Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 16:45

   Il ne peut être question de nier la gravité des attentats commis en France le 11 janvier 2015 dans le Journal Charlie-Hebdo à Paris, ainsi qu'à Vincennes, et ayant entraîné la mort de 17 personnes ...Mais, puisqu'on a fait le parallèle avec l'attentat du 11 septembre 2001 à New-York aux Etats-Unis contre les "Twin Towers", il paraît plutôt excessif de comparer les 17 victimes de Paris et Vincennes avec les milliers de morts de "World Trade center" de New-York...

 

   Or, plus d'un mois après les attentats du 11 janvier dernier, les médias continuent à les évoquer, et des fleurs continuent à être déposées devant les locaux et on revient à nouveau sur l'antisémitisme ...Et cela se traduit même encore par des interventions à l'Assemblée Nationale ...D'autant plus que le débat est relancé par des attentats similaires à Copenhague au Danemark ...

 

   Certes on peut comprendre qu'il y ait eu une émotion populaire traduisant l'attachement des citoyens aux valeurs de la démocratie contre toutes les formes de violence, mais justement on peut s'interroger sur la la persistance de cette émotion ...et la réponse n'est pas simple...

 

   Elle est - semble-t-il - la traduction d'un malaise en France ...Celle-ci a toujours été un pays d'immigration, et elle a toujours assimilé des populations diverses dans un "creuset" où les arrivants prenaient à leur compte ses valeurs fondamentales, qui sont celles de la République inspirées par la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 ...Or les auteurs des attentats sont des gens qui ont vécu en France et ont profité des avantages qu'elle offre généreusement, notamment en matière d'allocations ...Ils y répondent, au nom d'une idéologie intolérable, par la violence ...En l'occurrence, il s'agit de musulmans, mais il ne convient de les stigmatiser tous, car la quasi-totalité d'entre eux sont des gens pacifiques scandalisés par l'interprétation terroriste faite de l'Islam ...Certes, l'Islam, à ses débuts au 8ème siècle, prônait la "Djihad", c'est-à-dire la Guerre Sainte contre les "Infidèles" et le monde entier devait lui être soumis, mais on n'en est plus là et la quasi-totalité des musulmans considèrent que l'Islam, ce n'est pas ça, c'est au contraire une religion de paix et de fraternité, ...et ils ne veulent pas être assimilés à ces "islamistes" qui décapitent leurs victimes ...à l'appel d'un nouveau et faux prophète, El Baghadi ... On parle de "Daech" et de "Boko Haram", qui veut dire en fait "contre l'Occident", c'est-à-dire contre ses valeurs ...La cible est donc définie : il faut rejeter celle-ci et revenir à des conceptions d'un autre âge, comme par exemple imposer aux femmes le port du "tchador" ou de la "Burka" ne laissant voir que leur yeux et les réduisant à un rôle secondaire, pour ne pas dire à une condition d'esclave au service de ces "Messieurs"...

 

   Il faut donc traiter ces forcenés pour ce qu'ils sont, c'est-à-dire des criminels,...comme autrefois on a traité les criminels qu' étaient les nazis ayant répandu leur peste brune sur une grande partie de l'Europe et éliminé un nombre considérable de juifs (la Shoah) et d'autres minorités ...Il n'y a qu'une solution : il faut les traquer partout, bombarder leurs repaires et les éliminer au nom même de l'Organisation des  Nations-Unies responsable du respect de la démocratie dans le monde ...Alors on pourra déposer des fleurs et vaquer à d'autres occupations ô combien plus importantes comme réduire la faim dans le monde...

 

 

 


Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Actualité
commenter cet article
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 16:05

   La revue "Le Monde des Religions" vient de faire paraître dans son numéro 69 de Janvier-Février 2015 des articles rassemblés dans la page de couverture sous le titre "Les Fous de Dieu - l'histoire du Fanatisme"...

 

   En cette période d'agitation ayant suivi l'attentat contre le journal satirique français "Charlie-Hebdo",n'est certainement pas un hasard, car cet attentat a été l'illustration même du fanatisme ...Mais on ne saurait dire que le fanatisme n'est que le fait de la religion musulmane, ou, du moins, d'un groupe d'extrêmistes reprenant à leur compte la "Djihad" - la "Guerre Sainte" - naguère prônée par les disciples de Mahomet, ainsi que l'interdiction sous peine de blasphème de représenter en image la figure de Mahomet, à fortiori sa caricature...

 

   Or le fanatisme est loin d'avoir été le fait des musulmans, fussent-ils extrêmistes ...Il apparaît en effet que pratiquement toutes les religions ou croyances ont donné lieu au fanatisme, comme si tous les "croyants" devaient, par définition, rejeter, voire condamner et exécuter ceux qui ne croient pas comme eux ou qui ne croient pas du tout :

 

   - C'est le cas du judaïsme qui, non seulement, exclut toutes les autres religions, notamment le christianisme pourtant issu du même moule, mais rejette ses propres membres qui n'auraient pas dû revenir en Palestine à partir de la fin du 19ème siècle, parce que "l'Exil" avait été imposé par Dieu, et que les Juifs ne devaient y revenir qu'à la fin des temps...

 

   - C'est le cas du christianisme. Jésus avait prêché l'amour du prochain, la paix et la tolérance, mais en son nom, combien y-a-t-il eu de massacres ? ...D'abord les 3 croisades pour reprendre Jérusalem et la "Terre sainte" aux ...musulmans, puis la 4ème croisade le 13 avril 1204  pour le sac de Constantinople aux dépens des ...orthodoxes,  ...et puis en France, dans la nuit du 23 au 24 août 1572, le massacre de la Saint-Barthélémy au dépens des ...protestants, dans le cadre des Guerres de Religions...

 

   - C'est le cas de l'islamisme lui-même, bien avant les évènements actuels, quand fut désigné comme calife successeur de Mahomet, Ali, qui fonda le "chiisme", non reconnu par les conservateurs du "sunnisme", ce qui donna lieu non seulement à l'assassinat d'Ali, mais à des massacres internes de tous genres...

 

   - C'est le cas de l'hindouisme, pourtant considéré comme l'exemple même de la tolérance et de l'humilité ...On songe à Gandhi, le "Mahatma' (la "grande âme") qui fut massacré par un exalté le 30 janvier 1948 ...Or est arrivé au pouvoir en mai 2014 le Parti du peuple indien rejetant toutes les autres religions...

 

  - C'est le cas - un comble ! - du bouddhisme qui, pourtant, n'est pas une religion, mais une "morale" excluant donc tout fanatisme et prônant la non-violence et la compassion, le dalaï-lama en étant la personnification reconnue comme telle dans le monde ...Et pourtant il y a maintenant des "moines-guerriers" au Japon, à Ceylan, en Birmanie, ...où, d'ailleurs, il y a des conflits pêle-mêle entre bouddhistes, islamistes, hindouistes et chrétiens de toutes obédiences.?..

 

   Alors, le fanatisme, une spécialité de l'Islam ? ...Certainement pas ...C'est l'homme même qui, par sa nature, est responsable ...Et ceci depuis les temps préhistoriques où il tuait pour se nourrir, jusqu'aux guerres mondiales, aux persécutions (la "Shoah"...) du 20ème siècle et aux guerres localisées qui persistent encore en ce début du 21ème siècle et du 3ème millénaire ...Y-a-t-il une solution au fanatisme et à la violence toujours renaissants ? ...Hélas, certainement pas...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Actualité
commenter cet article
25 décembre 2014 4 25 /12 /décembre /2014 15:00

   Noël  ...C'est le renouvellement d'un cycle ...Dès l'Antiquité, l'Eglise en a fait la célébration de la naissance de Jésus-Christ ...Mais les Evangiles eux-mêmes révèlent que Jésus-Christ - dont l'existence historique a été certifiée - n'est pas né en cette période de décembre qui, d'ailleurs, était alors le dixième mois de l'année julienne commençant en mars ...Simplement l'Eglise avait alors eu la volonté de substituer au culte païen de "Sol invictus" - le "Soleil remontant" - le culte chrétien de Jésus-Christ inaugurant par comparaison une nouvelle ère...

 

   Par ailleurs, même si les Eglises - orthodoxe, protestante et catholique de toutes obédiences - célèbrent la naissance supposée de Jésus-Christ le 25 décembre et en font le jour de "Noël" - "Natalis Dies" - le Noël populaire lui-même, avec son imagerie de "Père Noël", sa houppelande, son panier dorsal et le sapin, n'est qu'une tradition récente ...et commerciale, importée des Etats-Unis au 19ème siècle ...avec tout son falbala de guirlandes et de boules, sans oublier les souliers devant la cheminée ou ailleurs, faute de cheminée ...pour recevoir les cadeaux ...Car Noël, en dehors de toute autre considération, est une fête familiale qui rassemble...

 

  Mais ce rassemblement doit être aussi une occasion de réfléchir, au delà de la famille, à la solidarité entre les hommes ...C'est d'ailleurs le moment où les associations caritatives, compte tenu du mauvais temps, s'activent le plus pour aider les gens en difficulté et leur offrent un "Noël" ... Plus largement, c'est le moment où les hommes devraient penser à mettre fin à leurs divisions et chercher à se réunir pour le bien commun... Utopie, bien sûr, mais est-il interdit de croire au Père Noël ?...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Actualité
commenter cet article
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 17:04

   La condamnation de la commission sénatoriale américaine sur l'usage de la torture pose le problème du comportement que l'on doit avoir pour se conformer aux règles de la société où l'on vit.

 

   Evidemment, le comportement des autorités en place ne peut être qu'appliquer cette violence ou cette torture dans les régimes dictatoriaux, comme ont pu l'être le régime nazi pendant la guerre 1939-1945 ou encore le régime de Franco en Espagne avant, pendant et après cette guerre, et comme l'est, hélas, aussi, le régime contemporain de "l'Etat islamique" du nord de l'Irak, où des responsables infâmes n'hésitent pas à décapiter et à violer...

 

   Mais, malheureusement, violence et torture ne sont pas inconnues ou ne l'ont pas toujours été dans des régimes dits démocratiques ayant pourtant affirmé leur attachement aux droits de l'homme, comme la France elle-même lors de la guerre d'Algérie, le Royaume-Uni dans sa lutte contre l'IRA irlandaise ou, en l'occurrence, les Etats-Unis avec les violences commises par la police lors de manifestations.

 

   L'argument a pu être qu'en exerçant violence ou torture on pouvait obtenir des renseignements permettant d'éviter des violences ou tortures de la part de terroristes à l'égard de leurs victimes, et d'éviter ainsi des actes horribles comme les décapitations subies par des otages américains, britanniques ou fra,çais ...Argument fallacieux, car il n'est pas prouvé que la torture subie par des terroristes dissuade leurs sinistres collègues  ...au contraire elle peut les encourager à continuer pour susciter la peur et donc obtenir ce qu'ils veulent, c'est-à-dire la libération d'otages contre des rançons leur permetannt de continuer leur inqualifiable besogne...

 

   Alors, que faire ?...Prendre des décisions, comme l'a fait l'ONU en ratifiant une convention contre la torture comme l'ont fait 156 pays appartenant à cette organisation ?... Mais non seulement l'ONU n'a pas les moyens de l'appliquer, mais les terroristes s'en moquent épardument ...Quels sont les moyens restants ? Faire la prévention de tels comportements, au moins dans les pays démocratiques, en dissuaduant les responsables pouvant utliser la violence et la torture ? ...Mais c'est oublier que, dans l'opinion, la brutelité envers des criminels n'est pas jugée nécessairement condamnable au regard de ce qu'ils ont fait ...Alors quoi ? ...Imposer aux criminels des peines dissuasives qui, à défaut de la peine de mort, peuvent être des condamnations à perpétuité ...Mais, du moins en France, la perpétuité, c'st tout au plus 18 ans, et encore, à partir de la moitié de cette peine, il peut y avoir une libération pour "bonne conduite" (en prison ?!)...

 

   Autant dire, toujours et au moins en France, la lutte contre la torture et la violence passe d'abord par une réforme de la justice, afin que les "valeurs" l'emportent sur des considérations morales trop indulgentes envers les condamnés ...On ne vit pas dans une humanité de la douceur ...Une récente enquête montre que la torture reste endémique dans plus d'un pays sur deux dans le monde...

 

 

 

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Actualité
commenter cet article
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 17:55

   On peut s'étonner de l'importance accordée ce jour à la célébration de l'armistice mettant fin à la la 1ère Guerre Mondiale le 11 novembre 1918 ...Certes, le centenaire de cette guerre est actuellement célébré, mais ce n'est pour le moment que le centenaire du début de cette guerre à partir de juillet-août 1914, et ce n'est pas encore le centenaire de la fin de cette guerre le 11 novembre 1918 ...Y aura-t-il donc aussi une autre célébration le 11 novembre 2015, le 11 novembre 2016, le 11 novembre 2017, avant l'apothéose du 11 novembre 2018 ?...

 

   Rien de choquant, au contraire, à commémorer la fin d'une guerre où les seuls Français ont eu environ 6.000.000 de soldats engagés et environ 1.400.000 morts soit au combat, soit des suites de leurs blessures ...Mais pourquoi cette célébration actuellement ? ...Faut-il y voir un souci de remettre en valeur la grandeur de la France ?... Comme si les Français avaient besoin qu'on leur rafraîchisse la mémoire ...Comme si on voulait leur faire oublier la médiocrité de leur conditions de vie actuelles, avec, à leur tête, des partis divisés dans des querelles intestines, qu'il s'agisse des "frondeurs" de la "Gauche" et des histoires de Cahuzac ou Thèvenoud, ...ou des bisbilles de la "Droite" pour la direction de l'UMP et au-delà de la Présidence de la République en 2017, entre Juppé, Fillon et consorts, sous le regard amusé de Sarkozy qui peut se permettre de parler de "marée de boue", puisqu'il est l'enjeu des indiscrétions "démenties" d'un secrétaire de l'Elysée ne pouvant que nuire à l'image déjà affaiblie du Président de la République actuel, François Hollande...

 

   ...Une image que celui-ci veut certainement rétablir en participant solennellement à l'inauguration d'un mausolée international en l'honneur des soldats de toutes nationalités, y compris la nationalité allemande, et ceci en dépit de l'absence remarquée de la Chancelière Angela Merkel, mais pour le grand honneur et donc la grandeur de la France...

 

   Alors, en ce jour du 11 novembre, y-a-t-il encore une grandeur de la France ?...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Actualité
commenter cet article
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 15:31

   J'ai pratiquement toujours utilisé dans mon blog une forme impersonnelle qui me semble permettre un recul nécessaire par rapport aux sujets traités.


   Mais je fais exception en raison de l'abjection d'individus - que dis-je ? - des monstres, menés par des histrions, qui décapitent des otages - américain, anglais et maintenant français - après avoir tiré dans la tête d'une petite fille qui avait commis seulement le crime d'être juive...

 

   J'ai toujours été hostile à la peine de mort, mais je ne peux qu'approuver ceux qui la donneraient à de pareils monstres ou qui, grâce aux moyens modernes de repérage, parviendraient à envoyer une bombe sur leur antre...

 

   Car ça suffit ! ...Assez !...

 

   Ceci dit, j'aimerais que le gouvernement de la France cesse de vouloir jouer les gendarmes dans le monde, à fortiori dans les lieux où, à la différence de cetains pays qui ont été ses colonies et où elle a conservé des liens, comme le Mali, elle n'a rien à y faire, risquant même de susciter des attentats sur son territoire ...Si le gouvernement a de l'argent à dépenser, qu'il la fasse dans le domaine de la francophonie, où le prestige de la France est aussi grand que justifié !...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Actualité
commenter cet article
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 15:20

   Avec un Président français qui, après bien d'autres en Afrique du Nord ou de l'Ouest, intervient cette fois en République Centre-Africaine, ...et un ancien Président noir qui disparaît en Afrique du Sud, l'Afrique est de nouveau une terre de convergence de l'actualité...

 

   Ce n'est qu'une dernière répétition depuis le temps très ancien de la Préhistoire ...quand "l'homo Sapiens" apparaissait dans le Rift oriental pour se répandre ensuite à travers le monde ..., certains archéologues supposant d'ailleurs qu'il était noir, l'éclaircissement de la peau ayant été due, au cours de ses migrations,  à l'effet d'un climat plus froid et à un changement d'alimentation ...Toujours est-il que l'Afrique a été le berceau des premières civilisations, qu'il s'agisse d'Empires tombés oubliés, faute d'écriture, dans un Sahara alors verdoyant, ...ou de l'ancienne Egypte ayant construit ses pyramides le long du Nil lors de son desséchement ...

 

   Et l'Histoire a alors suivi son cours ...Des civilisations se succèdent, où les "blancs", peut-être en raison d'une plus grande difficulté à subsister, acquièrent une technique supérieure et repoussent ou asservissent les "noirs", qu'il s'agissent des sémites, des grecs, des romains, ou des peuples venus de l'Est, comme les Arabes,  ou du Nord, comme les Européens ...Et il y aura une 1ère colonisation où les "européens" établiront des comptoirs autour de l'Afrique, pour y faire des échanges commerciaux, souvent avec des "noirs " qui n'hésitent pas à vendre des congénères razziés de l'intérieur ...ces échanges, avec la découverte de l'Amérique à la fin du 15ème siècle et la nécessité de trouver de la main d'oeuvre, aboutissant à la "traite" et à l'implantation d'esclaves noirs dans le centre et le nord du nouveau continent ...Ensuite il y aura au 19ème siècle la 2nde colonisation qui, cette fois s'étendra à l'ensemble territorial du continent africain, avec une prédominance des Anglais "maître des mers" en Afrique du Sud et de l'Est et une prédominance des Français dans l'Ouest et le Centre, le "coq gaulois" plantant ses griffes dans le Sahara alors réputé vide...

 

   Mais à partir de la 2nde moitié du 20ème siècle, se produit la décolonisation, ...et des Etats "noirs" ou "blancs" se mettent en place, ...non sans des massacres liés à la couleur de la peau, y compris entre ethnies noires comme au Rwanda en 1994 ...L'Union sud-Africaine devenue la République Sud-Africaine est alors dominée par une minorité blanche possédant par contre la majorité des terres , et qui soucieuse de ne pas être noyée par la majorité noire décide en 1948 "l'apartheid", c'est-à-dire la séparation totale des blancs et des noirs, qu'il s'agisse des terres, des quartiers des villes, des transports, etc ...Mais cette discrimination est jugée de plus insupportable par les noirs et les métis, ainsi que les indiens (dont Gandhi, avant son retour en Inde), et elle est finalement abolie en 1991 ...L'un des opposants les plus farouches, n'ayant pas hésité alors à provoquer des attentats, était un certain Nelson (en fait Madiba) Mandela, qui sera emprisonné pendant 27 ans ...Libéré, il aurait pu susciter une revanche des noirs, mais il aura l'intelligence, comme le dirigeant blanc De Klerk, de promouvoir la réconciliation, ce qui lui vaudra non seulement d'être élu Président de la République Sud-Africaine lors d'élections ouvertes à tous, sans distinction ...mais d'être reçu alors avec des honneurs ldans de nombreux Etats du monde ...et de recevoir le Prix Nobel partagé avec De Klerk ...

 

   On comprend que Mandela, devenu une "icône de la réconciliation" et même "un colosse moral", est conservé après sa retraite en 1996 toute sa célébrité et que son décès annoncé le 6 décembre 2013 ai suscité une émotion planétaire ...Et le Président Français François Hollande, qui vient d'intervenir en République Centre-Africaine pour des "raisons humanitaires", ne peut que se sentir dans son rôle en se rendant à ses obsèques...

 

(*)

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Actualité
commenter cet article
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 18:01

     Dans le calme de l'été, l'Angleterre revient de façon sympathique sur le devant de la scène, ...une scène qu'elle a longtemps partagée dans le monde avec la France,... qu'il s'agisse à la fin de l'Antiquité d l'invasion des Angles et des Saxons refoulant de nombreux clans de l'île de la "Grande Bretagne" vers l'Armorique continentale, ...de l'invasion de "l'Angleterre" par le normand Guillaume le Conquérant, ...de la Guerre de Cent Ans,... de la lutte incessante des Anglais contre Napoléon 1er, ...et de la rivalité des Empires coloniaux ...

 

   Mais le temps n'est plus aux problèmes politiques entre les deux pays quivent désormais chacun leur voie dans une Europe ayant trouvé la paix dans une relative unification après trois guerres internationales : une voie plutôt compliquée pour la France, toujours prête au changement après une dizaine de régimes en 2 siècles, ...et une voie plutôt simple pour l'Angleterre qui, sans grands heurts, vit dans la continuité avec une monarchie qui, en dépit de ce nom, apparaît comme un modèle de démocratie...

 

   Ce n'est donc pas une surprise que l'Angleterre revienne sur le devant de la scène à l'occasion de la naissance d'un "Royal Baby", ...et que les Français - il est vrai, lassés par des "querelles sociétales" - se passionnent pour un évènement dépassant largement un cadre familial en raison de la célébrité de la monarchie anglaise : d'abord, c'est l'enfant d'un couple ayant défrayé la chronique, il y a déjà 11 ans, car William, le fils aîné de Charles, lui-même héritier présomptif, de sa mère Elizabeth II, avait alors épousé une "roturière", Kate Middleton ...Ensuite, ce couple manifestement uni attendait cet enfant comme une grâce permettant de prolonger une lignée directe ...Enfin, cet enfant est un garçon et les Anglais le saluent comme tel ..."It's a boy!" ...Il faut en effet rappeler que, si, depuis trois siècles, il y a eu beaucoup plus de rois ( 9 : George 1er, George II, George III, George IV, Guillaume IV, Edouard VII, George V, Edouard VIII et George VI) que de reines (2 : Victoria et Elizabeth II), ces dernières ont totalisé, l'une 64 ans et l'autre 61 ans à ce jour ...

 

   Ainsi donc, on comprend la liesse des Anglais, car cette naissance n'est jamais qu'un changement dans la continuité ...comme on comprend l'intérêt des Français qui, eux, sont plutôt habitués à la continuité dans le changement ...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Actualité
commenter cet article
9 juillet 2013 2 09 /07 /juillet /2013 15:03

   S'il y a bien une réalité qui s'impose à tous parce qu'elle est évidente, c'est pour les êtres vivants la distinction assortie de la complémentarité entre le "mâle" et la "femelle", et en particulier pour notre espèce entre "l'homme" et la "femme"...

 

   C'est donc un sujet d'étonnement que puisse se répandre actuellement    une opinion niant cette réalité dans le cadre de ce qu'il est convenu d'appeler l'Occident, à l'exclusion des autres régions du monde ...Comme s'il y avait maintenant un monde à l'endroit et un monde à l'envers, ce que n'avait manifestement pas prévu Aldous Huxley dans son livre d'anticipation "Le meilleur des mondes"...

 

   A ce titre, le Professeur de Génétique et ancien Ministre français Jean-François Mattéi a publié le 1er juillet dernier un article (*) où il s'interroge sur le fait de savoir s'il est réellement possible qu'il n'y ait plus un genre masculin et un genre féminin, mais seulement un genre neutre...

 

   "La Cour suprême des Etats-Unis vient d'invalider la loi qui limitait le mariage à l'union d'un homme et d'une femme. Cette loi a été jugée inconstitutionnelle car elle privait "l'accès à la liberté des personnes" protégé par le 5ème amendement de la Constitution. Les couples homosexuels mariés auront donc les mêmes droits que les couples hétérosexuels et, selon le Président Obama, il n'y aura olus de "discrimination inscrite dans la loi".

   Cette décision semble accroître les libertés sous couvert d'une égalité de traitement entre les hétérosexuels et les homosexuels. Mais on peut y voir, en restant sur le plan juridique, une entorse au 1er alinéa de l'article 16 de la Déclaration universelle  des droits de l'homme : "A partir de l'âge nubile, l'homme et la femme, sans aucune restriction quant à la race, la nationalité ou la religion, ont le droit de se marier et de fonder une famille" ...Le même alinéa précise que l'homme et la femme ont "des droits égaux au regard du mariage, durant le mariage et lors de sa dissolution" ...Il n'est pas fait mention d'une égalité qui concernerait les personnes du même sexe ...Et l'alinéa 3 relie de façon stricte le mariage et l'engendrement des enfants : "La famille est l'élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l'Etat" ...L'ONU devra-t-elle réécrire cet article de la Déclaration universelle et le soumettre à la Russie, aux pays musulmans et au monde asiatique ?...

   La rapidité avec laquelle nombre de pays légifèrent sur le mariage homosexuelsouligne le processus de décomposition des principes les plus stables des sociétés occidentales. Tout se passe comme s'il y avait péril en la demeure et comme si les revendications minoritaires des LGBT devaient s'imposer à la société tout entière . C'est l'idée d'une norme universelle, issue de la nature, qui fait l'objet d'une contestation susceptible d'effacer les différences sexuelles jugées discriminatoires . Le sociologue Eric Fassin écrivait (**) : "Ce qui est en cause, c'est l'hétérosexualité en tant que norme. Il nous faut essayer de penser un monde où l'hétérosexualité ne serait pas normale" ...La messe est dite : il ne s'agit pas de penser un monde où l'hétérosexualité serait "normale", mais un monde où l'hétérosexualité, fondée en nature selon la Déclaration de 1948, serait "anormale". C'est la nature elle-même qui perd sa normalité à une époque où chacun , les militants écologistes en tête, se réclame d'elle. Or, le déni d'hétérosexualité, devenu déni de nature, dissimule en dernier ressort  un déni de réalité. Dans "Simulacres et simulation, en 1981, Jean Baudrillard faisait remarquer que le monde contemporain était emporté dans une spirale irrésistible de simulation : "l'ère de la simulation s'ouvre donc sur une liquidation de tous les référentiels"...

   Et quel est le plus universel des référentiels, sinon celui de la conjugalité de l'homme et de la femme qui, seule, permet à l'humanité de se reproduire ? Dans un monde désormais voué aux simulacres, l'apparition, non d'une union homosexuelle, laquelle ne fait pas problème, mais d'un mariage homosexuel, qui désormais fait institution, souligne à quel pointnous vivons dans un monde virtuel. La puissance du virtuel tient à ce qu'il ne nie pas le réel, mais se substitue à lui sous la forme d'un excès de réalité. Nous sommes conviés à "la réhabilitation fantômatique et parodique", selon Baudrillard, "de tous les référentiels perdus. On se souvient du mariage parodique de Coluche, la "mariée", et de Thierry Le Luron, le "marié", en 1985, mariage virtuel qui était déjà la parodie du mariage réel d'Yves Mourousi avec une femme alors qu'il était gay. Il anticipait la légalisation du mariage homosexuel qui est une simulation du mariage hétérosexuel puisqu'il ne peut fonder une famille sans l'apport d'enfants issus d'un mâle et d'une femelle. Dans cette course à l'abîme du virtuel, tout devient simulacre, aussi bien le mariage que la famille.

   Que le droit positif suive l'évolution des moeurs quand il a perdu son ancrage dans le droit naturel ne doit pas étonner. Toute pratique peut être justifiée dès lors qu'une minorité exige du droit qu'il légaliseses fantasmespour éviter la discrimination. Baudrillard voyait dans ce "nihilisme" où rien n'a de sens, un effet de la neutralisation des oppositions traditionnelles. "La précession du neutre", écrivait-il, "c'est-à-dire le fait que la neutralité précède les opposés, conduit certains pays, comme l'Australie, ou certaines institutions, comme l'école, à refuser la distinction du masculin et du féminin au profit du genre "neutre" : en anglais, on ne dira plus "he" ou "she", mais "it"...Quand l'humanité n'est plus homme et femme, mais ni l'un, ni l'autre, il faut changer son nom et parler de la neutralité de la chose ... Il est temps de rédiger la Déclaration universelle des droits du neutre"...

 

   Etre neutre ?...Le dictionnaire le définit comme "être asexué" ...P uisqu'il est question d'école, les élèves n'ont pas fini de rire avec des histoires  de "zizi" dans les cours de récréation après les cours de "Sciences Nat" ...Mais il y a plutôt de quoi pleurer en imaginant qu'avec des être asexués, il faudra recourir à des tubes de laboratoire avec des couveuses artificielles pour avoir des enfants privés du besoin fondamental de filiation ...Aldous Huxley s'est trompé : il aurait dû écrire ; "Le pire des mondes"... 

 

  (*) Figaro - 1er Juillet 2013

 (**)  Eric Fassin - Homme, femme, quelle différence ? - Ed. Salvator 2011

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Actualité
commenter cet article
16 juin 2013 7 16 /06 /juin /2013 23:50

   Il y a actuellement pour la France un problème autrement plus important que les histoires de "mariage pour tous" suscitant la lassitude, c'est celui de l'exception culturelle française...

 

   Ce n'est pas être chauvin que de rappeler la pré-éminence de la France dans le domaine des Lettres et des Arts, non seulement dans l'Occident - où  elle a brillé avec le Siècle de Louis XIV, la philosophie des  Lumières, le Romantisme, l'Impressionnisme - mais encore dans le reste du monde, où la colonisation, en dépit de certains aspects mercantiles, a permis l'expansion de la langue française, se traduisant encore maintenant par l'organisation de la Francophonie...

 

   On ne peut donc que s'inquiéter d'apprendre que la défense de l'exception culturelle française puisse être au coeur des négociations commerciales devant prochainement s'ouvrir entre l'Union Européenne et les Etats-Unis ...Que vient faire la France dans cette galère, où elle a manifestement beaucoup à perdre et bien peu à gagner ?...Tel est l'objet de l'éditorial d'Yves Thréard dans le Figaro du 16 juin 2013 :

 

   " ...Contrairement à nombre de ses voisins, l'Allemagne et la Grande Bretagne notamment, la France répond non.

   Ici la culture doit être soustraite des règles classiques de la concurrence. Ainsi éviterons-nous le déferlement des productions américaines. Ainsi préserverons-nous notre modèle de création, qui survivrait difficilement sans subventions. Droite et Gauche sont unies dans ce combat : pas de négociations globales si notre culture n'est pas sanctuarisée.

   Sacrés Français ! Nous sommes prêts à tout sacrifier pour notre cinéma, notre musique, notre littérature. Est-ce la manifestation d'un orgueil national, d'un sentiment de supériorité ? D'une frilosité aussi ? Nous qui nous interdisons le gaz de schiste et les OGM., Le respect de l'exception culturelle et du principe de précaution fait partie de nos angoisses existentielles.

   Pauvre et vieux pays, diront certains, perclus de rhumatismes, engoncé dans ses archaïsmes, replié sur sa ligne Maginot. Posture intenable à l'heure où Internetjoue à saute-mouton avec les frontières et les cordons sanitaires.

   Certes. Mais chaque nation a ses tares et ses paradoxes, sa fierté et sa singularité. Les Etats-Unis ne sont pas en reste. Ni la Chine, ni le Japon. Ni l'Inde, ni le Brésil. Si ce n'est pas sur la culture, c'est sur autre chose. Et tous ces pays, qui savent en plus jouer sur la parité de leur monnaie, ne se privent pas de nous faire subir leurs caprices.

   Le plus regrettable, en fait, reste que l'Union Européenne ne parvienne pas à parler d'une seule voix. Qu'elle n'ait pas conscience que sa puissance économique l'autoriserait à se faire davantage respecter si elle s'en donnait les moyens. Exactement comme ses concurrents".

 

   La France était naguère au 1er rang de l'Europe par l'éclat de sa civilisation relayant son développement économique ...Dans le cadre de la mondialisation, elle n'est plus qu'une puissance secondaire sur le plan politique ...Ce n'est pas une raison pour lui dénier un 1er rang culturel !...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Actualité
commenter cet article