'u féminisme pur et dur, le match serait-il perdu d'avance pour des "Anne Lavergeon" ou des "Christine Lagarde" en puissance qui refuseraient, à raison, de s'auto-exclure de la course au pouvoir, au motif qu'elles seraient le pivot de la famille ? De brillantissimes n°2 ou 3 degrands groupes, sorties majors des Grandes Ecoles, ont des visions à proposer.

 

   Pourquoi n'atteindraient-elles pas   en nombre l'étage ultime, ce Graal promis aux hommes par le système ? Cette difficulté dans l'accès de nos élites féminines à des postes suprêmes (y compris dans le public malgré la récente nomination d'une femme à la tête de la ...police judiciair) trouve racine dans les gènes sexistes du monde du travail. Un monde où l'inégalité salariale homme-femme, estimée à 27 % dans le privé, est aussi le fruit de l'inégalité des progressions de carrière.

 

   500 entreprises ont été mises en demeure récemment pour n'avoir pas corrigé ces écarts de traitement et il y a des avancées dans la composition des Conseils d'Administration d'entreprises publiques. Mais on est loin encore de la parité, ici ou là, alors que les femmes représentent 40 % de la population active mondiale.

 

   En France, la route est longue, Mesdames, avant d'égaler la Norvège, le modèle européen. Et c'est un comble qu'il faille en passer par des lois (une demi-douzaine depuis 1970) pour arrêter des principes dictant la place qui doit vous revenir. Allons, Messieurs, un petit effort !...

 

   Le problème est justement que la France ne sait faire le plus souvent que des lois ...et, qu' en dépit de ses prétentions au progrès, elle est d'un conservatisme forcené ...

 

   NB : Comble de l'ironie ...L'auteur du commentaire et celui du présent article sont des hommes...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans La femme
commenter cet article