Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 15:23

   Toujours à la recherche d'une nouveauté pouvant relancer un quinquennat en difficulté, le Président François Hollande  a rouvert le débat sur la Réforme administrative de la France ...Vieille histoire ! ...C'est même un "serpent de mer" qui ne cesse de ré-apparaître depuis plus d'un siècle...

 

   A l'origine, il y avait la division de la France d'Ancien Régime en "provinces" remontant à l'époque de ...Charlemagne qui avait alors partagé son Empire en territoires confiés à ses chefs de guerre en échange de leurs services - l'ost - sous forme de "marquisats"(sur les marches, c'est-à-dire la frontière), de "comtés" et de "duchés" (suivant leur importance) ...mais en raison de l'affaiblissement de l'autorité de ses successeurs dans l'Empire, puis des rois dans la Francie occidentale devenue la France, ces territoires étaient devenus pratiquement indépendants ...Et il avait fallu plusieurs siècles à la nouvelle dynastie capétienne pour rétablir l'autorité royale sur ces territoires, qui étaient ainsi redevenus des "provinces" (du latin vincere "vaincre", résultat de la conquête)...

 

   Mais ces provinces n'avaient au 18ème siècle qu'une importance très inégale, avec une administration variée (Pays d'Etat et Pays d'Election), et, lors de la Révolution, l'Assemblée Constituante en 1790 voulut assurer une administration à la fois cohérente et à la portée des citoyens : c'est ainsi qu'elle créa les "départements" (mot venant de "départir", c'est-à-dire partager) dont les noms furent le plus souvent empruntés au réseau fluvial (ex: Somme, Loire, Rhône, Lot-et-Garonne,etc...) et secondairement à la situation géographique (Nord, Pas-de-Calais, Finistère), au relief (Cantal, Puy-de-Dôme, Hautes et Basses-Alpes,etc...), à un golfe maritime (Morbihan), ou à l'Histoire (Savoie et Haute Savoie) ...Ils avaient été conçus en reprenant souvent les limites des ...diocèses religieux, de sorte que les citoyens puissent en cas de besoin aller au Chef-lieu (capitale départementale) et en revenir en une journée à cheval ou en voiture hippomobile ...Evidemment, les progrès des transports ont rendu ces raisons caduques, mais les Français - plus conservateurs qu'on ne le croit couramment - restent attachés à leurs départements qui ont conservé des dimensions "humaines", ...et ceci au point d'en avoir parfois changé dans la 2ème moitié du 20ème siècle les noms jugés désobligeants : la Loire-Inférieure (quelle honte!) est devenue Atlantique, et la Seine-Inférieure (ne voulant pas être en reste) ...Maritime .. Le comble du ridicule aurait été atteint si, suivant le voeu de certains "bons" (?) esprits, l'Ille-et-Vilaine avait été re-baptisée pour cause d'atteinte à la beauté ...l'ennui ayant été qu'en utilisant la rivière allant vers la Manche - la Rance - on avait encore un qualificatif fâcheux ...Rien de nouveau sous le soleil d'ailleurs, puisque l'Assemblée Constituante avait déjà dû renoncer, à la demande des représentants concernés, à la dénomination du département des "Deux -Lays" (à côté des "Deux-Sèvres" ) qui aurait prêté à rire et fut remplacée par le nom de Vendée qui allait s'illustrer d'une autre manière ...

 

   Il n'en est pas moins vrai que la division départementale avait perdu de son intérêt, surtout avec la "décentralisation" ayant pour effet de confier aux Conseils Généraux et Régionaux des responsabilités accrues, avec la conséquence d'un partage complexe des compétences et d'une augmentation exponentielle des fonctionnaires territoriaux ...Il y avait déjà eu la création des Préfets "Igames" en 1948 pour la représentation de l'Etat , dont le territoire d'action préfigurait les futures Régions, ...puis la réforme , liée à la décentralisation, de Gaston Deferre en 1972, portant création de 22 Régions ... Cela aboutit en 2009, sous la Présidence de Nicolas Sarkozy, à la Réforme Balladur ramenant le nombre des Régions à 15, mais elle ne fut pas mise oeuvre, ...de sorte qu'on est resté à ce qu'il est convenu d'appeler le "mille-feuilles" administratif ...Il y eut même une tentative de tout changer en créant des "Pays", à mi-chemin en quelque sorte entre les Départements et les Régions, regroupant les territoires ayant une relative unité économique et sociale mais étant déchirés entre des limites artificielles, à l'image du Pays de Redon actuellement partagé entre 3 départements (Ille-et-Vilaine, Loire-Atlantique et Morbiha et 2 Régions (Bretagne et Pays-de-Loire) ...Mais cette réforme respectant les réalités humaines était trop intelligente et lésait trop d'intérêts, et elle été oubliée...

 

   Alors, comme Boileau a dit  pour la littérature au 17ème siècle quand "Malherbe vint", ...le Président François Hollande est venu en ce début du 21ème siècle pour la Réforme administrative de la France ...Il projette de réaliser la réduction à 15 Régions : il y aurait la Bretagne annexant la Loire Atlantique, la Normandie regroupant la Haute et la Basse du même nom en souvenir de Guillaume le Conquérant, la Bourgogne-Franche-Comté, etc ...etc... Pourquoi pas ? ...Si du moins, on aboutit à avoir moins de fonctionnaires et des compétences claires, avec des regroupements permettant de réelles économies ...Après tout, on peut alléger "l'administration" sans trop gêner la population qui, à l'époque d'Internet a d'autres moyens de communication que d'aller au chef-lieu général ou régional pour règler ses problèmes ...Mais...

 

   ...Mais il se trouve que 21 des 22 Régions et une majorité des Départements sont détenus par des majorités socialistes ...et certains "Grands- Manitout" ont déjà formulé leurs réserves, ...à commencer par le 1er Ministre lui-même, Jean-Marc Ayrault, qui ne veut pas entendre parler d'un rattachement de "son" Département d'origine, la Loire-Atlantique, à la Bretagne ...Alors, il va falloir que le Président Hollande soit plus royaliste que le Roi, c'est-à-dire de moins en moins "socialiste" et de plus en plus "libéral" ...Un "tournant" de plus, ce qui fait qu'on tourne en rond, si la Réforme administrative voit le jour, ce qui reste à démontrer...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Politique Intérieure
commenter cet article
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 16:24

   Ce n'est pas la 1ère fois que le Président Hollande est "attendu" ...Il l'a d'abord été à la suite de son élection en mai 2012, fondée sur ses "60 engagements pour la France" ...et des promesses qu'il avaient faites - "Moi, Président ...- lors de sa confrontation avec son concurrent alors en place, Nicolas Sarkozy ...Il a été attendu de nouveau à l'occasion de ses deux premières conférences de presse le 13 novembre 2012 et le 16 mai 2013 ...Et, plus récemment encore, le 31 décembre 2013, dans le cadre des voeux de Nouvel An 2014, il s'était même montré précis en plaidant contre "un Etat trop lourd, trop lent, trop dur" et de façon plus inattendue en tendant la main aux chefs d'entreprise...

  

   Alors, il était vraiment attendu à sa troisième conférence de presse le 14 janvier 2014, des journaux comme Le Figaro ou Ouest-France ayant même inscrit en 1ère page le même titre : " Hollande attendu au tournant " ...Or, comme chacun sait par expérience, il faut se méfier d'un tournant, car on peut y déraper ...Qu'en a-t-il donc été ?...

 

   - Il y a d'abord eu de la part de François Hollande une réponse sur sa vie privée ...Ce domaine a évidemment toujours existé pour les responsables d'un pays ...Naguère, sous la monarchie, ceux-ci n'hésitaient pas à afficher leurs "liaisons" ...Henri II avec Diane de Poitiers ...Henri IV, le "Vert-Galant", avec 33 maîtresses ...recensées, dont Françoise de Montmorency et Gabrielle d'Estrées ...Louis XIV avec 13 ...recensées , dont La Vallière, La Montespan et La Maintenon ...Louis XV avec 16 ...recensées, dont Mme de Pompadour et Madame du Barry ...Mais, à l'époque, les mariages étaient "arrangés" sans considérations personnelles, et les rois trouvaient des "compensations" ...Plus tard, sous la 3ème République, il y a eu aussi des "passades", mais curieusement elles n'étaient pas "publiées", comme si la République se voulait plus "morale" ...On connaît l'anecdote de Félix Faure dont le maître de cérémonies, craignant un malaise, demande : "Le Président a-t-il encore sa connaissance ?" ...Non! elle est partie par l'escalier de service !"...Et cette "morale" était devenue un usage, avec les Présidents qui se sont succédés depuis le début de la 5ème République ...et qui n'ont certes pas tous été des "modèles de vertu" ...Manifestement, on n'en est plus là, et, dans notre époque de voyeurisme et de trous de la serrure, on a "l'esprit large (?) et on fait connaître ...Naguère, à la fin de son 2ème mandat, Mitterrand lui-même avait fait connaître sa liaison secrète et sa fille Mazarine Pingeot ...Maintenant, on n'attend même plus l'accord du Président, on fait connaître sa vie privée à son insu et sans en référer ...La réaction du Président Hollande est donc légitime : "Chacun dans sa vie personnelle peut connaître des épreuves ...J'ai un principe ...Les affaires privées se traitent en privé" ...Et, en l'occurence, on ne peut avoir que de la sympathie quand on apprend que sa compagne Valérie Trierweiler a eu un malaise (tentative de suicide?) à la nouvelle d'une liaison possible de François Hollande et d'une certaine Julie Gayet ...

 

   - Il y a ensuite ce qui était l'essentiel et aurait même dû être l'exclusive, à savoir les affaires publiques de la France ...Dans ce domaine, il y a beaucoup à dire, mais il faut rester objectif et appliquer tout à la fois la formule de Beaumarchais ..."Sans la liberté de blâmer, il n'y a pas d'éloge flatteur" ...et son contraire ..."Sans la liberté de louer, il n'y a pas de blâme haïssable" ...Et en l'occurence, le Président Hollande s'est montré bon pédagogue, et il a mêmé été convaincant sur certains points :

   - 1.Vouloir la baisse des charges des entreprises n'est certes pas un évangile de la "gauche", et cette volonté est une marque de courage, car elle ne risque pas de faire remonter la popularité du Président qui stagne actuellement à 26 %, même si, à long terme - ce que ne perçoit pas nécessairement l'opinion - cette mesure peut entraîner une relance économique et donc une baisse du chômage qu'il a toujpours souhaité...

   - 2.Vouloir diminuer les dépenses publiques, et notamment simplifier le "mille-feuilles" administratif avec ses niveaux multiples (communes, départements, régions et Etat) et un partage complexe des compétences où "même une chatte ne reconnaît pas ses petits" ...ne peut que soulever le mécontentement des élus, dont beaucoup de ...socialistes ...Portant cette mesure serait la juste compensation de la mesure précédente, puisqu'à la diminution des recettes publiques correspondrait une diminution des dépenses publiques...

   -3.Vouloir une loi pour "terminer sa vie dan s la dignité" est remettre l'accent sur un sujet difficile qui partage l'opinion puisque, notamment dans un cadre religieux, une partie de celle-ci reste résolument hostile à l'application de la Loi Léonetti de 2005, notamment en ce qui concerne le "droit de laisser mourir" favorisant les soins palliatifs...

 

   Néanmoins le Président Hollande est resté imprécis sur les moyens pratiques de parvenir à la réalisation de ses intentions ...Toujours le même problème, qu'avaient connu ses prédécesseurs, et qui est celui de la Dette publique ...Reduire celle-ci alors qu'on continue à pratiquer une politique certes généreuse, mais coûteuse, comme les "emplois aidés" ?... Compter sur le redressement de la conjoncture, mais la remontée de l'indice de croissance aux Etats-Unis et par contrecoup dans les pays de l'OCDE, n'est encore qu'un "frémissement" ?...

 

   Le Président Hollande a solennellement affirmé qu'il était un "social-démocrate" ...Pour une oreille exercée, cela veut dire qu'il n'est plus un ..."socialiste" , mais ...un "social-libéral ...comme naguère Schroeder en Allemagne qui se porte actuellement mieux que la France, en dépit de son insuffisance démographique et d'une immigration importante venue de l'est ...Est-ce cela que l'on attendait ?...

 

 

 


 

 

 

 


Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Politique Intérieure
commenter cet article
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 23:26

   Les Français ont le culte des hommes illustres auxquels "la Patrie est reconnaissante" et, à ce titre, les restes de 70 d'entre eux sont hébergés sous le dôme du Panthéon, ...ce qui ne signifie pas que les restes de tous les hommes illustres s'y trouvent, parce que certains comme Mirabeau ou Marat y sont entrés et sortis ...et que d'autres ont expressément décliné cet honneur de leur vivant, comme De Gaulle ayant voulu être enterré dans sa chère Lorraine où sa "Croix" a d'ailleurs été édifiée ...Mais il y a un homme qui est resté à part, puisque ses restes reposent sous un autre dôme pour lui tout seul, le dôme de l'Hôtel des Invalides, où son tombeau dispute à la Tour Eiffel et à la Cathédrale Notre-Dame de Paris la curiosité des touristes ...C'est Napoléon 1er.

 

   Et les Français ont un autre culte, celui des anniversaires, et, en l'occurrence, celui des centenaires ...Et il se trouve que l'année 2014, qui a déjà inspiré de nombreuses publications sur la 1ère année de la Guerre 1914-1918, il y a un siècle, ...inspire aussi actuellement le souvenir de l'année 1814, il y a deux siècles, ...qui avait été celle de la 1ère abdication de Napoléon 1er et de son exil à l'Ile d'Elbe, avant son retour des Cent-Jours et la 2nde abdication entraînant son exil dans l'Ile de Sainte-Hélène perdue au sud de l'Océan Atlantique, mais où il dicta le "Mémorial" qui contribua largement à fonder la "Légende Napoléonienne" et à symboliser le "césarisme", c'est-à-dire le pouvoir fort opposé aux divisions politiques...

 

   Est-ce donc un hasard si la Revue Historia vient de publier un Numéro Spécial consacré à "Napoléon, la Gloire et la Honte" ? ...Faut-il y voir, en cette période actuelle faite d'incertitudes et de désillusions, la nostalgie d'un pouvoir fort, toujours latente quand l'opinion se lasse des atermoiements et des querelles politiques, comme elle l'a fait à diverses reprises et avec des fortunes diverses d'abord pour Napoléon III, le neveu de Napoléon 1er, le Général Boulanger, Clémenceau, Mendès-France, et bien entendu De Gaulle...

 

   Il est certain que Napoléon 1er reste un exemple, même si sa "gloire" ne doit pas cacher la "honte", car, s'il a réalisé une oeuvre considérable, il n'en a pas moins suscité un cortège de malheurs ayant pesé sur les régimes qui lui ont succédé :


   - La "Gloire" ...oui ...A l'intérieur, en France, il a créé des institutions qui demeurent encore ...Il avait d'ailleurs lui-même déclaré : " La Nation, qu'est-ce ? des grains de sable ...Nous n'aurons pas la République, si nous ne jetons pas sur le sol quelques masses de granit" ...Et c'est ainsi qu'il a créé avec une commission de juristes le "Code Civil" réglementant les principes hérités de la Révolution de 1789 (liberté individuelle, droit de propriété, etc...) sans toutefois aller jusqu'au droit des femmes restant soumises à l'autorité du père de famille ...Il a créé aussi la "Légion d'Honneur", substituant ainsi à la noblesse acquise par hérédité la hiérarchie du mérite, avec l'intention initiale d'en faire un corps d'Etat au service du pays ...Et il a créé encore les "Lycées" destinés à former la jeunesse, du moins celle de la bourgeoisie, de façon d'ailleurs très militaire, sans aller jusqu'à la généralisation de l'école primaire pour tous pour laquelle il faudra attendre les lois de Jules Ferry de 1881...Enfin il créa un "Etat", moderne pour l'époque, avec une structure centralisée par l'intermédiaire de Préfets de département et de Sous-Préfets d'arrondissement, assistés de Conseils n'ayant qu'un pouvoir consultatif ...Par ailleurs, il rétablit l'économie en revoyant le système bancaire, en émettant une monnaie forte (le Franc Germinal) et en lançant de grands travaux (routes impériales, pont d'Austerlitz, Arc de Triomphe ...et même des villes comme Napoléon-Vendée, qui deviendra La Roche-sur-Yon, et Napoléon-Ville, qui deviendra Pontivy) ...Et il mit fin aux querelles religieuses par la signature du Concordat qu'il imposa au Pape Pie VII en 1801...

   ...A l'extérieur, en "général" averti n'ayant pas oublié la misère de l'armée d'Italie en 1796, il dota la France d'un appareil militaire qui va lui permettre de remporter, disent les chroniqueurs, plus de 200 batailles, petites et grandes, dont la plus célèbre est Austerlitz le 2 décembre 1805, compensée, il est vrai, par le désastre final de Waterloo le 18 juin 1815 (deux dates symboliques qui  reviendront dans l'histoire de la France...) ...Il faut convenir qu'il n'avait pas voulu faire une guerre sans fin et qu'il a dû faire face à des coalitions sans cesse renaissantes des monarques d'ancien régime de l'Europe, à l'instigation de son ennemie jurée, l'Angleterre, maîtresse des mers et ne voulant pas de l'unification de l'Europe espérée par Napoléon au nom des idées de la Révolution et pour laquelle il avait conclu la Paix d'Amiens le 27 mars 1802...

 

   - La "Honte" ...Hélas ! ...A l'extérieur, même s'il n'a pas voulu la guerre, il a assurément contribué à la mort de plus d'un million de soldats de ses rangs, et bien entendu d'un nombre inconnu de morts chez ses adversaires, sans compter les victimes civiles ...Et il n'a pas accordé d'attention particulière à l'enterrement des morts et aux soins aux blessés, ce qui n'apparaîtra qu'avec la "Croix Rouge" d'Henry Dunant sous le Second Empire de son neveu Napoléon III...

   A l'intérieur, alors qu'il se voulait le continuateur de la Révolutiuon, il a institué ue dictature de fait en voulant tout contrôler : l'imprimerie est un monopole d'Etat jugulant la presse ...La police est renforcée sous l'autorité de l"implacable Fouché ...L'opposition populaire est réprimée (émeutes de Caen 1812) et l'opposition monarchiste est brisée (exécution de Cadoudal, assassinat du Duc d'Enghien 1804 ..."Plus qu'un crime, une faute"...)...La justice rétablit la marque au fer rouge et l'amputation du poing ...Les communautés juives sont encadrées, des dispositions étant prévues pour qu'elles se limitent au commerce et au prêt à intérêt, comme sous l'Ancien régime ...Aucx colonies, l'esclavage aboli par la Convention en 1794 est rétabli, notamment aux Antilles après l'épisode du noir Toussaint-Louverture, où des populations sont déportées, même si cette mesure ne donne pas lieu à une politique d'extermination, comme certains historiens l'ont laissé entendre, faisant de Napoléon 1er un précurseur d'Hitler ...Il recrée une noblesse impériale, sous couvert de récompenser les mérites de ses subordonnés les plus éminents, avec des titres  ...Même sa famille, tout en bénéficiant de ses faveurs, devait être aux ordres, à l'exception de Lucien Bonaparte, qui, après l'avoir aidé dans son coup d'état du 18 brumaire, préféra s'exiler aux Etats-Unis...

 

   Alors, ...finalement, ...que penser de Napoléon 1er ?...Un homme illustre, certes !... Mais un grand homme ?...cela reste à voir ...Lui-même tire la leçon car, conscient d'avoir eu un destin extraordinaire où, parti de rien, il est monté au plus haut niveau pour retomber ensuite au plus bas dans une île lointaine, ...il a dicté dans le "Mémorial" la phrase suivante : "Le martyre me dépouille de ma peau de tyran ...Si Jésus n'était pas mort sur la croix, il ne serait pas Dieu !"...

 

 

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Personnalités
commenter cet article
1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 16:20

   " Le Jour de l'An" est une expression incertaine, car tous les jours sont ...des jours de l'an, et il est donc déjà plus précis de lui substituer l'expression "le Nouvel An", qui marque plus clairement le passage d'un an à un autre...

 

   Ce passage résulte, comme chacun sait, de la rotation de la Terre autour du Soleil qui s'effectue en fait en 365 jours un quart, ce "quart" n'étant pris en compte, pour éviter un désordre du calendrier, que tous les 4 ans dans une année bissextile de 366 jours (*), le jour étant la durée de la rotation de la Terre autour d'elle-même...

 

   Mais ces particularités n'expliquent pas pour autant que le "Jour de l'An" soit fixé au 1er janvier ...C'est seulement un usage qui a amené "l'Occident" à le lier dans l'hémisphère Nord 10 jours après le solstice d'hiver du 21 décembre, c'est-à-dire au jour (au sens de la lumière) est le plus court de l'année, la nuit étant alors la plus longue ...S'y ajoute pour "l'Occident" le fait qu'il s'agit aussi de la période la plus froide de l'année, en raison de la courbe apparente du Soleil plus basse sur l'horizon, due à l'inclinaison de l'axe de rotation de la Terre par rapport à l'écliptique ...Er c'est l'inverse pour l'hémisphère sud ...où le Père Noël a non seulement la tête en bas ...mais doit crever de chaleur dans sa houppelande en Australie ! ...Ce n'est pas simple !...

 

   Et c'est même encore plus compliqué si l'on veut passer de la géographie à l'histoire ...et se souvenir que le "Jour de l'An" s'est baladé joyeusement (c'est le cas de le dire en raison des réjouissances qui le marquent) dans le calendrier ...En "Occident", il y a eu d'abord le calendrier julien, du nom de Jules César qui l'institua en - 45 avant JC, le jour de l'an étant alors fixé au 1er mars, ce qui explique que les 4 derniers mois de l'année soient "numérotés" de 7 à 10 (Septembre, Octobre, Novembre, Décembre) alors qu'ils sont maintenant situés de 9 à 12 ...Car le calendrier fut réformé en 1582 par le Pape Grégoire XIII qui, en raison de la prédominance de l'Eglise à l'époque, voulut avancer le jour de l'an au 1er janvier pour éradiquer la vieille croyance païenne au "Sol invictus", c'est-à-dire le "Soleil qui monte", le Soleil qui va apparaître à l'est de plus en plus longtemps jusqu'au solstice d'été du 21 juin ...le Soleil Levant ...Ce n'est par hasard que le Japon a été ainsi défini...

 

   Quoi qu'il en soit, en raison de la prédominance de "l'Occident" dans l'histoire de la découverte du monde, le calendrier avec un jour de l'an le 1er janviers'est généralisé ...Mais cela ne s'est fait que progressivement ...Ainsi, en France, sous Charlemagne, en raison de la collaboration avec l'Eglise (couronnement par le Pape à Rome en 800), l'année commençait effectivement à la fête fixe de Noël le 25 décembre ...Puis, avec les Capétiens directs, elle commença le jour de la fête mobile de Pâques, ce qui était évidemment incommode ...Finalement, c'est le Capétien Valois Charles IX qui imposa le 1er janvier par l'Edit du Roussillon en 1564 ...Mais, dans le reste du monde, les calendriers furent longtemps différents, avec des jours de l'an divers : le plus ancien fut le calendrier chinois, puisque l'année occidentale 2000 a été en fait pour lui l'année 4697 ...et le calendrier musulman, quant à lui, est le plus récent, puisque l'année occidentale 2000 était l'année 1420 (Hégire) ...A noter que ces calendriers sont toujours pratiqués de façon restrictive pour des raisons religieuses et traditionnelles, même si, pour la vie courante, le calendrier occidental s'est généralisé...

 

   Dans tous les cas, le "Jour de l'An", quelle que soit sa position dans le calendrier, et quel que soit le calendrier, a toujours donné lieu à des "fêtes" ...La notion de "fêtes" est en effet attachée au calendrier, en raison du souci ancien des hommes de se se mettre sous la protection de "forces supérieures" : les dimanches sont les "jours du Seigneur", certains jours de semaine sont consacrés à Jésus (Ascension) ou à la Vierge (Assomption) ...Et tous les autres jours du calendrier sont consacrés à des Saints, soit tous les Saints d'un coup (Toussaint), soit des Saints privilégiés par des traditions (...s'il pleut à la Saint Médard, il pleuvra 40 jours plus tard, à moins que Saint Barnabé ...), soit encore par sa position dans l'année, comme Saint Sylvestre, qui fut un fils de prêtre (...), d'abord persécuté par les Romains avant l'adoption du christianisme par Constantin en 313, puis élu Pape qui régna 22 ans avant de mourir le ...31 décembre 335, ce qui lui valut "post mortem" d'obtenir la palme du dernier jour de l'année...

 

   Ainsi la boucle est bouclée ...Bonne Année ...A l'année prochaine !...

 

 

 (*) En fait il ne s'agit pas exactement d'un quart, ce qui entraîne une correction séculaire

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Temps
commenter cet article
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 14:43

   Avant la fin de l'année 2013, que le Président Hollande avait fixée comme échéance pour sa promesse d'inversion de la courbe du chômage, il faut malheureusement constater que celle-ci ne s'est pas inversée, ...au contraire , puisqu'apès une baisse modeste mais incontestable en Octobre, surtout grâce aux "emplois aidés" (- 20.500), cette courbe est repartie à la hausse en novembre (+17.800) ...Mais la réalité n'est pas simple, au point même de devenir incompréhensible, à en juger par un éditorial du Figaro du 26 décembre 2013 :

 

Le chômage repart à la hausse en novembre

Une douche froide. En novembre, le nombre de chômeurs inscrits à Pôle Emploi en catégorie A (celle regroupant les inscrits n'ayant exercé aucune activité) a augmenté de 17.800 personnes, annulant quasiment la baisse d'octobre (-20.500). Or c'est sur cette catégorie que le gouvernement a fondé sa promesse d'inversion de la courbe du chômage d'ici la fin de l'année... Pire, le chômage des jeunes, dont François Hollande a fait sa priorité, est lui aussi reparti à la hausse en novembre en catégorie A (+2300).

Pour faire bonne figure, le ministère du Travail préfère communiquer sur des tendances sur plusieurs mois. «Sur les deux premiers mois du quatrième trimestre, soit octobre et novembre, l'évolution est à la baisse, de 1350 en moyenne par mois» lit-on dans le communiqué. Factuellement, cela est vrai. Mais le ministère en tire une conclusion pour le moins optimiste en déclarant que «l'inversion de la courbe du chômage est donc bel et bien engagée en ce quatrième trimestre de 2013» !

En réalité, la hausse du chômage, après avoir ralenti tout au long de 2013, semble avoir atteint un palier. Un palier où les mois de hausses et de baisses s'enchaînent. D'ailleurs en novembre, le nombre de chômeurs ayant exercé une activité réduite (catégorie B et C) a baissé, tandis qu'il avait augmenté en octobre. Mais il est trop tôt pour parler d'inversion. D'ailleurs l'Insee voit le taux de chômage continuer à progresser, passant de 10,9% au troisième trimestre 2013 à 11% à la mi-2014.

 

    On savait déjà que les chiffres annoncés chaque mois sont inférieurs aux chiffres réels, dans la mesure où beaucoup de personnes en âge d'activité ont renoncé depuis longtemps à émarger à Pôle Emploi et vivent de "petits boulots " le plus souvent "au noir", avec la complicité d'employeurs échappant ainsi aux charges sociales ...Mais, pour autant, comment le Président Hollande peu-il justifier sans une véritable acrobatie qu'il a réussi son pari ?...Et si on lui fait le crédit de dire vrai en cette fin de décembre 2013, comment peut-on envisager l'avenir pour 2014 et, à fortiori, pour les années suivantes ? ...A cet égard, Yves Morvan, Professeur des Universités, apporte une analyse intéressante dans son "Point de vue" paru dans le journal Ouest-France du 26 décembre 2013 :

 

   L'Ouest, la croissance et le chômage

   Les récentes publications révèlent que la fameuse "diminution" du taux de chômage d'octobre de la catégorie A a été plus nette en Normandie et en Bretagne(-1,2%) ou dans les Pays de Loire (-1,6 %) qu'au niveau national (-0,6 %) ...De là, on est tenté de déduire que si les destructions d'emplois ont été moins fortes chez nous, c'est que la production y a connu un moindre recul. En sens inverse, on est aussi tenté d'avancer que toute reprise future devrait suffire à règler les problèmes de chômage ? Or rien n'est si simple.

   D'abord, parce qu'on sait depuis longtemps qu'on peut produire sans nécessairement embaucher plus : ainsi bon nombre d'entreprises possèdent encore des réserves de productivité de leur main d'oeuvre ; en outre, il est courant qu'un accroissement de production s'accompagne d'un remplacement plus ou moins brutal de l'homme par des machines ; une étude au sein d'une région de l'Ouest a montré que le progrès technique était, à lui seul, responsable de 40 % du chômage constaté depuis 5 ans. Pire : la désindustrialisation à l'oeuvre, ainsi que la croissance continue de la population active désireuse de travailler n'arrangent rien à l'affaire.

   Ensuite, pour que la croissance produise de réels effets positifs sur l'emploi, il faudrait savoir sur quelles activités elle repose. Chance : les actvités dominantes dans l'Ouest sont plutôt demandeuses de beaucoup d'emplois. Il faudrait surtout qu'elle atteigne des des taux suffisamment élevés - de 4 à 5 % au moins - pour réduire durablement le chômage structurel. Or ceci se révèle pratiquement impensable de nos jours : les opportunités offertes par les impressionnantes innovations de la dernière "révolution industrielle" peinent encore à ouvrir d'importants marchés rentables. Souvent faute de demande solvable.

   Conséquence : Il faudra donc chercher ailleurs que dans une hypothétique croissance effrénée les solutions pour renouer avec l'emploi ...Non, tout n'a pas encore été - suffisamment - essayé. Certes, bien des séries de mesures providentielles ont djà été mises en place, avec des succès inégaux. Mais des voies restent à explorer plus en avant au niveau national, surtout quand on constate que l'idée de l'emploi à durée indéterminée, mono-employeur et à temps plein est souvent dépassée : promotion d'une politique de flexi-sécurité "à la française", baisse de la durée effective du travail...

   Au niveau des régions, surtout, des marges de manoeuvre subsistent : réduction des empilements de structures chargées d'orienter l'emploi, développement plus poussé des politiques d'alternances et d'apprentissage, implication plus grande des partenaires sociaux, facilitation des mobilités professionnelles et géographiques. Et, surtout, politiques de développement des compétences et des qualifications, en relation avec les orgabnismes locaux de formation, passant nécessairement par un travail au sein des entreprises elles-mêmes : la réforme récente de la formation professionnelle constitue-t-elle vraiment ce bouclier des plus efficaces contre la poursuite d'un d'un sous-emploi lancinant ?

 

   De quoi réfléchir !...Et qui en aura le courage ?...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Politique Intérieure
commenter cet article
17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 15:32

   Reprenant le nom ...grec d'un temple romain construit et consacré à "tous les dieux" aux 1er et 2nd siècle après JC, le Panthéon de Paris a été édifié entre 1764 et 1780 par l'archirecte Soufflot pour être ...la nouvelle Eglise Sainte-Geneviève ...Voulant alors rompre avec la tradition gothique des églises, il s'était inspiré du style monumental de ce temple romain avec une façade de colonnes surmontées d'un fronton triangulaire et avait surmonté l'ensemble d'un dôme à l'image de celui déjà élevé au 17ème siècle pour l'Hôtel des Invalides (*) ...Mais il avait rapidement perdu son caractère religieux en raison de la Révolution de 1789 ...et avait été consacré ..."Aux Grands Hommes, la Patrie reconnaissante" ...Mirabeau, mort sur ces entrefaites, en avait été (du moins ses restes...) le 1er bénéficiaire, mais - la Roche Tarpéienne étant près du Capitole - il en avait aussi été un des premiers expulsés avec Marat, quand on avait découvert qi'il avait eu une correspondance et reçu des subventions du Roi Louis XVI...

 

   Hommage, même relatif,  aux Grands Hommes ...Certes, mais est-ce-à dire, puisqu'il n'était pas question des "Humains", mais bien des "Hommes", ...que le monument était réservé aux hommes , à l'exclusion des "Femmes" ?...Il y avait le précédent de la Déclaration des Droits de l'Homme d'Août 1789, qui ne concernait pas les femmes considérées comme des mineures au même titre que les enfants, les femmes n'ayant accédé aux droits civiques qu'avec l'ordonnance du Général De Gaulle en 1944 ...Et, de fait, il n'y avait eu au Panthéon jusqu'à présent que deux exceptions, celle de la femme de Marcellin Berthelot disparue le même jour que lui en 1907 et que l'on n'avait pas voulu séparer dans la mort ...Et Marie Curie morte en 1934, après avoir reçu deux Prix Nobel (Physique 1903 et Chimie 1911) et déjà transférée en 1995 ...Mais c'était tout , et donc bien peu ...alors que dans l'histoire de France il y avait tout de même un certain nombre de "Grandes dames" comme ...Catherine de Médicis (une étrangère, il est vrai...)  ...ou encore Madame de Pompadour, née Poisson (mais c'était seulement une favorite !) ...ou la révolutionnaire Olympe de Gouges (qui avait rédigé une Déclaration des Droits de la Femme et des citoyennes !) ...Et évidemment, il ne pouvait être question de Jeanne d'Arc, puisqu'elle avait officiellement été brûlée à Rouen en 1431 et ne pouvait pas avoir de restes ...

 

  Machisme inconsidéré ...et grave lacune, qu'il fallait combler ...Le problème méritait d'être étudié, en priorité assurément sur des problèmes aussi "contingents" que la situation économique ou le chômage ...C'est pourquoi un rapport a été remis en Octobre 2013 au Président de la République François Hollande, rapport suggérant de "faire entrer le peuple par le biais d'une femme (sic) ...incarnant un message fort d'engagement républicain (re-sic)" ...Pensant à l'étymologie du mot "Panthéon", on pouvait penser à des "déesses du stade", comme l'escrimeuse Laura Flessel, mais il lui manque d'être morte ...Et d'ailleurs même François Mitterrand, qualifié "Dieu" de son vivant, n'y est pas ...Inversement, il y a ceux qui ont été trop "grands" pour être "panthéonisés" , comme Napoléon 1er qui a déjà un dôme pour lui tout seul à l'Hôtel des Invalides ...et il y a ceux qui, même "grands" ont expressément fait savoir de leur vivant qu'ils voulaient être enterrés en toute simplicité dans la terre à laquelle ils étaient attachés, comme Clémenceau à Mouchamps en Vendée ou encore De Gaulle à Colombey-les-deux Eglises..

 

    Alors y-a-t-il lieu d'enterrer des femmes au Panthéon ?...Qu'auraient -elles à y gagner ?..

  (*) Pour information, voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Panth%C3%A9on_%28Paris%29

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Humour
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 16:01

   La chaîne de télévision LCP-Sénat a diffusé le lundi 9 décembre 2013 un documentaire sur "les murs dans l'Histoire" ...Documentaire original, car il s'agit d'un aspect de l'Histoire négligé dans les livres du grand public ou dans les manuels scolaires...

 

   C'est pourtant un comportement des hommes remontant à la nuit des temps que de marquer des "limites" car, depuis la Préhistoire, ils ont construit des   levées de terre, des haies de végétaux ou des murs en pierre, notamment quand les cultivateurs ont voulu protéger leurs cultures contre le passage des troupeaux des éleveurs ou les bêtes sauvages... Ces limites sont ainsi devenues un moyen de marquer "sa" propriété par rapport à celle des "autres", et ceci à tous les niveaux : d'abord au niveau individuel ou familial, puis au niveau des groupes sociaux, quels qu'ils soient, et ensuite au niveau des Etats ou des Empires ...Il y a eu les haies ou des clôtures en bois autour des champs ou des jardins, les remparts autour des châteaux ou des cités, et les frontières souvent marquées par des murailles ayant parfois des dimensions considérables, comme la "Muraille de Chine" construite à partir du 3ème siècle avant JC et s'étendant sur 5000 kms en montant et descendant suivant le relief, avec des fortins à intervalles réguliers, et ceci pour arrêter les invasions mongoles ...Plus modeste a été le "limes" construit autour de l'Empire romain vers le 2ème siècle après JC, et dont il reste quelques vestiges comme le "mur d'Hadrien" entre l'Angleterre et l'Ecosse et quelques tracés dans le secteur du Rhin...

 

   Plus tard, il y a eu en France au 17ème siècle les forteresses de Vauban ...Et Paris avait même eu son fameux château de la Bastille, conçue d'abord  pour sa défense, et devenue ensuite une prison, symbole de l'enfermement et de la séparation et par conséquent de la privation de liberté ...Et comment oublier qu'après la 1ère guerre mondiale de 1914-1918, les Français avaient construit la ligne Maginot qui devait interdire toute nouvelle invasion des Allemands, avec le résultat que l'on sait ...Ensuite, il y a eu le "Mur de Berlin", dit le "Mur de la Honte", construit par les communistes allemands du secteur oriental non pas pour défendre cette ville, mais pour empêcher leurs ressortissants de fuir vers le secteur occidental ...D'ailleurs Churchill parla alors de "Rideau de fer" ...Il y a eu aussi le Mur de Nicosie dans l'île de Chypre, construit pour séparer les populations séculairement hostiles des Grecs et des Turcs ...Il y a eu encore le 36ème parallèle entre la Corée du Nord et la Corée du Sud - en fait une série de retranchements construits par les communistes du Nord ...

 

   Et la liste n'est pas close ...puisqu'il faut citer aussi en Irlande la séparation entre les catholiques de l'Eire et les protestants de l'Ulster ...Et, en Amérique, le mur séparant le Mexique et les Etats-Unis, ceux-ci ayant voulu empêcher que les Mexicains pauvres puissent immigrer en masse chez eux, y trouvant des salaires largement supérieurs ...Enfin, il y a celui qui est peut-être le plus important par sa hauteur et sa signification, le mur construit par les Israëliens pour les séparer des Palestiniens, y compris à travers la ville de Jérusalem où on s'ignore d'une rue à l'autre...

 

   Parfois même, il n'y a pas besoin de "mur"...On s'ignore tout simplement ...On vit "entre soi" ...comme les juifs dans leurs "ghettos" qui, à l'origine, ne sont pas des prisons, mais des quartiers où ils se regroupent en raison de prescriptions religieuses pour être au plus près des synagogues, ce qui leur vaudra dans l'Histoire d'être souvent victimes de "pogroms", car les peuples n'aiment pas que certains groupes ne fassent pas comme les autres et ils les ont souvent rendu responsables des calamités, comme la peste ou la famine ...Il y a des frontières invisibles, comme par exemple entre les Wallons et les Flamands en Belgique , ...ou encore, en pleine actualité, entre les Ukrainiens de l'Est, slavophiles et proches de la Russie, et les Ukrainiens de l'Ouest aspirant au rattachement acec l'Europe...

 

  Les murs ?...Mais dans combien de villes ou de villages en France, les habitants se faisant construire une maison individuelle n'ont rien de plus pressé que de construire un mur ou un grillage ou une haie pour être séparés de leurs voisins ...On aspire à être "chez soi" ...Et pourtant, dans d'autres pays, comme les Etats-Unis, des documentaires ou des films nous montrent des propriétés  où, sur de vastes espaces, il n'y a pas le limites visibles...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans La sécurité
commenter cet article
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 15:20

   Avec un Président français qui, après bien d'autres en Afrique du Nord ou de l'Ouest, intervient cette fois en République Centre-Africaine, ...et un ancien Président noir qui disparaît en Afrique du Sud, l'Afrique est de nouveau une terre de convergence de l'actualité...

 

   Ce n'est qu'une dernière répétition depuis le temps très ancien de la Préhistoire ...quand "l'homo Sapiens" apparaissait dans le Rift oriental pour se répandre ensuite à travers le monde ..., certains archéologues supposant d'ailleurs qu'il était noir, l'éclaircissement de la peau ayant été due, au cours de ses migrations,  à l'effet d'un climat plus froid et à un changement d'alimentation ...Toujours est-il que l'Afrique a été le berceau des premières civilisations, qu'il s'agisse d'Empires tombés oubliés, faute d'écriture, dans un Sahara alors verdoyant, ...ou de l'ancienne Egypte ayant construit ses pyramides le long du Nil lors de son desséchement ...

 

   Et l'Histoire a alors suivi son cours ...Des civilisations se succèdent, où les "blancs", peut-être en raison d'une plus grande difficulté à subsister, acquièrent une technique supérieure et repoussent ou asservissent les "noirs", qu'il s'agissent des sémites, des grecs, des romains, ou des peuples venus de l'Est, comme les Arabes,  ou du Nord, comme les Européens ...Et il y aura une 1ère colonisation où les "européens" établiront des comptoirs autour de l'Afrique, pour y faire des échanges commerciaux, souvent avec des "noirs " qui n'hésitent pas à vendre des congénères razziés de l'intérieur ...ces échanges, avec la découverte de l'Amérique à la fin du 15ème siècle et la nécessité de trouver de la main d'oeuvre, aboutissant à la "traite" et à l'implantation d'esclaves noirs dans le centre et le nord du nouveau continent ...Ensuite il y aura au 19ème siècle la 2nde colonisation qui, cette fois s'étendra à l'ensemble territorial du continent africain, avec une prédominance des Anglais "maître des mers" en Afrique du Sud et de l'Est et une prédominance des Français dans l'Ouest et le Centre, le "coq gaulois" plantant ses griffes dans le Sahara alors réputé vide...

 

   Mais à partir de la 2nde moitié du 20ème siècle, se produit la décolonisation, ...et des Etats "noirs" ou "blancs" se mettent en place, ...non sans des massacres liés à la couleur de la peau, y compris entre ethnies noires comme au Rwanda en 1994 ...L'Union sud-Africaine devenue la République Sud-Africaine est alors dominée par une minorité blanche possédant par contre la majorité des terres , et qui soucieuse de ne pas être noyée par la majorité noire décide en 1948 "l'apartheid", c'est-à-dire la séparation totale des blancs et des noirs, qu'il s'agisse des terres, des quartiers des villes, des transports, etc ...Mais cette discrimination est jugée de plus insupportable par les noirs et les métis, ainsi que les indiens (dont Gandhi, avant son retour en Inde), et elle est finalement abolie en 1991 ...L'un des opposants les plus farouches, n'ayant pas hésité alors à provoquer des attentats, était un certain Nelson (en fait Madiba) Mandela, qui sera emprisonné pendant 27 ans ...Libéré, il aurait pu susciter une revanche des noirs, mais il aura l'intelligence, comme le dirigeant blanc De Klerk, de promouvoir la réconciliation, ce qui lui vaudra non seulement d'être élu Président de la République Sud-Africaine lors d'élections ouvertes à tous, sans distinction ...mais d'être reçu alors avec des honneurs ldans de nombreux Etats du monde ...et de recevoir le Prix Nobel partagé avec De Klerk ...

 

   On comprend que Mandela, devenu une "icône de la réconciliation" et même "un colosse moral", est conservé après sa retraite en 1996 toute sa célébrité et que son décès annoncé le 6 décembre 2013 ai suscité une émotion planétaire ...Et le Président Français François Hollande, qui vient d'intervenir en République Centre-Africaine pour des "raisons humanitaires", ne peut que se sentir dans son rôle en se rendant à ses obsèques...

 

(*)

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Actualité
commenter cet article
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 23:56

   Ces malades qui nous gouvernent ...Il a suffi qu'un média - en l'occurence France-Info, vraisemblablement en mal de "scoop" pour augmenter son audience - fasse connaître que François Hollande avait subi une opération de la prostate en Février 2011 pour que la rumeur "gonfle", obligeant l'intéressé , devenu Président, à confirmer cette nouvelle, après en avoir plaisanté, paraît-il, avec ses conseillers...

 

   Il en avait plaisanté certainement parce qu'il ne s'agissait, selon ses dires, que d'une "hypertrophie" de la prostate ...et que l'opération avait été bénigne et ne demandait pas de suivi médical, un éminent urologue ayant même déclaré qu'en 2012 il y avait eu 42.685 résections (!) en France sans suite notable ...Opération néanmoins utile, car elle évite aux intéressés des besoins urinaires fréquents et pressants ...On peut donc comprendre que cela pouvait être gênant pour un homme public comme François Hollande qui en 2011 était déjà candidat à la primaire socialiste ...Comme on le dit vulgairement en pareil cas, c'est tout de même un problème si alors on ne peut plus  ...pisser !...

 

   Mais il y a ce que les médias ne disent pas mais sous-entendent ...Problème de prostate qui cachait peut-être un cancer de la prostate ...Car il y a eu des précédents : De Gaulle avait été opéré de la prostate en 1964, mais à l'époque, avec ce personnage, un problème personnel de santé ne devenait pas une affaire d'Etat ...Pompidou, ensuite, avait caché son état de santé jusqu'à ce que sa maladie soit trahie par un visage gonflé par la cortisone ...Puis Giscard d'Estaing avait jugé bon d'instituer le bulletin de santé annuel, mais il ne publia jamais le sien ...Mitterrand, connaissant son cancer de la prostate, publiera des bulletins mensongers jusqu'à son opération à l'hôpital Cochin en 1992 ...Chirac, lui, ira à l'hôpital du Val-de-Grâce en 2005 pour un début d'AVC longtemps caché alors qu'il en était sorti amoindri ...Sarkozy, à son tour, ira dans le même hôpital en 2007 pour un "phlegmon", mais son état sera "jugé compatible avec l'exercice de ses fonctions" ...

 

   L'attitude des Présidents de la République depuis 1958 a donc été très fluctuante ...Mais il est vrai qu'ils n'étaient pas eux-mêmes des "médecins" et ont pu minimiser leurs problèmes de santé ou estimer qu'ils restaient "compatibles avec l'exercice de leurs fonctions"...Et il est certain qu'il ne fallait pas tomber dans le ridicule en faisant part d'un rhume, d'une grippe, voire d'une indigestion ...relevant d'une "auto-médication", dont on parle beaucoup actuellement pour faire des économies dans la Sécurité Sociale ...Et cette indifférence relative aux problèmes de santé n'a pas été une spécialité française : la Reine Victoria d'Angleterre au 19ème siècle était porteuse d'hémophilie n'affectant pas les femmes mais transmissible aux hommes, ce qui explique qu'elle contamina de nombreuses cours d'Europe ...Et on dit que le Président américain John Fitzgerald Kennedy, assassiné le 22 novembre 1963 et son frère Robert Kennedy, assassiné le 5 juin 1968, auraient pu être atteints de la maladie d'Alzheimer s'ils avaient vécu, en raison de prédispositions de leur famille, mais cela n'a évidemment jamais pu être prouvé ...Et combien de personnalités comme de simples individus ont été dans l'Histoire porteurs de maladies sans le savoir, à fortiori si ces maladies n'étaient pas connues ...D'ailleurs où se trouve la limite entre maladie et bonne santé ?...Inversement il y a des problèmes physiologiques qui ne sont pas à priori la traduction d'une mauvaise santé, comme la cécité ou la surdité, mais qui sont "invalidants" pour des personnes appelées à des fonctions éminentes de responsabilités ...Imagine-t-on des réunions nationales et internationales avec des aveugles et des sourds ?...Peut-être, diront certains, si "l'nvalidation est "corporelle" et non "intellectuelle" ..., en pensant à l'état de santé du Président américain Roosevelt à Yalta en 1945...

 

   Alors, qu'un Chef d'Etat fasse connaître son état de santé, est-ce un "bien" ou un "mal" ? La question reste posée, car elle se situe entre la vie privée et la vie publique ...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Politique Intérieure
commenter cet article
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 23:05

   Le serpent de mer ré-apparaît ...Mais oui, ce serpent de mer qui ré-apparaissait régulièrement autrefois, comme le monstre du Lochness, quand il ne se passait rien ...ou presque, au mois d'août, les Français partant en vacances ...Mais cette fois, le serpent de mer n'a rien à voir avec les vacances du mois d'août, d'abord parce qu'il s'agit du travail dominical, et ensuite parce que, le 2 décembre, ce n'est pas un coup d'Etat de dire qu'on approche de l'hiver...

 

   Le travail dominical ...Une vieille histoire, à la vérité, et même une histoire millénaire puisque, si on s'en tient à la tradition judéo-chrétienne, ...Dieu ..., après avoir travaillé pendant 6 jours pour créer le monde, se reposa le 7ème jour ...Et, comme il avait créé l'homme à son image, celui-ci lui rendit grâce en instituant le 7ème jour comme le "jour du Seigneur" ...le "Dies dominicus" ...c'est-à-dire le dimanche ...Un jour, donc, où non seulement on ne travaillait pas  mais on ne revêtait pas ses habits des jours "ouvrables", leur oréférant des habits de cérémonie ...Monsieur, sa chemise à col celluloïd et avec cravate ...et Madame ses plus beaux atours ...Bref, on "s'endimanchait" !...   I

 

   Il faut croire que le gouvernement actuel, en dépit de son attachement à la laÏcité, reste prisonnier de cette tradtion religieuse, puisqu'il se préoccupe du travail dominical ...Il est vrai qu'étant socialiste, le gouvernement socialiste se soucie par définition du bien de la société, comme il le fait par ailleurs en légiférant sur le mariage pour tous ou les rythmes scolaires, en attendant peut-être le contrôle des naissances ou l'euthanasie ...Et en l'occurrence, le gouvernement estime certainement plus urgent de s'occuper de la manière de travailler des Français que du travail à leur donner en cette période de crise économique...

 

   Cela ne veut pas dire que la question du travail dominical ne se pose pas ...En effet, le temps n'est plus où il y avait, surtout pour le travail pénible, un temps de repos vraiment nécessaire au terme d'une semaine de labeur qui pouvait atteindre 70 heures ...On en est maintenant à 35 heures, c'est-à-dire la moitié, du moins dans le domaine public, car dans le domaine privé, il n'y a pas de limite bien définie ...Et s'il n'y a plus que 35 heures, il y a évidemment beaucoup plus de "temps libre" ...Un temps libre qui reste le "week-end" - samedi et (ou) lundi en plus du dimanche - pour une grande majorité de Français ...mais qui peut se situer en d'autres jours pour des métiers surtout exercés le dimanche, comme ceux du tourisme ...Le travail du dimanche peut même être une aubaine pour certaines catégories sociales comme les étudiants qui y trouvent souvent un moyen d'y gagner l'argent nécessaire à leurs études  ...ou à leurs loisirs ...en semaine ...Le dimanche peut également être mis à profit - illégalement - par ceux qui "travaillent au noir", parfois en plus de leur travail de base en semaine ...Et il faudrait parler aussi des saisonniers, des frontaliers, etc ...Bref, le travail - notamment dominical - est un maquis, et il est néssaire d'y mettre de l'ordre...

 

   Mais ce n'est pas une raison de remplacer ce maquis issu de lois sociales multipliant les exceptions et les transgressions ...par une loi qui ne manquera pas à son tour de comporter des dérogations, ...car il ne faut oublier que la France est la championne du monde en matière de lois ...Pourquoi, vouloir faire une loi - nationale, par définition - là où il y a surtout des particularités de régions, de saisons et d'activités ?...Le Nord n'est pas la Côte d'Azur, l'hiver n'est pas l'été, et la jardinerie n'est pas un commerce de meubles ...Et si, pour une fois, au lieu de légiférer pour eux, on laissait les gens concernés discuter et décider entre eux, que ce soit pour le travail dominical ou pour d'autres domaines, ...l'Etat se contentant - et c'est déjà beaucoup - de veiller à ce que les "travailleurs du dimanche " ne soient pas exploités , avec la contrainte de faire appel à des demandeurs d'emplois souvent en surnombre, s'ils ne sont pas contents , ...qu'ils aient au contraire une compensation financière, ...et bien entendu, qu'ils soient volontaires...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Politique Intérieure
commenter cet article