Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Convergences
  • : Réflexions sur l'actualité en tous genres.
  • Contact

Recherche

Archives

16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 23:58

   En dépit de l'horreur des événements survenus au Japon, il y a en France des bavards impénitents qui en parlent à tort et à travers, qu'il s'agisse de prétendus experts ayant - après coup - tout prévu, d'incorrigibles donneurs de leçons connaissant mieux que les autres la politique à suivre, et même de cyniques satiristes se croyant autorisés à faire du mauvais esprit du genre ..."Au Japon, la réalité dépasse la fission" !...

 

   Rares sont ceux qui savent faire preuve de retenue et de dignité, à l'image d'Alain Rémond, éditorialiste du journal La Croix dans le numéro du 15 mars 2011 :

   "Il n'est pas facile de mettre des mots sur ce qui se passe au Japon, tellement on est à la fois sonné, sidéré, mais aussi fasciné. Car les images, sans cesse diffusées sur les écrans, sont fascinantes par leur horreur même. Et ce n'est sans doute pas un hasard si, dans la civilisation de l'image qui est la nôtre, le vocabulaire spontanément utilisé soit celui du cinéma. On parle de film catastrophe, tant nos mémoires sont habitées par le souvenir de films à faire preuve qui semblent avoir tout prévu, raz de marée, tremblements de terre, apocalypse nucléaire. On parle de scénarios, pour qualifier les menaces pesant sur les centrales touchées, allant de l'accident finalement contrôlé à l'explosion incontrôlable. Sans doute est-ce une façon de mettre la catastrophe à distance, comme s'il s'agissait d'une fiction ...Mais il n'y a pas de scénariste, il n'y a pas de metteur en scène, il n'y a pas de décorateurs, il n'y a pas d'accessoiristes, il n'y a pas d'acteurs ...Personne ne joue un rôle. Ce qui est en jeu, c'est la vie, tout simplement... Là-bas, au Japon, on joue sa vie. On joue sa peau..."

 

   Alors, ne serait-ce que pour respect pour les morts, ...Silence !...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Actualité
commenter cet article
20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 22:45

   Ainsi donc, une fois de plus, et sous le regard goguenard de l'étranger, la France s'empêtre dans une contestation sociale dont elle a le secret (?) et la triste (!) privilège...

 

   La contestation n'est pas en soi ...contestable, car le droit de grève - défini comme une cessation concertée et collective du travail - est inscrit dans le préambule de la Constitution et son utilisation peut apparaître nécessaire quand des groupes sociaux estiment, à tort ou à raison, que leurs intérêts matériels ou moraux sont mis en cause : c'est le cas de grève résultant de "délocalisation" d'usine dans un pays étranger pratiquant des salaires moins élevés et permettant ainsi une plus grande rentabilité économique ...Mais ce n'est pas le cas de la contestation actuelle où il ne s'agit pas d'un problème de salaires - en dépit de leur stagnation - mais d'un problème de départ à la retraite, en l'occurrence le projet gouvernemental de reculer de 60 à 62 ans l'âge du droit à pension pour la retraite, avec des aménagements actuellement discutés pour les cas particuliers comme la "pénibilité" ou les "carrières longues", la limite supérieure et obligatoire étant elle-même repoussée  de 65 à 67 ans ...Ce projet n'a rien d'excessif, car il s'inscrit dans le "contexte du temps" : alors que la durée moyenne de vie est passée en France de ...25 ans en 1740 ...à 60 ans en 1950 ...pour atteindre 80 ans en 2005, à qui fera-t-on croire, en dehors des cas particuliers, qu'il est impossible de continuer à travailler jusqu'à 62 ans ? ...Et ceci alors que beaucoup d'autres professions n'ont pratiquement pas de limites, notamment les professions libérales comme les commerçants ou les médecins, ou encore les agriculteurs qui continuent parfois leur travail jusqu'à leur disparition ?...

 

   A la ...rigueur, on pourrait comprendre cette contestation si le projet n'avait qu'un but strictement économique ...Mais la prolongation de "l'activité" de 60 à 62 ans a pour but de financer les pensions de ceux qui prendront leur retraite à partir de 2025, c'est-à-dire les ...jeunes actuels...En effet, en raison de l'évolution démographique et des progrès de la médecine et du niveau de vie, il y a de plus en plus de ...vieux, et d'ores et déjà les pensions acuelles sont payées pour un 1/5 ème par l'emprunt, autrement dit sur la dette publique qui est passée de 400 milliards d'euros en 1978 à 1400 milliards d'euros en 2009, et il est donc impossible de continuer dans cette voie ...La prolongation de l'activité jusqu'à 62 ans, avec l'augmentation des cotisations pour la retraite en résultant, permet de retarder les difficultés de financement, et il ne faut pas rêver : une prolongation par étapes successives jusqu'à 63, 64 et  65 ans sera certainement nécessaire, comme dans les pays scandinaves qui pratiquent déjà la retraite "à la carte" ...Dans ces conditions, le refus d'accepter une prolongation de l'activité en France signifie que les "actifs actuels" refusent de sacrifier un peu de leur intérêt pour celui de leurs enfants quand ceux-ci seront eux-mêmes à l'âge de la retraite ...Il est vrai que cet "égoïsme" et même cet ...aveuglement ne sont pas nouveaux : Ils ont commencé quand le gouvernement a décidé en 1982 de fixer le départ à la retraite à 60 ans - considéré alors comme une grande conquête sociale - alors que l'évolution démographique était prévisible, avec l'arrivée du "papy-boom" vers 2005-2010 faisant suite au"baby-boom" des années 1950 ...et ceci sans même prévoir une augmentation significative et progressive des cotisations pour la retraite...

 

   Certains commentateurs, notamment mais pas seulement dans l'opposition à l'actuel gouvernement, ont objecté que le projet de prolongation n'a pas fait l'objet d'une concertation suffisante... Il est certain que le Président de la République et le gouvernement ont fait des "62 ans" un socle intouchable... Mais la concertation préalable, qui s'est poursuivie à l'Assemblée puis au Sénat, a permis d'apporter des aménagements pour les cas particuliers, et une réflexion a même été lancée sur le thème de la retraite "à la carte" comme dans les pays scandinaves, à la suite de la suggestion du Maire de Lyon...Et le 1er Ministre peut affirmer qu'avec "62 ans", la France s'inscrit parmi les pays "occidentaux" ayant prévu la plus courte prolongation ...Par ailleurs, la discussion reste ouverte sur la taxation des plus hauts revenus, notamment pour les "retraites-chapeaux", les stock-options, etc...

 

   Il n'est donc pas possible d'admettre le bien-fondé de la contestation actuelle... d'autant plus que celle-ci ne s'est pas limitée à une journée "symbolique", mais dégénère en "gréves reconductibles" .et en "manifestations " de plus en plus incontrôlables ...d'autant plus encore qu'il y a eu des responsables politiques osant pousser les jeunes dans cette "action", sous prétexte qu'ils avaient une maturité suffisante à ...14-16 ans ... et alors que la réforme est faite ...pour eux ...On en voit le résultat : le "bazar" dans les lycées et les collèges, un collège incendié, des élèves blessés ...Et des extrêmistes qui invoquent la "grève générale" ...en vue de la vieille lune du "Grand Soir" ...tandis que les employés des raffineries en profitent pour bloquer délibérément la fourniture des carburants, au mépris de l'intérêt général du pays... Ces "apprentis-sorciers" vont-ils comprendre que tous les acteurs de la vie collective risquent d'y perdre, qu'il s'agisse des syndicats incapables de maîtriser la situation et n'étant donc plus crédibles, du pouvoir lui-même dont l'impuissance peut engendrer l'anarchie, de l'opposition ne trouvant rien de mieux que de promettre le retour aux "60 ans", et surtout du pays, dont l'économie reste fragile et dont l'image est ternie à l'étranger...Quand comprendra t-on en France, déjà championne du monde des "révolutions", que, dans un pays démocratique, pour maintenir la paix sociale, force doit rester à la Loi ...et non à la rue !...

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Actualité
commenter cet article
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 23:52

   En juillet dernier, après avoir reçu des menaces abusives, j'avais décidé de fermer mon blog, autrement dit de faire le mort ...J'avais eu le tort d'oublier que des correspondants me faisaient l'amitié d'y être attachés et, à leur demande, ...j'avais ressuscité ...et, dès le retour des vacances, j'avais même publié un nouvel article, consacré à l'Art, dont je suis assez satisfait, ce qui n'est pas le cas d'un certain nombre de les élucubrations antérieures...

 

   Je n'avais pas prévu qu'une nouvelle mort allait m'affecter ...cette fois imposée ...Imposée par France-Telecom, une entreprise qui est déjà connu pour de nombreux suicides de ses employés ...et qui, en l'occurence a cherché ma mort en mettant fin sans avertissement et sans délai à mon numéro de téléphone - 02 99 72 36 39 - à l'occasion de démarches pour un nouveau contrat ...Plus de téléphone ...Plus d'Internet ...et donc plus de blog !!!...

 

   Question de principe : au nom de la liberté, je peux décider de ma mort - même à tort - mais je n'accepte pas qu'on me l'impose ...J'ai donc décidé, ...à nouveau, ...de ressusciter, ...et je me suis adressé à Free, dont le nom est tout un symbole et l'efficacité aussi grande que la courtoisie ...J'ai reçu rapidement un nouveau numéro "géographique" - 02 99 71 03 58 - en cours d'agrément par ...France Telecom et comme par hasard non opérationnel pendant un certain temps - et un numéro "analogique" ( comme la nouvelle immatriculation des voitures) propre à Free : 09 51 68 25 84 ...déjà en fonctionnement ...J'ai aussi un nouvel identifiant pour le messagerie : chj.daumont@free.fr (ch et j étant les ibnitiales de mon épouse et de moi-même) ...Quant au site de mon blog; il reste http://convergences.over-blog.net ...

 

   Je vais donc reprendre la rédaction d'articles, en essayant seulement d'être moins "pontifiant", mais il est difficile de forcer sa nature ...Dans l'immédiat - ou du moins le temps d'y réfléchir, car ce n'est pas un mince affaire - je n'ai rien trouvé de mieux que de parler de ...l'Au-Delà !!!

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Actualité
commenter cet article
24 juillet 2010 6 24 /07 /juillet /2010 00:03

   A la fin de cette année ..."bloguaire", je tiens à remercier  les lecteurs nombreux qui continuent à me faire confiance et participent parfois à un débat sur les sujets abordés...

 

   Mais je déplore évidemment que cette année se soit terminée par une notification d'Overblog me prévenant que, conformément à l'article 6 de la Loi du 21 juin 2004, des articles étaient retirés "parce qu'ils reprenaient des dépêches de l'Agence France-Presse sans l'autorisatiobn de celle-ci..., toute nouvelle reprise à l'avenir pouvant en traîner des poursuites judiciaires" (!), ...comme si mes "élucubrations" pouvaient être inspirées par cet organisme que je ne connais pas ...et qui devrait pourtant être assez sérieux pour savoir que , conformément à l'article 1315 du Code Civil et à l'article 9 du Code de Procédure civile, "il incombe au plaignant d'apporter la charge de la preuve" - ce qui n'est pas le cas pour mes articles qui ne sont même pas cités - ...et que, d'autre part, conformément à l'article 226-10 du Code pénal, "toute dénonciation d'un fait susceptible d'entraîner des poursuites judiciaires peut entraîner des sanctions si elle se révèle calomnieuse", c'est-à-dire fausse ou sans justification...

 

   Il en résulte, en l'occurrence, qu'en dépit de l'assurance que m'a donnée Overblog sur la "liberté d'expression" dans sa plateforme (en dehors d'abus signalés), ...ma confiance est ébranlée, et je m'interroge dès à présent sur le maintien de mon Blog à la Rentrée de septembre, car il n'est pas possible d'écrire sereinement avec la menace toujours possible, même si elle est injustifiée , de poursuites judiciaires... Je pense d'ailleurs que cette "affaire"  donnera aussi à réfléchir à d'autres "blogueurs", dont l'avis ne pourra que m'intéresser...

 

                               Bonnes Vacances, ...et à bientôt ...peut-être !

 

                                                                                                            Jean Daumont

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Actualité
commenter cet article
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 23:59
   La France est certainement le pays du monde ayant le plus grand nombre de lois, mais elle n'est pas - tant s'en faut - le pays le plus discipliné ...et elle prend le chemin d'être aussi le pays le plus ridicule en légiférant sur une question de vêtement...

   Le port du vêtement est aussi ancien que l'humanité, et il est même un des éléments l'ayant distinguée du reste du monde animal ... Et longtemps il n'a été que le moyen de se protéger contre les excès du climat : "Lorsqu'avec ses enfants vêtus de peaux de bêtes ...", rappelle Victor Hugo... Et même si, dans l'Antiquité comme au Moyen-Age, le vêtement devient plus raffiné, - avec des pagnes, braies, toges et robes ... - il n'a qu'un but "utilitaire", et non pas de "décence", comme l'atteste l'usage de "bains collectifs" ...En fait, c'est l'Eglise qui, en Occident et surtout avec la Contre-Réforme et le Concile de Trente voulant "discipliner les moeurs" au 16ème siècle, a "culpabilisé" certaines parties du corps, qu'il s'agisse des organes sexuels ou, pour les femmes, de la poitrine ...Comme dit le Tartuffe de Molière : "Cachez ce sein que je ne saurais voir" ... Et la pudeur a même tourné à la pudibonderie, puisqu'il fut un temps où, en France comme dans d'autres pays, la femme ne devait pas montrer ses mollets, voire ses cheveux qu'il convenait de couvrir d'un fichu ou d'un voile ... Les prêtres, quant à eux, portaient des soutanes, ...et les moines et les nonnes des robes ...descendant de la tête aux pieds... Au début du 20ème siècle, même les militants les plus anticléricaux ne trouvaient rien à redire à de tels vêtements, ne serait-ce qu'en vertu (!) de la loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat prescrivant de ne pas se mêler des affaires de l'Eglise, en contrepartie de la non-intervention de celle-ci dans les affaires publiques ...Et c'est finalement l'Eglise qui, à la suite de la libéralisation introduite par le Concile Vatican II en 1962, a eu le souci de rendre moins "ostensible" la tenue des membres du clergé, limité pour les hommes au costume de "clergyman" et pour les femmes à une petite robe et un foulard, avec une croix discrète... L'opinion s'était accommodée de cette situation et considérait même avec sympathie les vêtements "exotiques", comme le "boubou" des Sénégalaises ou le "sari" des Indiennes...

   Alors, pourquoi cette hostilité actuelle contre les vêtements des femmes Voiles-islamiques.jpgmusulmanes ?...ou, du moins, de certains d'entre eux, car il faut distinguer le "hijab", qui est un simple voile recouvrant la chevelure et le cou mais pas le visage, ...le "tchador ", d'origine iranienne, déjà plus fermé puisqu'il recouvre le front et le cou, ...le "niqab", surtout porté dans les pays arabes et asiatiques, ne laissant apparaître que les yeux, ...et la "burqa" ou "tchadri", utilisée à l'origine seulement en Afghanistan et couvrant complètement la tête et le corps, avec un grillage au niveau des yeux ...L'hostilité est manifestement proportionnelle à l'importance de la "dissimulation", et l'origine de celle-ci prête à discussion : certains affirment qu'elle perpétue une tradition "machiste", antérieure à l'Islam, faisant de la femme un être inférieur ...et se retrouvant d'ailleurs dans la tradition judéo-chrétienne, puisque la femme - même si elle a, tardivement, acquis la citoyenneté - n''accède toujours pas au rabbinat et à la prêtrise, sauf dans quelques courants minoritaires ...D'autres incriminent l'Islam, et il est vrai que, dans le courant "salafiste" très intégriste, le port du voile, et notamment de la "burqa" est imposé par le mari et justifie le reproche "d'abaissement" et "d'asservissement" invoqué par les responsables politiques de toutes tendances en France... Mais il faut savoir aussi que cette obligation est souvent consentie, voire souhaitée, par la femme elle-même, qui marque alors son attachement à une tradition de pureté religieuse ...Et inversement il faut reconnaître que les responsables du culte musulman, en France et ailleurs, soulignent qu'aucune sourate du Coran n'impose le port d'un voile à la femme, même s'il lui recommande une certaine réserve ...Finalement, on peut être amené à penser que le problème est lié à une certaine intolérance du "Français de souche" - de formation "judéo-chrétienne", même s'il n'est pas pratiquant - intolérance non sans rapport avec le "terrorisme" pratiqué par des extrêmistes islamiques...

   Ce n'est par hasard que cette intolérance s'est  manifestée d'abord à "l'école", profondément marquée par le principe de la "laïcité" conçue, non comme une ouverture à tous les courants philosophiques ou religieux, mais comme une interdiction de la religion, naguère seulement chrétienne, et maintenant également musulmane ... Elle a donné lieu à une longue période d'agitation, à partir de cette affaire du "tchador" dans un collège de Creil en 1989, qui s'est étendue à d'autres établissements, les militants de la laïcité oubliant d'ailleurs que la suppression de la blouse "uniformisatrice" - jugée après les évènements de 1968 "traumatisante" pour les élèves - avait permis l'utilisation de tenues diverses par les élèves et facilité ainsi l'expression de "différences " sociales ...et donc, aussi, religieuses ...Et c'est ainsi que le pouvoir politique s'est mêlé pour la 1ère fois de "vêtements", en promulguant la loi du 25 mars 2004 appelée la "loi  sur le voile islamique", même si elle est plus générale et proscrit dans les écoles, collèges et lycées le port de tout signe manifestant de façon "ostensible" une appartenance religieuse, et englobant donc la "kippa" des juifs et les "grandes" croix (?...) des chrétiens ...

    Le problème est que, désormais, à propos de la "burqa", le pouvoir politique veut passer de l'interdiction dans un "lieu public" comme l'école - ayant ses propres règles dans un  cadre géographique précis ... à une interdiction dans tout "l'espace public", c'est-à-dire dans les rues ou  les places fréquentées par "tout le monde" ...où, par conséquent,  la liberté individuelle doit être respectée, à la seule condition de "ne pas troubler l'ordre public" ...A qui fera-t-on croire alors qu'une femme arborant une "burqa" trouble l'ordre public ?...C'est plutôt ceux qui s'attaqueraient à elle ...qui le troubleraient, et le prétexte d'être "provoqué" serait pour le moins contestable ...Et si l'on s'engage dans des considérations de tenue, faudra-t-il bientôt s'occuper des pantalons bouffants des hommes, ou de la taille de leur barbe ?... Et ceci alors que la mode "européenne" se livre parfois à des excès contestables, notamment pour les femmes, comme naguère la "mini-jupe" ...ou les "exhibitions" sur les plages ...sans parler des "publicités "aguichantes" ...

   Car il n'y aura pas de raison de se limiter au "vêtement" ...c'est-à-dire de la façon dont on s'habille ...Il faudra aussi se préoccuper de la façon  ...dont on se déshabille ... Naguère, il y avait la loi condamnant les "attentats à la pudeur", conformément à l'article 222-3 du Code Pénal, mais les cas restaient rares, dans une société ayant conservé du "savoir-vivre" ...Mais les moeurs ont évolué : depuis longtemps déjà, la loi tolère le "naturisme", s'il est pratiqué "dans un environnement particulier, aménagé à cet effet" et n'est donc pas "imposé à autrui" ...et la jurisprudence depuis 1989 souligne que "la nudité n'est pas un délit" et que, "sans attitude provocante ou obscène, elle ne constitue pas un outrage à la pudeur" ...Aussi le nudisme, d'abord pratiqué dans des camps isolés du regard des "voyeurs", commence à s'étendre sur les plages ordinaires en présence des "textiles", au moins en ce qui concerne le "haut" pour les femmes ...Et on peut donc prédire que, bientôt, le pouvoir politique devra réglementer la nudité, parallèlement à la réglementation du vêtement ...Selon les circonstances et suivant les personnes, les ...gendarmes de Saint-Tropez ...devront prier les gens "de se rhabiller" ou de se "déshabiller"...

   Finalement, ne peut-on pas tout simplement faire appel au bon sens qui est, suivant la formule de Descartes, "la chose au monde la mieux partagée" ?... En l'occurrence, est-il utile de promulguer une loi pour environ 3000 personnes portant une "burqa" alors qu'il y a 3.500.000 musulmans en France et que la population de celle-ci est de 62.500.000 habitants ?... Ne suffit-il pas de confier "l'affaire" aux responsables du culte musulman pour tempérer l'ardeur de femmes souvent "de bonne foi" ?...

 
Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Actualité
commenter cet article
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 15:59
   Haïti ...ou le drame perpétuel ...A travers l'histoire, les catastrophes ont été innombrables dans le monde, mais il n'y a certainement pas un pays qui en a accumulé autant que ce pauvre pays d'Haïti, qu'il s'agisse des maléfices de la nature ou - hélas - de la sauvagerie des hommes...

   Qu'on en juge ...L'île de Saint-Domingue, dont Haïti représente la partie occidentale, fait son entrée dans l'Histoire avec le premier débarquement de Christophe Colomb le 6 décembre 1492 . Le gênois au service de l'Espagne a raconté lui-même qu'il avait été bien accueilli ...Il y avait alors environ 300.000 "indiens", qui ne tardent pourtant pas à disparaître, éliminés par les maladies importées par les Européens ...et surtout les massacres, qui seront dénoncés par Barthélémy de Las-Casas ...L'île, d'abord appelée Hispaniola, est repeuplée avec la pratique de la "traite" par des noirs d'Afrique ...et ceux-ci finissent par se révolter en 1722 sous l'occupation ...française. En 1770, la capitale Port-au-Prince est ravagée par un séisme (déjà...) ...Et, avec la Révolution de 1789 en France, les péripéties se multiplient : l'esclavage est aboli en 1794 ...avant d'être rétabli par Napoléon 1er en 1803 ...S'est alors illustré Toussaint-Louverture dont l'action aboutit à l'indépendance en 1804 ...Mais l'indépendance n'apporte que des déboires : conflits internes ...Séparation entre la République d'Haïti à l'ouest et la République Dominicaine à l'est ...Nouveau séisme en 1842 ...Et les régimes instables et éphémères se succèdent ...jusqu'à la sanglante dictature de la famille Duvalier, avec ses "tontons-macoutes" de 1956 à 1986 ...Après leur élimination et malgré l'aide extérieure, le régime reste instable dans ce pays toujours misérable en raison des ravages dus à une déforestation aveugle ...mais aussi aux excès de la nature : succession de cyclones en 1954 (Hazel), 1963 ( Flora), 1964 (Clio), 1966 (Inès), 1980 (Allen),1994 (Gordon), 1998 (George), 2004 (Jeanne) et 4 en 2008 ( Fay, Gustave, Hanna et Ike)... S'y ajoutent des inondations en 2004 et 2008 ...Et maintenant, en 2010, l'horreur d'un nouveau séisme, particulièrement dévastateur en raison de sa force, dans la région de Port-au Prince, où réside le tiers de la population du pays, dans des conditions déjà misérables ...Comme le dit un membre du Comité France-Haïti, "Ce peuple est né au forceps, dans le malheur. Il a connu l'arrachement à l'Afrique, l'esclavage, la colonisation. Il a dû reconstituer une langue, une religion - le vaudou  ...C'est un peuple qui a l'habitude du malheur, qui vit dans le temps brisé des catastrophes..."

   Catastrophe Haïti 13 janvier 2010Devant tant de malheur, le monde a lui-même tremblé ...d'effroi, en contemplant les édifices ratatinés ...sur leurs occupants, les hommes et les femmes portant leurs enfants morts ...et tous ces pauvres gens implorant le ciel... Pour une fois les médias ont joué un rôle positif, et les secours arrivent de partout dans un même élan de solidarité qui transcende les différences politiques et sociales ...Les égoïsmes s'effacent, et chacun redécouvre qu'il n'y a, au delà des rivalités et des guerres, qu'une seule humanité ...et qu'en priorité il faut aider les autres, quand ceux-ci sont dans le besoin et le malheur ...Aider les autres, assurément, dans l'urgence ...mais aussi aller au-delà de l'urgence ....et, en l'occurrence, à  Haïti, aider ce malheureux pays en lui donnant les moyens de faire face lui-même à ses difficultés : mise en place d'un gouvernement efficace - sous la tutelle initiale de l'ONU - réorganisation de son économie par une "reconquête" des terres incultes et une restructuration industrielle et commerciale ...ce qui suppose l'envoi de techniciens, mais aussi des avantages financiers comme des prêts à taux zéro ou des aménagements pour les importations et les exportations ...qui pourraient être gagés par une taxation sur les bénéfices hors investissement des grandes entreprises internationales et les stocks-options des dirigeants ou les bonus des traders... A ce titre, on ne peut que saluer l'initiative de la France, proposant la réunion d'une Conférence internationale consacrée à Haïti...
Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Actualité
commenter cet article
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 17:18
   Il se trouve que la Conférence Internationale réunie à Copenhague en ce mois de décembre 2009 pour traiter du "Réchauffement climatique" coïncide avec ...une vague de froid dans l'Hémisphère Nord ...comme si la nature voulait rappeler aux hommes qu'elle reste maîtresse du jeu...

   Mais, d'abord, y-a-t-il seulement un réchauffement climatique ?...Il n'est pas possible de le nier ...car il se traduit par des effets visibles - comme la fonte des glaciers montagnards et de la banquise polaire, ou encore l'assèchement accéléré des régions sahéliennes - ainsi que par des mesures révélant une augmentation régulière de 1 à 2 degrés de la température moyenne de l'atmosphère terrestre depuis une trentaine d'années, ce qui est considérable ...et justifie, au moins actuellement, des mesures destinées à l'enrayer, notamment la réduction du volume de gaz carbonique issu de l'industrie des hommes...

   Néanmoins, le réchauffement climatique est-il un fait nouveau dans l'histoire de la Terre ?...Certainement pas, ...car celle-ci n'a pas cessé, depuis ses origines, de connaître des variations de son climat, à des échelles diverses :
   - D'abord des variations de très grande ampleur au niveau géologique : les plus célèbres - mais non les seules - ont été celles de l'ére primaire où la chaleur et l'humidité avaient engendré des forêts géantes à l'origine des couches de charbon (carbonifère)   ...et celles de l'ére quaternaire où les réchauffements interglaciaires ont finalement éliminé les immenses glaciers (inlandsis) recouvrant alors le nord de l'Europe,   de la Sibérie et du Canada, ne laissant subsister que le Groënland...
   - Mais aussi des variations de moyenne ampleur au niveau historique : il est certain qu'il y a eu un réchauffement pendant l'Antiquité - non sans rapport avec le développement des premières "civilisations" - suivi d'un refroidissement relatif, pouvant expliquer en partie les invasions "barbares" ...Puis il y a eu une nouvelle période de réchauffement au Moyen-Age permettant un enrichissement illustré par la construction des cathédrales (13°-14° siècle)   ...et une nouvelle période de refoidissement (milieu 18° siècle) où la multiplication des disettes peut être considérée comme une des causes de la Révolution...(1)
   -Enfin il y a les variations de faible ampleur au niveau de la vie humaine, à la fois les plus perceptibles et les moins significatives, car elles relèvent de combinaisons météorologiques le plus souvent aléatoires et irrégulières...Ainsi la douceur relative des hivers 2007 et 2008 est suivie d'un froid relativement intense et prolongé en ce dédut d'hiver 2009...

   Le problème est alors de savoir à quel type de variation on a affaire, ...et le problème est d'autant plus difficile à à résoudre que les diverses variations sont imbriquées ...et qu'il peut, en l'occurrence, y avoir un refroidissement annuel dans un réchauffement multi-annuel... Certes il y a des mesures permettant d'anticiper l'évolution climatique (courbes à la hausse ou à la baisse) ainsi que des observations météorologiques à l'échelle du globe (grâce aux satellites), mais ces analyses ne permettent que des prédictions "à court terme" ...Au delà, il est difficile de prévoir la future histoire climatique, comme l'histoire tout court... Il n'est donc pas impossible que l'hiver 2009 ne soit pas seulement une variation annuelle vers le froid, mais le premier signe d'une inversion durable de tendance du chaud vers le froid ... C'est d'ailleurs depuis de nombreuses années l'objet de la controverse entre ceux qui s'alarment de la hausse de la température moyenne de l'atmosphre terrestre, comme Rachel Mulot et Eléna Sender affirmant qu'au-delà de + 2 degrés, il peut y avoir un risque d'emballement (2), ...et ceux qui, comme Claude Allègre, n'y voient qu'un épisode passager (3)...

   De toutes façons, il n'est pas déraisonnable de penser qu'à l'échelle géologique, l'histoire des hommes s'inscrit, après "Riss" et "Wurm", dans la dernière en date des périodes interglaciaires, et qu'il y aura - peut-être - une nouvelle glaciation dans 100.000 ou 200.000 ans ...Pas d'alarme inutile, donc ...Pour le froid, y-a pas le feu ! D'autant moins que, d'ici là, ...il n'y aura - on ne sait jamais - plus d'hommes... Et, en tous cas, s'il y en a encore et surtout s'il y en a trop, il faudra qu'ils aient appris à maîtriser la nature, c'est-à-dire d'abord à la respecter ...Car on est actuellement encore loin du compte, avec des pays riches qui veulent faire des économies d'énergie alors qu'ils ont des SDF sous leurs ponts et que 2 milliards d'individus n'ont pas encore l'électricité ...et souvent ne mangent même pas à leur faim...

(1) Emmanuel Le Roy Ladurie "Histoire humaine et comparée du Climat" Ed.A.Fayard 2004
(2) Revue Science et Avenir Décembre 2009 - Dossier Spécial "Contrôler le Climat"
(3) Claude Allègre "Ma vérité sur la Planète" Ed.PLon 2007
Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Actualité
commenter cet article
2 décembre 2009 3 02 /12 /décembre /2009 23:44

   La Suisse est un pays considéré dans le monde comme le symbole de la neutralité, et c'est à ce titre qu'elle a hébergé la Société des Nations à Genève après la Guerre 1914-1918 et qu'elle est actuellement le siège de 25 organisations internationales, comme l'Organisation Mondiale de la Santé, l'Union Postale Universelle ou l'Organsiation Internationale du Travail (*) ...Mais, en l'occurrence, le résultat d'un référendum helvétique refusant par 57,5 % des voix la construction de minarets auprès des mosquées musulmanes n'est pas ...neutre. Il traduit même un parti-pris discriminatoire, puisqu'aucune disposition semblable n'est prévue pour les édifices d'autres religions, qu'il s'agisse des synagogues juives, des temples protestants ...ou plus pariculièrement des églises catholiques avec leurs clochers ...Et évidemment cette discrimination, survenant en plein débat sur "l'identité nationale" - notamment en France - n'a pas manqué de rallumer la polémique entre les intégristes hostiles à toute immigration d'étrangers - notamment musulmans - et les libéraux ouverts à une intégration concertée ...et elle a suscité l'indignation de nombreux dignitaires musulmans, comme le Grand Mufti d'Egypte qui parle "d'atteinte à la liberté religieuse" ou d'un Ayatollah libanais considérant même que ce vote suisse "incite au racisme contre les musulmans en Occident"... 

   En fait, sans nier l'importance du problème, il faut le ramener à de justes proportions :

   - D'abord, en Suisse même, le gouvernement fédéral s'était opposé à cette "initiative", mais celle-ci, ayant recu plus de 100.000 signatures, ne pouvait qu'être soumise à la "votation", en application de la Constitution ...Toutefois le leader de la "Droite populiste" à l'origine de "l'initiative" - Oskar Freysinger - ne voulait, selon ses propres dires, que "donner un signal fort à ses compatriotes contre l'emprise croissante de la communauté musulmane" ...et il a précisé, après le résultat, "qu'il ne s'attendait pas à gagner" ...et que " ce vote n'était pas anti-musulman" ... "qu'on ne s'attaquait pas aux lieux de culte et à la liberté religieuse des musulmans"...et "qu'on voulait seulement leur intégration" ...Il n'en est pas moins vrai que cette "initiative" avait un relent de xénophobie très exagéré ...car la Suisse, même si elle compte 400.000 musulmans sur 7.500.000 habitants, n'a encore que 4 mosquées avec minaret...

   - D'autre part, en  Suisse comme dans le reste du "monde occidental", la fixation de l'opinion sur un problème de minaret est quelque peu ridicule ...En effet le minaret - en arabe "mandra" et en turc "mendret", c'est-à-dire " ..."phare" - n'est dès l'origine qu'un édifice élevé pour permettre à un "muezzin" de se faire entendre le plus loin possible lors de l'appel à la prière...On raconte même que la maison de Mahomet comportait déjà un emplacement surélevé et que cet exemple inspira la construction d'un d'un premier minaret en 660 à Bassora, dans l'actuel Irak ...Le même besoin d'appeler aux offices (Messes, Vêpres, etc...) fut ressenti plus tardivement dans le monde chrétien , puisque c'est seulement en 817 que l'Empereur carolingien Louis ..le Pieux aurait décidé que chaque église paroissiale devait avoir ..."au moins deux cloches" ...cloches bientôt hissées, pour être mieux entendues,  en haut d'une tour qui prit ainsi le nom de "clocher"...Néanmoins, même si le clocher, au centre des villages et des villes, fait partie du paysage traditionnel en Europe, ...les cloches sont de moins en moins utilisées  ...en raison de règlementations diverses limitant les "nuisances sonores", ... mais aussi de la multiplication d'autres sources d'informations ...et ceci au point que de nombreuses églises modernes, comme la Cathédrale d'Evry, n'ont plus de clocher ...Pour la même raison, l'appel du muezzin ayant été proscrit dans la plupart des pays européens (sauf le Royaume-Uni), la logique aurait voulu que le minaret ne soit plus construit, comme c'est d'ailleurs souvent le cas...

   - Mais il ne s'agit pas d'un simple problème de "logique" ...En effet, alors que les Occidentaux - et surtout les Français - ont toujours plus ou moins "l'esprit de clocher", tout en s'accommodant de ne plus avoir  ...de clocher, certains  musulmans continuent à voir dans le minaret un "symbole" de reconnaissance religieuse ...et, par conséquent, dans le refus éventuel de sa construction une marque d'intolérance ...Et leur incompréhension peut être d'autant plus grande que les autorités civiles de nombreux pays ont depuis longtemps accepté sa construction : ainsi, en France, la Grande Mosquée de Paris, avec son minaret de 33 mètres, a été édifiée en 1936 en hommage aux combattants maghrébins de la Guerre 1914-1918 ...En Allemagne, il est seulement demandé que "les coupoles des mosquées ne soient pas construites plus hautes que les clochers d'églises" ...Quant au Royaume Uni, pays aux 1400 mosquées - spécificité peu connue - la tolérance est telle que la question ne se pose même pas...

   - Pour autant, les musulmans - et notamment leurs dignitaires - ne doivent pas se montrer intransigeants, ne serait-ce que par réciprocité...En effet, il est utile de rappeler que les religions étrangères sont souvent persécutées dans les pays d'Islam - par exemple en Indonésie - et que la construction d'églises chrétiennes y est strictement contrôlée, ...voire interdite comme en Arabie ,"terre sacrée", l'érection de clochers - et même de simples croix - étant de toutes façons proscrite ...D'ailleurs, au cours de l'histoire, beaucoup d'églises chrétiennes ont été détruites lors de l'occupation arabe, puis turque, ou transformées en mosquées, comme la Basilique Sainte-Sophie de Constantinople complétée  ...par des minarets, et plus récemment la Cathédrale d'Alger ... Dès lors, compte tenu des progrès actuels de l'intégrisme musulman, on peut légitimement s'inquiéter - et réprouver - des menaces de représailles déjà prononcées, à l'instar de l'affaire récente des "caricatures" de Mahomet dans un journal danois...

   C'est pourquoi, au lieu de renchérir dans la polémique, il convient que tous les responsables - "Occidentaux" et "Musulmans" - calment ce jeu dangereux ...Déjà l'Eglise catholique a condamné sans réserve le résultat du référendum suisse qui lui paraît "être un obstacle et un défi sur le chemin de l'intégration dans le dialogue et le respect mutuel" ...Et certains imams aussi n'hésitent pas à recommander une "présence discrète", en rappelant que "le minaret n'est pas une obligation coranique" ...Parviendra-t-on à obtenir ainsi qu'avec ou sans minaret et clocher - ces pointes du passé devenues ...pommes de discorde - la liberté religieuse puisse s'exercer dans une reconnaissance et une tolérance réciproques - en "terre d'Islam"  comme en "terre chrétienne" ?... Encore un problème à règler - parmi tant d'autres - pour parvenir à la "paix dans le monde" ...


(*) http://www.eda.admin.ch/eda/fr/home/topics/intorg/inorch.html
N.B. Sources : Documentation personnelle + Articles Figaro-La Croix- Libération des 2 et 3 décembre 2009

Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Actualité
commenter cet article
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 23:55
    Arthur Koestler, dans son livre "Le Zéro et l'Infini", publié en 1940, affirmait que "l'humanité ne saurait se passer de bouc émissaire", conformément à l'allégorie biblique faisant retomber une faute collective sur un individu (*) et encore célébrée par les Juifs dans le rite annuel de "l'expiation" (Yom Kippour) ...Mais François Rabelais, dans le texte de son "Gargantua", publié en 1535 - soit 4 siècles plus tôt - avait dit aussi que "Mieux est de rire que de larme écrire, pour ce que rire est le propre de l'homme"...Et même si la recherche d'un bouc émissaire a pu souvent être tragique,  il n'est donc pas interdit de rire quand elle confine au ridicule...

   En effet l'opinion française vient d'être prise à témoin à propos d'une affaire apparemment grave ... Un crime ?... Heureusement non ...Un scandale politique ?...Bah ! On en a quelque peu l'habitude  ...Vous ne savez pas ? ...Mais si ! C'est Henry, le capitaine de l'équipe de France de football, qui a fait une "faute de main" à l'origine de la qualification de la France au dépens de l'Eire pour la prochaine Coupe du monde ...Comme l'a dit cette fois un mauvais humoriste : "de quoi, dans cette compétition, la France va avoir ...l'air ...demain ?..." Ce n'est vraiment pas sérieux...

   Première question : l'affaire est-elle importante ?...Assurément le football est un sport très populaire en France, comme dans une grande partie du monde ...Mais ce n'est qu'un jeu, n'impliquant pas un problème de vie ou de mort ...et ne mettant pas en cause des "valeurs" éminentes ...Si encore, il s'était agi de la "Finale", on aurait pu craindre des "débordements" ...Mais il ne s'agissait que d'un "barrage d'éliminatoire" n'opposant donc que des équipes n'étant certainement pas les meilleures au monde ...Alors, beaucoup de bruit pour rien, ou du moins pas grand-chose...

   Deuxième question : la "main" de Henry est-elle condamnable ?... Bien grand mot pour un geste reconnu par son auteur, alors que la séquence télévisée ne permet pas de voir clairement dans le rebond si le ballon va à la main ou la main au ballon... Et dans la seconde hypothèse, le joueur a manifestement un réflexe dans une passe qui aurait été sans conséquence si elle avait été arrêtée par un défenseur adverse au lieu d'être reprise par un autre joueur français ...Quant à la qualification, elle n'était pas encore assurée, puisqu'il y avait encore environ un quart d'heure à jouer et que le "suspense"  demeurait, le gardien de but français, particulièrement brillant, ayant alors la vraie responsabilité du succés...

   Troisième question : Henry devait-il se dénoncer à l'arbitre ?...Comme l'a dit l'intéressé, "ce n'était pas mon rôle" ...et effectivement, l'arbitre est souverain dans un match, les "autorités" nationales ou fédérales n'ayant pas le pouvoir de casser ses décisions et à fortiori de faire rejouer un match s'il a eu tort... D'ailleurs, il est utile de rappeler que l'arbitre n'avait pas sifflé un pénalty contre Anelka à la 90ème minute ...et que les Irlandais s'étaient bien gardés de se dénoncer ...Alors...

     Il est donc grossièrement excessif de "crier au scandale" ...et de faire de Henry un "bouc émissaire", alors que ce joueur, depuis la Coupe du Monde remportée par la France en 1998, s'est toujours montré exemplaire, et a été désigné à juste titre comme le capitaine de son équipe ...En l'occurrence, les "censeurs" - dans le "milieu" du football comme dans les "médias" seraient mieux inspirés souligner la nécessité d'utiliser, comme pour le rugby, les moyens techniques (vidéos entrecroisées et oreillettes) permettant à l'arbitre - qui ne peut pas tout voir - d'être mieux informé... 

(*) Lévitique IV 22/26 et XVI 21/22  
Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Actualité
commenter cet article
30 juin 2009 2 30 /06 /juin /2009 23:39
   Il a suffi qu'un nombre infime de femmes musulmanes résidant en France se mettent à y porter la "burqa", c'est-à-dire un voile intégral ne laissant apparaître que les yeux - parfois derrière un grillage - version accentuée du "niqab" ne cachant que les cheveux, pour que le débat soit à nouveau ouvert sur le port du voile qui avait déjà défrayé la chronique en 1989, ...le Président de la République y ayant même fait allusion dans son discours devant le Congès à Versailles le 22 juin 2009, en soulignant qu "c'est un signe d'asservissement mettant en cause la liberté et la dignité de la femme" ...Fortes paroles incontestablement dignes d'un pays comme la France, patrie des droits de ...l'homme ...Mais le problème n'est pas si simple...

   En effet le "voile" et, à travers lui, si l'on peut dire, la place de la femme sont un problème ancien ...Même sans remonter à l'exemple mythique d'Adam et Eve, il faut admettre que la femme a toujours été maintenue par l'homme dans un état de subordination au cours de la longue histoire "machiste" des civilisations ...Et le voile cachant au moins les cheveux dans le visage de la femme, comme la robe ou la tunique descendant jusqu'à ses pieds, ont été comme une "seconde nature" acceptée par la femme elle-même ...On peut évoquer la tenue de Marie, mère de Jésus-Christ, telle qu'elle est représentée dans les icônes anciennes, toujours avec un voile autour du visage ...Et au 20ème siècle en France, alors que le droit de vote leur était enfin accordé en 1945, il y avait encore beaucoup de femmes - et pas seulement des grands-mères à la campagne - qui ne sortaient pas sans mettre un "fichu" autour de la tête, en portant par ailleurs des jupes longues, souvent grises ou noires, car le deuil des parents était plus précoce que maintanant... Ces traditions se sont certes largement évanouies en ce début du 21ème siècle dans la plupart des pays "occidentaux" ...mais elle se sont maintenues avec diverses nuances dans beaucoup d'autres pays du monde, souvent en raison du maintien d'une forte influence religieuse, mais aussi par un respect profondément enraciné d'usages très anciens ...C'est le cas de communautés musulmanes déjà ...déracinées en venant en France, auxquelles il est difficile d'imposer de façon autoritaire et sans concertation l'adoption des "pratiques" françaises ... Si la situation était inversée, est-ce qu'une Française accepterait facilement de rompre avec son genre de vie, ses vêtements et ...sa coiffure ?...

   D'ailleurs, qu'on le veuille ou non, l'interdiction du voile, quelle qu'en soit la nature - burqa, niqab, tchador...- ne peut être qu'une mesure "discriminatoire" contraire au principe de liberté, d'autant plus fâcheuse qu'elle ne concernerait que les femmes musulmanes ...Est-ce que, parallèlement, on interdirait aux hommes juifs de porter la "kippa" ?... Et faut-il vraiment une "loi" pour interdire ...une coiffure, comme si elle était un danger public ?...Et qu'interdira-t-on ensuite ?...Certaines robes ?... Une Noire africaine pourra-t-elle encore arborer un "boubou" ?... Il faut donc "raison garder" ...Si une femme musulmane veut afficher une fidèlité à ses traditions, pourquoi pas ?...Si par contre, elle veut manifester de façon agressive sa religion au titre d'un courant intégriste, il y a certainement d'autres moyens que la sanction pour la dissuader ...A ce titre, l'idée avancée d'instituer des "femmes-relais" dans les communes ou certains quartiers pour dialoguer avec les femmes portant le voile et avec leurs maris mérite d'être approfondie... Car la liberté de pratiquer sa religion doit trouver sa limite naturelle dans le respect de la laïcité incrite dans le préambule de la Constitution, ce qui implique toute manifestation ostentatoire dans les lieux publics...

   Et si on tient vraiment à réagir contre certaines pratiques, il y a mieux à faire que de s'en prendre à une coiffure ... par exemple en veillant à ce qu'il n'y ait pas de "mariages contraints" ou de "polygamie", et cela ne concerne pas seulement les communautés musulmanes ...On peut aussi s'interroger sur le comportement "occidental" , où "l'érotisation" du corps féminin ou l'image de la "femme-objet" n'ont rien d'exemplaire et peuvent même justifier le recours à la discrétion...
Repost 0
Published by Jean Daumont - dans Actualité
commenter cet article