Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 17:50

   Les violences qui viennent de se produire à Marseille, à l'instar de Paris et d'autres grandes villes de France, pose le problème de la sécurité intérieure des citoyens.

 

   Le problème n'est manifestement pas la conséquence d'un changement de majorité politique en 2012, puisque les violences se manifestaient déjà sous la présidence "droitière" de Nicolas Sarkozy, avant de se manifester sous celle de François Hollande ...à cette différence près que Nicolas Sarkozy avait bâti sa popularité à l'occasion d'une intervention courageuse lors d'une prise d'otages dans une école de Neuilly-sur-Seine et avait ensuite pratiqué une politique sécutitaire comme Ministre de l'Intérieur, puis comme Président , ...tandis que François Hollande, voulant "rassembler tous les Français" ( fascicule des 60 engagements, page 39) a laissé sa Ministre de la Justice, Christiane Taubira, abolir les mesures contre la récidive et libérer les délinquants non criminels sous le prétexte d'un nombre insuffisant de places dans les prisons, dont elle a réduit le plan d'extension...

 

   Il faut bien admettre maintenant que les individus fauteurs de troubles ou susceptibles de le devenir ne sont nullement sensibles à une politique "angélique" les priant de se calmer au nom de la citpyenneté, et il est tout-a-fait symptômatique que la sécurité redevient la 1ère préoccupation des Français, avant même le chômage,et que le Ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, soit en tête des personnalités "susceptibles de jouer un rôle important" dans les années à suivre, avec 43 % d'opinions favorables devant les 36 % de Nicolas Sarkozy, s'étant, il est vrai, déclaré hors course ...et les 25% seulement de la Ministre de la Justice, Christiane Taubira, à peu près au même niveau que la cote de confiance de François Hollande à 27 %...

 

   On peut évidemment s'interroger sur l'importance majeure ainsi apportée à la sécurité ...Il est certain qu'elle est un besoin fondamental et constant des hommes, qui ne peuvent pas vivre dans l'anarchie, ni même dans le trouble ou l'instabilité ...Ce n'est pas par hasard que Louis XIV fonde la monarchie absolue après la Fronde au 17ème siècle, que Napoléon instaure sa dictature après la Révolution de 1789, que son neveu Napoléon III fait de même après la Révolution de Février 1948 et les journées de juin suivantes, ...et que De Gaulle instaure la pré-éminence présidentielle par la Constitution de 1958 amendée en 1962 pour mettre fin au régime instable des partis.

 

   Mais le besoin de sécurité ne s'arrête pas à un seul pays comme la France, même si elle est un exemple caractéristisque ...Elle est ressentie aussi au niveau international, à fortiori après deux Guerres mondiales, ayant conduit les survivants et les héritiers des millions de victimes à mettre en place des institutions capable de sauvegarder la paix ...Et il est à nouveau symptômatique que l'organisme mis en place par l'ONU en 1945 s'appelle le Conseil de Sécurité ...Il est vrai que ce Conseil n'a pas les moyens de faire respecter ses décisions - quand elles peuvent être prises sans l'opposition fatale d'un membre - n'ayant pas d'armée autre qu'une "force d'interposition", ...étant alors obligé de laisser agir éventuellement des armées de pays membres, comme cela a été le cas des Etats-Unis en Indochine, afghanistan et Irak...

 

   Par ailleurs, la sécurité est nécessaire dans d'autres domaines se rapportant aux activités humaines : pas de transactions possibles des affaires , si la sécurité économique n'est pas garantie, pas de travail possible si la sauvegarde des employés n'est pas assurée, pas de système d'information viable s'il n'est pas à l'abri de l'espionnage (comme les Etats-Unis en font actuellement l'expérience), ...et pas de vraie liberté si la réglementation devient excessive, suivant le principe qu'on ne peut pas faire le bonheur des gens malgré eux ...Comment concilier la liberté et la sécurité ? ...Le problème n'est pas nouveau ... Déjà Alexis de Tocqueville, au début du 19ème siècle, l'évoquait dans son livte "De la Démocratie en Amérique" :

 "...Le souverain couvre la surface d'un réseau de petites règles compliquées, minutieuses et uniformes, à travers lesquelles les esprits les plus originaux et les âmes les plus vigoureuses ne sauraient se faire jour pour dépasser la foule ...Il ne brise pas les volontés, mais les amollit, les plie et les dirige...Il force rarement d'agir, mais s'oppose sans cesse à ce qu'on agisse...Il ne détruit point...Il empêche de naître, il ne tyrannise point, il gêne, il comprime, il énerve, il éteint,...il réduit chaque nation à n'être plus qu'un troupeau d'animaux timides et industrieux, dont le gouvernement est le berger"...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Politique Intérieure
commenter cet article
4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 16:01

   Dans ce Moyen-Orient qui a toujours été compliqué dès le début de l'Histoire connue des hommes, la Syrie a une place particulière car elle est, dans le "Croissant fertile" qui s'étend des pays du Tigre et de l'Euphrate - l'anciennne Mésopotamie correspondant à peu près à l'Irak actuel - au pays du Nil, ayant conservé son nom d'Egypte, un pays de carrefour.

 

   Et ce pays de carrefour a un caractère artificiel : d'abord il n'a pas de frontières naturelles, et le nom même de Syrie est relativement récent puisqu'il n'apparaît qu'à la la fin du 19ème siècle en ne désignant alors que la région de Damas et qu'il ne s'étendra à l'actuel territoire qu'à partir du mandat confié à la France en 1920, à la suite du démembrement de l'Empire Ottoman au Traité de Versailles sanctionnant son alliance avec l'Allemagne pendant la Guerre 1914-1918 ...Parallèlement sont créés le Liban, qui lui fut un temps annexé, et la Palestine qui n'a cessé depuis lors d'être revendiquée par les Israëliens, qui disputent également à la Syrie le plateau oriental du Golan ...Ensuite ce pays de la Syrie n'a aucune homogénéité sur le plan humain, puisqu'il comporte des ethnies nombreuses et souvent opposées (Arabes, Turcs, Kurdes, Arméniens, Grecs...), ainsi que diverses religions souvent rivales et elles-mêmes divisées en confessions différentes, qu'il s'agisse des Musulmans (Sunnites, Chiites, Druzes, Ismaëliens) ou des Chrétiens (Orthodoxes, Catholiques Melkites, Protestants, Coptes, Maronites, Chaldéens) ...Par ailleurs, les langues sont multiples car l'arabe, langue officielle, laisse souvent la place à des langues minoritaires sur la plan de la démographie, mais importantes sur le plan des affaires (anglais, français, russe, et même araméen, vestige de la langue autrefois parlée par ...Jésus-Christ)...

 

   Néanmoins, cette disparité n'aurait pas empêché la constitution d'un Etat cohérent, si ses habitants avaient surmonté leurs différences pour former une fédération, à l'image des Etats occidentaux comme la Suisse, l'Allemagne contemporaine ...ou les Etats-Unis ...Malheureusement, à peine créée, la Syrie a été le théâtre de conflits internes, marqués par de nombreux coups d'état et souvent des assassinats, comme le massacre de Hama dont Hafez-el-Assad, le père du dictateur actuel Bachir-el-Assad, s'est redu responsable ..., traduisant déjà un mépris récurrent de la vie humaine ...Qu'en l'occurrence, il y ait donc, dans le cadre de la "libérisation" actuelle des Etats musulmans, une révolte en Syrie, à l'instar de l'Egypte ou de la Tunisie, n'a pas de quoi surprendre, ... mais que dans ce pays, le dictateur se transforme en tyran sanguinaire, déjà responsable de plus de 200.000 morts et de l'exode de plus d'un million de réfugiés, et n'hésitant pas maintenant à utiliser des armes chimiques, ne peut évidemment pas être accepté par l'opinion internationale ...Mais la réaction de celle-ci est paralysée par les atermoiements, voire l'opposition, des Etats traditionnellement alliés à la Syrie pour des raisons stratégiques, à savoir la Russie et maintenant la Chine, qui privilégient ces raisons, même si les actes commis relèvent de "crimes contre l'humanité", et devraient être jugés, comme autrefois ceux des Nazis allemands au Tribunal de Nuremberg en 1945, ou ceux du Serbe Milosevic au Tribunal Pénal international de La Haye en 1992...alors avec l'accord de l'ONU...

 

   Mais l'accord de l'ONU étant cette fois impossible en raison du blocage de la Russie et de la Chine, il faut trouver une autre solution pour intervenir ...Et elle ne peut être que le fait d'une "alliance" et celle-ci, même si elle a l'accord de pays voisins comme la Turquie ou l'Arabie craignant la victoire de "salafistes", sera contestable sur le plan international ...Déjà l'Allemagne d'Angela Merkel a fait connaître son refus de participer à une expédition, suivie par l'Angleterre de Cameron s'abritant derrière un vote négatif de la Chambre des Communes ...Quant aux Etats-Unis, leur Président Obama, après avoir manifesté son désaveu des crimes commis, se retranche à son tour derrière un vote du Congrès qui ne se réunira qu'à la mi-septembre, ce qui lui permet de gagner du temps ...Il est vrai qu'en matière de respect de la vie humaine les Etats-Unis peuvent difficilement donner des leçons, après avoir été les seuls à utiliser la bombe atomique contre des populations à Hiroshima et Nagasaki, puis le "napalm" au Vietnam, et s'être ensuite enlisés dans la guerre de l'Afghanistan, puis dans celle de l'Irak contre des armes de destruction massive ...qui n'existaient pas, et on peut comprendre qu'Obama reste circonspect...

 

   Reste la France, désormais isolée parmi les "grandes" puissances ...Elle n'en serait pas à une 1ère action militaire, après ses interventions successives en Libye en 2011 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, et au Mali en 2012 au début de la Présidence de François Hollande, mais elle avait alors agi avec l'accord de l'ONU ...Ce n'est pas le cas pour une intervention éventuelle en Syrie, et la persistance d'une influence française dans ce pays ne peut constituer une raison suffisante, même si le Président François Hollande croit pouvoir se "défausser" en sollicitant un vote de l'Assemblée, à l'instar des Etats-Unis, alors que la Constitution ne prévoit qu'une consultation sans vote et que la décision appartient au Président ...Bachir-el-Assad ne s'y trompe pas en titillant dans un interview au Figaro du 3 septembre 2013 qu'il y aura alors "des répercussions pour les intérêts de la France" ...Il n'est d'ailleurs pas impossible qu'une telle action française ne rallume un feu incontrôlable dans un Moyen-Orient toujours instable et explosif ...Dans ces conditions, que viendraient faire les Français dans cette galère ?...Ce n'est pas par hasard que les avis sont partagés aussi bien à gauche qu'à droite, et qu'un sondage indique que près de 3/4 des Français sont hostiles à une intervention ...Bien sûr, il y a la "morale" ...Mais la morale existe-telle en politique, et, si elle peut exister, ne vaudrait-il pas mieux de laisser à une prochaine réunion du "G 20" le soin de l'appliquer ?...

 

  


Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Polit. internationale
commenter cet article
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 15:01

   A nouveau, le problème de la retraite refait surface en France ...Façon de parler, d'ailleurs, car il n'a jamais cessé d'être d'actualité, en raison du vieillissement global de la population résultant à la fois de la prolongation de l'espérance de vie - passée en moyenne de 25 ans en 1750 à 40 en 1850, 50 en 1900, 65 en 1950 et 80 en 2000 - et de la diminution relative de la natalité - passée du taux d'au moins 3 /1000 à environ 2 en 2000 après une baisse à environ 1,9 vers 1975, ce qui lui permet d'assurer le renouvellement nécessaire des générations, contrairement à certains pays occidentaux comme l'Allemagne...

 

   En fait, le problème de de la retraite est moins un problème démographique qu'un problème financier lié au système de répartition en usage essentiellement dans le domaine public...En effet le déficit de cesse de se creuser depuis presque un demi-siècle entre l'apport des cotisations des actifs, dont le pourcentage diminue dans la population, et la dépense nécessaire pour le paiement des pensions pour les retraités dont, au contraire, le pourcentage augmente ...Et ceci en dépit des premières réformes effectuées par les gouvernements successifs, qu'ils soient en l'occurrence de droite ou de gauche : prolongation de l'âge de la retraite de 60 à 62 ans, augmentation de la durée requise de 37 ans et demi à 43 ans pour une pension à taux plein, création de la Contribution Sociale Généralisée (CSG) et de l'Indemnité Spéciale Forfaitaire (ISF), accroissement du taux des cotisations ...Car il apparaît actuellement - ce qui était prévisible - que cela ne suffit pas, et qu'il faudra 7,3 milliards d'€ par an jusqu'à l'horizon 2020 ...Et comme la France n'a pas de pétrole ...et n'a pas d'idées non plus - puisqu'elle exclut pour des raisons écologiques l'exploitation de ses réserves non négligeables de gaz de schiste, que les énergies dites nouvelles -comme les éoliennes - restent marginales, et qu'elle ne peut pas mettre le Qatar à toutes les sauces, ...il faut bien trouver des ressources quelque part...

 

   Pour certains esprits simplistes, "il n'y a qu'à " faire payer les riches ...Certes un effort peut leur être demandé, mais il aura des limites et ne pourra suffire, et il pourrait même, en cas de charges excessives, compromettre les ré-investissements nécessaires, en l'absence ou l'insuffisance desquels le chômage ne pourrait que s'aggraver ...et le déficit s'accroître ...Dans ces conditions, quelles autres solutions trouver ?... Les pistes ne sont pas nombreuses : augmenter les cotisations des actifs et la Contribution Sociale Généralisée, mais cela ne peut que diminuer leur pouvoir d'achat ...Ce qui conduit, faute de pouvoir compter beaucoup sur les actifs et les entreprises, à compter sur un autre gisement jusque là plutôt préservé : les retraités ...Mais oui, mais c'est bien sûr, comme disait autrefois le regretté comédien Raymond Souplex ...Car les experts "découvrent" qu'en dépit de l'abattement initial sur leurs anciens salaires d'actifs les retraités ont "en moyenne" (malgré une grande disparité) 1913 € par mois, contre 2005 € pour les actifs, et que 80 % d'entre eux sont propriétaires ou accédants à la propriété (sans considération des efforts faits pour le devenir) ...Alors "il n'y a qu'à " les mettre à contribution ...Peu importe que, dans le système de répartition, le paiement des pensions ne soit qu'une restitution des cotisations payées du temps de l'activité et qu'il ne devient abusif que si les retraités ont le manque d'esprit civique de ne mourir qu'à 80 ou 90 ans, voire davantage ...Peu importe aussi que les retraités aident souvent leurs enfants quand ils sont (de plus en plus nombreux) au chômage ou qu'ils ont des salaires insuffisants ...Bref, les Français étaient en droit d'espérer que leurs problèmes en matière de retraite seraient pris en considération, et qu'une réforme  des retraites serait mise en place dans le cadre d'une concertation où toutes les catégories concernées auraient fait les concessions nécessaires, même au prix d'âpres discussions, afin d'éviter la "banqueroute" et en tout état de cause la sanction de la Commission européenne ...François Hollande, avant d'être Président de la République,  l'avait promis  dans le 18ème de ses 60 engagements, une négociation devant d'engager dès l'été 2012...

 

   Au lieu de cela, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, sous l'autorité du Président François Hollande, ne propose seulement à l'été 2013 qu'une réforme au rabais ...Pas de réunification générale du système et maintien des différences entre le Public et le Privé, avec ses régimes spéciaux inégalitaires ...Pas de relèvement de l'âge de départ à la retraite au delà de 62 ans, contrairement à de nombreux pays dépassant parfois 65 ans, sous le prétexte contestable de ne pas aggraver le chômage (les emplois de fin de carrière n'étant pas le plus souvent identiques à ceux du début) ...Par contre, imposition à tous les niveaux : hausse des cotisations pour les actifs et leurs employeurs dans tous les régimes,  et comme cela ne suffit pas, on taxe délibérément les retraités : d'abord en alignant leur CSG jusqu'à présent de 6,6 % sur les 7,5 % des actifs, puis report de la revalorisation annuelle des pensions du 1er avril au 1er octobre 2013, fiscalisation de la majoration de 10 % des parents de 3 enfants et plus ...L'objectivité commande de souligner néanmoins qu'il y a quelques éléments positifs, comme une meilleure prise en compte des trimestres d'interruption pour congés de maternité, ainsi que pour les temps partiels, et aussi la possibilité de rachat des périodes d'études supérieures  jusqu'à 12 trimestres pour les jeunes ainsi que pour les périodes d'apprentissage, et la modification du mode de calcul des pensions de ceux ayant appartenu à des régimes différents (les "polypensionnés") ...Mais cela ne fait pas une grande réforme ...C'est une fois de plus de la part de "Flamby" la stratégie de l'évitement...

 

   En clair, la montagne a accouché d'une souris, et la seule chose importante à retenir est qu'il faudra passer à la caisse...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Economie et Société
commenter cet article
25 août 2013 7 25 /08 /août /2013 12:07

     L'Histoire a toujours retenu du passé les évènements les plus importants comme les Guerres Médiques au 5ème siècle avant JC, la Guerre de Cen-Ans aux 14ème et 15ème siècles ou la Révolution de 1789 en France, ...et depuis le 20ème siècle, elle s'est intéressée à l'évolution économique et sociale dans les diverses régions du monde ...Mais elle n'a que rarement prêté attention aux paroles prononcées par les personnalités qui en ont dominé le cours alors que ces paroles ont souvent eu un effet important, voire décisif...

 

   Pour mémoire, on peut citer les paroles légendaires qui, même si elles n'ont pas été réellement prononcées, montrent l'importance qui leur a été donnée, qu'il s'agisse des propos bibliques comme le "Je suis" de Dieu parlant à Moïse ou l'affirmation de Jésus-Christ à son disciple Simon : "Tu es Pierre, et sur cette Pierre je bâtirai mon Eglise" ...Certainement plus historiques, mais non vérifiables car elles ne sont rapportées que par leur auteur, les paroles de Jules César "Alea jacta est" lors de son franchissement du Rubicon ou encore "Veni, vidi, vici " après sa campagne en Asie Mineure ...Plus tard, Constantin aurait répété avoir vu dans le ciel "Par ce signe (la Croix), tu vaincras !"...

 

   Une évocation rapide du Moyen-Age pour rappeler que Jeanne d'Arc - ayant elle-même entendu des voix (?) - aurait déclaré qu'elle allait "bouter les Anglais hors de France" ...et, dans les Temps Modernes, Henri IV aurait gagné sa popularité en voulant que ses sujets aient une "poule au pot" chaque dimanche" ...Puis Louis XIV aurait déclaré "L'Etat, c'est moi !", fondant ainsi la Monarchie absolue, tandis que son successeur Louis XV se serait résigné en confessant "Après moi, le déluge !", lequel arriva avec la Révolution de 1789 où Mirabeau s'exclama "Nous sommes ici par la volonté du peuple ..." puis Danton qui galvanisa les Français contre l'invasion étrangère par son "De l'audace, encore de l'audace, et la France est sauvée !" ...Puis Napoléon 1er qui avait déclaré "l'impossible n'est pas français", félicita ses soldats en criant " Il suffira de dire que vous étiez à Austerlitz, pour qu'on vous réponde : voilà un brave !" ...Ensuite Mac-Mahon s'étonnant, lors  d'une inondation de la Garonne, non sans ridicule, "Que d'eau !"... Et Clémenceau lançant sa boutade " La guerre est une chose trop grave pour être confiée à des militaires!..."

 

   Et puis 1940 ...De Gaulle, bien sûr, à la BBC de Londres : "La France a perdu une bataille, mais elle n'a pas perdu la guerre !" ...faisant écho à Churchill  "Je n'ai rien à offrir que du sang, du labeur, des larmes et de la sueur", tandis qu'en France, à Vichy, la voix chevrotante du Maréchal Pétain disait : "J'ai fait à la France le don de ma personne pour atténuer son malheur"...

 

   Ensuite, dans la 2ème partie du 20ème siècle, on peut à nouveau citer De Gaulle qui, du haut du Palais du Gouvernement Général à Alger en 1958, s'exclama, les bras en V, "Je vous ai compris " ...Mais aussi Martin Luther King , le 28 août 1963 aux Etats-Unis, lançant son "I've a dream!" (J'ai fait un rêve) pour affirmer l'égalité des Blancs et des Noirs, ce qui lui vaudra d'être assassiné le 4 Avril 1968 ...Et, dix ans plus tard, dans une Europe encore divisée entre L'Est et l'Ouest, s'élève la voix du Pape polonais Jean-Paul II qui, plus efficacement qu'avec des chars, va abattre le "mur" en disant simplement "N'ayez pas peur !" ...Peut-on d'ailleurs trouver meilleur exemple de la force de la parole ?...

 

   Pour le moment, certainement pas ...Le monde continue à être agité par des soubresauts comme les révoltes d'Egypte et de Syrie, mais ni les Etats-Unis - échaudés par l'échec de leurs interventions en Irak ou en Afghanistan - ni l'ONU, paralysé par le désaccord des grandes puissances telles que la Russie et la Chine, ne veulent intervenir, même si l'utilisation de gaz contre les populations reléve de "crimes contre l'humanité" ...Quant à la France, elle continue son petit jeu de l'alternance au nom d'un "changement" revenant à tourner en rond, tandis que, faute de grande voix pour réveiller les consciences, son rôle dans le monde s'efface...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans L'Histoire
commenter cet article
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 17:16

   Non, il ne s'agit pas d'un bilan des vacances qui s'achèvent, même si le nombre de Français qui y sont "partis"a été cette année en diminution sensible...


   Il s'agit du débat qui s'ouvre actuellement sur la Présidence de Nicolas Sarkozy entre 2007 et 2012. L'intéressé n'ayant pas manifesté l'intention de se présenter à nouveau en 2017, du moins jusqu'à présent, il est évident qu'il n'est pas l'auteur de cette initiative ...Mais l'hypothèse ne peut cependant être écartée, en considération de la tournée que Nicolas Sarkozy effectue auprès des principaux responsables politiques du monde ...et de l'avis exprimé par son épouse Carla Bruni déclarant de façon ambiguë "qu'un retour aux affaires" n'est pas à l'ordre du jour ...Par ailleurs, il est remarquable que Nicolas Sarkozy, sans être candidat, fait dans les sondages la course en tête des présidentiables de la droite pour 2017, alors que son vainqueur de 2012, le socialiste François Hollande, s'enfonce dans l'impopularité autour de 30 %...

 

   Dans ces conditions, on peut s'interroger sur l'origine de cette idée de bilan ...François Hollande, alors candidat, ayant affirmé dans son opuscule "Le changement, c'est maintenant" qu'il voulait "redresser la France", la gauche socialiste ne peut que s'accommoder de la notion de "bilan" qui est, au sens étymologique, un résultat "final", et il lui est aisé ainsi d'affirmer sans nuances que le bilan de la Présidence de Nicolas Sakozy est négatif ...Mais la droite, évidemment, a une démarche inverse, car elle veut se donner une image plus démocratique et ne parle que "d'inventaire" permettant, toujours au sens étymologique,de passer en revue tous les éléments de la politique qu'elle a menée non seulement avec Nicolas Sarkozy, mais auparavant avec Jacques Chirac, en prenant soin de reconnaître à la fois les bons et les mauvais aspects ...Elle y est d'autant plus tentée qu'elle peut espérer un résultat favorable aux élections présidentielles et législatives de 2017, à la suite de son succès attendu aux élections territoriales de 2014, et ceci même s'il y plus que des nuances entre les candidats potentiels. à la Présidence en 2017 (Jean-François Copé, François Fillon, Nathalie Kosciusko-Morizet...) ...Et alors bâtir un projet sera plus aisé sur la base d'un inventaire de son action antérieure quil ne le sera pour les socialistes confrontés à leur propre bilan...

 

   Or les électeurs en 2017 voteront davantage en fonction des perspectives d'avenir, qu'en fonction d'un bilan...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Politique Intérieure
commenter cet article
3 août 2013 6 03 /08 /août /2013 15:27

   Vacances ...Ce n'est qu'une façon de parler pour un retraité ...qui est censé être en ...vacances tout le temps ...et occupe les vacances de son esprit à rédiger des articles dont les vacances répétées de commentaires traduisent peut-être ...les vacances totales d'intérêt ...Mais qu'à cela ne tienne ...chers lecteurs, passez de bonnes vacances ...pleines de tout !...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Divers
commenter cet article
28 juillet 2013 7 28 /07 /juillet /2013 23:24

   On connaît l'expression "Sans foi, ni Loi", qui est synonyme d'anarchie, c'est-à-dire de l'absence totale de règles dans la vie sociale ...Mais l'expression, dans saournure négative, n'en laisse pas moins entendre que ces règles peuvent être imposées ...par la Foi ...et par la Loi.

 

   Le rôle respectif de la Foi et de la Loi a toujours été l'objet d'un débat ...Il fut un temps où il n'y avait de loi que celle imposée par la religion, et la séparation entre la "croyance religieuse" et "l'institution civile" ne s'est pas faite sans difficultés dans de nombreux pays, comme dans le cas de la France où il a fallu la loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat en 1905 pour faire cette différence ...et cette différence n'existe toujours pas dans des pays comme ceux qui sont soumis à la "loi coranique"...

 

   Encore faut-il que, pour respecter la différence entre la foi et la loi, on n'impose pas dans la loi une volonté de mettre en pratique ...des actes de foi. Or François Hollande, le Président de la République Française, y procède actuellement en voulant imposer à tous les citoyens les "60 engagements" qu'il a édictés comme un ..."sexalogue", comme s'il s'agissait d'un texte analogue au "décalogue" biblique, à respecter comme un catéchisme...

 

   Certes, il n'y a rien de répréhensible - au contraire - à avoir manifesté ses intentions avant d'être candidat aux élections présidentielles, car les citoyens étaient ainsi prévenus et pouvaient ainsi voter ou non pour lui en connaissance de cause ...Mais il est évident que les intentions sont une chose ...et les réalités une autre ...Et la politique ne consiste pas à appliquer des textes de "foi" sans tenir compte de ces réalités, mais à édicter des textes de "loi" représentant une application raisonnable et concertée en fonction de ces réalités...

 

   On aurait donc compris que le Président Hollande s'attaque en priorité et résolument à des problèmes urgents comme le chômage, la sécurité et l'école ...Or, 15 mois après son élection, il n'y a pas eu de mesures importantes capables de frapper l'opinion ...comme l'avaient été, par exemple, à tort ou à raison, l'abolition de la peine de mort et la loi des 35 heures au début du septennat de François Mitterrand ...Il y a eu tout au plus des mesures timides comme les emplois d'avenir ...à l'avenir incertain, ...ou une réorganisation du calendrier scolaire ...suscitant l'hostilité des syndicats d'enseignants de toutes tendances...

 

   Au lieu de cela, on a accordé la priorité à des lois qui ne correspondent pas aux préoccupations essentielles des Français : le mariage pour tous qui n'était même pas demandé par les homosexuels et qui a par contre braqué les adversaires au mépris du "rassemblement" prôné par François Hollande dans ses "60 engagements" (Opuscule, page 39), ...l'interdiction du cumul des mandats, dont les Français n'ont que faire, certains estimant même que ce cumul est un bon moyen de faire connaître les préoccupations locales au niveau national, ...la transparence des patrimoines des élus voulue en raison de la faute d'un ...ministre socialiste, mais interprétée par la très grande majorité honnête  des représentants de tous partis comme une marque de défiance et de "voyeurisme" ...

 

   Et on attend encore des mesures fortes, comme l'instauration d'une véritable flexibilité du travail permettant d'adapter celui-ci aux circonstances et de le partager, à l'instar de l'Allemagne ...ou, encore, une diminution des charges des entreprises - à l'exception de celles implantées à l'étranger - pour relancer la croissance et "inverser la courbe du chômage" autrement que par des "invocations" ...On n'en est pas là : comme l'écrit l'éditorialiste Michel Urvoy dans le journal Ouest-France du 26 juillet 2013, on n'a que "la loi sans la foi" ...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Institutions
commenter cet article
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 18:01

     Dans le calme de l'été, l'Angleterre revient de façon sympathique sur le devant de la scène, ...une scène qu'elle a longtemps partagée dans le monde avec la France,... qu'il s'agisse à la fin de l'Antiquité d l'invasion des Angles et des Saxons refoulant de nombreux clans de l'île de la "Grande Bretagne" vers l'Armorique continentale, ...de l'invasion de "l'Angleterre" par le normand Guillaume le Conquérant, ...de la Guerre de Cent Ans,... de la lutte incessante des Anglais contre Napoléon 1er, ...et de la rivalité des Empires coloniaux ...

 

   Mais le temps n'est plus aux problèmes politiques entre les deux pays quivent désormais chacun leur voie dans une Europe ayant trouvé la paix dans une relative unification après trois guerres internationales : une voie plutôt compliquée pour la France, toujours prête au changement après une dizaine de régimes en 2 siècles, ...et une voie plutôt simple pour l'Angleterre qui, sans grands heurts, vit dans la continuité avec une monarchie qui, en dépit de ce nom, apparaît comme un modèle de démocratie...

 

   Ce n'est donc pas une surprise que l'Angleterre revienne sur le devant de la scène à l'occasion de la naissance d'un "Royal Baby", ...et que les Français - il est vrai, lassés par des "querelles sociétales" - se passionnent pour un évènement dépassant largement un cadre familial en raison de la célébrité de la monarchie anglaise : d'abord, c'est l'enfant d'un couple ayant défrayé la chronique, il y a déjà 11 ans, car William, le fils aîné de Charles, lui-même héritier présomptif, de sa mère Elizabeth II, avait alors épousé une "roturière", Kate Middleton ...Ensuite, ce couple manifestement uni attendait cet enfant comme une grâce permettant de prolonger une lignée directe ...Enfin, cet enfant est un garçon et les Anglais le saluent comme tel ..."It's a boy!" ...Il faut en effet rappeler que, si, depuis trois siècles, il y a eu beaucoup plus de rois ( 9 : George 1er, George II, George III, George IV, Guillaume IV, Edouard VII, George V, Edouard VIII et George VI) que de reines (2 : Victoria et Elizabeth II), ces dernières ont totalisé, l'une 64 ans et l'autre 61 ans à ce jour ...

 

   Ainsi donc, on comprend la liesse des Anglais, car cette naissance n'est jamais qu'un changement dans la continuité ...comme on comprend l'intérêt des Français qui, eux, sont plutôt habitués à la continuité dans le changement ...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Actualité
commenter cet article
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 23:51

   Il se trouve que la presse fait actuellement état des "traîtrises" ...à propos de l'espionnage américain qu'un transfuge abrité en Russie, Edouard Snowden, a révélé dans une interview au Guardian et au Spiegel ...Il s'agit, ni plus ni moins, de micros installés dans les instances bruxelloises afin de connaître la stratégie de l'Union Européenne dans les prochzines négociations commerciales ..."Procédé inacceptable", dit Laurent Fabius, le Ministre français des Affaires Etrangères, ...et la Ministre de la Justice, Christiane Taubira, en rajoute en parlant d'un "acte d'hostilité inqualifiable" ...Evidemment, ce n'est pas joli ...joli !...

 

   Mais, à la vérité, ce n'est pas un comportement nouveau, et on peut même dire que, comme le rire, la traîtrise est le propre de l'homme, à cette différence près que le rire traduit la joie, tandis que la traîtrise ne peut que susciter l'affliction...Des traîtres, il y en a eu de tous temps, comme le rappelle la revue Le Point (*), en évoquant des affaires légendaires ou véridiques de l'Antiquité à nos jours :

 

    - D'abord Judas, qui est même l'archétype du traître, au point que son nom en est devenu le synonyme ...On connaît le "baiser de Judas" qui désigne Jésus aux sbires venus l'arrêter ...Et il n'était pas le premier traître de la Bible, puisqu'il y avait eu Dalila ayant profité du sommeil de Samson pour lui faire raser les cheveux dont il tirait sa force...

 

   - Dans l'histoire romaine, Brutus, le fils adoptif de Jules César, le trahit sous prétexte qu'il veut instaurer la dictature et rétablir la monarchie ..."Tu quoque, mi fili !"...

 

   - Dans l'histoire moderne de la France, le noble Cinq-Mars se rebelle contre le Cardinal de Richelieu qui en avait pourtant fait le favori du Roi Louis XIII...

 

   - Et que dire, pendant la Révolution et le 1er Empire, de Fouché et de Talleyrand qui n'ont cessé de tourner casaque, le second étant même qualifié par Napoléon 1er de "M... dans un bas de soie"...

 

   - A la fin de la 2nde Guerre mondiale, l'ignoble Himmler, pourtant responsable des camps d'extermination, essaie de sauver sa peau en cherchant vainement à traiter avec les Américains ..."C'est la plus honteuse trahison de l'histoire de l'humanité" déclare avec emphase Hitler, un connaisseur...

 

   - Et, en France, depuis le début de la 5ème République, on ne compte plus les trahisons des partisans du Président en titre  ...Pompidou, qui se déclare prêt en 1969 à exercer la fonction avant que De Gaulle ne se soit retiré ...Chirac qui pousse Giscard d'Estaing à se présenter en 1974 pour torpiller la candidature de Chaban-Delmas représentant son parti ...et, ensuite qui ne fait rien, en désaccord avec lui, pour aider à la ré-élection de Giscard d'Estaing en 1981, facilitant ainsi l'élection de Mitterrand ..Ce dernier sabote ensuite la candidature de Michel Rocard aux élections européennes de 1994 en aidant Bernard Tapie ...Puis Balladur, "l'ami de 30 ans", qui présente sa candidature contre Chirac aux élections présidentielles de 1995 ...Et, en 2007, Sarkozy n'attend pas l'accord de son ancien modèle et patron Chirac pour présenter sa candidature ...Par un retour des choses, combien vont trahir ensuite Sarkozy en 2012, permettant l'accès du socialiste Hollande ...Et si Hollande reste au plus bas dans les sondages en 2017, n'aura-t-il pas des concurrents dans son propre camp ?...

 

   Ceci dit, il arrive que la traîtrise ne soit pas condamnable ...Le mensonge, qui en est une forme, peut parfois être nécessaire, pour cacher - par exemple - la réalité de sa maladie, voire l'éventualité de sa mort, à une personne manifestement incapable de les supporter ...Et qui osera dire qu'il n'a pas toujours été honnête avec lui-même, qu'il s'est menti pour ne pas affronter une difficulté ou reconnaître son erreur ...La vie n'est pas toujours simple, c'est le moins qu'on puisse en dire, et parfois on n'en comprend pas un ...traître mot !...

 

(*) Le Point - n° du 11 juillet 2013

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Morale
commenter cet article
14 juillet 2013 7 14 /07 /juillet /2013 16:09

   Une fois de plus,  les Français se retrouvent pour la célébration du 14 juillet qui reste la cérémonie fétiche avec le défilé traditionnel des troupes sur les Champs-Elysées à Paris, les feux d'artifice un peu partout en France, et les bals populaires ...Cérémonie retransmise dans de nombreux pays du monde, en direct ou en différé, tant il est vrai qu'elle fait partie des rites "franchouillards" contribuant à la réputation française, au même titre que sa littérature, ses arts ...et le Tour de France cycliste !...

 

   Ce n'est donc pas l'occasion de philosopher et de faire l'inventaire des problèmes du pays, ...mais celui de saluer le rassemblement des Français en ce jour, même si, paradoxalement la prise de la Bastille le 14 juillet 1789 avait été le résultat de leurs divisions après la réunion des Etats Généraux ...Il est vrai que le choix du 14 juillet pour une Fête Nationale n'avait été fait  qu'en ...1880 et devait seulement commémorer la Fête de la Fédération célébrée le 14 juillet 1790 sur le Champ de Mars pour marquer la réconciliation des Français, et notamment du Roi Louis XVI avec son peuple...

 

   Quant aux symboles qui marquent la célébration du 14 juillet, ils ne se rattachent pas à cet évènement, puisque la Marseillaise ne fut d'abord que "le Chant de guerre de l'Armée du Rhin" écrit par Rouget de Lisle en 1795 à l'occasion de la levée en masse, et reprise alors par des soldats de Marseille, avant de devenir hymne national seulement en 1879   ...et le drapeau tricolore bleu-blanc-rouge ne fut brandie comme emblème de la République par Lamartine qu'en 1848 devant l'Hôtel de Ville de Paris...

 

   Mais, qu'à cela ne tienne ! ...C'est l'occasion pour le coq gaulois de faire "Cocorico", et cela ne fait de mal à personne...

 


Repost 0
Published by Jean Daumont - dans L'Histoire
commenter cet article